Tags Posts tagged with "Tourisme, Tunisie"

Tourisme, Tunisie

par -
Selon les données publiées sur le site web de la radio RTL

Selon les données publiées sur le site web de la radio RTL, sur les six premiers mois de l’année, le tourisme français en Tunisie était en baisse de 7% par rapport à la même période l’an dernier. C’est une chute de 40% par rapport aux chiffres recueillis en 2010. Majoritaires il y a quelques années, les touristes français sont de moins en moins nombreux à visiter la Tunisie. Aujourd’hui, la majorité des vacanciers sont italiens. Et pourtant, tout est prêt pour accueillir les touristes inquiets.

Les entrées d’hôtels sont toutes protégées et la police, elle, est omniprésente. Pour les Tunisiens, ce net recul est expliqué par une raison très simple : dans l’Hexagone, les médias français véhiculent une mauvaise image de leur pays. En réalité, plusieurs facteurs repoussent les touristes français à choisir la Tunisie comme destination de vacances. Parmi eux figurent la saleté des rues et le mauvais accueil dans les hôtels. Rappelons enfin que le ciel tunisien refuse toujours de s’ouvrir aux compagnies low-cost, relève la même source.

Commentant les chiffres et les données publiées par la RTL, Mohamed Ali Toumi , président de la Fédération tunisienne des agences de voyage (FTAV) a affirmé, dans une déclaration accordée à Africanmanager, que le marché français a effectivement baissé de 7%, toutefois les informations rapportées par le site web de RTL demeure un constat et cela ne touchera pas les réservations programmées pour la saison estivale. « C’est vrai que le tourisme français en Tunisie est en baisse de 7% par rapport à 2013. Ceci est expliqué par la sensibilité du touriste français à ce qui se passe en Tunisie. D’ailleurs, l’image de la Tunisie a été fortement écornée depuis le déclenchement des événements de la révolution (l’insécurité, dégradation de l’environnement…) cependant les données rapportées sur le site web de la RTL demeure un constat et cela ne pourrait pas toucher à la saison estivale », a-t-il réaffirmé.

A rappeler que la même source a récemment a indiqué sur son site web, citant une étude rendue publique récemment, que la Tunisie est la meilleure destination pour plus de 53 mille touristes français grâce aux caractéristiques de ses plages. Selon la même source, quatre plages tunisiennes sont classées déjà comme meilleures destinations des touristes français pour passer leurs vacances. L’île de Djerba arrive première suivie de Hammamet, Tabarka et Sidi Bousaid.

Le ministère du Tourisme reste toujours optimiste !

Malgré la baisse constatée au niveau du marché touristique européen au cours des cinq premiers mois de l’année en cours, le ministère du Tourisme a récemment déclaré que les prévisions des réservations de l’actuelle saison sont de 6.4 millions de touristes.

Pour y parvenir, des actions sont prévues à l’endroit des touristes. Des aménagements ont été réalisés en vue d’améliorer les procédures douanières et administratives au sein de l’aéroport international Tunis-Carthage.

Il s’agit également de l’amélioration de la capacité de réception des voyageurs au sein de l’espace de contrôle des bagages, de la création d’un espace réservé au passage des voyageurs de business class, du réaménagement du lounge Vip (salon d’honneur) de Tunisair et du box de l’Office national du tourisme tunisien (ONTT), outre l’amélioration du contrôle du bagage à main…

Nadia Ben Tamansourt

par -
Selon les données publiées sur le site web de la radio RTL

Selon les données publiées sur le site web de la radio RTL, sur les six premiers mois de l’année, le tourisme français en Tunisie était en baisse de 7% par rapport à la même période l’an dernier. C’est une chute de 40% par rapport aux chiffres recueillis en 2010. Majoritaires il y a quelques années, les touristes français sont de moins en moins nombreux à visiter la Tunisie. Aujourd’hui, la majorité des vacanciers sont italiens. Et pourtant, tout est prêt pour accueillir les touristes inquiets.

Les entrées d’hôtels sont toutes protégées et la police, elle, est omniprésente. Pour les Tunisiens, ce net recul est expliqué par une raison très simple : dans l’Hexagone, les médias français véhiculent une mauvaise image de leur pays. En réalité, plusieurs facteurs repoussent les touristes français à choisir la Tunisie comme destination de vacances. Parmi eux figurent la saleté des rues et le mauvais accueil dans les hôtels. Rappelons enfin que le ciel tunisien refuse toujours de s’ouvrir aux compagnies low-cost, relève la même source.

Commentant les chiffres et les données publiées par la RTL, Mohamed Ali Toumi , président de la Fédération tunisienne des agences de voyage (FTAV) a affirmé, dans une déclaration accordée à Africanmanager, que le marché français a effectivement baissé de 7%, toutefois les informations rapportées par le site web de RTL demeure un constat et cela ne touchera pas les réservations programmées pour la saison estivale. « C’est vrai que le tourisme français en Tunisie est en baisse de 7% par rapport à 2013. Ceci est expliqué par la sensibilité du touriste français à ce qui se passe en Tunisie. D’ailleurs, l’image de la Tunisie a été fortement écornée depuis le déclenchement des événements de la révolution (l’insécurité, dégradation de l’environnement…) cependant les données rapportées sur le site web de la RTL demeure un constat et cela ne pourrait pas toucher à la saison estivale », a-t-il réaffirmé.

