Tags Posts tagged with "Tchad"

Tchad

par -
0

Le Tchad a annoncé, ce vendredi 06 janvier, la fermeture de sa frontière terrestre avec la Libye en faisant état d’une potentielle grave menace d’infiltration terroriste, rapporte l’AFP.

A rappeler que les forces libyennes soutenues par l’aviation américaine ont pris en décembre la dernière poche de résistance de l’organisation Etat islamique à Syrte et Daech cherche depuis à se regrouper en Libye.

par -
0

Le gouvernement tchadien a du souci à se faire. En effet le Conseil constitutionnel a demandé hier vendredi 04 novembre au Parlement de programmer une séance plénière pour se prononcer sur la motion de censure de l’opposition contre le gouvernement, rapporte BBC Afrique.
La motion de censure a été introduite par Madtoingué Bénelngar, un élu de l’Union nationale pour le développement et le renouveau (UNDR), un organe de l’opposition.
Le parlementaire argue que le gouvernement n’est plus apte à solutionner la crise économique et financière qui mine le pays.

Autre exigence de M. Bénelngar, et qui va poser de sérieux problèmes aux autorités : Il veut un bilan financier détaillé de tous les grands projets lancés par l’Etat et tous les éléments comptables sur la gestion du pétrole depuis 2003.
Le député ne s’arrête pas là, il exige également que la lumière soit faite sur les interventions de l’armée tchadienne dans les conflits internationaux, notamment dans la sous-région où son expertise est très sollicitée pour enrayer l’avancée de la secte islamiste Boko Haram.

Le Conseil constitutionnel a estimé que les requêtes du député de l’UNDR étaient justifiées et que le débat devait être tranché par l’Assemblée nationale…

L’initiative de l’élu fait trembler la majorité présidentielle. En effet des experts ont affirmé qu’il est tout à fait que des parlementaires de la coalition soutiennent la démarche de M. Bénelngar et votent en sa faveur.  « Plusieurs députés de l’opposition et de la majorité ont mal vécu la réduction de 50% de leurs primes et indemnités, au nom de l’austérité budgétaire », indiquent ces analystes.

 

 

 

par -
0

Au Tchad, le lundi 24 octobre 2016 a toutes les chances d’être une « journée ville morte » suite à l’appel du Collectif tchadien contre la vie chère (CTVC), qui est en croisade contre les autorités pour obtenir que l’envolée des prix soit stoppée. Le CTVC invite les habitants de la capitale, N’Djaména, à paralyser toutes les activités pour faire plier le gouvernement d’Idriss Déby Itno.

« Depuis quelques mois, les Tchadiens vivent un calvaire sans précédent (…). Cet appel de ville morte concerne toutes les populations de N’Djamena, femmes, hommes, fonctionnaires, retraités, étudiants, élèves, commerçants, taximen, clandomen (conducteurs de mototaxi, Ndlr), leaders d’opinion des 10 arrondissements de la ville de N’Djamena », indique un communiqué émis par le CTVC.
Les membres du Collectif entendent ainsi pointer du doigt, entre autres, « les mesures prises par le gouvernement à l’égard des fonctionnaires, le gel des bourses des étudiants, la corruption érigée en système de gouvernance, la mauvaise gestion des ressources nationales, le non-paiement régulier des salaires des fonctionnaires, des subsides des maîtres communautaires et la bourse des étudiants, les détournements des deniers publics, des capitaux placés dans les paradis fiscaux, le non-paiement des créances des opérateurs économiques ».

par -
0
L’armée camerounaise aurait tué le leader de la secte islamiste nigériane Boko Haram

L’armée nigérienne a annoncé qu’une patrouille mixte de soldats nigériens et tchadiens a abattu au moins 30 combattants du groupe islamiste Boko Haram et a capturé deux autres.

Selon des informations rapportées, ce jeudi 15 septembre 2016, par la chaîne BBC Afrique, cinq militaires ont été tués et six autres ont été blessés lors des affrontements. Une importante quantité d’armes et de munitions a été saisie lors de cette opération.

par -
0

Tunisair va lancer d’ici la fin de cette année 2 nouvelles lignes : La première passera par Djamena, au Tchad et Douala, au Cameroun et l’autre fera la jonction entre Tunis et Conakry, capitale de la Guinée, en passant par Dakar.

