Tags Posts tagged with "SPROLS"

SPROLS

par -

On vient d’apprendre que la Société de promotion des logements sociaux (Sprols) mettra en vente quatre cités bien en vue à Tunis, et ce à partir de 2017.
D’après une source bien informée de la Sprols, une commission a été créée afin d’examiner les dossiers de 827 logements situés dans les quartiers de la Marsa (84), Al Manar (110), Al Romena (485) et Menzah 8 (170).
« L’examen des dossiers devrait s’achever avant la fin de cette année », a dit notre source, faisant savoir que la commission est composée de quatre membres de la Sprols, cinq de la CNSS et sept autres de la Cnam.

Cette commission va donner la priorité, pour ces logements, aux locataires actuels de ces habitations, et à des prix raisonnables. Pour rappel, cette cession vient à un moment où les habitants de quatre cités de la SPROLS (la Marsa, Al Manar, Al Romena et Menzah 8) décident d’arrêter de payer leurs loyers et ce, peu après le 14 janvier.

par -

Les travaux de construction du nouveau siège de la Société de promotion des logements sociaux (SPROLS) avancent, atteignant 17%, a confié une source bien informée relevant de ladite société à Africanmanager.
Démarrant en mai 2016, les travaux de construction dureront 24 mois, a ajouté la même source, faisant savoir que le nouveau siège d’une superficie de 1500 mètres carrés se situe au centre urbain nord et coutera environ 12 millions de dinars.

par -

Depuis le début de cette année, la Société de promotion des logements sociaux (SPROLS) a vendu 225 logements d’une valeur estimée à 22 millions de dinars, d’après les derniers chiffres dévoilés à Africanmanager.
Ce chiffre devrait augmenter d’ici la fin de cette année, pour atteindre 280 logements d’une valeur de 28 millions de dinars. Avec ces estimations, ladite société réussirait à réaliser son business plan 2016.
Il est à noter que ces logements seront répartis sur plusieurs régions de la Tunisie dont Nabeul, Sousse, Douar Hicher, Monastir, Ben Arous, Sousse et Nabeul.

par -

La Société de promotion des logements sociaux (SPROLS) disposera prochainement d’un nouveau siège.
D’après une source bien informée relevant de ladite société, les travaux de construction de ce nouveau siège ont démarré en mai 2016 et dureront 24 mois.
Pour l’étape actuelle, les travaux avancent, atteignant 8%.
D’une superficie de 1500 mètres carrés, le nouveau siège qui sera situé au centre urbain nord coutera environ 12 millions de dinars.

par -
Une source bien informée au sein de la Société de promotion des logements sociaux (SPROLS) a déclaré ce mercredi 10 aout que ladite institution n’arrive pas à récupérer ses logements illégalement exploités depuis la révolution.
C’est illogique, a lâché notre source, tout en mettant l’accent sur les décisions de justice qui ont été rendues en faveur de la SPROLS et ce, depuis deux ans.
Dans une déclaration accordée aujourd’hui à Africanmanager, il a pointé du doigt ce retard au niveau de l’application des décisions de restitution de ces logements, qui aura certainement un effet négatif.
D’après les estimations, cela coûte environ un million de dinars par an, sachant que les investissements pour ces logements squattés se sont élevés à 7 millions de dinars.

par -
Les impayés de la CNSS et de la CNAM relatifs au parc de logements se sont élevés à 18 millions de dinars à fin décembre 2015, a déclaré une source bien informée relevant de la Société de promotion des logements sociaux (SPROLS) à Africanmanager.
Notre source s’est montrée optimiste quant à la stagnation des créances. En effet les clients ont commencé a payer leurs dettes, ce qui a permis à ces créances de reprendre le rythme normal, sans enregistrer une dégradation.
Toujours selon notre source, ces créances n’ont pas pris en compte les 7 millions de dinars qui sont dus au titre de 827 logements situés dans 4 cités, à savoir Al Manar, Menzah 8, Rommana et la Marsa. Ces logements font actuellement l’objet de cession.

par -

La Société de promotion des logements sociaux (SPROLS) a vendu depuis le début de cette année, 106 logements d’une valeur estimée à 12 millions de dinars, apprend Africanmanager d’une source bien informée à la société.

