Tags Posts tagged with "tapis artisanal, tunisien"

tapis artisanal, tunisien

par -
Une séance de travail a réuni dernièrement au siège de l’office national de l’artisanat

Une séance de travail a réuni dernièrement au siège de l’office national de l’artisanat, les membres de la chambre syndicale nationale du tapis relevant de la fédération nationale de l’artisanat et les responsables de l’ONA et du centre technique du tapis.

Au cours de cette réunion, les professionnels du tapis fait main ou ce qui en reste ont lancé un véritable cri d’alarme devant l’ampleur des dégâts et les perspectives désastreuses pour l’avenir de cette activité artisanale ancestrale et qui représentait il ya peu de temps le fleuron de l’artisanat tunisien.

Les derniers chiffres du tapis tombent ainsi comme un couperet et ainsi des indications précises sur la situation actuelle.

Pour 2013, la production nationale de tapis et tissage ras estampillé par les contrôleurs de l’office atteint à peine 70 000 m2.

Comparé aux 600 000 m2 produites au début des années 90, ce résultat retentit comme une sonnette d’alarme.

En effet, l’artisane du tapis dont le travail se base essentiellement sur des gestes répétitifs, ne peut produire plus de vingt m2 bon an mal an.

Avec à peine 70 000 m2 de production nationale en 2013, le nombre d’artisanes encore en exercice ne peut pas ainsi dépasser dans le meilleur des cas 4000 à 5000 alors que les chiffres de l’âge d’or du secteur parlent de plus de 80 000 artisanes à l’œuvre, soit dans les ateliers spécialisés, soit à domicile.

Pour les professionnels du secteur, le principal écueil qui entrave la bonne marche de la production du tapis fait main est l’absence de la relève des compétences artisanales encore en exercice.

Travaillant encore avec ce qui reste des artisanes formées dans les anciens ateliers de l’office, les producteurs souffrent de l’absence d’un outil fiable pour l’apprentissage du métier.

L’autre problème important tient à la rémunération de l’artisane qui ne peut soutenir la comparaison avec n’importe qu’elle autre activité même agricole.

Avec un revenu mensuel atteignant au meilleur des cas 200 dinars, le tapis fait main ne peut tenir ses troupes et être attractif pour les jeunes même en milieu rural où les producteurs perdent du terrain face à la concurrence des unités industrielles et en premier lieu les ateliers de confection qui ont attiré un nombre important des effectifs du tapis artisanal.

Face à ce dilemme, les professionnels tentent d’améliorer le processus de fabrication en préservant la nature artisanale du produit et en déchargeant l’artisane des gestes pénibles.

Un nouveau métier à tisser, en expérimentation depuis déjà quelques années, sera ainsi installé dans un atelier privé en vue d’être certifié et homologué par une commission technique décidée au cours de la dite réunion et qui regroupera des représentants de la chambre des producteurs , de l’ONA et du centre technique du tapis.

L’approvisionnement du secteur en fils de laine de qualité pose aussi un autre défi à relever en l’absence de filateurs spécialisés.

La seule unité encore présente dans le secteur est actuellement en veille et manque d’un approvisionnement adéquat en laine de qualité.

Enfin, le troisième problème majeur dont souffre le tapis fait main est la commercialisation avec une crise qui s’éternise dans le principal marché, à savoir le marché touristique qui, malgré tous les aléas, absorbait plus de 90% de la production nationale.

Tourné aujourd’hui vers le marché local, les professionnels du tapis multiplient les salons et autres manifestations d’envergure afin de stimuler les ventes.

Ainsi, après le salon national du tapis tenu au Kram en même temps que Dar déco, en décembre 2013, les professionnels du tapis consacreront le mois de mars 2014 à une grande kermesse de promotion de vente de ce produit qui tente de reprendre sa place dans la maison du Tunisien.

HH

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, le PDG de la Poste Tunisienne, Moez Chakchouk, a mis l’accent sur les efforts fournis par l’entreprise pour...

AFRIQUE

SPORT

Rachid Fetini a été élu président de l'Olympique Sidi Bouzid, lors de l'assemblée générale élective, tenue mercredi à Sidi Bouzid. De son coté Chaker Ardhaoui...