Tags Posts tagged with "startups"

startups

par -

Le Groupe de la Banque mondiale a lancé XL Africa (www.XL-Africa.com), un programme d’accélération commerciale de cinq mois conçu pour soutenir les 20 startups numériques les plus prometteuses d’Afrique subsaharienne. Les startups recevront un mentorat de la part d’experts internationaux et locaux, évolueront à travers un programme d’apprentissage sur mesure, amélioreront leur visibilité régionale et accéderont à des investisseurs et partenaires potentiels. Avec le soutien de groupes d’investissement africains éminents, XL Africa aidera les 20 startups sélectionnées à attirer des capitaux de départ pour un montant oscillant entre 250 000 USD et 1,5 million USD.

« Les startups numériques sont des moteurs importants de l’innovation en Afrique », a indiqué Makhtar Diop, vice-président de la Banque mondiale pour la région Afrique. « Pour multiplier et diffuser les nouveaux services et technologies au-delà des frontières, elles ont besoin d’un écosystème intégré qui fournisse un accès aux marchés régionaux et aux investissements mondiaux ; les initiatives panafricaines telles que XL Africa jouent un rôle essentiel en liant à l’échelle du continent les startups locales et les sociétés et investisseurs. »

Le programme est lancé dans un contexte d’intérêt croissant envers le secteur numérique africain. Selon un récent rapport de Disrupt Africa, en 2016, le nombre de startups technologiques ayant obtenu un financement a augmenté de 16,8 % par rapport à 2015.

« XL Africa vise à mettre en lumière l’économie numérique du continent en pleine croissance en recherchant et en soutenant les startups technologiques les plus innovantes », a déclaré Klaus Tilmes, directeur de la Trade & Competitiveness Global Practice du Groupe de la Banque mondiale. « Le succès de ces entreprises produira un effet de démonstration qui permettra d’attirer d’autres investissements indispensables dans le secteur et de catalyser le développement des entreprises transnationales dans la région. »

L’activité phare du programme comprend une résidence de deux semaines au Cap, en Afrique du Sud, où les entreprises auront la possibilité d’interagir avec et d’apprendre auprès de leurs mentors, pairs et partenaires locaux. Cette résidence au Cap se clôturera par le salon Venture, qui est un événement régional dans le cadre duquel les entrepreneurs auront l’occasion de présenter leurs modèles d’entreprise à un public choisi de sociétés et d’investisseurs.

« La combinaison unique de mentorat ciblé et d’accès aux investisseurs offerte par le programme représente une ressource vitale pour les entreprises numériques prêtes à se développer », a indiqué Lexi Novitske, chef des investissements chez Singularity Investments, un groupe d’entreprises basé à Lagos (Nigeria). « En faisant le lien entre les idées d’affaires novatrices et les connaissances et ressources disponibles dans l’écosystème, XL Africa donnera lieu à un pipeline d’entreprises prêtes au financement et facilitera ainsi les opportunités d’investissement pour les investisseurs régionaux et mondiaux ».

Le programme travaillera en collaboration avec d’éminents groupes d’investissement africains tels que le réseau African Business Angel Network (ABAN), AngelHub Ventures, Goodwell Investments, Knife Capital, Nest Africa, Silvertree Capital, Singularity Investments, South African Business Angel Network (SABAN), TLcom Capital, Zephyr Acorn et 4Di Capital, et des partenaires commerciaux tels que Orange, .Eco, Ringier et Thomson Reuters.

Les entreprises intéressées peuvent postuler en ligne sur le site Internet de XL Africa www.XL-Africa.com avant le lundi 12 juin 2017.