Notre source a dans le même contexte indiqué que ladite société a réussi à réaliser 52% des prévisions de son business plan 2016 visant la vente d’environ 365 logements d’une valeur estimée à 28 millions de dinars.
Ces logements seront répartis sur plusieurs régions de la Tunisie dont Nabeul, Sousse, Douar Hicher, Monastir, Ben Arous, Sousse et Nabeul.

par -
Depuis le 1er janvier 2016 jusqu’à ce jour, 106 logements ont été vendus pour une valeur estimée à 12 millions de dinars, apprend Africanmanager d’une source bien informée relevant de la Société de promotion des logements sociaux (SPROLS).
Notre source a dans le même contexte ajouté que ladite société a réussi à réaliser 52% du programme fixé pour cette année. Ce programme, rappelle-t-on, vise la vente d’environ 365 unités au cours de 2016 dont la valeur est estimée à 28 millions de dinars.
Ces logements seront répartis sur plusieurs régions de la Tunisie dont notamment Nabeul, Sousse, Douar Hicher, Monastir, Ben Arous, Sousse et Nabeul.

par -

La promotion de l’habitat social en Tunisie ne cesse de s’étoffer. Qu’ils soient publics ou privés, les promoteurs immobiliers sont incités à multiplier les projets dont notamment ceux destinés aux foyers à revenus moyens.

Partant de cette idée, la SPROLS a mis en place un programme échelonné sur les cinq prochaines années. « C’est un programme optimiste et réalisable avec une moyenne de 50 millions de dinars par an», a déclaré le premier responsable de ladite société, Hassen Chebbi.

Le PDG a précisé que son département prévoit la construction de 2000 logements à l’horizon 2020 d’une valeur de 244 millions de dinars, ils seront répartis sur plusieurs gouvernorats dont notamment le Grand Tunis, Sousse, Sfax, Kef, Gabès, Nabeul.
Pour cette année, la SPROLS compte vendre 487 logements dont le cout est estimé à 40 millions de dinars. A ce jour, 62 logements ont été commercialisés pour une valeur de 7.5 millions de dinars.
Outre la vente, la société par la voix de son responsable souhaite récupérer le plus tôt possible les logements occupés illégalement par les citoyens depuis 2011 et qui sont situés à Douar Hicher (Manouba), Raoued (Ariana) et Monastir. Un souhait qui vient à un moment où de nombreux appels ont été lancés à maintes reprise, mais sans aucune réaction. « C’est le temps d’intervenir et d’exécuter les jugements prononcés, depuis 5 ans. C’est très important, surtout qu’on cherche à assurer un nouveau départ pour la société à travers notre programme ambitieux », a-t-il affirmé.

Avec ce programme, il s’agit de donner un nouvel élan au développement de la SPROLS qui tente de revenir à sa première vocation, celle de la construction de logements au profit des assurés sociaux, a tenu à assurer Hassen Chebbi à Africanmanager.

La SPROLS mise sur la qualité…

Pour ce faire, la SPROLS qui a pour objectif essentiellement la construction et la commercialisation du logement social et de jouer un rôle régulateur du secteur, mise sur la qualité. « On compte programmer l’iso 9000 et ce, à partir de cette année et à la fin 2017», a estimé Hassen Chebbi, faisant savoir qu’un plan adéquat basé sur trois axes a été mis en place afin de gagner ce pari.

Hassen Chebbi a dans le même contexte déclaré qu’une attention particulière est accordée à l’organisation de la SPROLS et ce, au niveau des structures de sorte qu’elle soit capable de traiter les dossiers plus facilement.
De même, la garantie d’un stock immobilier demeure l’autre but de la société pour qu’elle puisse accomplir sa mission relative à la création de 2000 logements à l’horizon 2020. Un objectif qui reste, selon ses dires, tributaire d’une meilleure concertation avec tous les intervenants, à commencer par l’Etat qui devrait jouer pleinement son rôle en mettant à la disposition de la SPROLS des terrains à bon prix. « On a besoin de ce stock immobilier pour atteindre notre objectif escompté, celui de 70% du social et 30% pour équilibrer les comptes », a-t-il assuré.
Pour le dernier axe, il s’agit de l’informatisation totale de la société, ce qui a exigé une mise à jour de tous les logiciels de la société.

