Tags Posts tagged with "situation, sécuritaire"

situation, sécuritaire

par -
0

Le président de la République Béji Caïd Essebsi a reçu, vendredi au palais de Carthage, le ministre de la Défense nationale, Farhat Horchani. La stabilité générale dans le pays et la situation sécuritaire et les mesures de sécurisation des frontières étaient au centre de l’entretien, apprend-on dans un communiqué de la présidence de la République.
A l’issue de l’entrevue, Horchani a déclaré avoir également donné un aperçu au chef de l’Etat des résultats des deux visites qu’il avait effectuées récemment en France et en Angleterre, indique-t-on de même source.

par -
0

Le chef du gouvernement chargé de la gestion des affaires courantes, Habib Essid, a présidé, ce mardi 16 août 2016 au palais de la Kasbah, la réunion de la cellule de coordination sécuritaire et de suivi, en présence des ministres de la Défense, de l’Intérieur et des Affaires étrangères ainsi que des hauts cadres militaires et sécuritaires.

La réunion a examiné la situation sécuritaire du pays et les efforts déployés afin de se prémunir contre la menace terroriste, lutter contre le crime organisé, préserver les biens et renforcer la sécurité des citoyens.

Habib Essid a exprimé sa gratitude et à sa reconnaissance à l’ensemble des cadres appartenant aux institutions sécuritaire et militaire sur tout le territoire tunisien insistant sur la nécessité de ne pas relâcher la vigilance en prévision de toute éventualité et mettre en œuvre la stratégie afin de contrôler les  frontières, protéger les institutions publiques et privées et assurer la sécurité de la saison estivale.

Habib Essid a par ailleurs, mis l’accent sur l’impératif pour chaque sécuritaire de continuer à s’acquitter de son devoir sur la base de l’impartialité et de la neutralité en se soustrayant aux tiraillements politiques.

Lors de cette réunion, la cellule de coordination a également passé en revue la mise en œuvre des mesures ayant trait aux développements régionaux et à la consolidation de la mobilisation et le renforcement des équipements des institutions sécuritaire et militaire.

par -
0

Dans une déclaration accordée au correspondant de Jawhara fm, en marge de sa visite au gouvernorat de Mahdia ce lundi 1er aout 2016, la ministre du Tourisme, Salma Elloumi, a affirmé que la capacité d’hébergement des hôtels de la région a atteint 108% durant cette période.

Elle a ajouté que la situation du tourisme dans le pays a connu une nette amélioration, précisant que 24% des pertes enregistrées l’année dernière ont été résorbées.

Par ailleurs, la ministre du Tourisme a estimé que l’actuelle saison touristique est caractérisée par des indicateurs positifs, ajoutant que la Tunisie pourra atteindre des chiffres semblables à ceux enregistrés en 2010, si la situation sécuritaire reste stable.

par -
0
IFC

L’impact du chaos libyen sur l’économie tunisienne on en a une idée très vague, à moins d’être un opérateur directement concerné. Pour la plupart des citoyens, happés par la cadence infernale du quotidien et son lot d’événements, il est difficile d’en mesurer réellement l’ampleur, faute d’indicateurs chiffrés. La Banque centrale tunisienne (BCT) s’est livré à l’exercice. Les données sont contenues dans le dernier rapport remis aux autorités tunisiennes au début de ce mois. Et elles sont édifiantes.

Dans ce document il est dit que « l’enlisement de la crise libyenne » est l’un des quatre éléments majeurs qui ont sapé les fondements de l’économie tunisienne l’an dernier. C’est pas peu comme facteur handicapant. Chedly Ayari, le gouverneur de la BCT, est d’avis que la situation libyenne a plombé l’économie tunisienne au même titre que les dégâts du terrorisme, la faible demande européenne et les tensions sociales. C’est tout cela qui explique la chute vertigineuse de la croissance économique, de +2,3 % en 2014 à +0,8 % en 2015, dit-on.

Les touristes libyens se font rares

Les indicateurs du tourisme, qui pèse à peu près 7 % du PIB, ont viré au rouge. En 2015, les entrées de touristes étrangers ont été rognées de -30,8 %. La part des visiteurs libyens a enregistré un repli du même ordre, -30,9 %.
Le recul des nuitées des Libyens a été évalué à -23,9 % en comparaison avec 2014. Cette situation est imputable aux multiples bouclages des postes-frontières de Ras Jedir et de Dehiba l’an dernier et aux obstacles pour les Libyens qui veulent disposer de leur argent dans les banques tunisiennes.

En termes de volume, le tassement du flux de Libyens est presque équivalent à celui des Français (-35,5 %), alors qu’à contrario le taux de touristes maghrébins n’a chuté que de -10,9 % et que le nombre d’Algériens est même en hausse de +15,4 %. Même le segment florissant du tourisme médical a été affecté : Il a perdu -16,9 % à 179 millions de dinars (73,3 millions d’euros).

L’industrie manufacturière a été impactée

Sur le front des exportations des industries manufacturières, la perte est -1,2 %. Certes la première cause est à trouver essentiellement dans les difficultés structurelles du secteur du textile et les ennuis conjoncturels des industries mécaniques et électriques. Mais le rapport de la BCT indique que même avec ces déboires, les exportations auraient pu garder leur niveau si le chaos libyen n’avait pas atteint ces proportions et cette durée.