A rappeler que la même source a récemment a indiqué sur son site web, citant une étude rendue publique récemment, que la Tunisie est la meilleure destination pour plus de 53 mille touristes français grâce aux caractéristiques de ses plages. Selon la même source, quatre plages tunisiennes sont classées déjà comme meilleures destinations des touristes français pour passer leurs vacances. L’île de Djerba arrive première suivie de Hammamet, Tabarka et Sidi Bousaid.

Le ministère du Tourisme reste toujours optimiste !

Malgré la baisse constatée au niveau du marché touristique européen au cours des cinq premiers mois de l’année en cours, le ministère du Tourisme a récemment déclaré que les prévisions des réservations de l’actuelle saison sont de 6.4 millions de touristes.

Pour y parvenir, des actions sont prévues à l’endroit des touristes. Des aménagements ont été réalisés en vue d’améliorer les procédures douanières et administratives au sein de l’aéroport international Tunis-Carthage.

Il s’agit également de l’amélioration de la capacité de réception des voyageurs au sein de l’espace de contrôle des bagages, de la création d’un espace réservé au passage des voyageurs de business class, du réaménagement du lounge Vip (salon d’honneur) de Tunisair et du box de l’Office national du tourisme tunisien (ONTT), outre l’amélioration du contrôle du bagage à main…

Nadia Ben Tamansourt

par -
Le Costa Rica est en tête des destinations que la plupart des touristes recommanderaient pour des vacances sur la base de leur expérience

Le Costa Rica est en tête des destinations que la plupart des touristes recommanderaient pour des vacances sur la base de leur expérience personnelle. La Tunisie figure en bas de tableau, selon les résultats d’une dans une enquête ayant concerné 23 000 vacanciers dans 26 pays.

Les trois destinations qui ont enthousiasmé le moins ceux qui avaient connu le pays au cours des 12 derniers mois, sont la Chine, de l’Indonésie et de la Tunisie.

L’Europe est en tête chez les consommateurs du monde entier planifiant leurs prochaines vacances.. Environ 43% des répondants ont déclaré qu’ils «envisagent sérieusement» une destination européenne, tandis que 27% étaient penchent pour l’Asie-Pacifique. Un total de 11%, 6% et 4% étaient à la recherche à Pour l’Amérique du Nord, Amérique latine / Caraïbes et l’Afrique / Moyen-Orient, ce taux est respectivement d 11%, 6% et 4%.

Les répondants pouvaient citer plus d’un facteur ayant influencé leurs décisions. Les recommandations d’amis ont obtenu le meilleur taux à l’échelle mondiale, soit 33%, l’expérience antérieure de la destination 30%, les sites de réservation ou la couverture médiatique 13%.

Les visiteurs ont également été influencés par des agences de voyage (12%), la publicité (12%) ou les opérateurs de voyage, tels que les compagnies aériennes et les groupes hôteliers (8%), précise l’enquête de Global Tourism Monitor.

par -
TripAdvisor

TripAdvisor, le plus grand site de voyage dans le monde a annoncé officiellement, mercredi, les résultats de ‘TripIndexTM Roome Service pour 2014, un benchmark des coûts des prestations et services annexes fournis à un grand nombre de voyageurs durant leur séjour dans des établissements hôteliers.

L’étude révèle que Las Vegas est la ville des États-Unis la plus chère au titre du Room Service avec une moyenne de 68 dollars tandis que Denver est la moins chère avec une moyenne de 41 dollars.

Le 2ème indice annuel compare le coût de commodités et des prestations dans la chambre dans 62 villes très populaires dans le monde, en plus de 15 villes aux États-Unis. L’étude prend en compte le prix d’un sandwich commandé au titre du service de chambre, du nettoyage à sec d’une chemise, et des consommations du mini-bar: une bouteille d’eau, les amuse-bouches, une mini bouteille de vodka, et une canette de soda.

Dans ce classement, Tunis, avec 18 dollars , est la ville au monde la moins chère pour le service en chambre( Room Service) où les prix sont inférieurs à la moitié du prix pratiqué dans la ville la moins chère des États-Unis( 41 dollars).

Helsinki , capitale de la Finlande est l’endroit international le plus cher pour un service de chambre. À 89 $, il est près de cinq fois plus cher que la destination la moins chère.

par -
Jamel Ben Gamra

Jamel Ben Gamra, ministre du tourisme a rassuré, jeudi ,les touristes algériens au sujet de la sécurité dans toutes les zones touristiques et surtout dans la ville de Tabarka , indique l’agence TAP.

Lors d’une conférence de presse tenue à Tabarka en présence de journalistes algériens, le ministre a souligné la stabilité de la sécurité tout au long des lignes frontalières tuniso-algériennes, hormis le mont Châambi à Kasserine, indiquant que les unités de sécurité et de l’armée nationale sont parvenues à neutraliser 50% des milices de terroristes.

Mettant en exergue la stabilité de la situation de sécurité le long des frontières tuniso- algériennes , Ben Gamra a indiqué que le centre frontalier de Malloula à Tabarka enregistre quotidiennement le passage de 2500 à 3000 personnes.