« Depuis l’achat du terrain jusqu’à la vente du logement, tout cela devrait passer par un système informatique », a encore avancé le PDG de la SPROLS, annonçant la mise en place d’un système d’information intégré, une fois la mise à jour des logiciel établie.
Ce système touchera la gestion de la trésorerie, la commercialisation et la gestion juridique et ce, dans le but de mettre en place un logiciel d’aide à la décision qui sera chargé de la configuration de toute cette opération.

par -

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, le PDG de la Société de promotion des logements sociaux (SPROLS), Hassen Chebbi, a annoncé le démarrage des travaux de construction d’un nouveau siège.
Le responsable a dans ce cadre ajouté que les travaux de construction qui ont démarré il y a deux semaines dureront 24 mois. « D’une superficie de 1500 mètres carrés, le nouveau siège qui sera situé au centre urbain nord marquera un autre départ pour la SPROLS », a-t-il précisé.

par -

62 logements ont été vendus depuis le 1er janvier 2016 jusqu’à ce jour pour une valeur estimée à 7,5 millions de dinars, d’après les derniers chiffres dévoilés par la Société de promotion des logements sociaux (SPROLS) à Africanmanager.
Ces logements sont repartis sur plusieurs régions dont notamment Nabeul, Sousse et Jendouba.
Toujours selon la même source, ces logements font partie d’un programme fixé par ladite société visant la vente d’environ 370 unités au cours de cette année dont le coût est estimé à 40 millions de dinars.
Ces logements seront répartis sur plusieurs régions de la Tunisie dont notamment Nabeul, Sousse, Douar Hicher, Monastir, Ben Arous, Sousse et Nabeul.

par -

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, le PDG de la Société de promotion des logements sociaux (SPROLS), Hassen Chebbi a appelé les autorités  à exécuter  les jugements prononcés, depuis 5 ans, au profit de la société, afin qu’elle puisse récupérer les logements illégalement occupés par des citoyens dans la foulée de la révolution de janvier 2011.

Pour lui, c’est une démarche cruciale pour la préservation des équilibres financiers de la société. Interview :

Pouvez-vous nous dresser la situation financière actuelle ?

Les équilibres financiers sont considérés comme bons. D’après les derniers chiffres, 395 logements ont été vendus au cours de 2015 pour une valeur estimée à 33 millions de dinars. C’est une année exceptionnelle en termes de ventes surtout que le chiffre s’est amélioré par rapport à 2010, considéré comme une année de référence où la vente des logements a atteint 13 millions de dinars.

S’agissant des investissements relatifs à la promotion immobilière, ils se sont élevés à 24 millions de dinars..

En dépit de ces chiffres, il persiste un problème majeur relatif au parc de logements. Pouvez-vous nous en donner plus des détails ?

Les impayés de la Cnss et de la Cnam relatifs au parc de logements se sont élevés à 25 millions de dinars à fin décembre 2015. Quelque 8 millions de dinars des  25 millions de dinars sont dus au titre de 827 logements construits dans 4 cités qui sont actuellement en cours de cession à savoir Al Manar, Menzah 8, Rommana et la Marsa.

Ces logements font partie d’un lot de 9985 qui ont été déjà cédés. Il est à noter que les impayés auprès de ces deux caisses se sont améliorés passant de 33 millions de dinars au premier trimestre 2015 à 25 millions de dinars à fin décembre 2015.

Mais comment faire pour mieux préserver l’équilibre de la SPROLS ?

Aujourd’hui, on n’a pas mille solutions. Nous sommes donc obliger de vendre les logements squattés depuis 2011 dont le nombre s’élève à 141, situés essentiellement à Douar Hicher (88 logements et 4 locaux commerciaux d’une valeur de 4 millions de dinars) et à Monastir (49 pour une valeur estimée à 2,9 millions de dinars).

Avez-vous enregistré des dégâts depuis l’occupation illégale de ces logements ?

Certainement. En effet, le retard affiché dans l’application des décisions de restitution des logements nus nous coûte des frais relatifs au procès et à la réparation des dégâts occasionnés suite à l’évacuation des occupants.

Cette réparation coûte environ un million de dinars sachant que les investissements alloués à ces logements squattés se sont élevés à 7 millions de dinars.

Mais comment expliquer le retard au niveau gouvernemental afin de récupérer ces logements ?

La Sprols a gagné ses procès depuis 2014, mais jusqu’à ce jour,  on n’arrive toujours pas à récupérer ces logements situés à Douar Hicher (Manouba), Raoued (Ariana) et Monastir.

