Tags Posts tagged with "STB, Banque, Tunisie"

STB, Banque, Tunisie

par -
On voit rarement cela dans les annales du contrôle fiscal en Tunisie. Contrairement à ce qui est en cours

On voit rarement cela dans les annales du contrôle fiscal en Tunisie. Contrairement à ce qui est en cours, les 4 derniers exercices, la STB (Société Tunisienne de Banque) se fait contrôler sur … 14 années, de 1994 à 2008. La première banque publique de la Tunisie en récolte un redressement fiscal de 13,7 millions DT.

Dirigée de main de fer par la banquière Samira Ghribi dont le long passage à la Banque Centrale de Tunisie en  a fait un fin connaisseur des arcanes du secteur bancaire et  l’a certainement rendue plus apte à faire face à ce genre de situation, la STB se remet lentement mais sûrement en selle. Lorsqu’il s’agit de l’argent public, elle s’entête et tient tête mais sans perdre la tête. Les exemples sont là, même si  elle finit par octroyer après accord du ministère des Finances, un  crédit à cet ancien importateur de bananes qui avait défrayé la chronique d’un jour par son Sit-in. L’exemple aussi  de cette autre entreprise qui avait fait le buzz parla saisie sur les compte de la banque à la BCT et où la STB  finit par gagner le procès. La banquière est intransigeante.

La STB rattrape progressivement son retard de 2011.

Arrivée à la banque au début de l’exercice 2011, qui plus est, dans une conjoncture sociale difficile, elle parvient à doubler le capital de la banque. Une prouesse réalisée après 14 ans. Elle termine ensuite l’exercice avec un PNB (Produit net bancaire) de 221,4 MDT, même s’il est en baisse de 8,8 %, à cause notamment des dettes du secteur touristique qui représente 18 % du portefeuille crédit de la STB. 2011 aussi, pour Samira Ghribi, c’est un RBE (résultat brut d’exploitation) de 104 MDT avant provisions, qui en fait la 3ème banque de la place, même si ce résultat reste légèrement plombé par le secteur touristique qui l’a privée de 25 MDT en paiement des intérêts sur ses créances. Il faut ici rappeler que la STB avait financé 75 % du parc hôtelier de la place et que ses créances accrochées représentent 23 % (1800 MDT) de l’encours total de crédit de la banque (7700 MDT). Les créances accrochées du secteur touristique représentent 50% du total. Et comme le reste du secteur bancaire public, la STB a été un des viviers de financement des affaires des familles de l’ancien président tunisien. 432 MDT est l’encours des crédits de la STB à la famille. Cela ne représente, cependant, que 6 % de l’encours global de la banque. Ces crédits sont couverts de garanties réelles ou financières. La banque n’a ainsi fait provision que de 31 MDT pour des projets de la famille qui restent viables malgré leurs difficultés.

Dans un environnement économique relativement difficile, l’activité de la STB s’est  déployée dans un contexte caractérisé essentiellement par un resserrement de la liquidité au niveau du secteur.

Ces principaux indicateurs d’activité et de performance  ont plutôt bien évolué et tendent à combler les retards accumulés en 2011.  

Au niveau de la mobilisation des ressources et devant la poursuite de l’envolée des taux de rémunération des dépôts à terme des institutionnels observée depuis plusieurs mois, la banque, dirigée de main de maître (sse), n’a pas suivi, la STB ayant opté pour la limitation du recours aux placements sous forme de dépôts à terme et  leur substitution par l’émission d’emprunts obligataires à maturité plus longue. En conséquence, les dépôts de la clientèle se sont établis à 5.040,1 Millions de Dinars, à fin juin 2012, contre 5.193,4 Millions de Dinars au terme du premier semestre 2011, enregistrant ainsi une baisse de 153,3 Millions de Dinars ou 3%. Ce repli n’a concerné que les dépôts à terme. Les autres catégories de dépôts ont enregistré des évolutions positives.

L’encours des emprunts et des ressources spéciales a augmenté de 95,2 Millions de Dinars pour atteindre 540,9 Millions de Dinars, et ce sous l’effet de l’émission d’un emprunt obligataire subordonné de 70 Millions de Dinars et d’un emprunt obligataire privé de 52 Millions de Dinars.

