Tags Posts tagged with "système de santé"

système de santé

par -
0
L’ancienne secrétaire d’Etat américaine

Les observateurs le pressentaient : L’ancien président Bill Clinton pourrait être un boulet pour sa femme, Hillary Clinton, qui justement convoite le fauteuil qu’il a occupé pendant 8 ans. En effet Bill pourra difficilement s’abstenir de marcher sur les plates bandes de Hillary, du fait même de son encombrant capital d’expérience à la Maison Blanche. Mais on ne s’imaginait pas qu’il allait être un problème pour sa femme si tôt, à ce stade de la course à la présidentielle ! L’ancien président a mis sa femme dans de beaux draps en qualifiant de « fou » le système de santé que Barack Obama a eu tant de mal à mettre sur pied. Les républicains, qui n’en demandaient pas tant, ont tout de suite embrayé pour se gausser des bisbilles dans le camp démocrate. Sacré Bill Clinton…

Le souci avec l’ancien président, c’est qu’il ne se gêne pas, depuis qu’il n’est plus aux affaires, de dire tout haut ce qu’il pense. Cette habitude, dont raffolent la presse et les commentateurs, avait semé des embuches sur la route de sa femme en 2018 quand elle candidatait aux primaires de 2008. Bill a remis ça lors d’un meeting à Flint, dans le Michigan. Il s’est pris les pieds dans le tapis en tentant une explication des plus touffues sur les ratés du dispositif complexe de couverture maladie américain, qui est un mixage entre des assurances privées et publiques. Mais en pratique, la réforme d’Obama, votée par le Congrès en 2010, a permis à des millions de citoyens de bénéficier d’une couverture maladie subventionnée. Mais il y a l’effet pervers : Certains auto-entrepreneurs ou chefs de petites entreprises, des Américains dont les revenus ne permettent pas de faire valoir leur droit à des aides ont vu le prix des assurances privées s’envoler.

« Nous avons donc un système fou où 25 millions de personnes supplémentaires sont assurées, mais ceux qui se démènent et travaillent 60 heures par semaine finissent par payer deux fois plus qu’avant, avec une couverture divisée par deux », a lâché Bill Clinton. « C’est la chose la plus folle du monde », a-t-il ajouté. Pour mettre en valeur le dispositif proposé par sa femme, en comparaison avec le truc « fou » d’Obama, l’ancien président a déclaré qu’avec Hillary, plus d’Américains seront intégrés aux systèmes publics de couverture maladie Medicare ou Medicaid, qui présentent l’avantage d’être abordables mais sont strictement réservés aux citoyens de plus de 65 ans et aux plus pauvres. Bref, pour vanter les mérites du programme de son épouse, Bill a déshabillé Pierre – Barack Obama – pour habiller Marie – Hillary Clinton.

« Le modèle d’assurance ne fonctionne pas », a asséné Bill Clinton. Propos tombés illico dans l’oreille du candidat républicain Donald Trump et son camp, qui font des pieds et des mains depuis six ans pour torpiller la réforme d’Obama, adoptée en 2010. Trump, lors d’un déplacement à Prescott Valley, dans l’Arizona, a déclaré à ce propos ceci : « Il a dit que c’était la chose la plus folle du monde, c’est une citation exacte (…). Je parie qu’il a dû passer une mauvaise soirée hier (…). Mais honnêtement, il a passé beaucoup de mauvaises soirées avec Hillary (…). Je veux le remercier d’avoir été honnête ».

Questionnée hier mardi sur cette polémique qui enfle, Hillary Clinton a rétorqué aux journalistes: « J’ai déjà dit que nous devions améliorer ce qui ne fonctionne pas et conserver ce qui fonctionne (…). Nous ferons des améliorations. Ce ne sera pas facile, mais ce sera beaucoup mieux que de recommencer à zéro, ce qui malheureusement est ce que les républicains veulent faire ».

Une chose est certaine : Bill sera désormais surveillé comme du lait sur le feu par le staff de la candidate démocrate…

par -
0

Les derniers développements dans le secteur de la santé et les projets prévus pour la période à venir, ont été au centre d’un entretien, vendredi, au Palais du gouvernement à la Kasbah, entre le chef du gouvernement, Habib Essid et le ministre de la santé, Said Aidi.

Selon un communiqué rendu public par la présidence du gouvernement, Essid a recommandé de hâter l’exécution du projet de l’hôpital financé par le Qatar et celui de Medjez El Bab, de manière à ce qu’il soit conforme aux normes requises et réponde au mieux aux attentes et besoins des citoyens.

L’entretien a été aussi l’occasion d’examiner les solutions appropriées en vue de transcender les lacunes enregistrées dans certains secteurs de la santé et de promouvoir l’infrastructure dans les établissements hospitaliers qui connaissent une évolution exceptionnelle. (TAP)

par -
0

De nombreuses interrogations s'imposent sur la question d'hygiène dans des hôpitaux publics, devenue un des goulots d'étranglement qui étouffe le système de santé en Tunisie.

