Tags Posts tagged with "Stations- service"

Stations- service

par -

Le Maroc a annoncé qu’une baisse du prix du carburant est attendue dans les stations-service, rapporte le site Bladi.

Ainsi, le gasoil devrait connaître une baisse d’environ 36 centimes alors que l’essence va, quant à lui, baisser de 33 centimes.

Ces baisses concernent le carburant à sa sortie de la raffinerie de Mohammedia. Selon le Groupement des pétroliers du Maroc, ces baisses vont entraîner une perte globale de plus de 300 millions de dirhams, compte tenu des stocks de sécurité imposés aux distributeurs.

A noter que le Maroc a cessé de subventionner totalement le carburant depuis 2015, a encore ajouté la même source.

par -

La secrétaire générale de la Fédération générale des métiers et des services, Hayet Trabelsi, a annoncé sur Express fm une grève de deux jours des agents des stations-service pour demain mardi 4 octobre 2016 et après demain et ce, sur tout le territoire tunisien.

A noter que cette grève avait été programmée pour le 23 septembre dernier avant d’être reportée pour le 4 et 5 octobre 2016. Ce report a été décidé après qu’aucun accord sur la majoration salariale n’a été conclu avec la Chambre nationale des exploitants et propriétaires des stations-service de la Fédération générale de chimie relevant de l’UTICA.

par -
Mohamed Sadok Bedioui

L’UGTT a annoncé que les stations-service de toute la République entreront en grève générale sur le tas les 26 et 27 août courant.

Cette décision, explique  l’avis de grève publié jeudi par l’Organisation ouvrière sur sa page officielle, a été prise suite au refus de l’UTICA d’augmenter les salaires des employés des stations-service au titre de 2015, « en dépit de tous les démarches de la centrale syndicale », précise-t-elle.

par -
Les sociétés tunisiennes de transport de carburants

Quatre stations-service, à Monastir, ont mis la clé sous la porte, en raison de la prolifération de la vente de carburant en contrebande, depuis le 14 janvier 2011, souligne le président de la chambre régionale des gérants et propriétaires des stations-service, Adel Tekaya à la TAP.
Lors d’une séance de travail de la commission régionale de lutte contre la contrebande tenue, mercredi, au siège du gouvernorat, Tekaya a ajouté que le nombre de stations-service dans la région s’est réduit à 32, à cause des difficultés financières, ce qui a nécessité la mise au chômage technique de plusieurs ouvriers.

Environ 300 points de vente de carburant de contrebande sont disséminés à l’entrée des villes et dans les quartiers populaires de la région, signale la même source.

Il a été décidé, lors de cette réunion, d’organiser des campagnes conjointes avec les différents intervenants (services de la sûreté, des douanes et du commerce) pour lutter contre le phénomène.

par -

Des mises en garde récurrentes ont été lancées  contre les risques que  représentent les sphères de stockage GPL dans la zone de Radès qui sont au bord de l’explosion surtout que plus de 20% des capteurs installés pour le contrôle de ces sphères ne sont pas fonctionnels.

Les risques sont énormes surtout que ces sphères d’une capacité de 16 mille mètres cubes se trouvent dans une zone ou s’activent les différentes compagnies pétrolières et elles sont juste à proximité du principal port commercial du pays,  celui de Radès ainsi que de  la centrale électrique de la Société tunisienne de l’Electricité et du gaz (STEG). (Voir article )

Une mise en garde demeurée lettre morte , et les  parties concernées y font toujours la sourde oreille au lieu de penser à d’autres alternatives.

Absence des mécanismes de protection

Cette indolence vient de faire une victime en la personne du propriétaire d’un atelier de tournage, à Sidi Ali Ben Aoun du gouvernorat de  Sidi Bouzid. C’est un sous-traitant  d’une entreprise pétrolière publique, chargé du curage et du nettoyage de cuves et citernes de stockage d’hydrocarbures dans les stations- service appartenant à ladite  société. Le sous-traitant âgé de 42 ans a été tué suite à un accident grave. Il avait été choisi par l’un des entrepreneurs proposés par ladite compagnie afin d’assurer l’entretien et la maintenance des.

cios1

« Les raisons du décès sont claires », nous a expliqué une source bien informée au ministère de l’Industrie. « C’est un travail dangereux nécessitant certaines précautions, mais aussi la mise en place d’ équipements adéquats  qui  répondent aux standards internationaux pour mieux maîtriser et conjurer les risques liés à la vétusté de ces citernes », a expliqué cette source  dans une interview exclusive accordée à Africanmanager.

Il a dans ce cadre souligné que certaines conditions sont impératives et incontournables pour l’accomplissement de cette mission. Il s’agit essentiellement du nettoyage de la citerne tout en aspirant le fond de la  cuve avant de faire échapper le gaz de la citerne. Une telle opération exige aussi un éventail d’autres mesures, notamment  le remplissage de la citerne d’une grande quantité d’eau pour une dizaine des jours avant de passer à l’action.

Or, ces conditions ne sont pas respectées non seulement par la société pétrolière, mais aussi par l’entrepreneur qui a confié illégalement cette mission au propriétaire de l’atelier de tournage, selon ses dires.

D’autres intervenants sont menacés

cios

Notre source n’a pas manqué d’imputer la  responsabilité à ladite société qui n’a  pris aucune précaution et qui n’a pas même mobilisé une équipe pour le suivi de cette opération. « Le nettoyage de citernes de stockage d’hydrocarbures  dans les stations-service nécessite le recours à certaines procédures pour protéger la vie des intervenants et par la suite assurer la sécurité du pays, sinon on se trouverait face à un réel danger », a-t-il souligné  tout en s’adressant à la société pétrolière qui a récemment lancé une campagne pour le nettoyage de ces citernes sans penser à assurer les mesures nécessaires de sécurité».

Pour lui, une telle opération constitue un danger réel d’autant plus qu’un grand nombre d’intervenants sont aujourd’hui exposés à de semblables risques.

«Vous ne pouvez pas imaginer la situation. Car, une mauvaise gestion de ces citernes pourrait en cas de défaillance entraîner la destruction de la citerne avec une libération brutale de gaz parfois toxiques ou inflammables provoquant des dégâts humains et matériels dans le voisinage de lieux de l’accident », a-t-il affirmé  tout en recommandant le remplacement de citernes par d’autres nouvelles.

Une recommandation qui revêt une importance d’autant plus grande  puisque la Tunisie compte  850 stations- service dont chacune dispose de  4 à 5 citernes de stockage d’hydrocarbures.

INTERVIEW

Le PDG de la BIAT, Mohamed Agrebi, a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs questions dont principalement la stratégie...

AFRIQUE

Des avions de guerre ont bombardé lundi la ville de Derna, ville côtière de l'Est libyen, a annoncé un témoin à Reuters, dans la...

Reseaux Sociaux