Tags Posts tagged with "Siliana, Hamadi Jebali,"

Siliana, Hamadi Jebali,

par -
Une conférence de presse. On n’en attendait pas moins du chef du gouvernement

Une conférence de presse. On n’en attendait pas moins du chef du gouvernement, Hamadi Jebali pour éclairer la lanterne des Tunisiens sur ce qui se passe, depuis trois jours, dans le gouvernorat de Siliana. D’emblée, il a annoncé la constitution d’une commission d’enquête , indépendante, a-t-il tenu à préciser, qui sera chargée de tirer au clair la genèse des événements qui secouent la région et définir la responsabilités des uns et des autres . En attendant les résultats des investigations de cette commission que le gouvernement acceptera quelles qu’en soient les conclusions, le chef du gouvernement a pointé du doigt « le Front populaire et d’autres parties politiques » qui, a-t-il souligné, s’abritent derrière l’Union générale des Travailleurs de Tunisie (UGTT) en utilisant ses locaux. C’est un développement grave, a-t-il affirmé, exhortant chaque parti à avoir le courage de reconnaître sa responsabilité dans ces événements.

Hamadi Jebali a exprimé son refus de toutes les formes de violence, se demandant si les problèmes de développement dans le gouvernement de Siliana ont été résolus par la violence et soulignant que « nous souffrons actuellement du manque des flux d’investissements alors qu’un projet de 28 millions de dinars programmé pour cette semaine a été différé ».

Il a, au demeurant, affirmé que le problème ne sera pas réglé par des moyens sécuritaires, car, a-t-il dit, « le peuple a placé en nous sa confiance, et non dans ceux qui parlent en son nom, nous n’accepterons jamais les menaces et la destruction de ce que nous avons construit, notamment les fondements et les mécanismes de la démocratie ».

Le chef du gouvernement a affirmé que les méthodes de dictature et de terrorisme sont des moyens illégaux et qu’il n’y aura pas de développement à l’enseigne de l’anarchie et de la violence, réaffirmant l’engagement du gouvernement à accélérer le processus de développement.

Hamadi Jebali a mis l’accent sur la nécessité que les instigateurs des troubles rendent des comptes.

Répondant à une question relative au gouverneur de Siliana et sur l’explicite intention du gouvernement de le maintenir dans ses fonctions, le chef du gouvernement a affirmé qu’il n’a aucun lien de parenté avec ce dernier et que celui-ci ne sera révoqué que s’il est établi qu’il a manqué à ses obligation et a fait montre d’incompétence dans la conduite des misions qui lui ont été confiées. « Je n’ai jamais rencontré le gouverneur de Siliana et j’ignore même son nom », a-t-il dit, soulignant que son propos n’est pas de le défendre, mais de défendre les valeurs de la Révolution et la symbolique de l’Etat et le processus démocratique.

Interrogé enfin sur les appels à sa démission , il a déclaré que les mécanismes de la démission et de la dissolution du gouvernement sont prévus dans la mini constitution , et qu’il existe une assemblée nationale constituante qui est habilité à démettre le gouvernement.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Les craintes n’ont pas lieu d’être et l’Etat n’est pas au bord de la faillite, a assuré le ministre conseiller auprès du chef du...

AFRIQUE

Il est impératif que les gouvernements africains adoptent des stratégies cohérentes et des plans de développement nationaux qui répondent aux défis de la croissance,...

SPORT

L’équipe nationale des Comores a décroché son billet pour la phase de groupes des qualifications pour la CAN-2019 de football après son match nul...