Tags Posts tagged with "TIC"

TIC

par -

De la bonne santé du secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC) en Tunisie on sait surtout que les autorités font en sorte que toutes les localités du pays accèdent au très haut débit à court terme pour que la fracture numérique soit résorbée, que chaque écolier dispose d’une tablette dans les plus brefs délais, que le paiement électronique ne soit plus marginale, etc. On sait aussi que pour prendre le pouls du secteur, il suffit de voir l’activisme et le volontarisme de son ministre, Noomane Fehri. A part ces éléments, on ne sait pas grand chose sur les progrès réels d’un secteur sur lequel le gouvernement mise pour créer des dizaines de milliers d’emplois dans quelques années. Le rapport annuel 2016 du forum économique mondial sur les TIC, qui vient de sortir, éclaire nos lanternes sur l’état du secteur en Tunisie, et surtout son classement dans le monde, histoire de mesurer le chemin parcouru ces dernières années.

Le document, intitulé « L’innovation dans l’économie digitale », passe à la loupe 139 nations. Patatras, la Tunisie n’a pas bougé d’un iota, elle figure à la 81ème position mondiale, exactement la même que l’année dernière. Lot de consolation : Elle est deuxième en Afrique du Nord, derrière le Maroc et 7ème dans le monde arabe.
La Tunisie affiche un score de 3,9, sur une échelle allant de 1 à 7. Pas besoin de s’attarder sur le fait qu’il y a encore du boulot, beaucoup de boulot, pour monter de quelques crans.

Des tarifs mobiles et Internet parmi les moins élevés du monde

Les rédacteurs du rapport s’appuient sur 10 indicateurs ou piliers pour confectionner l’indice global. Il apparait au niveau des indicateurs auxiliaires que la Tunisie accuse un retard en matière d’affaires et d’innovation (Business & innovation environment) mais également au niveau de l’environnement politique et réglementaire et de l’utilisation des TIC dans les affaires.

Par ce qui est de l’accessibilité, la Tunisie est placée au 24ème rang mondial. D’après le rapport, la Tunisie affiche des tarifs cellulaires mobiles et Internet parmi les moins élevés de la planète (8ème mondial). Mais le pays n’en profite pas pour faire prospérer cette niche et booster toute l’économie numérique du fait de la faible concurrence dans le secteur de la téléphonie mobile et de l’Internet, dit le document.

Les trains qui n’arrivent pas à l’heure

Le rapport pointe du doigt d’autres failles dont un usage jugé faible d’Internet pour les transactions business-to–consumer. En d’autres termes les opérations via Internet ou encore le e-commerce ont une très grosse marge de progression.

Par ailleurs il est dit dans l’étude que l’effet de l’usage des TIC sur l’économie reste mineur. Ce qui explique que la Tunisie occupe la 113ème position mondiale en matière d’impact des TIC sur les nouveaux modèles d’organisation et la 91ème en matière d’impact des TIC sur les nouveaux services et produits.

Cela donne une idée du chemin à accomplir pour faire de la Tunisie un ténor régional dans le domaine du digital. Toutefois le travail dans ce sens a déjà commencé, avec la mise à niveau de l’infrastructure des télécommunications. L’an dernier, le gouvernement a entamé l’opération de découpage de la boucle locale de l’opérateur historique Tunisie Telecom, ce qui a permis à des concurrents de s’installer dans le créneau du réseau téléphonique local. Le but est de créer une émulation chez les opérateurs pour faire grossir le marché de la téléphonie fixe, d’étoffer la palette les services et de hausser leur qualité.

A signaler que la Tunisie a activé un réseau de diffusion numérique terrestre proposant un bouquet de 10 chaînes publiques et privées.

1000 jeunes formés et 17 projets financés

Un programme de formation dans la programmation (des téléphonies mobiles) dédié à 1000 jeunes Tunisiens est sur les rails depuis 2015 ; il concerne tous les gouvernorats du pays.

Pour impulser l’innovation, 17 projets ont été subventionnés par le fonds de développement des technologies de la communication à hauteur de 9 millions de dinars. Un accord de partenariat a été conclu avec la société Sofrecom, on en attend 340 postes d’emplois sur 3 ans.

Tour de vis au niveau de la réglementation

Le décret loi sur la mise en place du Conseil stratégique de l’économie numérique et la préparation du nouveau Code numérique sont assurément des avancées notables dans le domaine de la réglementation du secteur.

La loi sur la lutte contre les cybercrimes est également sur le feu, sa promulgation ne devrait pas tarder.

Le chantier de 2016 est colossal !

