Tags Posts tagged with "Shell"

Shell

par -

Selon les informations rapportées par Reuters, la compagnie pétrolière Royal Dutch Shell cherche à se délester de ses champs gaziers en Tunisie pour une somme de 500 millions de dollars.

Ces actifs tunisiens de la compagnie, qui représentent quelque 65% de la production gazière totale de la Tunisie, avaient été acquis par Shell dans le cadre du rachat de BG Group en 2016 pour un montant de 54 milliards de dollars.

Les actifs gaziers tunisiens que Shell met en vente comprennent deux gisements gaziers offshore Miskar, un site gazier appartenant dans son intégralité à la RDS, et Hasdrubal, gisement détenu à 50% par Shell, ainsi qu’une installation de production de gaz à terre.

Toujours selon la même source, en 2015, les trois champs gaziers dont Shell compte se séparer, produisaient 30.000 barils équivalent pétrole par jour, selon le rapport annuel du Groupe BG pour la même année.

On rappelle qu’en 2016, la compagnie pétrolière s’est séparé de plus de 20 milliards de ses actifs et ce dans le cadre de son programme de désinvestissement de 30 milliards de dollars qui a pour but de réduire son endettement suite à l’acquisition de BG.

par -

Andrew Parmley, lord-maire de la cité de Londres, a confié à Mosaïque FM ce mardi 11 avril 2017 que les entreprises britanniques n’ont nullement l’intention de plier bagage pour s’implanter au Maroc ou dans d’autres pays. Il a indiqué qu’au contraire des compagnies pétrolières telles que Petrofac et Shell vont étendre leur champ d’action en Tunisie.

Par ailleurs il a déclaré que la Grande-Bretagne veut miser sur d’autres secteurs en Tunisie, et pas uniquement dans les hydrocarbures. Il nous a également appris qu’un protocole touchant plusieurs domaines économiques et financiers sera signé avec le gouvernement tunisien…

A rappeler qu’Andrew Parmley est à la tête d’une délégation de 15 hommes d’affaires…

par -

Les ténors Shell et Eni ont du souci à se faire. En effet l’agence anti-corruption nigériane a fait savoir jeudi 02 mars 2017 que les deux sociétés pétrolières sont sous le coup d’une inculpation dans une sombre affaire de corruption autour d’un contrat de 1,3 milliard de dollars.

D’après les documents judiciaires, 11 personnes ont été formellement mises en cause par la Commission pour les crimes économiques et financiers (EFCC). Des businessmen et des politiciens nigérians auraient encaissé « un montant cumulé de 801 millions de dollars » (soit 759 millions d’euros) de la part du britannique Shell, de l’italien Eni et de sa filiale nigériane, rapporte jeuneafrique.com.

L’affaire a eu des rebondissements en Italie, où la justice s’est saisie de ce dossier. Les faits reprochés remontent à 2011, quand les deux majors ont raflé le permis pour le bloc pétrolier offshore au Nigeria en échange d’un beau chèque de 1,3 milliard de dollars.

Shell et Eni nient toute fraude, en bloc. « Eni n’a rien fait d’illégal », a affirmé le directeur général d’Eni, Claudio Descalzi, au Financial Times, en février dernier. « À chaque étape, nous avons agi dans le respect de la loi (…). Eni et Shell ont payé le gouvernement nigérian, et n’ont pas été impliqués dans la décision du gouvernement sur la manière d’utiliser cet argent.”

par -

Shell a envie de se débarrasser de ses actifs pétroliers au Gabon. L’information est venue de l’agence Reuters. D’après une source citée par cette dernière, le géant pétrolier anglo-néerlandais espère tirer 700 millions de dollars de la vente de ses actifs onshore au Gabon. Alors qu’une autre source a confié à l’agence que la compagnie pétrolière veut beaucoup plus pour céder ses actions et qu’à défaut elle continuerait d’opérer au Gabon.

Contacté par la presse, le groupe n’a pas souhaité communiquer sur cette information. Son porte-parole s’est borné à dire que « Shell continue d’étudier les opportunités pour ses capitaux par rapport à sa stratégie ».

Par contre on sait que la multinationale a fait savoir qu’elle souhaite écouler au moins 30 milliards de dollars d’actifs dans les trois prochaines pour s’offrir les moyens de racheter le britannique BG Group, une opération à hauteur de 52 milliards de dollars avalisée en février dernier.
Shell veut se focaliser sur la production de pétrole en mer et grossir rapidement sur le marché du gaz naturel liquéfié. Il avait annoncé dans la foulée qu’il commencerait à liquider ces actifs en 2017 et 2018.

Le Gabon est-il encore une bonne affaire ?

Reste à savoir, si on a la confirmation que Shell veut effectivement céder ses actifs au Gabon, quelle société est assez téméraire pour se les offrir. Car la production gabonaise a dégringolé depuis 1995. On est loin des 350 000 barils par jour. La situation préoccupe tellement les autorités qu’elles ont décidé de se lancer dans l’exploration en eau profonde. Rien qu’en juillet 2014, neuf licences d’exploration en offshore profond ont été délivrées.

En octobre 2016, le gouvernement a émis un nouvel appel d’offres pour cinq permis offshore. On aura la liste des entreprises sélectionnées dans quelques mois.

par -

La compagnie pétrolière anglo-néerlandaise, Shell Petroleum Development Company of Nigeria Ltd (SPDC), a déclaré l’état de force majeure pour les mois d’octobre, novembre et décembre 2011.

Cette mesure s’applique à son programme d’exportation à partir du terminal de Forcados, du fait d’une baisse de production due à des actes de sabotage contre son oléoduc Trans Forcados.

D’après le communiqué de SPDC, la déclaration prend effet à compter de ce mardi 11 octobre à midi.

Shell explique que la fuite a été signalée le 6 octobre 2011, et qu’une équipe d’enquête conjointe a trouvé qu’elle était causée par des dégâts dus à un explosif.

Selon le communiqué, « SPDC s’attelle à la réparation du pipeline et devrait reprendre sa production aussi rapidement que possible ».

« Dans le même temps, la compagnie a levé la clause de force majeure appliquée au programme d’exportation de brut léger à partir du terminal de Bonny, décidée le 23 août 2011 ».

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

A l’occasion de l’Assemblée générale de Medef International qui s’est tenue mercredi 17 mai 2017, Medef et Medef International ont rappelé la priorité donnée...