Tags Posts tagged with "sociétés"

sociétés

par -

Bien que le dernier rapport mondial « Transparency International » sur la perception de la corruption classe la Tunisie dans la rubrique «The Good» ou «les bons» dans toute la région du Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, une amélioration par rapport à l’année 2015, la corruption n’a cessé de prendre de l’ampleur et de frapper fort en Tunisie. Cela au point que plusieurs experts en la matière ont accusé le chef du gouvernement, Youssef Chahed, de ne pas prendre une position ferme et résolue face à ce fléau et de ne pas tenir les promesses qu’il a faites lors de sa prise de fonction à la primature en matière de lutte contre la corruption.

La corruption n’a cessé de se propager dans notre pays et de gangrener notre économie, qui peine à sortir de la crise dans laquelle elle se débat depuis plus de six ans. Il semble en effet qu’aucun secteur n’a échappé à la corruption. Santé, éducation, douane, sécurité et la police municipale sont les secteurs où la corruption sévit le plus. C’est ce qu’on a pu conclure des baromètres politiques, des rapports et des déclarations de certains responsables de l’État bien informés sur le sujet.

La falsification des documents pour ne pas payer les impôts et les taxes fait légion. Dans une interview accordée à Assabahnews et parue dans son édition de ce mercredi 22 février, le président de l’Instance nationale de lutte contre la corruption, Chawki Tabib a indiqué que les pertes dues à la manipulation des documents relatifs aux permis d’exportation sont estimées à 3000 millions de dinars. Il a expliqué à ce propos que plusieurs entreprises de commerce international s’installent en Tunisie, se font passer pour des sociétés exportatrices et obtiennent les autorisations juridiques nécessaires pour acheter les produits de consommation (eau, jus, boisson gazeuses, thon…) sans payer les impôts puisqu’ils sont destinés à l’exportation. Il s’est avéré par la suite que ces sociétés ne vendent leurs produits que sur le marché local et elles ont manipulé les documents y afférents pour échapper à l’impôt.

Tabib a, dans ce cadre, indiqué que l’instance a au début cru que ce phénomène n’a touché que le gouvernorat de La Manouba, mais in fine plusieurs autres gouvernorats sont concernés. Selon ses déclarations, l’instance a recensé 55 sociétés impliquées dans la manipulation des documents, expliquant toutefois que cela ne serait possible qu’avec la complicité des employés de la direction générale de la collecte et le contrôle de l’impôt, de la Douane et des Banques.

Et Chawki Tabib de rajouter, dans le même cadre, que l’instance a reçu des informations en provenance de Libye sur l’existence d’expéditions de marchandises qui entrent dans le pays, mais à la fin il s’est avéré que les conteneurs sont entrés vides, une affaire qui a nécessité, selon lui, l’intervention du ministère public et la commission des analyses financières relevant de la Banque centrale de Tunisie (BCT) pour traquer les personnes impliquées.

Le président de l’Instance de lutte contre la corruption a en outre indiqué que plusieurs autres affaires font aujourd’hui l’objet de recherches douanières, et cela va, selon lui, faire du bruit et faire tomber, d’ici quelques semaines, de grosses têtes.

par -

L’Association des Jeunes Experts Comptables de Tunisie (AJECT) a qualifié de  « populiste » l’article 30 du projet de la loi des finances 2017 estimant qu’il est en contradiction avec les principes de l’équité fiscale.

L’article stipule une taxe de 1000 dinars annuellement qui sera appliquée à toute personne physique détenant une piscine privée, d’une valeur annuelle équivalente à 1000 dinars. La déclaration et son recouvrement dans les mêmes délais requis pour la déclaration annuelle de revenu sur les personnes morales.

L’AJECT a souligné qu’il est difficile de contrôler cette disposition, donc le rendement attendu sera difficile, selon un document présenté lors d’un forum scientifique organisé vendredi sur le thème « une lecture des règlements fiscaux du projet de loi des finances au titre de l’exercice 2017 ».

L’AJECT a appelé à annuler cet article, ainsi que l’article 12 relatif à l’incitation des sociétés à introduire leurs actions en bourse, car il ne permet pas de renforcer les opérations en bourse.

L’AJECT a demandé dans ce cadre d’annuler la taxe sur les bénéfices provenant de la cession des actions.

par -

La société Al Karama Holding vient de lancer un appel d’Offres portant sur la cession de la totalité des participations publiques directes et indirectes représentant 99,99% du capital de SDA Zitouna I et STPEA Zitouna II (les «Sociétés»), deux sociétés disposant chacune d’un contrat de location agricole de longue durée (à horizon 2050), situées dans le gouvernorat de Zaghouan, indique un communiqué de la société.

A ces fins, Attijari Finances Tunisie (La «Banque Conseil») a été retenue comme Conseiller Exclusif de Al Karama Holding pour la réalisation de l’ensemble de l’opération de cession (l’ « Opération »).

La Société de Développement Agricole SDA Zitouna I exploite une ferme agricole localisée à Smenja – Bir Mcherga dans le gouvernorat de Zaghouan à 50 Km de Tunis, d’une superficie de 766 Ha, dont 696 Ha irrigués en goutte à goutte, faisant partie des domaines de l’Etat et destinée à l’oléiculture. Le domaine totalise actuellement 520 Ha d’oliviers conduits en hyper-intensif dont 498 Ha entrés en production depuis 2013. SDA Zitouna I est par ailleurs dotée d’une unité de trituration de dernière génération ainsi que d’une unité de stockage d’une capacité de 780 Tonnes d’huile.