A part ces deux secteurs cités un peu plus haut, les exportations manufacturières ont évolué de +12,3 %, contre +8,5 % en 2014, grâce au BTP et aux produits hygiéniques. Mais là encore c’est la situation libyenne qui plombe, avec des exportations qui diminuent de -8,3 %. Le document attribue cela à trois facteurs : Les nombreuses fermetures des postes-frontières de Ras Jedir et Dehiba qui ont freiné fortement le transit des camions de marchandise, les risques d’attentats sur la route reliant la frontière à Tripoli et la nette chute du pouvoir d’achat des Libyens avec un dinar libyen qui plonge sur le marché.

« L’amélioration des exportations [hors secteur textile, mécanique et électrique] est tributaire du rétablissement de la situation en Libye », précise le rapport de la BCT. Le secteur du BTP est l’un des grands perdants du contexte actuel, il n’a jamais renoué avec son dynamisme d’avant 2011, une période pendant laquelle la Tunisie exportait vers le voisin libyen une énorme quantité de matériaux de construction, de la céramique et du verre.

La reprise se fait attendre, attendre…

Morosité également pour les revenus tirés des grands travaux et des services techniques du fait de la crise en Libye, ces secteurs ont reculé de -6,9 % à 597 millions de dinars (244,5 millions d’euros) en 2015.

A signaler que la plus grosse part de ces offres est déversée sur les marchés africains. Problème : celles qui prennent la direction de la Libye « se sont, sensiblement, contractées en raison des tensions sécuritaires dans ce pays », dit la BCT. Même la demande étrangère pour la Tunisie pâtit des fortes tensions sécuritaires en Libye, les investisseurs craignant, à tort ou à raison, un effet de contagion.

Pour cette année, la BCT mise sur une reprise économique mais « elle serait essentiellement tributaire de l’apaisement des tensions géopolitiques, notamment en Libye, dont l’instabilité pourrait avoir des incidences sensibles sur l’économie tunisienne ».

par -
0

Le directeur général de la société Monoprix, Fadhel Kraiem, a affirmé lors de la communication financière de l’enseigne qui se tient actuellement à la Bourse de Tunis que le programme de développement de Monoprix en Libye a été gelé et tout le personnel tunisien a été rapatrié.
Fadhel Kraiem a dans le même cadre indiqué que toute l’activité en Libye est provisoirement à l’arrêt depuis janvier 2015, et cela en raison de la détérioration des conditions sécuritaires que connait ce pays depuis la Révolution.

par -
0

La situation sécuritaire dans le pays est « stable » malgré le climat de tension qu’a connu récemment l’île de Kerkennah, a indiqué, mardi, le porte-parole du gouvernement Khaled Chawket.
« Le gouvernement est déterminé à garantir l’exercice de toutes les libertés constitutionnelles sur lesquelles repose tout système démocratique dont le droit de protester et de manifester pacifiquement », a-t-il assuré dans une déclaration à la presse à l’issue de la réunion du Conseil des ministres tenu sous la présidence du chef du gouvernement.
Chawket a souligné également la détermination du gouvernement à protéger les lieux de production dans tous les secteurs, affirmant que l’institution sécuritaire doit jouer son rôle conformément aux règlements et dans le respect des libertés publiques.
Toute atteinte aux droits des citoyens doit être tranchée par voie judiciaire, a-t-il fait remarquer. Sur un autre plan, le porte-parole du gouvernement a fait  savoir que la réunion du Conseil des ministres a été consacrée à l’examen de la question de la contrebande. Le traitement sécuritaire et le contrôle douanier concernant ce phénomène ont montré leur limite, a-t-il dit, précisant qu’il va falloir déployer davantage d’efforts pour trouver des solutions alternatives à travers notamment le mécanisme des zones franches.
Environ 14 zones franches seront installées dans les zones frontalières limitrophes de l’Algérie et de la Libye, a-t-il indiqué.
Selon le porte-parole du gouvernement, la réunion du Conseil des ministres a été, en outre, l’occasion de mettre l’accent sur le rôle de la formation dans la résolution de la question du chômage.
Le Conseil des ministres a évoqué la situation des centres de formation professionnelle et les mécanismes mis en place pour assurer le suivi des diplômés de ces centres.

TAP

par -
0

Le président de la République, Béji Caied Essebsi a reçu ce lundi 4 avril 2016 au palais de Carthage, le chef du         gouvernement Habib Essid, indique un communiqué de la présidence de la République.

La réunion a porté sur la situation générale du pays notamment au niveau sécuritaire et social.

Il a été également question des grandes réformes et des projets de développement dans les régions dites prioritaires.

par -
0
L’évolution de la situation sécuritaire dans le pays notamment sur les frontières tuniso-libyennes a été au centre d’une réunion qui a eu lieu lundi  à Carthage.
Présidée par le président de la République par intérim Foued Mebazaa, cette rencontre a réuni le Premier ministre du gouvernement de transition Béji Caïd Essebsi, le ministre de la Défense nationale Abdelkarim Zbidi, le ministre de la Justice Lazher Karoui Chebbi, le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur chargé des réformes Lazher Akremi, ainsi que le chef d’Etat-major interarmées, le général Rachid Ammar.
Cette réunion a été l’occasion de mettre l’accent sur la nécessité de poursuivre les efforts visant à instaurer la sécurité et la stabilité dans les différentes régions du pays.
Il s’agit également de rassurer les citoyens et de réunir les conditions de succès du processus de transition démocratique, notamment les élections de l’Assemblée nationale constituante prévue en octobre prochain.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

0
Au milieu des collines verdoyantes de Mubuga, à 100 km de la capitale burundaise de Bujumbura, 2 500 personnes se sont réunies hier pour célébrer de manière festive...

SPORT