Le centre frontalier de Malloula a enregistré au cours de la période entre le 1er juin et 13 août 2013 une hausse de 167% du nombre de touristes algériens, par rapport à la même période de l’année écoulée .

par -
Indiscutablement

Indiscutablement, les problèmes entravant le développement du tourisme en Tunisie sont essentiellement d’ordre matériel dont notamment la faiblesse des infrastructures hôtelières, un personnel non qualifié, des insuffisances des structures d’accueil, etc. Il n’en demeure pas moins que de grandes avancées ont été enregistrées

Quoiqu’il en soit, nous sommes aujourd’hui témoins d’un réel effort de développement dans ce secteur. Partant par cette optique, le ministère du Tourisme, espère accueillir 10 millions de touristes par année d’ici 2015, et ce à travers l’encouragement des investissements nationaux ou étrangers par la réforme des lois contraignantes en la matière, la construction et la rénovation des infrastructures d’accueil, l’aménagement des sites naturels et historiques, le développement du tourisme par l’aménagement des anciennes voies de communication ,le développement de l’enseignement du personnel, la conformité aux normes internationales en matière de gestion du tourisme…

Rénovation de 45% du parc hôtelier rénové

Selon les dernières données communiquées par le ministère du Tourisme, depuis son lancement en 2005, le programme de mise à niveau du secteur hôtelier a approuvé les programmes de 113 établissements hôteliers totalisant une capacité de 57 000 lits, soit 45% de la capacité d’accueil nationale exploitable, moyennant un investissement global de 512 millions de dinars, soit quatre millions de dinars par projet.

Le constat est positif au plan de l’infrastructure hôtelière, mais le parcours déjà réalisé comporte plusieurs insuffisances se rapportant notamment à la formation professionnelle, à l’investissement immatériel et l’économie d’énergie qui demeurent les parents pauvres de ce programme. Trois composantes, pourtant, essentielles pour l’avenir du secteur.

Lors d’une réunion tenue récemment par le comité de pilotage du Programme de Mise à Niveau de l’Hôtellerie (PMNH), le COPIL a approuvé les demandes d’adhésion au PMNH de deux nouvelles unités hôtelières pour un investissement global de plus de 26 millions de dinars. Le mérite de ces dossiers c’est qu’ils vont drainer en Tunisie deux grandes enseignes mondiales de l’hôtellerie de luxe.

D’ailleurs, depuis le lancement du programme , en septembre 2005 et à ce jour, le COPIL a tenu 36 réunions qui ont permis de fixer les objectifs, définir les axes stratégiques du programme, examiner les candidatures d’adhésion au PMNH et approuver les projets de mise à niveau présentés.

A l’issue des 36 réunions du comité de pilotage, le nombre de demandes d’adhésion au programme de mise à niveau s’élève à 263. Le COPIL a examiné 213 dossiers de candidatures, dont 190 unités hôtelières ont obtenu l’accord de principe pour adhérer au programme.

Sur les 118 projets de mise à niveau examinés par le COPIL, 113 établissements hôteliers d’une capacité globale de 57 000 lits, ont été approuvés et sont à un stade avancé de la réalisation de leurs investissements. Les investissements globaux sont estimés à 512 millions de dinars, soit une moyenne de plus de 4 millions de dinars par projet.

Par, ailleurs, il y a lieu de signaler que le programme de mise à niveau fera l’objet d’une étude d’évaluation que le ministère du Tourisme a commandée et qui démarrera, à partir du 1 septembre 2013, pour livrer ses conclusions, dans deux mois.

Cette mission a pour objectif d’évaluer l’efficacité et l’efficience du programme et, par conséquent, sa pertinence, et de faire des recommandations, le cas échéant, pour son amélioration. Cette mission sera financée par l’Agence Française de Développement (AFD).

N.B.T

par -
Indiscutablement

Indiscutablement, les problèmes entravant le développement du tourisme en Tunisie sont essentiellement d’ordre matériel dont notamment la faiblesse des infrastructures hôtelières, un personnel non qualifié, des insuffisances des structures d’accueil, etc. Il n’en demeure pas moins que de grandes avancées ont été enregistrées

Quoiqu’il en soit, nous sommes aujourd’hui témoins d’un réel effort de développement dans ce secteur. Partant par cette optique, le ministère du Tourisme, espère accueillir 10 millions de touristes par année d’ici 2015, et ce à travers l’encouragement des investissements nationaux ou étrangers par la réforme des lois contraignantes en la matière, la construction et la rénovation des infrastructures d’accueil, l’aménagement des sites naturels et historiques, le développement du tourisme par l’aménagement des anciennes voies de communication ,le développement de l’enseignement du personnel, la conformité aux normes internationales en matière de gestion du tourisme…

Rénovation de 45% du parc hôtelier rénové

Selon les dernières données communiquées par le ministère du Tourisme, depuis son lancement en 2005, le programme de mise à niveau du secteur hôtelier a approuvé les programmes de 113 établissements hôteliers totalisant une capacité de 57 000 lits, soit 45% de la capacité d’accueil nationale exploitable, moyennant un investissement global de 512 millions de dinars, soit quatre millions de dinars par projet.

Le constat est positif au plan de l’infrastructure hôtelière, mais le parcours déjà réalisé comporte plusieurs insuffisances se rapportant notamment à la formation professionnelle, à l’investissement immatériel et l’économie d’énergie qui demeurent les parents pauvres de ce programme. Trois composantes, pourtant, essentielles pour l’avenir du secteur.