La Société Tunisienne de Production et d’Exploitation Agricole STPEA Zitouna II exploite une ferme agricole localisée à Bir Mcherga dans le gouvernorat de Zaghouan à 40 Km de Tunis, d’une superficie de 625 Ha, dont 210 Ha irrigués par système à pivots, faisant partie des domaines de l’Etat et pouvant être destinée à diverses activités (oléiculture, arboriculture fruitière, culture maraichère, élevage, etc.).

par -

La compilation des indicateurs d’activité trimestriels au 31 décembre 2015 publiés par les sociétés cotées  fait ressortir des indicateurs, plutôt positifs. Des indicateurs dans un trend qui se poursuit haussier, de manière antinomique par rapport à la baisse d’une croissance qui frise la récession, une  hausse   à la limite, presqu’en déphasage avec la situation de crise que vit l’économie tunisienne.

C’est, en effet, d’abord une hausse du revenu global des sociétés cotées pour l’année 2015 de 3,5% par rapport à l’année 2014 avec une évolution positive des revenus de 54 sociétés cotées contre 24 baisses.

Dans une analyse de l’évolution des revenus des sociétés cotées sur la bourse de Tunis, la BVMT fait remarquer que «le produit net bancaire (PNB) des 11 banques cotées a progressé de 6,5% au cours de l’année 2015 par rapport à l’année 2014. L’indice sectoriel des banques a, pour sa part, gagné 1,37% depuis le début de l’année. Coté leasing, les revenus nets des entreprises du secteur qui sont cotées en bourse,  8 sociétés de leasing cotées ont progressé de 12,9% en 2015 par rapport à 2014 pour passer de 253,7 millions de dinars à 286,4 millions de dinars».

  • Les bien portants…

Côté distribution, l’analyse de la bourse de Tunis constate que «le revenu global des deux (02) grandes enseignes de la distribution cotées en bourse (Magasin  Général et Monoprix) a progressé de 8,2% en 2015 par rapport à 2014 pour passer de 1 262,6 millions de dinars à 1 366,2 millions de dinars. Toujours dans la distribution, mais automobile, les quatre concessionnaires automobiles cotés (Artes, City Cars, Ennakl & UADH) ont vu leur chiffre d’affaires global augmenter d’environ 13% pour passer de 875,5 millions de dinars à environ 989 millions de dinars».

Analysant, uniquement par le chiffre il faut dire, les revenus des trois grands groupes opérant dans l’agroalimentaire  (PGH, Délice Holding & SFBT), la BVMT indique qu’il «ont progressé de 5,4% pour passer de 2 596,4 millions de dinars à 2 736,9 millions de dinars».

Cette lecture par secteur, indique que «6 secteurs ont enregistré une hausse des revenus en 2015 par rapport à 2014. Le secteur des Télécommunications a réalisé la meilleure progression au niveau des revenus, soit +19,4%, suivi par le secteur du Pétrole et Gaz (+8,2%) et celui des Sociétés Financières (+6,9%). Trois secteurs, dont  principalement  le secteur des Matériaux de Base avec une baisse, ont réalisé des performances négatives, indique encore la BVMT. Huit sous-secteurs ont réalisé des performances positives en 2015 par rapport à 2014. Les meilleures performances sont revenues aux sous-secteurs Services Financiers (+12,1%), Produits Ménagers et de Soins (+12%) et Distribution (+10,5%).

  • Et quelques mal portants !

Malheureusement sans autre analyse approfondie qui dirait le pourquoi de la chose, la BVMT pousse son analyse par sous-secteurs. Elle indique ainsi que «les sous-secteurs qui ont réalisé des performances négatives en 2015 par rapport à 2014, sont les voyage et loisirs (-23%), suivi par celui des Médias (-11,2%) et de la Chimie (-8,8%)». Pour le premier, il suffirait de regarder la crise qui agite toujours tout le secteur hôtelier et pour le second, il n’y a qu’à regarder la situation d’Alkimia (lire notre article)

Les plus fortes hausses de revenus ont été réalisées par Tawasol Group Holding (+49,6%), Cellcom (+28,8%) & ICF (+28,7%). Les plus fortes baisses de revenus ont touché Simpar qui l’explique (-47,5%), Essoukna (-38,2%) & Placements de Tunisie Sicaf (-25,3%).

Sept indices sectoriels ont enregistré des performances positives en 2015 dont les meilleures ont concerné les Produits Ménagers et de Soins (+21,88%), les Services Financiers (+11,17%), l’Agro-alimentaire et Boissons (+10,67%) et les Biens de Consommation (+10,35%).

Parmi les six indices sectoriels ayant enregistré des performances négatives en 2015, celui du Bâtiment et Matériaux de Construction a accusé la plus forte baisse (-35,22%), une baisse qui est en lien avec celui de la promotion immobilière que nous expliquons dans notre analyse suivi par celui des Industries (-30,37%) qui subissent depuis la révolution les revers des mouvements sociaux de touts genres, l’Automobile et Equipementiers (-28,29%) et les Matériaux de Base (-23,06%).

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux