Tags Posts tagged with "stupéfiants"

stupéfiants

par -
0

L’unité centrale de lutte contre les stupéfiants, relevant de la Garde nationale a démantelé, mardi 17 janvier 2017,  un réseau spécialisé dans le trafic de drogue à Tunis, annonce un communiqué du ministère de l’Intérieur, rendu public, ce mercredi.

1450 pilules d’ecstasy et un véhicule de transport en commun (louage) que les suspects utilisaient pour leur déplacement ont été saisis.

Après consultation du ministère public, les 6 membres de ce réseau ont été placés en garde à vue et une information judiciaire a été lancée à leur encontre.

par -
0

Samira Merai, ministre de la Santé, a déclaré mardi à l’ARP qu’un observatoire national des statistiques, de l’information, de la documentation et des études dans le domaine des stupéfiants relavant de la présidence du gouvernement sera bientôt crée.

Selon les informations rapportées par Mosaïque, cette nouvelle structure portera le nom de « l’observatoire national des stupéfiants et de la dépendance ».

Une commission se chargera d’encadrer les consommateurs sous la tutelle du ministère de la santé, nous apprend la même source.

par -
0

Un réseau de trafic de stupéfiants a été démantelé, dimanche, 25 décembre 2016, lors d’une descente dans une maison à Argoub Mimoun du gouvernorat de Kasserine, rapporte Shems Fm.

Le réseau est composée de 5 membres dont un fait l’objet de 10 mandats de recherche. 333 comprimés de type ecstasy ainsi que la somme de 3400 dinars, trois motos et 4 téléphones portables ont été saisis. Une carte professionnelle d’un agent de la Protection civile a été trouvée.

par -
0

Les unités de la Garde nationale à Tozeur ont réussi, hier, mercredi 30 novembre 2016, à arrêter huit individus dans un oasis de la région pour consommation et de trafic de stupéfiants, rapporte Mosaïque Fm.

Lors de cette opération, les unités de la Garde nationale ont saisi 5 types de pilules chez les individus arrêtés, indique la même source.

par -
0

Le ministère de l’Intérieur a annoncé, dans un communiqué rendu public samedi 1er octobre 2016, l’arrestation de 2349 personnes recherchées dont une centaine d’individus impliqués dans diverses affaires comme le vol, agressions, trafic et consommation de stupéfiants.

Lors de cette campagne menée du 27 au 30 septembre 2016, 91 véhicules, 1267 motocycles ont été saisis.

par -
0

Le ministère de l’Intérieur a annoncé dans un communiqué rendu public ce lundi 26 septembre 2016, l’arrestation, durant la seule journée du dimanche 25 septembre, de 332 personnes recherchées.

Le ministère de l’Intérieur a également annoncé l’arrestation 8 personnes pour vol, 14 pour violence et 17 autres pour détention, consommation et commercialisation de stupéfiants.

par -
0

Selon des données récemment dévoilées par l’Association Tunisienne de Lutte contre les MST et le SIDA et rapportées, ce samedi 17 septembre 2016,  par le quotidien Assabeh, le nombre de femmes tunisiennes qui consomment des stupéfiants par injection a augmenté d’une manière alarmante.

D’après la même source, les Tunisiens consomment beaucoup de « subitex » et de l’héroïne.

par -
0

Le ministère de l’Intérieur a annoncé dans un communiqué rendu public ce mardi 6 septembre 2016, l’arrestation, durant la seule journée du lundi 5 septembre 2016, de 547 personnes recherchées pour divers crimes et délits.

Le ministère de l’Intérieur a également annoncé l’arrestation de 25 personnes pour vol, 18 pour violence et agression et 16 autres pour détention, consommation et commercialisation de stupéfiants.

par -
0

Le ministère de l’Intérieur a annoncé dans un communiqué rendu public ce vendredi 6 mai 2016, l’arrestation, durant la seule journée du jeudi 5 mai 2016, de 718 personnes recherchées pour divers crimes et délits.