XL Africa est financé par les gouvernements de Finlande, de Norvège et de Suède et administré par le Groupe de la Banque mondiale avec l’appui d’IMC Worlwide, de VC4A et de Koltai & Co pour la mise en œuvre.

par -

Le fonds de capital-risque français Partech Ventures a pris le pouls des startups africaines opérant dans les nouvelles technologies. L’enquête s’est précisément intéressée à leur capacité à lever des fonds. Premier enseignement : Ces startups ont pu collecter un montant global de 366,8 millions de dollars (M$) en 2016, un record ; c’est 33% de plus que la somme recueillie en 2015 (276 M$).

Dans le détail, on apprend que 77 entreprises ont été mises sur pied l’an dernier, contre 55 startups créées en 2015. « Depuis 2012, l’investissement dans les technologies à travers toute l’Afrique a été multiplié par 8,7. C’est tout simplement fou », indique le rapport.

Par ailleurs le Nigeria, 2ème économie du continent, l’Afrique du Sud, le leader depuis 2016 et le Kenya se taillent la part du lion, avec près de 80% des investissements dans la niche des nouvelles technologies en Afrique, précise l’étude. A lui seul le Nigeria capte 30% (109 M$) du volume global des investissements. Vient ensuite l’Afrique du Sud, avec 96,7 M$ de dollars, puis le Kenya, 92,17 M$. Ces deux pays pèsent 25% dans la totalité des investissements.

Autre indication du rapport de Partech Ventures : l’Afrique francophone gagne du terrain et attire désormais 10% du total des investissements, soit 37 millions de dollars, contre seulement 2% en 2015. Cinq pays ont fait une irruption dans le classement de cette année : le Rwanda (16 M$), la Côte d’Ivoire (13 M$), le Sénégal (6 M$), le Maroc (980.000 dollars) et la Tunisie (800.000 dollars).

A signaler que pour élaborer son rapport, Partech Ventures n’a pris en compte que les levées de fonds qui dépassent 200.000 dollars, les investissements en-dessous de ce seuil étant difficilement identifiables, argue le fonds de capital-risque…

par -

TYEGRO-CI, YOUNGPOWER et DATABANK sont les heureuses startups ivoiriennes présélectionnées parmi treize projets, à l’issue de la 2e édition du Pitch Hub Africa Abidjan. Elles rejoignent leurs homologues sénégalaises BAY-TECH, PAPS_APP et THE DANCE HALL aux prochains HUB AFRICA AWARDS organisés à l’occasion de la 5e édition de HUB AFRICA, première plateforme des investisseurs et entrepreneurs d’Afrique, prévue les 4 et 5 mai 2017 à Casablanca, au Maroc.

Sur trois registres différents, les projets TYEGRO-CI, YOUNGPOWER et DATABANK ont émergé du lot. La startup TYEGRO-CI, portée par N’Guessan Koffi Jacques Olivier, propose des Solutions Emplois jeunes dans l’Agrobusiness. Koffi a déjà remporté le premier prix de l’Agriculture et s’est classé troisième au prix Anzisha. Le projet YOUNGPOWER de Gbékpon Sévi Samuel s’est distingué grâce à une invention destinée à préserver les récoltes de latex en saison pluvieuse : le protège-tasse latex. Gbékpon Sévi Samuel avait déjà remporté le prix du meilleur jeune inventeur en Côte d’Ivoire en 2015. Le troisième projet retenu est DATABANK, de Rafikh Ballo, une plateforme informatisée dédiée à la collecte de données commerciales. Ces trois projets se sont  distingués par leur originalité et impact social, sur une quinzaine de postulants qui n’ont pas non plus démérité. TYEGRO-CI, YOUNGPOWER et DATABANK empochent ainsi les trois tickets « ivoiriens » en direction du Pitch HUB AFRICA 2017.

