Tags Posts tagged with "tourisme, croisière,"

tourisme, croisière,

par -
Le tourisme de croisière se confirme de plus en plus comme un créneau porteur pouvant constituer une manne providentielle pour le tourisme tunisien qui subit de plein  fouet la rude concurrence  d’autres destinations méditerranéennes et les effets pervers des derniers évènements

Le tourisme de croisière se confirme de plus en plus comme un créneau porteur pouvant constituer une manne providentielle pour le tourisme tunisien qui subit de plein  fouet la rude concurrence  d’autres destinations méditerranéennes et les effets pervers des derniers évènements, notamment ceux de l’ambassade américaine. 
Cependant, depuis  le déclenchement des événements du 14 janvier, l’activité croisières en Tunisie a connu un recul considérable de 60%. Cette baisse a influencé le rendement de plusieurs autres activités qui y sont liées. Rappelons dans ce contexte qu’avant 2011, les trois cargos qui s’arrêtaient, en moyenne une fois par jour à la Goulette, se vidaient à prés de 80% de leurs passagers qui descendaient pour visiter Tunis.
Au début de 2012, les choses se sont détériorées. Le nombre de croisières s’est rétréci. Le gros des passagers préfèrent depuis rester dans leurs cabines et ne pas fouler le sol tunisien. En septembre 2012, sur les 4.400 touristes qui étaient sur ces bateaux, seuls 400 ont décidé de descendre. Ils étaient de 3.800 avant la révolution.
Force est de constater que  l’attaque  de l’ambassade US, a d’ores et déjà réduit  l’activité  croisières, étant donné qu’environ quatorze excursions maritimes peuplées d’environ 40.000 touristes organisés par les tours opérateurs et les armateurs américains  comme «Holland America », la «Royal Caribbean » ou «Disney Cruise » ont été annulés. Côté tourisme, la crise va se corser dans les prochains mois, la fréquentation touristique ayant baissé de 18%  par rapport à 2010.

 

Sauver le tourisme de croisières : oui ! Mais comment ?

L’Office de la marine marchande et des ports espère que l’année 2012 renouera avec les chiffres record de 2010. C’est dans ce contexte qu’une commission nationale, dirigée par l’Office de la marine marchande et des ports et groupant tous les intervenant, se réunira le 17 octobre 2012 en vue d’élaborer un rapport sur les mesures et les solutions à même d’éviter la régression du tourisme de croisière. Le rapport final sera soumis à la présidence du gouvernement.
De même il a été a décidé, de réviser à la baisse la taxe linéaire de cinq euros par croisiériste débarquant au port de la Goulette, au Nord de Tunis, et de la remplacer par un barème tarifaire plus incitatif, avec des réductions allant de 10% à 90%, une gratuité totale au profit de chaque armateur de croisières programmant une escale à la Goulette…
Grâce à ces mesures, les autorités espèrent relancer l’activité de croisières et plusieurs autres secteurs qui en profitent, directement et indirectement, comme les agences de voyages locales, les taxis, l’artisanat, ainsi que les musées et les sites archéologiques habituellement très fréquentés par les croisiéristes.
Il importe de souligner, à ce propos, que les prévisions tablent, avec ces nouvelles mesures et le retour des plus grands armateurs en Tunisie, sur un nombre objectif de 500 000 croisiéristes en 2012.

par -
Le tourisme de croisière se confirme de plus en plus comme un créneau porteur pouvant constituer une manne providentielle pour le tourisme tunisien qui subit de plein  fouet la rude concurrence  d’autres destinations méditerranéennes et les effets pervers des derniers évènements

Le tourisme de croisière se confirme de plus en plus comme un créneau porteur pouvant constituer une manne providentielle pour le tourisme tunisien qui subit de plein  fouet la rude concurrence  d’autres destinations méditerranéennes et les effets pervers des derniers évènements, notamment ceux de l’ambassade américaine. 
Cependant, depuis  le déclenchement des événements du 14 janvier, l’activité croisières en Tunisie a connu un recul considérable de 60%. Cette baisse a influencé le rendement de plusieurs autres activités qui y sont liées. Rappelons dans ce contexte qu’avant 2011, les trois cargos qui s’arrêtaient, en moyenne une fois par jour à la Goulette, se vidaient à prés de 80% de leurs passagers qui descendaient pour visiter Tunis.
Au début de 2012, les choses se sont détériorées. Le nombre de croisières s’est rétréci. Le gros des passagers préfèrent depuis rester dans leurs cabines et ne pas fouler le sol tunisien. En septembre 2012, sur les 4.400 touristes qui étaient sur ces bateaux, seuls 400 ont décidé de descendre. Ils étaient de 3.800 avant la révolution.
Force est de constater que  l’attaque  de l’ambassade US, a d’ores et déjà réduit  l’activité  croisières, étant donné qu’environ quatorze excursions maritimes peuplées d’environ 40.000 touristes organisés par les tours opérateurs et les armateurs américains  comme «Holland America », la «Royal Caribbean » ou «Disney Cruise » ont été annulés. Côté tourisme, la crise va se corser dans les prochains mois, la fréquentation touristique ayant baissé de 18%  par rapport à 2010.

 

Sauver le tourisme de croisières : oui ! Mais comment ?

L’Office de la marine marchande et des ports espère que l’année 2012 renouera avec les chiffres record de 2010. C’est dans ce contexte qu’une commission nationale, dirigée par l’Office de la marine marchande et des ports et groupant tous les intervenant, se réunira le 17 octobre 2012 en vue d’élaborer un rapport sur les mesures et les solutions à même d’éviter la régression du tourisme de croisière. Le rapport final sera soumis à la présidence du gouvernement.
De même il a été a décidé, de réviser à la baisse la taxe linéaire de cinq euros par croisiériste débarquant au port de la Goulette, au Nord de Tunis, et de la remplacer par un barème tarifaire plus incitatif, avec des réductions allant de 10% à 90%, une gratuité totale au profit de chaque armateur de croisières programmant une escale à la Goulette…
Grâce à ces mesures, les autorités espèrent relancer l’activité de croisières et plusieurs autres secteurs qui en profitent, directement et indirectement, comme les agences de voyages locales, les taxis, l’artisanat, ainsi que les musées et les sites archéologiques habituellement très fréquentés par les croisiéristes.
Il importe de souligner, à ce propos, que les prévisions tablent, avec ces nouvelles mesures et le retour des plus grands armateurs en Tunisie, sur un nombre objectif de 500 000 croisiéristes en 2012.

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

Le groupe libyen Ansar Asharia, classé comme organisation terroriste par l’ONU et les Etats-Unis, a annoncé samedi soir sa «dissolution», dans un communiqué publié...

SPORT

Reseaux Sociaux