Des photos collées sur les murs de la cuisine d’un des plus grands hôpitaux publics du grand Tunis, illustrant la saleté et l’absence des règles de l’hygiène ont circulé via les réseaux sociaux, suscitant émoi et exaspération de l’opinion publique.

D’après Mohammed Rebhi, directeur général de l’hygiène du milieu et de la   protection de l’environnement au ministère de la santé, l’hygiène au niveau de la restauration hospitalière bénéficie d’une priorité absolue, dont l’objectif est de protéger les patients et les professionnels de la santé qui prennent leurs repas dans les hôpitaux.

 Outre les services internes d’autocontrôle de l’hygiène dans les hôpitaux, des visites d’inspection inopinées sont effectuées chaque semaine par les services régionaux et centraux de l’hygiène, a-t-il précisé.

 Nous avons un programme spécifique pour le contrôle des cuisines et des buvettes des hôpitaux publics, a-t-il ajouté, faisant remarquer qu’un audit est effectué à raison de deux fois par an.

 Concernant le repas dans les hôpitaux, notre travail consiste à contrôler, en coordination avec des nutritionnistes, sa conformité aux règles de l’hygiène, selon le responsable.

 Visites inopinées à hôpital public : le constat inquiétant 

 L’équipe d’hygiénistes relevant du ministère de la santé a effectué dans le cadre de son travail d’inspection une visite inopinée à une buvette relevant d’un hôpital public régional.

 En accédant à la buvette, l’équipe a été frappée par le constat suivant : des produits alimentaires jetés par terre, des ustensiles délaissés sur un sol souillé par les déchets, un mauvais stockage des matières premières et l’utilisation de matériaux d’emballage en aluminium ayant des risques sur la santé.

 « Les patients, les visiteurs et le personnel de la santé ont le droit de bénéficier d’un repas propre et de produits alimentaires sains », a noté Karima Badri, hygiéniste principale à la direction de l’hygiène du milieu au ministère de la santé, déplorant l’état insalubre et délabrée de cette buvette.

 D’autres infractions ont été constatées par l’équipe d’hygiénistes dont l’absence d’une tenue de travail pour le personnel travaillant dans cette buvette, d’un point d’eau pour laver les mains et d’un vestiaire.   « Toute institution hospitalière doit comporter dans les différents locaux où sont manipulés les denrées alimentaires, un nombre suffisant de lave-mains », a précisé Meriem Lahbibi, hygiéniste.

 « Dans les zones de manutention des denrées alimentaires, il est impératif que les équipements et accessoires situés en position haute soient installés de manière à éviter toute contamination directe ou indirecte des aliments et des matières premières et empêcher l’accumulation de saleté et le développement de moisissures », s’est-elle adressée sur un ton blâmant au propriétaire de la buvette.

 Nous travaillons conformément à la loi n° 117 du 7 décembre 1992 relative à la protection du consommateur, a-t-elle rappelé, faisant remarquer cette loi leur accorde le plein droit d’accéder aux institutions hospitalières pour effectuer leur travail d’inspection.   Dans le cadre de ce même travail d’inspection, l’équipe d’hygiénistes a visité la cuisine d’un hôpital de renommée du grand Tunis en vérifiant entre autres si les locaux où circulent les denrées alimentaires ainsi que le matériel en place permettent un stockage et une bonne conservation.

 D’après Salma Sliti, ingénieur principal de santé, cet hôpital a bel et bien respecté les règles de l’hygiène, soulignant que le sens de la responsabilité et le devoir de protéger les patients résidents incite le cadre administratif de cet hôpital à redoubler d’effort en vue d’offrir un repas sain sans risques sanitaires.

 « Nous vérifions dans le cadre de cette visite si l’établissement dispose des équipements de maintien en température des plats chauds », a-t-elle dit.

  « Nous examinons, aussi, dans les zones de manutention des denrées alimentaires, tous les équipements et accessoires situés en position haute », a-t-elle encore   ajouté, expliquant qu’il s’agit à ce titre de savoir s’ils ont été installés de façon à éviter la contamination des aliments et des matières premières, la formation d’eau de condensation qui peuvent égoutter sur les produits et le développement de moisissures. »

 « En dépit de nos incessantes visites inopinées aux hôpitaux et de notre effort quotidien pour faire face aux infractions, l’hygiène dans ces institutions demeure en deçà des normes requises. Un surcroît de persévérance et un travail de longue haleine nous attend encore », a-t-elle fait remarquer.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le dirigeant d’Ennahdha Abdellatif Mekki appelle à l’organisation d’un dialogue sociétal qui dépassera les partis, les organisations, pour cibler les coordinations des mouvements sociaux....

AFRIQUE

0
Le Premier ministre algérien, Abdelamalek Sellal, a fait une grosse annonce lors du 27ème sommet Afrique-France, à Bamako, au Mali. Samedi 14 janvier 2017,...

SPORT