L’évolution des crédits  a été modérée, et ce sous l’effet de l’adoption d’une politique sélective d’octroi des crédits axée sur la qualité du risque conjuguée à un souci de respect des normes prudentielles. Ainsi, l’encours brut des crédits à la clientèle, au terme du premier semestre

2012, a enregistré une évolution favorable de 115,7 Millions de Dinars ou 1,8% par rapport à son niveau, une année auparavant. Comparé à son  niveau à fin décembre 2011, cet encours a enregistré un accroissement de 199,2 Millions de Dinars ou 3,1%.

Elle règle, quand même et rubis sur l’ongle, son redressement fiscal.

Le Produit Net Bancaire a enregistré une évolution favorable de 1,7 Millions de Dinars ou 1,7%, rompant ainsi avec la tendance baissière observée depuis l’exercice 2011. Cet accroissement résulte de la baisse des charges d’exploitation bancaire ,les produits d’exploitation bancaire ayant enregistré une baisse de 9  Millions  de  Dinars  ou  4,6%, et ce sous l’effet de la baisse du taux d’intérêt directeur de la BCT dont l’impact se situe à environ 30 Millions de Dinars, d’une part, et par le fait que le recouvrement sur les créances touristiques n’a pas connu de reprise, d’autre part.

S’agissant de la régression des charges d’exploitation bancaire, elle a essentiellement concerné les dépôts à terme dont les intérêts encourus ont baissé de 6,6 Millions de Dinars ou 17,8% et, à un degré  moindre, les charges sur les dépôts d’épargne (-3,7 MD ou 13,3%). Les charges opératoires   continuent d’être maitrisées et n’ont enregistré qu’une augmentation de 1,4 Millions de Dinars ou 2,4% pour atteindre 57,7 Millions de Dinars. Cet accroissement provient exclusivement de l’évolution des frais de personnel (1,6 MD ou 3,5%), les charges générales d’exploitation ayant enregistré une baisse de 0,2 Million de Dinars ou 2,4%.

Avec tout cela, la banque qui a été, bizarrement, contrôlée sur les 14 dernières années, arrive à régler un important redressement fiscal. D’un montant de 13,7 MDT, ce redressement a été entièrement résolu,  fin  juin dernier. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, la STB mène à bien une affaire, plutôt ennuyeuse. La STB vient en effet de gagner définitivement son procès contre la société «Tunisie Volailles».

Khaled Boumiza

par -

La Société Tunisienne de Banque  annonce avoir  clôturé le troisième trimestre 2011 avec des évolutions favorables au niveau des indicateurs d’activité (mobilisation des ressources et distribution des crédits)  par rapport à celles enregistrées une année auparavant.

D’abord, les dépôts de la clientèle ont augmenté de  110,6 millions de Dinars ou 2,2% par rapport à leur niveau arrêté, à fin  septembre 2010, pour atteindre  un encours de  5.071,2 millions de Dinars à fin septembre 2011. Cette  légère  évolution est imputable à la baisse de l’encours des dépôts à terme de institutionnels de 123 Millions de Dinars ou -8,2%.

Les crédits à la clientèle, eux, ont enregistré un accroissement de 527,7 millions de Dinars correspondant à un rythme d’évolution de 10% pour atteindre un encours de 5.826,7 millions de Dinars au terme du mois de septembre 2011. Sur la période des neuf premiers mois 2011, les crédits à la clientèle ont progressé de 8,9% correspondant à un accroissement additionnel de 474,8 millions de Dinars.

En revanche, le Produit Net Bancaire a accusé, au terme du mois de septembre 2011, une baisse de 10,9 Millions de Dinars ou 6,5% comparativement à son niveau enregistré au terme de la même période de l’année 2010.

Enfin, les charges opératoires ont progressé de 2,6 Millions de dinars ou 3,2% et sont passées de 82,5 millions de Dinars à fin septembre 2010 à 85,1 Millions de Dinars à fin septembre 2011.

par -

La Société Tunisienne de Banque  annonce avoir  clôturé le troisième trimestre 2011 avec des évolutions favorables au niveau des indicateurs d’activité (mobilisation des ressources et distribution des crédits)  par rapport à celles enregistrées une année auparavant.

D’abord, les dépôts de la clientèle ont augmenté de  110,6 millions de Dinars ou 2,2% par rapport à leur niveau arrêté, à fin  septembre 2010, pour atteindre  un encours de  5.071,2 millions de Dinars à fin septembre 2011. Cette  légère  évolution est imputable à la baisse de l’encours des dépôts à terme de institutionnels de 123 Millions de Dinars ou -8,2%.