Le ministère de l’Intérieur a également annoncé l’arrestation de 41 personnes pour ivresse et tapage et 27 autres pour détention, consommation et commercialisation de stupéfiants.

par -
0

Le ministère de l’Intérieur a annoncé dans un communiqué rendu public ce jeudi 5 mai 2016 l’arrestation de 771 personnes recherchées durant la seule journée du mercredi 4 mai 2016.

Le ministère de l’Intérieur a également annoncé l’arrestation de 37 personnes pour ivresse et tapage et 35 autres pour détention, consommation et commercialisation de stupéfiants.

par -
0

Le ministère de l’Intérieur a annoncé dans un communiqué rendu public ce lundi 2 mai 2016, l’arrestation de 385 personnes recherchées, durant la seule journée du 1er mai 2016.

Le ministère de l’Intérieur a également annoncé l’arrestation de 40 personnes pour ivresse et tapage et 13 autres pour détention, consommation et commercialisation de stupéfiants.

par -
0

Le ministère de l’Intérieur a annoncé dans un communiqué rendu public ce vendredi 29 avril 2016 l’arrestation de 743 personnes recherchées, durant la seule journée du jeudi 28 avril 2016.

Le ministère de l’Intérieur a également annoncé l’arrestation de 50 personnes pour ivresse et tapage et 25 autres pour détention, consommation et commercialisation de stupéfiants.

16 autres arrestations pour agression et violence ont eu lieu durant cette même journée, annonce le même communiqué.

par -
0

Le ministère de l’Intérieur a annoncé dans un communiqué rendu public ce jeudi 28 avril 2016 sur sa page Facebook officielle, l’arrestation durant la seule journée du mercredi 27 avril 2016, de 666 personnes recherchées.

Le ministère de l’Intérieur a annoncé également l’arrestation de 45 personnes pour ivresse et perturbation de l’ordre public et 10 autres pour détention, consommation et commercialisation de stupéfiants.

Durant la seule journée, 21 personnes ont été arrêtées pour agressions et violences.

par -
0

Le ministère de l’Intérieur a annoncé dans un communiqué rendu public ce vendredi 22 avril 2016 sur sa page Facebook que les unités de la Garde Nationale ont arrêté 645 personnes recherchées durant la seule journée du jeudi 21 avril 2016.

Le ministère de l’Intérieur a également annoncé l’arrestation de 38 personnes pour ivresse et tapage, et 27 autres pour détention, consommation et commercialisation de stupéfiants.