Une Afrique qui foisonne de jeunes talents engagés dans la voie de l’entrepreneuriat avec comme but se prendre en main. Tel est le ressenti du jury émerveillé par la qualité des projets présentés. Le Président Zakaria Fahim n’a pas manqué de manifester sa satisfaction tant dans la mobilisation du côté marocain, comme ivoirien, que dans l’organisation et la qualité des projets présentés.« Il fallait en choisir trois. Et croyez moi, c’est à contre cœur que nous restons sur les trois, car tous les projets présentés à Abidjan méritent d’aller à Casablanca ». Et d’ajouter : « maintenant pour ceux qui sont choisis comme ceux qui ne le sont pas,  le travail se poursuit et je dis à tous que les portes de HUB Africa leur sont grandement ouvertes. La plateforme est faite pour eux ».

Une forte mobilisation d’acteurs autour du projet.

Le président fondateur de HUB Africa s’est surtout réjoui de la mobilisation forte et fédératrice à cette étape en particulier et à cette 5e édition de HUB Africa en général. « Je suis heureux de voir tant d’acteurs économiques et institutionnels autour du projet HUB Africa, qui croient en la jeunesse et en leur talent, s’inscrivent dans une posture d’ « efficacilitateur » pour une croissance inclusive et pérenne »

Portée par NGE IMPACT et MAROC EXPORT, cette étape a été organisée en collaboration avec la Caisse Centrale de Garantie (CCG Maroc), le CJD International, Capdev, AFINEETY,BDO, Afrique Challenge, la Chambre De Commerce et d’industrie de Côte d’ivoire, Fraternité Matin, Les Inspirations Eco, Bawley Group, la BANK OF AFRICA, Seriousfactory, Alliance Conseils et Start-up Mag.  Uneétape donc marquée par la forte mobilisation d’acteurs économiques engagés aux côtés des entrepreneurs du continent. Parmi les illustres invités à cette deuxième étape du Pitch HUB Africa, on peut citer Zanati Serghini Hicham Directeur Général Caisse Centrale de Garantie (CCG), Hassan Nasr Chef de Département Direction Marchés de Maroc Export, Samir Chaouki Directeur de Publication des Inspirations Eco, Muhamad Adebayo Coordonnateur Technique de Capdev Côte d’Ivoire, Fatola Sande Secrétaire Générale CAPDEV Côte d’Ivoire, Léon Koffi Directeur Associé BDO Côte d’Ivoire, Papa Landing Mane Président du CJD International, Christian Gayton Directeur Associé de SeriousFactory, Désiré Kadio Morokro Directeur Associé d’Alliance Conseils et Directeur de Publication Start-up Mag, Abdelali Nadifi  Directeur Général de la Bank Of Africa(BOA) Côte d’Ivoire et Victor Ehoussou Directeur Général de Bawley Group.

Le pitch HUB Africa, rappelons-le, offre aux entrepreneurs et porteurs de projets l’opportunité de se mesurer devant un jury composé de personnalités et experts aguerris. Les chefs d’entreprises sélectionnés par le jury auront la possibilité de publier leur projet sur la première plateforme africaine de Crowdfunding portée par Afineety partenaire de HUB AFRICA. Ils  bénéficieront également des meilleurs conseils dans le cadre du développement de leur entreprise. Le pitch permet également d’avoir un premier retour sous forme de feed-back écrit, reprenant les points forts/faibles du projet avec les recommandations du jury et de pouvoir le peaufiner avant la grande messe de mai prochain.

Que les porteurs de projet et les startups gabonaises et camerounaises se préparent aux prochains passages de la caravane de l’entrepreneuriat dans leur pays !

par -

La Chambre du commerce américaine en Tunisie (AmCham Tunisia) s’est engagée, en tant que représentant du secteur privé tunisien au sein de la Commission Economique Mixte Tuniso-américaine, à soutenir les petites et moyennes entreprises (PME) tunisiennes désireuses de se lancer à l’international en les aidant à faire face aux contraintes financières et logistiques persistantes auxquelles elles sont confrontées.