Lors d’une réunion tenue récemment par le comité de pilotage du Programme de Mise à Niveau de l’Hôtellerie (PMNH), le COPIL a approuvé les demandes d’adhésion au PMNH de deux nouvelles unités hôtelières pour un investissement global de plus de 26 millions de dinars. Le mérite de ces dossiers c’est qu’ils vont drainer en Tunisie deux grandes enseignes mondiales de l’hôtellerie de luxe.

D’ailleurs, depuis le lancement du programme , en septembre 2005 et à ce jour, le COPIL a tenu 36 réunions qui ont permis de fixer les objectifs, définir les axes stratégiques du programme, examiner les candidatures d’adhésion au PMNH et approuver les projets de mise à niveau présentés.

A l’issue des 36 réunions du comité de pilotage, le nombre de demandes d’adhésion au programme de mise à niveau s’élève à 263. Le COPIL a examiné 213 dossiers de candidatures, dont 190 unités hôtelières ont obtenu l’accord de principe pour adhérer au programme.

Sur les 118 projets de mise à niveau examinés par le COPIL, 113 établissements hôteliers d’une capacité globale de 57 000 lits, ont été approuvés et sont à un stade avancé de la réalisation de leurs investissements. Les investissements globaux sont estimés à 512 millions de dinars, soit une moyenne de plus de 4 millions de dinars par projet.

Par, ailleurs, il y a lieu de signaler que le programme de mise à niveau fera l’objet d’une étude d’évaluation que le ministère du Tourisme a commandée et qui démarrera, à partir du 1 septembre 2013, pour livrer ses conclusions, dans deux mois.

Cette mission a pour objectif d’évaluer l’efficacité et l’efficience du programme et, par conséquent, sa pertinence, et de faire des recommandations, le cas échéant, pour son amélioration. Cette mission sera financée par l’Agence Française de Développement (AFD).

N.B.T

par -
Une grande opération de promotion du  tourisme tunisien sera lancée à partir du 15 mai 2013 en France

Une grande opération de promotion du tourisme tunisien sera lancée à partir du 15 mai 2013 en France, dans le cadre des préparatifs pour la saison touristique estivale. A la faveur de cette nouvelle initiative, la Tunisie veut reconquérir le marché touristique français. Plusieurs tentatives ont été déjà lancées, mais elles n’ont pas abouti aux résultats escomptés. L’agressivité de la concurrence de pays concurrents, tels que la Turquie, l’Egypte et la Maroc a énormément atténué les chances de la Tunisie. C’est dans ce contexte que les professionnels du secteur touristique ont lancé, début 2013, de multiples campagnes qui devront mettre en exergue les produits à haute valeur ajoutée tels que le tourisme culturel, le tourisme saharien, le tourisme de bien-être, alors qu’un accent particulier sera mis sur la promotion du tourisme alternatif.

Attirer les touristes français : Oui, mais comment ?

Force est de remarquer que les campagnes publicitaires de la Tunisie sont encore faibles, si on les compare avec les autres pays voisins. Par conséquent, il est primordial d’organiser des voyages pour des français en Tunisie et de prendre des mesures urgentes et adéquates, afin de combler les lacunes même à court terme.

Selon les professionnels du tourisme, pour attirer les touristes français, il faut doter le secteur d’une meilleure visibilité. Le marketing, la publicité et des actions de communication joueront un rôle déterminant dans cette phase. Il faut également renforcer la visibilité des campagnes de communication dans les médias français.

Le succès de cette campagne est tributaire de quatre facteurs : l’instauration de la sécurité, l’effort à déployer par les municipalités et collectivités locales en général pour assurer la propreté des plages et des sites, le degré de détermination des professionnels à améliorer la qualité des services touristiques et enfin, la promotion de la Tunisie en tant que destination touristique confirmée.

Baisse du nombre des touristes français en Tunisie

Selon les derniers chiffres communiqués par le ministère du Tourisme, un million et demi de français avaient visité la Tunisie en 2010 sur un total de 7 millions de touristes. Le tourisme tunisien n’a pas encore réalisé sa reprise espérée, d’autant qu’une baisse du nombre des touristes accueillis en Tunisie a été enregistrée ( -20% par rapport à 2012 et -40% par rapport à 2010),durant le premier trimestre 2013. Il s’agit d’une situation préoccupante pour les acteurs du tourisme tunisien. A cet effet, les hôteliers et les T.O seront appelés à concocter des offres haut de gamme personnalisées et des combinaisons en matière de tourisme culturel, écologique, sportif, de santé et de bien-être.

Il convient de rappeler que le secteur du tourisme a subi de plein fouet les retombées de la crise politique que vit le pays depuis l’assassinat de Chokri Belaid. L’ensemble des indicateurs clignotent au rouge: recettes, taux d’occupation, nuitées et arrivées, en plus des investisseurs, qui se retirent l’un après l’autre…

Les Français veulent venir en Tunisie, cet été. Et justement, l’enjeu est d’élaborer une bonne stratégie pour que les touristes viennent absolument en masse, durant la saison estivale

Nadia Ben Tamansourt

par -
Une grande opération de promotion du  tourisme tunisien sera lancée à partir du 15 mai 2013 en France

Une grande opération de promotion du tourisme tunisien sera lancée à partir du 15 mai 2013 en France, dans le cadre des préparatifs pour la saison touristique estivale. A la faveur de cette nouvelle initiative, la Tunisie veut reconquérir le marché touristique français. Plusieurs tentatives ont été déjà lancées, mais elles n’ont pas abouti aux résultats escomptés. L’agressivité de la concurrence de pays concurrents, tels que la Turquie, l’Egypte et la Maroc a énormément atténué les chances de la Tunisie. C’est dans ce contexte que les professionnels du secteur touristique ont lancé, début 2013, de multiples campagnes qui devront mettre en exergue les produits à haute valeur ajoutée tels que le tourisme culturel, le tourisme saharien, le tourisme de bien-être, alors qu’un accent particulier sera mis sur la promotion du tourisme alternatif.