C’est pour cette raison qu’on appelle les autorités concernées à exécuter les jugements prononcés, depuis 5 ans, au profit de la société, afin qu’elle puisse récupérer les logements illégalement occupés par des citoyens au lendemain de la révolution de janvier 2011, les restaurer et en remettre les clefs à leurs propriétaires légaux.

 On appelle à une mobilisation rapide des autorités pour récupérer ces logements..

Avez-vous confronté d’autres problèmes ?

Notre société ne détient pas un stock immobilier. D’ ailleurs, on continue à acheter des terrains de la part de l’AFH ou du secteur privé pour mieux réaliser les projets prévus. C’est pour cette raison qu’un rôle déterminant incombe à l’Etat qui doit mettre à la disposition de la SPROLS, des terrains à bon prix pour qu’elle produise des logements à la portée de tous les citoyens.

Il est  important que la SPROLS revienne à sa vocation originale de construction de logements sociaux tout en jouant son rôle de régulateur dans la limite du possible. Faut-il noter que la SPROLS vend les logements à des prix variant entre  25 à 30% au moins par rapport à d’autres entreprises.

Quels sont vos projets pour 2016 ?

On compte vendre 487 logements.

Ces logements  seront répartis sur plusieurs régions de la Tunisie dont notamment Nabeul, Sousse, Douar Hicher, Monastir, Ben Arous, Sousse et Nabeul.

Le coût de ces logements est estimé à 40 millions de dinars. A ce jour, 40 logements ont été vendus pour une valeur de 4 millions de dinars.

par -

Le personnel de la  Société de Promotion des Logements Sociaux (SPROLS) vont manifester à partir de lundi jusqu’au vendredi 8  avril, pour revendiquer l’exécution des jugements ordonnant la restitution des logements squattés depuis le 14 janvier 2011.
Propriété de SPROLS, ces logements ont été illégalement occupés par des habitants dans la cité Frina(Monastir) et Daouar Hicher (La Manouba).
Dans une déclaration à l’agence TAP, Hichem Nassibi, membre du syndicat de base de la société de promotion des logements sociaux (SPROLS) a menacé d’observer son mouvement de protestation devant le siège du ministère de l’Equipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du Territoire si les logements et locaux commerciaux squattés ne seront pas repris avant la fin de la semaine.
Selon le responsable syndical, le nombre des logements et locaux squattés à Douar Hicher (La Manouba) s’élève à 88 logements et 4 locaux commerciaux, estimés à 4 millions de dinars.
A Frina (Monastir), le nombre des logements squattés est de 49 pour une valeur estimée à 2,9 millions de dinars. « La société perd aussi des bénéfices bancaires estimés à plus d’un million de dinars en plus des charges exceptionnelles relatives à la sécurité évaluées à plus de 100 mille dinars » a-t-il ajouté.
Dans le même contexte, le responsable a souligné que le « laxisme » dans l’application des décisions de restitution des logements coûte à la société des dépenses relatives au procès et à la réparation des dégâts occasionnés suite à l’évacuation des occupants.
« les dépenses sont évaluées à 900 mille dinars pour les logements de Douar Hicher et à 600 mille dinars pour ceux de la zone Frina » a précisé Nassibi.
Depuis trois ans, la SPROLS peine à récupérer ses logements illégalement exploités depuis la révolution.

TAP

par -
La société de la promotion des logements sociaux (SPROLS)vient d’adresser des verdicts à l’encontre d’un certain nombre de ces clients pour qu’ils sortent des 

La société de la promotion des logements sociaux (SPROLS)vient d’adresser des verdicts à l’encontre d’un certain nombre de ces clients pour qu’ils sortent des logements situés à la Marsa, El-Manar, El-Menzeh 8 et Romana.

D’après le journal « Al Moussawer », cette décision vient en application de la loi à l’encontre des habitants qui n’ont pas payé les loyers depuis la révolution,et conformément aux directives du ministère de l’équipement (tutelle) .

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Les craintes n’ont pas lieu d’être et l’Etat n’est pas au bord de la faillite, a assuré le ministre conseiller auprès du chef du...

AFRIQUE

Au terme d’un procès très éloigné des standards internationaux et auquel nos organisations avaient refusé de participer, Simone Gbagbo a été acquittée hier soir...