Le démarrage du projet « Tunisie Digitale 2018 » est le clou de l’année 2016. Ses initiateurs ne manquent pas d’ambition : Ils veulent « faire de la Tunisie une référence numérique Internationale et faire des TIC un levier essentiel du développement socio-économique ». Cette stratégie est un des pans du plan quinquennal (2016-2020).

« Tunisie Digitale 2018 » a essentiellement pour objectifs l’inclusion sociale et la réduction de la fracture numérique, le basculement vers la culture du numérique, faire du e-administration une norme, l’amélioration de la compétitivité des entreprises et leur positionnement sur le numérique, la création d’emplois, faire émerger des champions nationaux et faire du tout numérique une réalité en Tunisie.

Les promoteurs de ce programme évoquent le chiffre de 11 milliards dinars de valeur ajoutée par an pour le secteur, à partir de la cinquième année, contre 4,5 milliards de dinars présentement. Rendez-vous en 2020 pour savoir si les objectifs ont été atteints.

Les autres objectifs méritent également un coup de projecteur : 6 milliards de dinars de recette à l’export à la fin du plan quinquennal 2016-2020, contre 950 millions de dinars actuellement, 100.000 nouveaux emplois en cinq ans, trois familles sur 5 connectées et le très haut débit sur tout le territoire tunisien.

Les autorités ont fait leurs comptes : Il faudra 5,5 milliards de dinars (1/3 investissements public et 2/3 investissements privés) pour financer ce projet.

Quant au programme national stratégique, il comporte trois volets : La vulgarisation du numérique (grand public, administration, entreprises) pour réduire les disparités régionales, le développement de l’innovation à travers l’offshoring et le développement de l’infrastructure.
Les autorités misent beaucoup sur la 4G pour inciter les petites entreprises à utiliser davantage Internet, idem pour toutes les franges de la société et les zones défavorisées.
Cette année, le ministère des Technologies de la Communication et de l’Économie numérique ambitionne d’étendre le taux de couverture pour le porter à 25% au niveau national et 20% au niveau régional.

Il est également question de tout faire pour que plus de 60% des institutions publiques rejoignent le réseau administratif intégré (360 institutions à part le ministère de l’intérieur).

Le e-goverment est aussi dans les petits papiers du gouvernement, lequel projette de développer le système Aman 2 et créer 10 lignes groupées à la disposition des citoyens.

En matière d’innovation technologique, une étude a été lancée dans l’optique de l’attribution d’un Label innovation pour les projets ayant souscrit au plan stratégique.

A signaler qu’un atelier de formation sur « l’Internet des objets », autour du « e-farming » et « smart meter », sera proposé. Le ministère des TIC et de l’Économie numérique planche également sur le rayonnement du pôle El Ghazela et des partenariats avec des organismes du même type dans le monde.

Voilà, comme vous le voyez, ce ne sont pas les idées qui manquent ! Pas de doute, le basculement numérique de la Tunisie est bien vendu par les autorités, notamment le sémillant ministre des TIC, Noomane Fehri. Reste à savoir si le gouvernement aura assez de souffle et de détermination pour aller au bout de cette affaire, et surtout si les énormes moyens mis en exergue seront effectivement mobilisés. Un dossier à suivre de très près…

par -

Deux conventions ont été signées jeudi au palais du gouvernement à la Kasbah entre la Tunisie et l’Inde dans les domaines de la Technologie de la communication et de l’artisanat, à l’occasion d’une visite officielle de deux jours (2 et 3 juin) qu’effectue une délégation indienne présidée par le vice-président de la République de l’Inde, Mohamed Hamid Ansari.
Les deux conventions ont été signées entre le ministre de la Technologie de la communication et de l’économie numérique, Noomen Fehri et la ministre du Tourisme et de l’artisanat, Salma Elloumi Rekik, du côté tunisien et le ministre d’Etat pour les Produits chimiques et les engrais, Hansraj Gangaram Ahir, du côté indien.
Le chef du gouvernement, Habib Essid a, à cette occasion, affirmé que le niveau de la coopération avec l’Inde sera élargi à différents domaines, tels que la politique à travers l’échange des idées et des points de vue et à d’autres secteurs économiques comme les industries automobile, chimique, pharmaceutique et l’agriculture.
Il a ajouté que les objectifs tendent à l’avenir à renforcer la coopération avec l’Inde dans l’espace africain, indiquant qu’il a été convenu de tenir la réunion de la haute commission tuniso-indienne en Inde à la fin de 2016.
Le vice-président de la République de l’Inde, Mohamed Hamid Ansari, a de son côté, fait savoir que l’Inde va se charger de la formation de 350 citoyens tunisiens dans différents domaines durant les cinq prochaines années.

par -

Tunisie Telecom (« TT ») fait référence au communiqué de presse émis par la société GO p.l.c (la « Société » ou « GO ») le 23 mai 2016 ayant trait à sa sélection en tant que Candidat Sélectionné pour l’acquisition des actions de GO. Tunisie Telecom annonce aujourd’hui son intention de lancer une offre publique d’achat volontaire pour l’intégralité du capital émis par la Société conformément au Chapitre 11 des Règles de Cotation publiées par l’Autorité des Services Financiers de Malte (« l’Offre Publique d’Achat Volontaire » ou « Offre »).

Selon les termes de l’Offre Publique d’Achat Volontaire, les actionnaires de la Société qui acceptent l’Offre seront en droit de recevoir une soulte en numéraire d’un montant de €2,87 par action.     Emirates International Télécommunications (Malta) Limited, détenteur de 60 786 292 d’actions de la Société (représentant 60% du capital émis de la Société) s’est engagé, sous réserve de certaines conditions, à accepter de façon irrévocable l’Offre Publique d’Achat Volontaire à hauteur de sa participation. Les termes et conditions de l’Offre Publique d’Achat Volontaire seront communiqués par Tunisie Telecom dans un prospectus qui sera publié dans les 21 jours qui suivent la date de cette annonce.

L’Offre sera émise selon les termes et conditions décrits dans le Document d’Offre et sera, inter alia, soumise aux conditions de clôture, dont notamment l’ensemble des autorisations réglementaires requises. L’Offre sera soumise à un seuil minimum d’acceptation de 60% des actions de la Société.

Nizar Bouguila, Président Directeur Général de Tunisie Telecom, déclare que “Nous sommes très heureux d’avoir été déclarés Candidat Sélectionné pour l’acquisition de la totalité du capital de la société GO. Notre détermination est grande pour être le partenaire de long terme de GO et lui permettre de poursuivre sa politique dynamique d’investissement dans le secteur des TIC à Malte ainsi qu’à Chypre au travers de sa filiale Cablenet. GO est  le 1er opérateur intégré de Malte ayant démontré un historique de performances opérationnelles et financières solides. Nous sommes pleinement convaincus de la forte complémentarité de nos deux groupes. Cette opération permettra à Tunisie Telecom et GO d’accélérer le déploiement  de nos réseaux fibre et 4G ainsi que de développer nos produits et services de data center et Cloud. GO pourra ainsi bénéficier du soutien, de l’expertise et des compétences de Tunisie Telecom. Pour sa part, Tunisie Telecom sera en mesure de bénéficier du savoir-faire reconnu de GO notamment dans l’offre quadruple-play et l’agrégation et distribution de contenu. Nous nous réjouissons de collaborer avec GO, son équipe de direction et ses employés en vue de la réalisation de ses objectifs stratégiques.”

Qui est GO p.l.c ?

GO est le premier opérateur quadruple-play de Malte, un opérateur intégré et convergeant dans les domaines des télécommunications et de divertissement, offrant une gamme étendue de produits et services. En tant que leader du marché des télécommunications de Malte, GO offre des services de téléphonie fixe et mobile, internet très haut débit, TV numérique, ainsi que des services aux entreprises tels que des solutions data, services IP et service de gestion et co-location. GO sert plus de 500,000 abonnés répartis sur l’ensemble de ses produits et services faisant de GO le plus grand opérateur de services de télécommunications sur Malte. La société GO est forte de 30 ans d’expérience dans le domaine des télécommunications. Elle détient 51% du capital de la société Cablenet, un opérateur haut débit leader en terme de croissance sur Chypre.

De l’autre côté, fondé il y a plus de 165 ans, Tunisie Telecom est l’opérateur intégré de télécommunications en Tunisie avec une position de leader sur tous les segments de marché avec plus de 7 millions d’abonnés et environ 7 500 employés. Tunisie Telecom dispose de la couverture mobile la plus étendue du pays, détient et exploite une infrastructure nationale de réseaux fixe et fibre complémentés par un réseau de câble sous-marins permettant une connectivité directe et entièrement redondante avec l’Europe, l’Afrique et l’Asie. L’offre de Tunisie Telecom inclut des services allant du mobile à haut débit 4G jusqu’au FTTH (Fiber-To-The-Home) et FTTB (Fiber-To-The-Building) ainsi que des solutions cloud et IP-MPLS pour les entreprises. Au 31 Décembre 2015, Tunisie Telecom a généré c.TND 1,2 milliard (c.€550 millions) de chiffre d’affaires et c.TND 453 millions (c.€204 millions) d’EBITDA, correspondant a une marge d’environ 38%.