Attirer les touristes français : Oui, mais comment ?

Force est de remarquer que les campagnes publicitaires de la Tunisie sont encore faibles, si on les compare avec les autres pays voisins. Par conséquent, il est primordial d’organiser des voyages pour des français en Tunisie et de prendre des mesures urgentes et adéquates, afin de combler les lacunes même à court terme.

Selon les professionnels du tourisme, pour attirer les touristes français, il faut doter le secteur d’une meilleure visibilité. Le marketing, la publicité et des actions de communication joueront un rôle déterminant dans cette phase. Il faut également renforcer la visibilité des campagnes de communication dans les médias français.

Le succès de cette campagne est tributaire de quatre facteurs : l’instauration de la sécurité, l’effort à déployer par les municipalités et collectivités locales en général pour assurer la propreté des plages et des sites, le degré de détermination des professionnels à améliorer la qualité des services touristiques et enfin, la promotion de la Tunisie en tant que destination touristique confirmée.

Baisse du nombre des touristes français en Tunisie

Selon les derniers chiffres communiqués par le ministère du Tourisme, un million et demi de français avaient visité la Tunisie en 2010 sur un total de 7 millions de touristes. Le tourisme tunisien n’a pas encore réalisé sa reprise espérée, d’autant qu’une baisse du nombre des touristes accueillis en Tunisie a été enregistrée ( -20% par rapport à 2012 et -40% par rapport à 2010),durant le premier trimestre 2013. Il s’agit d’une situation préoccupante pour les acteurs du tourisme tunisien. A cet effet, les hôteliers et les T.O seront appelés à concocter des offres haut de gamme personnalisées et des combinaisons en matière de tourisme culturel, écologique, sportif, de santé et de bien-être.

Il convient de rappeler que le secteur du tourisme a subi de plein fouet les retombées de la crise politique que vit le pays depuis l’assassinat de Chokri Belaid. L’ensemble des indicateurs clignotent au rouge: recettes, taux d’occupation, nuitées et arrivées, en plus des investisseurs, qui se retirent l’un après l’autre…

Les Français veulent venir en Tunisie, cet été. Et justement, l’enjeu est d’élaborer une bonne stratégie pour que les touristes viennent absolument en masse, durant la saison estivale

Nadia Ben Tamansourt

par -
En dépit de tous ses atouts réels et potentiels

En dépit de tous ses atouts réels et potentiels, la compétitivité du tourisme tunisien ne cesse de dégringoler. Le rapport 2013 du Forum Economique Mondial (FEM) sur la « L’indice de compétitivité voyage et tourisme », qui a fait une comparaison entre les années 2013 et 2011 », a écarté la Tunisie ainsi que la Libye de son classement, suite à « l’absence des données » sur ces deux pays. Une mauvaise nouvelle qui tombe au moment où la Tunisie veut rassurer afin de faire revenir ses touristes et propulser en gamme un secteur assurant environ 7% du PIB. D’ailleurs, pour l’année 2013, la Tunisie table sur 430 000 touristes allemands, soit une évolution de 9% par rapport aux années précédentes.

Le rapport a révélé, en outre, que l’Algérie a été classée au bas de la liste, occupant la 132ème place sur les 140 pays classés après sa 113ème position sur 139 pays étudiés, en 2011, alors que l’Egypte est citée comme un pays où la situation de crise politique perdure depuis plus de deux ans.

Dans une déclaration à Africanmanager, Anouar Boukhari, commissaire régional du tourisme à Tabarka, a expliqué que ce classement n’a aucune influence sur le tourisme tunisien. Et d’ajouter qu’il est impossible d’avoir des chiffres significatifs tant que la Tunisie se trouve dans une période postrévolutionnaire, d’où l’absence de la Tunisie dans ce classement.

Il a expliqué, en outre, que l’année 2011 ne peut pas être sujette à comparaison et que tous les chiffres se sont comparés à l’aune de l’année 2010.

Il a précisé qu’en 2011, la Tunisie n’été pas fixée sur des marchés bien déterminés contrairement à l’année 2012 où le secteur du tourisme a travaillé en vrac.