Dans cette perspective, Amcham Tunisia a décidé de lancer le programme « Soft Landing in Silicon Valley », un programme qui vise à aider les Startups tunisiennes à conquérir le marché américain ou bien de s’y inspirer, en leur offrant la possibilité d’une présence (limitée au départ à un mois par participant) au sein de Galvanize.

Ce prestigieux grand espace de Coworking situé à San Francisco (Californie) accueille des firmes de renommée internationale telles que  Google for entrepreneurs, Silicon Valley Bank, IBM bluemix, PWC, ainsi que plusieurs autres sociétés qui opèrent dans le secteur des nouvelles technologies et de l’économie numérique.

Les Startups qui seront sélectionnées dans le cadre de ce programme auront accès à un espace de travail dédié, aux salles de réunions, aux salles de conférences et bénéficieront des cours offerts par Galvanize. Elles auront également la possibilité de participer à titre gratuit aux évènements communautaires pendant toute la durée de leurs séjours.

Ce projet représente une opportunité majeure pour les Startups tunisiennes participantes en leurs permettant non seulement de disposer d’un espace de travail et de rencontres avec des clients potentiels et des investisseurs, mais aussi en leur donnant l’opportunité d’évoluer pendant un mois dans l’environnement unique de la Silicon Valley et de forger des liens avec les acteurs influents du marché américain.

Sont éligibles à ce programme, les Startups tunisiennes évoluant dans le domaine de l’économie numérique et qui disposent d’un potentiel de développement sur le marché Nord-américain.

AmCham Tunisia tient à remercier l’ensemble de ses sponsors et de ses membres qui ont contribué au financement de ce programme destiné à notre fantastique jeunesse tunisienne entreprenante.

par -
La Société financière internationale (SFI)

Un fonds dédié à la consolidation des infrastructures pour l’innovation et au soutien des entreprises, notamment les startups, vient d’être mis en place par les autorités ivoiriennes. Il dispose d’une cagnotte de 131 milliards FCFA (262 millions USD).

Un communiqué officiel du gouvernement publié hier vendredi 08 juillet 2016 dit qu’il a été décidé d' »investir durablement dans la croissance des entreprises technologiquement innovantes en Côte d’Ivoire, avec la mise en place d’un fonds dénommé Fonds ivoirien de l’innovation ». Le texte ajoute : « Il aura pour mission de renforcer les infrastructures pour l’innovation et de soutenir les entreprises, en particulier les startups, dans leur évolution ».

La Banque africaine de Développement (BAD) a apporté son concours dans la création de ce levier du développement. L’institution financière projette de faire de ce dispositif un facteur d’impulsion sous-régionale et a demandé à la Côte d’Ivoire de soutenir des projets dans d’autres pays de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA).

Enfin sachez que le fonds sera mobilisé pour la mise en place de réseaux d’investisseurs et la formation d’entrepreneurs de la sous-région à travers des plateformes physiques et virtuelles.

par -

La Tunisie ira défendre ses chances, pour la première fois, au Seedstars world competition, un concours mondial destiné aux startups. L’information a été donnée ce mercredi 18 mai sur Express Fm par Amina Bouzguenda Zeghal, directrice de Dauphine Tunis.

Elle a précisé que quatorze startups tunisiennes, taillées pour prospérer sur les marchés émergents et à croissance rapide, prennent part à la compétition. Ella a précisé que le Seedstars world competition a étendu son périmètre en passant de 36 pays pour l’édition 2014 à plus de 60 pays participants pour celle de 2016.

“Les 14 start-up seront invités à pitcher, aujourd’hui, à partir de 16h à l’institut de Tunis Dauphine, pour une place au concours final en Suisse,” a souligné Mme Bouzguenda Zeghal. Elle a ajouté que de nombreux invités d’honneur sont attendus à cet événement.

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

Le groupe libyen Ansar Asharia, classé comme organisation terroriste par l’ONU et les Etats-Unis, a annoncé samedi soir sa «dissolution», dans un communiqué publié...

SPORT

Reseaux Sociaux