par -
0
Le ministère de la Justice envisage de supprimer

Le projet de loi relatif aux stupéfiants, adopté récemment par le conseil des ministres pour remplacer la loi n52 promulguée en 1992, « est positif mais comporte quelques lacunes », ont souligné les participants à la conférence organisée mardi par Avocats sans frontières, Human Rights Watch, Réseau d’observation de la justice et International Alert. « La réforme proposée par le gouvernement est un pas positif en avant puisqu’elle stipule qu’il n’y aura pas de peines de prison pour la première et la deuxième fois mais elle maintient, toutefois, la peine de prison pour les récidivistes », a indiqué Emna Guellali, directrice du bureau de Human Rights Watch en Tunisie.
« Pour tous les consommateurs ou personnes qui détiennent ou sont interpellées en possession de drogue, il n’est pas nécessaire de les sanctionner avec des peines privatives de libertés », a-t-elle estimé dans une déclaration à l’agence TAP. « Il y’a d’autres moyens pour remédier à ce problème comme la condamnation à des amendes ou à des peines alternatives tels les travaux d’intérêt général.
Ainsi, les personnes concernées serviraient la communauté nationale sans aggraver davantage la situation dans les prisons qui souffrent déjà d’encombrement », a-t-elle suggéré, précisant que chaque prisonnier coûte à l’Etat 21 dinars par jour. « En 2015, on compte 7451 personnes détenues pour avoir fumé un joint. Le coût des personnes qui ont été condamnées à une consommation ou usage ou possession de cannabis s’élève donc à 38 millions de dinars.Cet argent pourrait être investi dans d’autres projets », a-t-elle souligné.
Pour sa part, Antonio Manganella, chef de mission Avocats sans frontières en Tunisie a signalé que plus de 70% des personnes détenues pour consommation de drogue ont moins de 30 ans. Selon Manganella d’autres aspects demeurent préoccupants citant les sanctions relatives à l’incitation à la consommation. « Cette infraction demeure trop vague et risque de priver des citoyens de leur liberté d’expression », a-t-il regretté.
Les nouvelles procédures spéciales d’enquêtes, énoncées dans le texte du projet, si elles ne sont pas bien encadrées, elles pourraient poser problème à la vie privée des citoyens, a-t-il encore dit, qui relève aussi que le législateur n’a réussi à trancher entre l’approche médicale et l’approche répressive et punitive.
« Après 24 ans, l’approche répressive et punitive de la loi n52 a échoué puisqu’on constate une recrudescence de la récidive. 54% des personnes arrêtées et condamnées pour une première fois, rechutent dans la consommation voire dans d’autres crimes plus dangereux », a-t-il précisé, indiquant que le législateur doit aussi faire la différence entre les types de la drogue.
« Un consommateur d’héroïne ne s’expose pas aux mêmes problèmes de santé qu’un consommateur de cannabis. Il serait donc important que le législateur puisse faire la différence avant d’orienter certaines personnes vers les services sociaux, médicaux ou psychologiques », a-t-il suggéré, appelant l’Assemblée des représentants du peuple à accélérer la réforme de la loi.
De son côté, Mehdi Barhoumi, représentant d’International Alert a indiqué que des études réalisées par l’organisation auprès des jeunes dans des quartiers populaires à Tunis (Cité Ettadhamen et Douar Hicher) et à Kasserine (Cité Ennour et cité Ezzouhour) ont révélé que le chômage, la pauvreté, la marginalisation et la prolifération du phénomène de la contrebande sont parmi les principaux facteurs qui poussent les jeunes à consommer la drogue. Ce phénomène a pris de l’ampleur notamment après la révolution dans les quartiers populaires de Tunis et à l’intérieur du pays, a-t-il dit ajoutant que différents types de drogue sont utilisés par les jeunes dans les lycées, collèges et même dans les écoles primaires.
Barhoumi a signalé que la résolution du problème du chômage et l’encadrement des jeunes à travers les maisons des jeunes sont parmi les solutions pour lutter contre la consommation et la commercialisation de la drogue. La conférence à laquelle ont pris part plusieurs représentants de la société civile a été une occasion pour présenter deux rapports sur la loi N°52. Le rapport de HRW intitulé « Tout cela pour un joint : La loi répressive sur la drogue et les perspectives de sa réforme » documente les nombreux abus policiers qui accompagnent l’application de la loi, à travers le témoignage de plus de 47 personnes, la plupart emprisonnées sur la base de cette loi. Le deuxième rapport réalisé par le Réseau d’Observation de la Justice, qui regroupe trois organisations (ASF, LTDH et l’Ordre National des Avocats de Tunisie), intitulé « l’application de la loi N°52 relative aux stupéfiants devant les juridictions tunisiennes », analyse la pratique suivie par les tribunaux tunisiens dans l’application de cette loi 52, à travers l’observation de 118 audiences dans 98 affaires.

TAP

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

0
Le ministère des Mines et Hydrocarbures de Guinée équatoriale annonce avoir fait part de son intérêt pour rejoindre l'Organisation des pays exportateurs de pétrole...

SPORT

0
Formation rentrante des aigles de Carthage qui affronteront leur homologue du Zimbabwe, lundi soir à partir de 20h00 au stade de l'amitié de Libreville,...