Pour donner à César ce qui lui appartient, force est de constater que le secteur du tourisme en Tunisie continue de payer cher la facture de la Révolution, bien qu’il n’ait jamais fait sa propre Révolution. Les principaux indices du secteur clignotent au rouge. D’après les dernières statistiques de l’ONTT, les entrées touristiques en Tunisie ont baissé de 20,4%, entre 2013 et 2010 (du 1er janvier au 20 février), à 439 708 touristes. Cette régression a touché plusieurs marchés émetteurs, surtout ceux d’Europe et du Maghreb. On ne manquera pas de relever que la situation dans le tourisme s’est aggravée encore après l’attaque de l’ambassade américaine à Tunis, en septembre 2012, et plus récemment, l’assassinat de l’opposant Chokri Belaid, le 6 février 2013. Ces deux facteurs ont un impact fortement négatif sur le secteur. D’ores et déjà, le ministère français des Affaires étrangères a classé le sud de la Tunisie, berceau du « printemps arabe » dans la zone rouge, ce qui signifie, entre autres, que la Tunisie est une zone déconseillée pour les touristes souhaitant se rendre dans ce pays pour les vacances de l’été.

Le fait est que « l’instabilité politique et l’inefficacité gouvernementale sont parmi les principales causes de la mauvaise performance du secteur, affirme le rapport du FEM en précisant que ces deux déterminantes peuvent souvent entraîner des taux de criminalité élevés et un retard de croissance du développement économique. Mais il n’y a pas que la sécurité qui détermine le succès du tourisme.

Le rapport définit quatre autres facteurs qui défavorisent des pays par rapport à d’autres, dont principalement « l’affinité pour le voyage et tourisme » qui comprend « l’orientation client », « l’ouverture aux visiteurs étrangers » et la « participation » d’acteurs locaux. Deux autres éléments sont cités. Il s’agit des « politiques publiques », notamment en matière de « barrières à l’entrée » (visas), de « libéralisation du secteur » et de « coopération public/privé », et la « compétitivité des prix » qui comprend les « offres abordables », « niveau d’imposition » et « pouvoir d’achat/taux de change ». La politique environnementale et le développement durable (législation, « innovations du secteur privé », et « conservation de la nature ») est aussi prise en compte dans la notation de la qualité du tourisme dans les pays étudiés.

Khadija Taboubi

par -
En dépit de tous ses atouts réels et potentiels

En dépit de tous ses atouts réels et potentiels, la compétitivité du tourisme tunisien ne cesse de dégringoler. Le rapport 2013 du Forum Economique Mondial (FEM) sur la « L’indice de compétitivité voyage et tourisme », qui a fait une comparaison entre les années 2013 et 2011 », a écarté la Tunisie ainsi que la Libye de son classement, suite à « l’absence des données » sur ces deux pays. Une mauvaise nouvelle qui tombe au moment où la Tunisie veut rassurer afin de faire revenir ses touristes et propulser en gamme un secteur assurant environ 7% du PIB. D’ailleurs, pour l’année 2013, la Tunisie table sur 430 000 touristes allemands, soit une évolution de 9% par rapport aux années précédentes.

Le rapport a révélé, en outre, que l’Algérie a été classée au bas de la liste, occupant la 132ème place sur les 140 pays classés après sa 113ème position sur 139 pays étudiés, en 2011, alors que l’Egypte est citée comme un pays où la situation de crise politique perdure depuis plus de deux ans.

Dans une déclaration à Africanmanager, Anouar Boukhari, commissaire régional du tourisme à Tabarka, a expliqué que ce classement n’a aucune influence sur le tourisme tunisien. Et d’ajouter qu’il est impossible d’avoir des chiffres significatifs tant que la Tunisie se trouve dans une période postrévolutionnaire, d’où l’absence de la Tunisie dans ce classement.

Il a expliqué, en outre, que l’année 2011 ne peut pas être sujette à comparaison et que tous les chiffres se sont comparés à l’aune de l’année 2010.

Il a précisé qu’en 2011, la Tunisie n’été pas fixée sur des marchés bien déterminés contrairement à l’année 2012 où le secteur du tourisme a travaillé en vrac.

Pour donner à César ce qui lui appartient, force est de constater que le secteur du tourisme en Tunisie continue de payer cher la facture de la Révolution, bien qu’il n’ait jamais fait sa propre Révolution. Les principaux indices du secteur clignotent au rouge. D’après les dernières statistiques de l’ONTT, les entrées touristiques en Tunisie ont baissé de 20,4%, entre 2013 et 2010 (du 1er janvier au 20 février), à 439 708 touristes. Cette régression a touché plusieurs marchés émetteurs, surtout ceux d’Europe et du Maghreb. On ne manquera pas de relever que la situation dans le tourisme s’est aggravée encore après l’attaque de l’ambassade américaine à Tunis, en septembre 2012, et plus récemment, l’assassinat de l’opposant Chokri Belaid, le 6 février 2013. Ces deux facteurs ont un impact fortement négatif sur le secteur. D’ores et déjà, le ministère français des Affaires étrangères a classé le sud de la Tunisie, berceau du « printemps arabe » dans la zone rouge, ce qui signifie, entre autres, que la Tunisie est une zone déconseillée pour les touristes souhaitant se rendre dans ce pays pour les vacances de l’été.

Le fait est que « l’instabilité politique et l’inefficacité gouvernementale sont parmi les principales causes de la mauvaise performance du secteur, affirme le rapport du FEM en précisant que ces deux déterminantes peuvent souvent entraîner des taux de criminalité élevés et un retard de croissance du développement économique. Mais il n’y a pas que la sécurité qui détermine le succès du tourisme.

