Tags Posts tagged with "Taoufik Baccar"

Taoufik Baccar

par -

L’ancien gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie (BCT) et président du Centre de Prospective et d’études sur le développement, Taoufik Baccar, a déclaré lors de son passage jeudi sur Express Fm, que le Centre a été créé par un certain nombre d’anciens hauts responsables afin de comprendre le contexte économique tunisien, évaluer les effets de la politique économique et proposer des solutions de sortie de crise.

« Nous avons pu constater à travers une étude élaborée par le Centre que le manque de compréhension du contexte économique est à l’origine de la baisse du pouvoir d’achat et l’aggravation du chômage dans tous les domaines », a précisé Baccar.

Il a par ailleurs ajouté à la même source que les chiffres publiés par l’Institut National des Statistiques (INS) prouvent que certains secteurs liés au phosphate et à l’agriculture ont repris leur essor à un rythme soutenu.

par -

Taoufik Baccar, ancien gouverneur de la BCT (Banque Centrale de Tunisie), vient de publier un statut «dans le cadre du centre de prospective et d’études sur le développement ». Il y souhaite surtout «plein succès au nouveau gouvernement indépendamment de la composition finale qu’il prendra », et ajoute ceci : «le centre de prospective et d’études sur le développement (CEPED) que je dirige se tiendra prêt pour soutenir les stratégies et les programmes que ce gouvernement entreprendra quand il jugera qu’ils sont dans l’intérêt du pays ».

Pour l’ancien gouverneur de la BCT, «la démarche de gouvernement d’Unité Nationale aurait nécessité dans les circonstances que vit le pays et les sérieux risques qu’il encourt qu’un programme de sauvetage soit dans une première phase conçu par des personnalités nationales indépendantes et que la mobilisation des partis politiques autour de ce programme soit recherchée dans un second temps ». Et Taoufik Baccar d’assurer que «le programme élaboré a pris l’allure d’orientations générales sur lesquelles on ne peut qu’être d’accord ». Il estime qu’il «faut maintenant essayer de décliner ces orientations en programmes d’actions clairs et chercher le consensus autour de ces programmes car le gouvernement est composé de personnes loin de partager les mêmes convictions et les mêmes démarches et en toute honnêteté ». Et Baccar de donner un exemple des plus éloquents pour illustrer ses propos en indiquant : «je vois mal les personnes proches de l’UGTT accepter les mesures douloureuses désormais nécessaires pour sauver ce pays ».

Evoquant la structure du gouvernement, dont il dit qu’elle «est loin de refléter les priorités futures», il dit : «personnellement j’aurais vu la création d’un ministère chargé des réformes économiques et financières, d’un ministère de la Solidarité nationale pour accompagner ces réformes qui ne manqueront pas d’avoir un impact social qu’il faut savoir gérer ; la mise en place auprès du ministre des Finances d’un secrétariat d’Etat à la fiscalité, à la douane et à la lutte contre l’économie informelle aurait également été opportune. J’aurais également vu la création d’un véhicule (ministère ou agence) tourné vers les réflexions et les stratégies de long terme pour ouvrir de nouvelles perspectives et préparer l’avenir de ce pays sur le long terme en dehors des contingences de la gestion quotidienne des autres départements».

Quant aux priorités du gouvernement Chahed, l’ancien gouverneur de la BCT cite à notre demande «l’assainissement du climat des affaires et la réunion des conditions d’un retour au travail et à l’initiative, l’adoption des lois sur la réconciliation économique, le code des investissements. Mais aussi la «résolution définitive de la question du bassin minier quitte à utiliser la force parce qu’il y va de l’avenir du pays et du retour de la croissance, l’engagement d’une véritable stratégie pour la lutte contre l’économie parallèle, l’engagement des réformes fondamentales de la fiscalité, de l’administration et la compensation » et enfin «l’assainissement des finances publiques et la réduction du poids de la dette».

par -

L’ex gouverneur de la Banque centrale de Tunisie, Taoufik Baccar , a mis en garde , dans un post sur sa page facebook, contre le recours au financement extérieur, « arme à double tranchant…pouvant mener à la ruine ».

Il estime que le problème tient moins au niveau de la dette qu’à sa maturité laquelle s’est beaucoup rétrécie, ce qui augure d’une augmentation prochaine de la dette qui viendrait à échéance et des difficultés de remboursement que cela pourrait entraîner d’autant que ces financements ont été utilisés pour couvrir des dépenses de fonctionnement et des déficits qui ne sont pas générateurs de croissance.

Il note que «  de plus en plus,  la dette à rembourser est celle contractée après 2011 en raison du raccourcissement des maturités des nouveaux emprunts contractés », prévoyant «  des  temps difficiles devant nous », expliquant que les  crédits contractés auprès du FMI, sont d’une courte maturité » et que « le  service de la dette pourrait rapidement atteindre le seuil de 7 à 8 milliards de dinars et représenterait une sérieuse menace au Budget de l’Etat et à la Balance de Paiement ».

« Si par malheur la croissance économique ne reprend pas d’ici là, la Tunisie n’aura plus de choix que de rééchelonner sa dette, ce qu’elle a toujours refusé de faire jusqu’à présent. C’est dire l’importance de tout mettre en œuvre pour une reprise de la croissance et cela ne peut se faire qu’à travers la mobilisation de toutes les énergies et les potentialités du pays et la libération des initiatives », prévient-il.

« Seuls  la mise en œuvre d’un ambitieux programme de reforme, d’une réconciliation économique et financière, et l’arrêt de la diabolisation de l’Administration et des hommes d’affaires sont à même d’assurer un tel objectif. Il faut remettre la machine économique en marche ; il en va de la suivie de ce pays et de l’avenir nos enfants », conclut Taoufik Baccar.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

A l’occasion de l’Assemblée générale de Medef International qui s’est tenue mercredi 17 mai 2017, Medef et Medef International ont rappelé la priorité donnée...