Les crédits à la clientèle, eux, ont enregistré un accroissement de 527,7 millions de Dinars correspondant à un rythme d’évolution de 10% pour atteindre un encours de 5.826,7 millions de Dinars au terme du mois de septembre 2011. Sur la période des neuf premiers mois 2011, les crédits à la clientèle ont progressé de 8,9% correspondant à un accroissement additionnel de 474,8 millions de Dinars.

En revanche, le Produit Net Bancaire a accusé, au terme du mois de septembre 2011, une baisse de 10,9 Millions de Dinars ou 6,5% comparativement à son niveau enregistré au terme de la même période de l’année 2010.

Enfin, les charges opératoires ont progressé de 2,6 Millions de dinars ou 3,2% et sont passées de 82,5 millions de Dinars à fin septembre 2010 à 85,1 Millions de Dinars à fin septembre 2011.

par -

A terme du premier trimestre 2011, les principaux indicateurs d’activité de la Société Tunisienne de Banque (mobilisation des ressources et distribution des crédits) se sont inscrits vers la hausse par rapport à la même période de l’exercice précédent.

Les dépôts de la clientèle ont augmenté de 631,2 millions de dinars ou 14,0% par rapport à leur niveau arrêté à fin mars 2010 pour atteindre 5.126,6 millions de dinars à fin mars 2011. Cette évolution favorable a touché les différentes catégories de dépôts :

• Dépôts à terme : + 313,6 millions de dinars ou 25 ,3% pour atteindre 1.555 ,2 millions de dinars ;

• Dépôts à vue : + 215,4 millions de dinars ou 14,5% pour atteindre 1.705,9  millions de dinars et représenter 33,3% de l’ensemble des dépôts ;

• Dépôts d’épargne : + 82,8 millions de dinars ou 5,0% pour atteindre 1.724,7 millions de dinars et représenter ainsi 33,6% de l’ensemble des dépôts.

L’enveloppe additionnelle des dépôts mobilisés, au terme du premier trimestre 2011, s’est élevée à 117 millions de dinars soit une évolution de 2,3%.

Les crédits à la clientèle ont enregistré une progression de 13,1% pour atteindre un encours de 5.673,1 millions de dinars au terme du premier trimestre 2011. Par rapport à fin décembre 2010, ces crédits ont enregistré un accroissement additionnel de 297,2 millions de dinars ou 5,5%.

Le Produit Net Bancaire a accusé, au terme du premier trimestre 2011, une baisse 1,9 Millions de Dinars ou -3,3%  comparativement à son niveau au terme de la même période de  l’année 2010. Cette situation résulte de l’effet conjugué se rapportant à :

•  l’accroissement  des  produits  d’exploitation  bancaire   (+5,8 MD  ou 6,1 %), provenant  particulièrement des produits  d’intérêts (+ 7,8 MD ou 10,1%) qui ont été toutefois atténués par le repli du volume des commissions (- 1,7 MD ou -12,4%) notamment celles perçues sur les activités change et de la monétique conséquence directe du recul de l’activité touristique.

• l’augmentation des charges d’exploitation bancaire (+7,7 MD ou 19,7 %), observée au niveau des  dépôts à terme (+3,3 MD ou 22,5%) compte tenu du choix délibéré de la banque d’accroitre ses ressources stables et  d’améliorer ainsi son ratio de transformation, 9 dépôts d’épargne en raison de l’évolution de leurs encours moyens (+ 75,8 MD ou 4,7%)  et du taux de rémunération (TRE) de 0,64 point de pourcentage. Les charges opératoires ont enregistré, durant le premier trimestre de l’exercice 2011, un accroissement de 7,7 MD ou 19,7% pour atteindre 46,7 Millions de Dinars qui trouve son origine dans les évolutions des frais de personnel  (+ 1,8 MD ou 8,3%) et ce, sous l’effet de l’augmentation légale des salaires et de la promotion de  fin d’année, charges générales d’exploitation (+0,9 MD ou 20,9%) induite principalement de la constatation de droits d’enregistrements exceptionnels  de 0,8 MD, au courant du premier trimestre 2011   et ce, dans le cadre d’une opération avec l’immobilière de  l’avenue, filiale de la banque.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, le PDG de la Poste Tunisienne, Moez Chakchouk, a mis l’accent sur les efforts fournis par l’entreprise pour...

AFRIQUE

Le Président de la République française, François Hollande, s’est entretenu avec M. Macky Salle, Président de la République du Sénégal, dans le cadre d’un...