Le rapport définit quatre autres facteurs qui défavorisent des pays par rapport à d’autres, dont principalement « l’affinité pour le voyage et tourisme » qui comprend « l’orientation client », « l’ouverture aux visiteurs étrangers » et la « participation » d’acteurs locaux. Deux autres éléments sont cités. Il s’agit des « politiques publiques », notamment en matière de « barrières à l’entrée » (visas), de « libéralisation du secteur » et de « coopération public/privé », et la « compétitivité des prix » qui comprend les « offres abordables », « niveau d’imposition » et « pouvoir d’achat/taux de change ». La politique environnementale et le développement durable (législation, « innovations du secteur privé », et « conservation de la nature ») est aussi prise en compte dans la notation de la qualité du tourisme dans les pays étudiés.

Khadija Taboubi

par -
La nouvelle stratégie de développement du tourisme tunisien à l'horizon 2016 sera officiellement lancée

La nouvelle stratégie de développement du tourisme tunisien à l’horizon 2016 sera officiellement lancée, le 19 février 2013.

Mille participants et plusieurs invités étrangers ainsi que des membres du gouvernement, des professionnels, des représentants des institutions de financement, de la société civile et des associations de développement et de promotion du tourisme durable sont attendus à ce forum.

En se basant sur cette nouvelle stratégie, la Tunisie ambitionne d’attirer, dans le cadre de cette stratégie, 10 millions de touristes en 2016.

par -
Le secteur du tourisme

Le secteur du tourisme, instable depuis la révolution, vient de se prévaloir d’une belle performance. C’est dans ce contexte que l’activité a donné des signes de reprise pour les 5 premiers mois de l’année en cours, avec un accroissement des recettes touristiques de 924,0 millions de dinars, contre 678,3 MDT pour la même période de 2011, soit une hausse de 36,2%.

Selon les indicateurs de l’ONTT, le nombre de nuitées touristiques a atteint, 163.746 contre 147.364 nuitées au cours de la même période de 2011, soit une hausse de 11,1%. Le nombre d’étrangers non résidents ayant visité la Tunisie, durant la même période a augmenté de 48,4% par rapport à la même période de 2011.

La même source relève que la Tunisie a accueilli 1,9 million de touristes, au cours des cinq premiers mois de 2012, contre 1.3 million, à la fin du mois de mai 2011.Le premier client de la Tunisie est le marché maghrébin avec une hausse de 79,9%, soit un nombre total de touristes de plus de 1 million contre 609.951 en 2011.

Les Libyens sont, en classement, les premiers touristes qui ont visité la Tunisie, au cours des cinq premiers mois de 2012, enregistrant, de ce fait, un afflux de 813.476 touristes jusqu’à la fin du mois de mai 2012 contre 389.555 touristes, au cours de la même période de l’année 2011. Ils sont suivis par les Algériens avec des flux de l’ordre de 263.137 contre 204.623 en 2011.

Par la suite, le marché européen arrive en deuxième place avec 755.401 touristes contre 491.648 touristes, au cours de la même période de l’année écoulée, soit une progression de 53,6%. Signalons à ce propos que le marché français a occupé la première place, avec 314.022 touristes, en 2012 (cinq premiers mois) contre 229.566 touristes pour la même période de 2011, en augmentation de 36,8%.

Toujours en comparaison avec les cinq premiers mois de 2011, le nombre des touristes allemands, anglais et italiens a progressé respectivement de 100,7%, passant de 49.882 touristes à 100.093 touristes, de 56,5% passant de 62.519 touristes à 97.858 touristes et de 53,4% avec un afflux de 34.077 touristes contre 52.291 touristes.

Sur un autre volet, le tourisme américain a repris son activité sur la destination Tunisie progressant de 68,1% pour s’établir à 12.366 touristes contre 7.356 touristes, en 2011. De même, le nombre des touristes américains ayant visité la Tunisie est supérieur à celui des Canadiens : 8.045 touristes américains contre 4.435 touristes canadiens.

Indiscutablement, la reprise touristique ne se fera pas seulement à la faveur de la mise en place d’une nouvelle Constitution, d’un nouveau système politique. Elle dépendra pour beaucoup de l’amélioration concrète de la sécurité, le dernier rempart pour sauver l’activité. Certes, le calme est revenu, mais si les violences devaient reprendre, la saison estivale serait totalement catastrophique. Maintenant que la dictature paralysante a disparu, il est temps que de renouveler ce secteur.

N.B.T

par -
Le secteur du tourisme

Le secteur du tourisme, instable depuis la révolution, vient de se prévaloir d’une belle performance. C’est dans ce contexte que l’activité a donné des signes de reprise pour les 5 premiers mois de l’année en cours, avec un accroissement des recettes touristiques de 924,0 millions de dinars, contre 678,3 MDT pour la même période de 2011, soit une hausse de 36,2%.

Selon les indicateurs de l’ONTT, le nombre de nuitées touristiques a atteint, 163.746 contre 147.364 nuitées au cours de la même période de 2011, soit une hausse de 11,1%. Le nombre d’étrangers non résidents ayant visité la Tunisie, durant la même période a augmenté de 48,4% par rapport à la même période de 2011.

La même source relève que la Tunisie a accueilli 1,9 million de touristes, au cours des cinq premiers mois de 2012, contre 1.3 million, à la fin du mois de mai 2011.Le premier client de la Tunisie est le marché maghrébin avec une hausse de 79,9%, soit un nombre total de touristes de plus de 1 million contre 609.951 en 2011.

