Tags Posts tagged with "Tourisme saharien, Jamel Gamra"

Tourisme saharien, Jamel Gamra

par -
La promotion du tourisme saharien demeure un crédo majeur de Jamel Gamra

La promotion du tourisme saharien demeure un crédo majeur de Jamel Gamra, ministre du Tourisme eu égard aux atouts assez diversifiés dont dispose la région de Sud, Tozeur notamment qui emploie 50% de la main d’œuvre de toute la région.

Pour lui, cette activité de taille devrait être consolidée et développée en la dissociant du tourisme balnéaire et en mettant fin aux nombreux difficultés survenues après le 14 janvier 2011 causant la fermeture de 19 hôtels sur un total de 35.

Jamel Gamra, dans ce contexte, s’est dit optimiste estimant possible la conversion de la région de Sud en une destination à part entière, rentable pour les unités touristiques.

Partant de cette vérité, la célébration de la journée mondiale du tourisme à Tozeur n’était pas fortuite. Le but est clair : valoriser l’offre touristique régionale.

A cette occasion, un thème important a été abordé, lors d’un colloque organisé ce vendredi, à savoir « Le tourisme et l’eau ».

Y ont pris part plusieurs ambassadeurs et des diplomates étrangers accrédités en Tunisie, et de nombreux professionnels du tourisme et de l’hôtellerie.

Pour Jamel Gamra, l’important, aujourd’hui, est de trouver les meilleures méthodes d’innovation afin de mieux sensibiliser à l’usage de l’eau étant donné que le tourisme est un grand consommateur d’eau, considérée comme une denrée précieuse.

La démarche est stratégique dans la mesure où cette région ne dispose pas de suffisamment des ressources pour satisfaire une demande en forte croissance.

Utile de maîtriser la consommation de l’eau

Un avis partagé par Mosbah Helali, directeur des Etudes à la SONEDE qui a fait remarquer que la consommation de l’eau en 2011, a été de l’ordre de 16 millions de mètres cubes dans le secteur touristique.

La consommation unitaire par lit occupée est aux alentours de 536 litres-jour-lit. Une consommation, à son avis, très élevée par rapport aux objectifs du pays fixés à 300 litres-jour-habitant dans le futur

Il s’agit d’un défi de taille qui nécessite la mobilisation de tous les intervenants pour s’atteler aux très nombreux problèmes confrontés comme la gestion des ressources, les disparités régionales et le coût assez élevé d’exploitation.

Plusieurs recommandations ont été formulées à cette occasion, notamment l’intensification des campagnes de sensibilisation qui revêtent une utilité majeure pour l’ensemble des professionnels afin de rationaliser la consommation de l’eau, notamment dans les établissements touristiques du Sud où les ressources aquatiques sont très rares. Ceci nécessite déjà un transfert des eaux à partir du Nord et le recours aux ressources d’eau non conventionnelles telles que le dessalement de l’eau de mer avec un coût très excessif en termes d’investissement et d’exploitation.

Wiem .Thabti

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

L'Office national des statistiques (ONS) a annoncé que l'évolution des prix à la consommation en rythme annuel s'est située à 7% jusqu'à fin avril...