Tags Posts tagged with "Téléperformance, Tunisie"

Téléperformance, Tunisie

par -
Suite  à l’échec des négociations entre le syndicat  et la direction de  la société Téléperformance

Suite à l’échec des négociations entre le syndicat et la direction de la société Téléperformance, les centres d’appels relevant de ladite société observent, à partir de ce lundi 1er avril, une grève de trois jours au niveau de ses bureaux à la Charguia, Tunis, Ben Arous et Sousse.

Téléperformance pratique le chantage

Mongi Mabrouk, secrétaire général de la Fédération de la Poste et des Télécommunications de l’Union Générale des Travailleurs Tunisiens, a affirmé que cette grève a été décidée en réponse au refus de la direction d’appliquer deux accords portant sur les augmentations salariales au titre de l’année 2013 et la mise en place d’un mécanisme de promotion pour le classement des agents. A cela s’ajoute le licenciement d’un certain nombre d’employés, pour des raisons inexplicables, a-t-il précisé.

« A travers le refus d’appliquer ces deux accords, il est clair que la nouvelle direction vise à saper le travail syndical et la crédibilité du syndicat», a-t-il dit. D’après lui, une politique de chantage est mise en œuvre, exploitant la détérioration du contexte actuel qui prévaut dans le pays et l’inefficience du gouvernement actuel au niveau de la gestion des sociétés multinationales, l’objectif étant de faire pression sur la partie syndicale et de ne pas honorer ces deux accords ».

Nommée depuis un an et demi, la nouvelle direction a provoqué un conflit social interne qui a dégénéré pour plusieurs motifs. Ceci incite à se poser plusieurs questions sachant que la direction précédente de Téléperformance n’a connu depuis son implantation, en 2000, qu’une seule grève, contrairement à celle qui est actuellement aux commandes marquée par 4 grèves en l’espace d’un an et demi.

Dans une déclaration à Africanmanager, Mongi Mabrouk a estimé que l’on s’attendait à une réaction positive de la part de la direction de la société qui a affiché des performances en Tunisie en termes de croissance et de chiffre d’affaires.

D’après lui, l’administration est appelée aujourd’hui à négocier pour trouver les meilleures solutions, et ce dans le cadre du dialogue pour que Téléperformance garde son positionnement comme leader sur le marché en affichant des performances en Tunisie qui lui a offert ses meilleures compétences.

Pour les rumeurs circulées ces derniers temps selon lesquelles Téléperformance quitterait le pays, Mongi Mabrouk considère qu’il s’agit d’une politique de chantage menée par la direction, dans ce climat marqué par un taux croissant de chômeurs.

Un conflit manipulé de l’extérieur

Pour Khalil Ghariani, chargé de la communication à l’UTICA, le conflit au sein de Téléperformance aboutira sans doute au départ de cette société de marketing en l’absence de solutions et au milieu de l’indifférence des parties intervenantes.

En effet, les responsables de Téléperformance ont fait part à l’organisation patronale de leur intention de quitter le pays afin de délocaliser au Maroc suite à une succession de troubles sociaux.

Une situation qui appelle de la part de l’ensemble des intervenants une diligente réflexion pour éviter de tomber dans le piège tendu par des acteurs étrangers surtout que la Tunisie est en train de payer cher ces menées et cette manipulation.

Comme solution, Khalil Ghariani a appelé le syndicat de base de Téléperformance à mettre fin à cette grève, ce qui ouvrirait la voie à la recherche des bonnes solutions et permettrait de sortir de l’impasse. D’ailleurs, l’organisation patronale est disposée à des négociations avec les deux parties, pou peu que la grève soit levée.

Wiem Thebti

par -
Suite  à l’échec des négociations entre le syndicat  et la direction de  la société Téléperformance

Suite à l’échec des négociations entre le syndicat et la direction de la société Téléperformance, les centres d’appels relevant de ladite société observent, à partir de ce lundi 1er avril, une grève de trois jours au niveau de ses bureaux à la Charguia, Tunis, Ben Arous et Sousse.

Téléperformance pratique le chantage

Mongi Mabrouk, secrétaire général de la Fédération de la Poste et des Télécommunications de l’Union Générale des Travailleurs Tunisiens, a affirmé que cette grève a été décidée en réponse au refus de la direction d’appliquer deux accords portant sur les augmentations salariales au titre de l’année 2013 et la mise en place d’un mécanisme de promotion pour le classement des agents. A cela s’ajoute le licenciement d’un certain nombre d’employés, pour des raisons inexplicables, a-t-il précisé.

« A travers le refus d’appliquer ces deux accords, il est clair que la nouvelle direction vise à saper le travail syndical et la crédibilité du syndicat», a-t-il dit. D’après lui, une politique de chantage est mise en œuvre, exploitant la détérioration du contexte actuel qui prévaut dans le pays et l’inefficience du gouvernement actuel au niveau de la gestion des sociétés multinationales, l’objectif étant de faire pression sur la partie syndicale et de ne pas honorer ces deux accords ».

Nommée depuis un an et demi, la nouvelle direction a provoqué un conflit social interne qui a dégénéré pour plusieurs motifs. Ceci incite à se poser plusieurs questions sachant que la direction précédente de Téléperformance n’a connu depuis son implantation, en 2000, qu’une seule grève, contrairement à celle qui est actuellement aux commandes marquée par 4 grèves en l’espace d’un an et demi.

Dans une déclaration à Africanmanager, Mongi Mabrouk a estimé que l’on s’attendait à une réaction positive de la part de la direction de la société qui a affiché des performances en Tunisie en termes de croissance et de chiffre d’affaires.

D’après lui, l’administration est appelée aujourd’hui à négocier pour trouver les meilleures solutions, et ce dans le cadre du dialogue pour que Téléperformance garde son positionnement comme leader sur le marché en affichant des performances en Tunisie qui lui a offert ses meilleures compétences.

Pour les rumeurs circulées ces derniers temps selon lesquelles Téléperformance quitterait le pays, Mongi Mabrouk considère qu’il s’agit d’une politique de chantage menée par la direction, dans ce climat marqué par un taux croissant de chômeurs.

Un conflit manipulé de l’extérieur

Pour Khalil Ghariani, chargé de la communication à l’UTICA, le conflit au sein de Téléperformance aboutira sans doute au départ de cette société de marketing en l’absence de solutions et au milieu de l’indifférence des parties intervenantes.

En effet, les responsables de Téléperformance ont fait part à l’organisation patronale de leur intention de quitter le pays afin de délocaliser au Maroc suite à une succession de troubles sociaux.

Une situation qui appelle de la part de l’ensemble des intervenants une diligente réflexion pour éviter de tomber dans le piège tendu par des acteurs étrangers surtout que la Tunisie est en train de payer cher ces menées et cette manipulation.

Comme solution, Khalil Ghariani a appelé le syndicat de base de Téléperformance à mettre fin à cette grève, ce qui ouvrirait la voie à la recherche des bonnes solutions et permettrait de sortir de l’impasse. D’ailleurs, l’organisation patronale est disposée à des négociations avec les deux parties, pou peu que la grève soit levée.

Wiem Thebti

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, le PDG de la Poste Tunisienne, Moez Chakchouk, a mis l’accent sur les efforts fournis par l’entreprise pour...

AFRIQUE

SPORT