Ce communiqué ne constitue pas une offre publique d’achat volontaire formelle au sens du Chapitre 11 des Règles de Cotation publiées par l’Autorité des Services Financiers de Malte.

par -

«Je suis là dans le cadre du renforcement de la coopération entre nos deux pays. Durant mon séjour, des accords seront signés dans les domaines de l’éducation, des Tic, de la formation professionnelle etc… » a annoncé le chef du Gouvernement tunisien à sa descente de l’avion, selon ce que rapporte le site ivoirien d’information Koaci. Rappelons que Habib Essid rend actuellement une visite de deux jours en Côte d’Ivoire où il est aussi accompagné par une délégation d’hommes d’affaires dont le communiqué officiel ne donnait pourtant aucune information. Avant son retour à Tunis, Essid devrait aussi se rendre au siège de la BAD, banque africaine de développement, puis présider la Grande commission mixte tuniso-ivoirienne et assister à un forum d’affaires.

Économiquement, la Côte d’Ivoire est le 3ème partenaire africain de la Tunisie avec un volume d’échange global de 77,77 MDT en composants mécaniques, textiles, matériaux de construction, produits pharmaceutiques et agroalimentaires importés. Une balance commerciale légèrement excédentaire puisque la Côte d’Ivoire exporte essentiellement le bois, l’huile de palme, le café, le cacao, le coton pour 13,125 MDT.

par -
Procédant à une augmentation de capital dans le cadre d’une introduction en bourse sur le marché alternatif

Le chiffre d’affaires global de la société Hexabyte, le seul FSI coté sur la bourse de Tunis, a enregistré au premier trimestre 2016, une hausse de 6,5% par rapport à celui de 2015 en passant de 2,102.780 MDT à 1,974.735 MDT. Cette augmentation du chiffre d’affaires s’explique notamment par le développement de la branche Revenus XDSL Entreprises et nom de domaine qui a réalisé une croissance au premier trimestre 2016 de 4% due à la compétitivité des solutions-pro. C’est ensuite l’évolution de 54,5% des Ventes Tablettes & Solutions surveillance IP, passant de 355 665 DT pour le 1er trimestre 2015 à 549 642 DT pour la même période de 2016, ayant généré des revenus additionnels de 193 mille dinars.

par -

Avec plus de 711 millions d’utilisateurs uniques dans le monde, Viber , l’une des applications de messagerie leaders mondiales, annonce le cryptage complet de bout en bout sur tous les appareils, y compris Android et iPhone, iPad, tablettes Android, PC et Mac. Disponible dans tous les pays d’ici les deux prochaines semaines pour les utilisateurs de Viber ayant téléchargé la dernière version, cette fonctionnalité comprend une sécurité renforcée de chaque appel vocal ou vidéo, message, vidéo et photo, pour les messages de groupe ou privés.

Dans le cadre de cette mise à jour, Viber lance également les « tchats cachés » qui permettront aux utilisateurs de masquer sur l‘écran principal de l’application des conversations spécifiques afin que personne d’autre n’en connaisse l’existence. Ce n’est qu’à l’aide d’un code PIN à 4 chiffres que ces conversations personnelles seront accessibles, offrant ainsi une couche supplémentaire de confidentialité aux utilisateurs. « Nous prenons la sécurité et la vie privée de nos utilisateurs très au sérieux, et il est primordial qu’ils se sentent en toute confiance et protégés en utilisant Viber » déclare Michael Shmilov, Directeur des Opérations de Viber.
Au cours du déploiement mondial de ces prochaines semaines, les utilisateurs se verront automatiquement protégés par le cryptage de bout en bout dans toutes les communications sur leur smartphone une fois qu’ils auront mis à jour la dernière version de Viber, v6.0 ou ultérieure. Les utilisateurs Viber présents sur iPad, tablette Android ou ordinateurs seront invités à reconnecter l’application à leur téléphone à l’aide d’un QR code.

par -
Une rencontre sera organisée à Tabarka autour du thème « la mise en route du Plan National Stratégique des TIC » le 14