Les Libyens sont, en classement, les premiers touristes qui ont visité la Tunisie, au cours des cinq premiers mois de 2012, enregistrant, de ce fait, un afflux de 813.476 touristes jusqu’à la fin du mois de mai 2012 contre 389.555 touristes, au cours de la même période de l’année 2011. Ils sont suivis par les Algériens avec des flux de l’ordre de 263.137 contre 204.623 en 2011.

Par la suite, le marché européen arrive en deuxième place avec 755.401 touristes contre 491.648 touristes, au cours de la même période de l’année écoulée, soit une progression de 53,6%. Signalons à ce propos que le marché français a occupé la première place, avec 314.022 touristes, en 2012 (cinq premiers mois) contre 229.566 touristes pour la même période de 2011, en augmentation de 36,8%.

Toujours en comparaison avec les cinq premiers mois de 2011, le nombre des touristes allemands, anglais et italiens a progressé respectivement de 100,7%, passant de 49.882 touristes à 100.093 touristes, de 56,5% passant de 62.519 touristes à 97.858 touristes et de 53,4% avec un afflux de 34.077 touristes contre 52.291 touristes.

Sur un autre volet, le tourisme américain a repris son activité sur la destination Tunisie progressant de 68,1% pour s’établir à 12.366 touristes contre 7.356 touristes, en 2011. De même, le nombre des touristes américains ayant visité la Tunisie est supérieur à celui des Canadiens : 8.045 touristes américains contre 4.435 touristes canadiens.

Indiscutablement, la reprise touristique ne se fera pas seulement à la faveur de la mise en place d’une nouvelle Constitution, d’un nouveau système politique. Elle dépendra pour beaucoup de l’amélioration concrète de la sécurité, le dernier rempart pour sauver l’activité. Certes, le calme est revenu, mais si les violences devaient reprendre, la saison estivale serait totalement catastrophique. Maintenant que la dictature paralysante a disparu, il est temps que de renouveler ce secteur.

N.B.T

par -
Suite à une année 2011 sinistrée pour cause de révolution

Suite à une année 2011 sinistrée pour cause de révolution, le secteur du tourisme tunisien donne des signes de reprise pour le premier trimestre 2012 par rapport à la même période de 2011. Selon les chiffres disponibles, le secteur a retrouvé presque 80% de son activité durant les 4 premiers mois de cette année alors que le chiffre d’affaire est presque équivalent à celui de la même période de l’année 2010.

C’est la raison pour laquelle, Elyes Fakhfakh, ministre du Tourisme, reste optimiste pour la saison 2012 estimant, dans une déclaration à Shems Fm, que le nombre des touristes atteindra environ 6 millions de touristes. Un optimisme qui est expliqué par l’amélioration affichée dans le secteur ainsi que par un taux de réservations assez encourageant.

par -
 Les réservations en mars ont chuté de 4% par rapport à l'année précédente

 Les réservations en mars ont chuté de 4% par rapport à l’année précédente, selon un bilan du Snav-Atout France, publié jeudi 19 avril. « L’influence des élections à venir [semble] l’emporter sur l’effet favorable du calendrier en ce qui concerne les ponts », expliquent les deux organismes, selon le site « CommentCamarche ».

Les réservations sur le moyen courrier sont en baisse de 5% en volume d’affaires et en nombre de passagers. Toutefois, le Snav (Syndicat national des agents de voyages) et Atout France remarquent une forte augmentation pour la Tunisie (+121%) et le Maroc (+38%), qui semblent remonter la pente après les importantes baisses de réservations, l’an dernier.

Ces remontées pénalisent l’Espagne et l’Italie, avec des reculs de réservations respectivement de 17% et 12%. 

par -
Le secteur touristique en Tunisie a enregistré du 1er janvier au 10 mars des signes de reprise avec une hausse de 46% du nombre des touristes

Le secteur touristique en Tunisie a enregistré du 1er janvier au 10 mars des signes de reprise avec une hausse de 46% du nombre des touristes, qui a atteint 660 mille contre 451 mille durant la même période en 2011, a appris la PANA des services du ministère du Tourisme.

Les marchés maghrébins sont les premiers émetteurs de touristes en 2012. Il s’agit notamment de la Libye, près de 334 mille et de l’Algérie, 103 mille. Pour ce qui est des marchés européens, la France figure en tête de liste (82.000 touristes), suivie de loin par l’Allemagne (27.000), l’Angleterre (25.000) et l’Italie (18.000).

Il a été noté une augmentation du nombre des touristes provenant de tous les marchés traditionnels à l’exception de la Grèce, la Croatie, le Soudan et l’Egypte.

par -
Djerba abritera

Djerba abritera, les 16 et 17 avril 2012, la Conférence internationale sur le tourisme méditerranéen. La convention portant organisation conjointe de cette manifestation entre la Tunisie et l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) a été signée, jeudi 19 janvier 2012, à Madrid, par Elyes Fakhfakh, ministre tunisien du Tourisme, et Taleb Rifaai, secrétaire général de l’organisation.

Plus de trois cents experts du tourisme et plusieurs ministres du tourisme des rives Nord et Sud de la Méditerranée seront attendus à cette manifestation.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, le PDG de la Poste Tunisienne, Moez Chakchouk, a mis l’accent sur les efforts fournis par l’entreprise pour...

AFRIQUE

SPORT