Dans le but de mieux évaluer les possibilités du marché africain, le ministre des Transports, Anis Ghedira, se rendra le 14 septembre 2016 en Guinée, dans le cadre d’une visite de travail. A cette occasion, il pourrait annoncer officiellement l’ouverture de cette ligne.
Cette initiative est promise à un bel avenir dans la mesure où les visas ne sont pas nécessaires pour se déplacer entre la Tunisie et la Guinée et qu’il y a un flux de voyageurs conséquents entre les deux pays. En effet il y a beaucoup de Guinéens qui passent par la Tunisie pour rallier l’Europe où ils sont plus d’un million, il y a également le transit du au tourisme de santé en Tunisie. Par ailleurs la Guinée est un marché potentiel pour les services et l’ingénierie tunisiens dans le domaine des études ou celui des TIC.

A contrario l’ouverture de la ligne du Tchad et du Cameroun sera quelque peu plombée par la politique des visas entre la Tunisie et ces deux pays, sans parler du fait que le Tchad n’a pas d’ambassade à Tunis…

A terme, ces nouvelles destinations s’ajouteront aux efforts faits dernièrement par la compagnie nationale, en passant de 2 a 5 navettes vers la Côte d’Ivoire et en ouvrant pour la première fois une ligne directe vers le Niger.

par -
0

Le président tchadien, Idriss Déby Itno, président en exercice de l’Union africaine, sera investi ce lundi 08 août pour un cinquième mandat, chose qui ne passe pas aux yeux d’une frange de la population. D’ailleurs hier dimanche, l’opposition a battu le pavé pour contester, encore un fois, les résultats de la présidentielle, une manifestation violemment réprimée par les forces de l’ordre. Un jeune, qui a déchiré le drapeau du MPS, parti au pouvoir, a été abattu, a confié à l’AFP un officier de police sous couvert d’anonymat. Les autorités n’ont pas confirmé le décès pour le moment.

D’après le chef de file de l’opposition, Saleh Kebzabo, un autre manifestant a également été « touché par une balle au thorax ». Il aurait été acheminé vers l’hôpital pour y subir une opération. Mais aucune autre source n’a confirmé cette information.

La marche des opposants avait d’abord été interrompue par les policiers à coups de gaz lacrymogènes, mais plusieurs militants avaient décidé d’en découdre avec les policiers et sont revenus leur faire face. Et là la situation « a dégénéré », a ajouté Kebzabo.

Idem la veille, un meeting avait été dispersé par la police anti-émeute, l’opposition, qui ne l’entendait pas ainsi, en avait décidé autrement et maintenu sa « marche pacifique », en bravant l’interdiction formelle des autorités.

Ce lundi, les dirigeants de l’opposition ont appelé à une « Ville morte sur l’ensemble du territoire » pour plomber la cérémonie d’investiture d’Idriss Déby Itno. Les festivités doivent avoir lieu dans un grand hôtel de la capitale, N’Djamena ; une quinzaine de chefs d’État africains (le Rwandais Paul Kagame, l’Ougandais Yoweri Museveni, le Soudanais Omar el-Béchir, le Guinéen Alpha Condé, le Malien Ibrahim Boubacar Keïta, le Burkinabè Roch Marc Christian Kaboré, le Béninois Patrice Talon et le nigérian Muhammadu Buhari) et d’autres invités sont annoncés. Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a débarqué hier soir pour assister à l’événement.

Le lourd passif de Déby

Il a pris le pouvoir en 1990, par un coup d’Etat. Et depuis il dirige d’une main de fer le pays. A chaque élection il est réélu très confortablement, avec des scores dont le continent africain a le secret. A la dernière élection, en avril dernier, il a été un peu plus clément en raflant certes la présidentielle dès le premier tour mais avec près de 60% des voix. Le second, Saleh Kebzabo, est très loin derrière, 12,77% des voix.