Le ministre des technologies de la communication et de l’économie numérique Noomane Fehri a annoncé le lancement, jeudi, d’un projet visant à former 8 mille jeunes des différents gouvernorats du pays dans le secteur des TIC et des applications informatiques Le projet sera lancé officiellement, le 04 février 2016, dans le gouvernorat de Kasserine.
Dans une déclaration aux médias, jeudi, au palais des congrès, à Tunis, en marge de l’inauguration de la 1èreédition du « Tunisia Mobility Congress 2016 : forumd’affaires des technologies mobiles et des systèmes
embarqués », le ministre a affirmé qu’une formation théorique et pratique de quatre mois sera assurée aux jeunes diplômés du supérieur, notamment, ceux spécialisés dans les sciences humaines.
A la fin de la formation, le bénéficiaire élaborera une idée de projet pour lequel il obtiendra un don de l’Etat.
Le membre du gouvernement a rappelé que le projet a été programmé, depuis longtemps, et n’est pas en relation avec les récents événements et les manifestations revendiquant l’emploi dans plusieurs gouvernorats du pays. Fehri a estimé que le secteur des TIC sera le sauveur de l’économie tunisienne étant donné sa grande capacité d’emploi de milliers de jeunes tunisiens.
Il a, dans le même cadre, rappelé que ce secteur créera au cours des cinq prochaines années (2016/2020), 100 mille emplois directs dans le secteur privé dont 50 mille emplois sur le marché intérieur et le reste des emplois seront mis à la disposition des compétences tunisiennes à l’étranger.
Le ministre a, par ailleurs, indiqué qu’environ 20 mille emplois seront crées dans le domaine des applications de téléphonie mobile et les nouvelles technologies.
La première édition du Tunisia Mobility Congress 2016 sera organisée, les 28 et 29 janvier 2016, avec la participation de plus de 30 exposants et entreprises spécialisées dans le domaine des applications mobiles.
L’objectif du salon est de faire connaître les applications et les solutions informatiques pour les mettre à la disposition des entreprises tunisiennes, eu égard à leur (applications mobiles) importance dans la garantie de l’efficience du travail et le rapprochement des services numériques des utilisateurs.
Un stand a été dédié aux jeunes tunisiens ayant réussi à programmer des applications informatiques tunisiennes en vue de les encourager à mieux faire connaître leurs produits.
Fares Massaoudi, ingénieur informatique a souligné, dans ce cadre, qu’il a crée une application d’une maison
intelligente. Il s’agit d’applications électroniques permettant au propriétaire de la maison de gérer à distance plusieurs équipements dans sa maison. Le coût de l’application varie entre 2 mille et 4 mille dinars, contre un coût commercial d’environ 26 mille dinars pour les entreprises spécialisées dans cette technologie.

TAP

par -
La Tunisie abritera

La Tunisie abritera, du 9 au 11 décembre 2013, le premier forum ministériel africain sur l’intégration des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans l’éducation et la formation.

Quelque 200 participants sont attendus, dont 19 ministres africains en charge de l’éducation et de la formation. Des représentants de la BAD, de l’UNESCO, de l’OIF, d’Intel et de l’ADEA, ainsi que d’autres organismes de développement, et des acteurs et partenaires du secteur privé, du secteur spécialisé des TIC et de la société civile seront présents.

Cette initiative vise à aider les ministres africains en charge de l’éducation à mettre en place des politiques d’intégration des TIC efficaces et pertinentes qui permettront d’accélérer de manière stratégique la transformation de leurs systèmes d’éducation et de formation. Ceux-ci doivent devenir des leviers puissants pour la production du capital humain dont l’Afrique a besoin pour son développement durable.

par -
Une rencontre sera organisée à Tabarka autour du thème « la mise en route du Plan National Stratégique des TIC » le 14

Une rencontre sera organisée à Tabarka autour du thème « la mise en route du Plan National Stratégique des TIC » le 14, le 15 et le 16 juin 2013.

L’enjeu étant de partager les informations, les visions et les réflexions, de les faire converger dans une logique de Partenariat Public-Privé.

Le séminaire, qui se tiendra sur trois journées, a six objectifs :

– Partager une ambition pour le secteur des TIC pour les 5 années à venir

– Prendre connaissance des différentes stratégies nationales en relation avec le secteur des TIC qui ont été élaborées ces dernières années

– Actualiser et enrichir les orientations du Plan Stratégique TIC en cours d’élaboration par le Ministère des TIC

– Définir le plan projets TIC et les moyens associés pour le court-terme (2013/2014)

– Définir la Gouvernance du secteur public des TIC à court-terme et à long-terme

– Définir le portefeuille des projets TIC pour le moyen-terme et le long-terme (2015/2018).

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, le PDG de la Poste Tunisienne, Moez Chakchouk, a mis l’accent sur les efforts fournis par l’entreprise pour...

AFRIQUE