Mais l’opposition n’a cessé de contester les résultats de ce scrutin qualifié de « hold-up électoral ». Depuis des semaines, elle organise la résistance. Vingt-neuf partis politiques se sont ainsi coalisés fin juillet autour de six candidats malheureux à la présidentielle pour mettre sur pied le Front de l’opposition nouvelle pour l’alternance et le changement (Fonac). Certes les intimidations du régime ont eu raison de trois partis de ce front, qui l’ont quitté finalement, mais le reste des troupes tient à aller jusqu’au bout.

Vendredi dernier, des opposants avaient fait savoir qu’ils avaient dépôsé devant la Haute cour de justice une plainte pour « haute trahison » contre le président Déby. Parmi les motifs de la plainte : « prise illégale du pouvoir par la violence », « violation grave des droits de l’homme » ou encore « détournement de fonds public et corruption ».

Les opposants ne s’arrêtent pas là, ils demandent à la communauté internationale de classer le régime d’Idriss Déby comme une dictature. Ils accusent surtout la France de passer sous silence les « violations des droits de l’homme » au Tchad, un précieux soutien des Occidentaux dans leur croisade contre la secte islamiste nigériane Boko Haram. A souligner que la capitale du Tchad, N’Djamena, abrite le QG de l’opération militaire française Barkhane contre les cellules jihadistes au Sahel.

par -
0

La crise politique guette au Tchad. Hier vendredi 1er avril, l’Union des syndicats du Tchad (UST) a fait savoir qu’il allait retirer tous les membres de la société civile qui siègent dans différentes institutions, notamment à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). L’UST entend protester ainsi contre l’arrestation de son secrétaire général il y a une dizaine de jours. Elle brave également les autorités en insistant sur le maintien de la marche pacifique de ce 5 avril, en dépit de son interdiction.

« En tenant compte de tout ce qui se passe et du maintien de nos camarades en prison, nous avons décidé à partir d’aujourd’hui le retrait de tous nos camarades de plusieurs institutions dont la Ceni », a dit devant la presse, au nom du front de la société civile, le secrétaire général adjoint de l’UST, Goukouni Vaima. Boycott également du Cadre national de dialogue politique (CNDP), du Conseil économique et social, du Collège de contrôle des revenus pétroliers et de l’Initiative de transparence pour les industries extractives (Itie). Bref, toutes les institutions qui orientent les grandes décisions étatiques.

Une société civile martyrisée

« L’attitude du gouvernement ne nous permet pas de collaborer avec ces institutions car nous nous sentons bâillonnés », a ajouté Vaina.
Il est vrai que le régime d’Idriss Déby Itno n’a rien voulu concéder et refuse de libérer quatre éminents représentants de la société civile : Mahamat Nour Ahmed Ibedou, porte-parole de la coalition « Ça suffit », Younous Mahadjir, secrétaire général de l’Union des syndicats du Tchad (UST), Nadjo Kaina Palmer, porte-parole du mouvement Iyina (« On est fatigué ») et Céline Narmadji, porte-parole de la coalition « Trop c’est trop ». Des appellations qui en disent long sur le malaise qui règne actuellement dans le pays, tenu d’une main de fer par Déby depuis 1991, après un coup d’Etat.

Le porte-parole du front de la société civile a déclaré hier vendredi : « Nous disons que la marche du 5 avril est maintenue. Nous avons écrit au ministre de la Sécurité pour demander l’itinéraire à suivre mais le ministre a refusé », avant d’ajouter : « En dépit de cette décision nous allons marcher et ferons en sorte que cette marche réussisse ».

Les quatre opposants incriminés devaient passer en jugement jeudi 31 mars 2016 mais le procès a été stoppé après 20 minutes de débat et différé au 7 avril.
« Nos clients sont détenus arbitrairement depuis 10 jours, ce renvoi est une manœuvre dilatoire pour les faire souffrir », a dit la presse l’avocate de la défense, Me Delphine Kemneloum Djiraibé.
L’appel à la grève générale pour leur libération avait eu un large écho dans la population.

A signaler que les quatre activistes avaient été appréhendés les 21 et 22 mars 2016 pour avoir lancé un appel à manifester contre la candidature de Déby à la présidentielle de 2016. En cas de victoire, ce qui est très probable tant il écrase la vie politique du pays depuis 26 ans, ce serait le cinquième mandat de Déby.

par -
0

Vraisemblablement, le président tchadien, Idriss Itno Déby, file tout droit vers un cinquième mandat, qui viendrait s’ajouter à ses 25 ans passés à la tête du pays. Il écrase tant la vie politique du Tchad depuis le coup d’Etat de 1990 – le président débarqué, Hissène Habré, s’en souvient encore – qu’il est hautement improbable qu’il soit désarçonné à la présidentielle du 10 avril 2016.

Et quand on tente de savoir ce qui fait encore courir l’homme fort du pays après toutes ces décennies de règne absolu et sans partage, une spécificité bien africaine, il rétorque sans sourciller qu’il est de son devoir de rester aux commandes pour ne pas livrer le Tchad à l’instabilité. Son parti, le Mouvement patriotique du salut (MPS), lui a déjà donné son ticket pour la compétition électorale, le reste est une formalité pour celui qui a toujours été élu avec « une écrasante majorité ». Le contraire aurait été très étonnant. Et dangereux pour les membres de la commission électorale.

De toute façon la télévision nationale a déjà annoncé la couleur et tué tout suspense : « Les candidats de l’opposition et indépendants qui ont été déjà investis ont devant eux un candidat farouche qui risque de les battre au premier tour, car le MPS est non seulement implanté à travers les 23 régions, mais dispose des moyens nécessaires qu’il faut pour battre campagne et arriver aux résultats escomptés. Ce qui ne donnera pas sommeil au chef de l’État cette nuit, c’est peut-être comment faire pour avoir un bon directeur de campagne pour la victoire sans merci ».
Voilà, comme d’habitude l’opposition, enfin le peu qui en reste, se prépare à faire de la figuration et donner ainsi une caution internationale au succès de Déby.

Un homme pourtant très utile par ailleurs…

Si les vertus démocratiques de Déby ne convainquent pas tout le monde dans son pays, par contre sur le continent c’est un personnage très respecté et qui vole souvent au secours de ses pairs. Combat contre le terrorisme, médiation dans les régions en crise telles que le Burundi, le Soudan du Sud, etc. Bref, il est de tous les combats. A chaque fois qu’il est appelé à la rescousse, il répond présent. Les forces armées tchadiennes sont le socle de la coalition africaine qui croise le fer avec l’organisation terroriste nigériane Boko Haram. Quand les militaires tchadiens sont sur le front, ils brillent par un courage et une efficacité dont très peu de soldats du continent font preuve.  Donc leur chef suprême n’est pas facile à critiquer pour toutes ces raisons là.

Par ailleurs il y a peut-être des raisons d’espérer pour ses adversaires politiques puisque Déby a déclaré que « La réintroduction du principe de limitation des mandats présidentiels dans la Constitution doit être posée, car il y va de la vitalité de notre jeune démocratie ». Mais comme il avait tripatouillé la Constitution en 2004 pour casser la limitation des mandats, qui y était inscrite noir sur blanc, la prudence est de mise. Avec l’ancien seigneur de guerre devenu l’un des hommes les plus redoutés du continent, on ne sait jamais…

S.L.

par -
0

Dans le cadre du renforcement de la coopération économique et commerciale entre la Tunisie et le tchad, l’union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, à travers son Conseil d’Affaires Tuniso-Tchadien et le Centre de Promotion des Exportations organisent conjointement une mission multisectorielle d’hommes d’affaires tunisiens à N’Djamena au Tchad, et ce du 14 au 20 février 2016.

L’objectif de cette mission étant de prospecter les opportunités qu’offre le marché Tchadien pour les entreprises tunisiennes et d’initier des contacts d’affaires avec les professionnels et les différents intervenants dans ce pays.

Au programme de la mission, un forum d’affaires, des rencontres professionnelles B to B ainsi que des visites de terrain.

A noter  que la Tunisie ambitionne de se repositionner sur le continent africain et d’apporter sa réelle contribution dans les multiples projets d’investissement qui se créent dans ces marchés.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

0
Le ministère des Mines et Hydrocarbures de Guinée équatoriale annonce avoir fait part de son intérêt pour rejoindre l'Organisation des pays exportateurs de pétrole...

SPORT

0
Formation rentrante des aigles de Carthage qui affronteront leur homologue du Zimbabwe, lundi soir à partir de 20h00 au stade de l'amitié de Libreville,...