Tags Posts tagged with "touristes,"

touristes,

par -

On aurait aimé ne pas être amenés à écrire ce genre de papier en ce moment même où commencent à se dessiner les prémices d’une possible reprise, tant les informations dont nous faisons ici état avec force photographies, pourrait battre en brèche les efforts d’au moins 3 ministères pour bien préparer la relance de tout un secteur qui fait vivre des centaines de milliers de personnes. Il s’agit de ceux de l’intérieur, du tourisme et de l’environnement. Ce n’est pourtant pas faute de les avoir alertés. Nous les avions contactés tous, depuis l’été dernier, pour le ministère de l’intérieur et il y a seulement quelques jours, pour les deux autres. Nous continuons alors notre travail de lanceurs d’alerte. D’abord contre l’inertie des premiers concernés par cette action de maintenance que sont les municipalités et l’Apal (Agence de protection et d’aménagement du littoral). Mais ensuite le ministère de l’Environnement qui renvoie automatiquement vers l’Apal sans pouvoir le faire bouger et le pousser à la réaction, et le ministère du Tourisme qui renvoie vers le ministère de l’Environnement qui renvoie lui-même vers l’APAL qui ne bouge pas. Venus constater les dégâts il y a quelques jours, des cadres de l’Apal ont estimé que «il suffira d’attendre que la mer remonte et emporte elle-même toutes les saletés».

C’est dire toute l’inertie et toute l’apathie de ces trois structures étatiques face à la question de l’entretien et de la maintenance du fonds de commerce d’un très large pan de l’économie nationale. Mais d’abord les faits :

  • La relance et son seul point fort

En effet, la relance du tourisme se confirme. Divers TO ont, soit levé, soit assoupli leurs warnings sur les voyages et donc le déplacement de leurs touristes en Tunisie. MSC Cruise, pour le maritime, recommence à desservir le port touristique de La Goulette, TUI et Thomas Cook essentiellement, pour l’aérien, ont annoncé le retour de leurs vols touristiques sur la Tunisie. Chez certaines nationalités, importantes pour le tourisme tunisien comme les Français et les Belges, ou encore les Russes, les réservations ou «Early Booking», se comptent déjà en centaines de milliers. Le président du SETO, René Chikli, a même annoncé que le Booking vers la destination Tunisie a augmenté de 40 % pour la saison 2017 par rapport à 2016. Tout cela promet donc une assez bonne saison touristique et nécessiterait par conséquent une préparation de l’essentiel des produits que vend la Tunisie à ses touristes que sont les SSB.

Pour tous ces touristes, la Tunisie vend jusqu’ici principalement une image, qui est son fonds de commerce, faite de soleil, plage et mer. Le fameux triptyque «SSB» ou «Sun, Sea & Beach». Et si le soleil est une ressource naturelle qui ne demande pas entretien, ce n’est pas le cas de la mer et de la plage. Ces deux dernières ont en effet besoin d’un entretient continu. Les villes touristiques perçoivent, de plus, au moins une partie de la taxe touristique, normalement destinée à l’entretien des plages qui constituent l’essentiel des ressources de ces villes qui ne vivent que du tourisme.

  • Des tonnes d’algues, de la bière, du vin et du plastique

En face de ces vérités, un état des lieux, plutôt désastreux des plages et de la mer. Nous prenons pour cela l’exemple de la principale région, Sousse et El Kantaoui, Mecque de la majorité des touristes algériens et russes entre autres, pour ne citer que les chiffres des deux dernières années.

Dans cette région et sa principale station balnéaire, les plages sont sales, très sales mêmes. Le sable fin que recherchent les touristes, est couvert de tonnes d’algues, de milliers de bouteilles et canettes de bière, de bouteilles de vin vides et de tonnes de plastique, comme le montrent ces photos prises il y a quelques jours par nos soins.

Des algues charriées et déposées, certes par la mer pendant la période hivernale. Mais d’autres détritus, déposés par les hommes, sans que les municipalités, celles d’Akouda et de Hammam-Sousse en particulier, ne bougent le petit doigt. L’Apal, non plus, dort du plus profond de son sommeil. On avait tenté, l’année dernière, de la réveiller par l’intervention de l’ancien ministre de l’Environnement. Il se révèlera impuissant devant le refus de bouger de l’Apal. Des riverains avaient essayé de rendre sa propreté à la plage et ont même loué des engins de levée et de transport. Ils seront empêchés par l’Apal de déplacer une seule algue, et ont même été avertis par PV du risque de déplacer les saletés qui envahissent les plages et n’ont donc pu rien entreprendre dans ce sens. Des autorités qui ne font pas, non plus même en pleine période estivale, leur devoir de propreté de ces plages par les passages périodiques et quotidiens des tamis de plages et par la mise en place de corbeilles et de poubelles de plein air sur ces plages. Des activités pourtant de leur unique ressort.

A quelques semaines de l’afflux touristique, ces plages ne sont en effet toujours pas traitées, ni par les municipalités, ni par l’Apal. Les tonnes d’algues s’entassent, couvertes par le sable transporté par le roulis des vagues et se transforment en pourritures puantes, autour desquelles s’agglutinent des millions de moustiques de plage. Ils dévalorisent ainsi le fonds de commerce de toute une région qui ne vit que par ces plages. Des plages qui ravaleront par la suite, sous l’effet du roulis des vagues, les tonnes de plastique déposées, les canettes de bière et les bouteilles de vin vides, jetés par les hordes de soulards du bord de plage dès que la nuit tombe.

Des hordes, non contrôlées par le poste de police, qui n’est pourtant qu’à quelques mètres de la plage. L’été 2016, nous avions rendu visite au district de police de Sousse. C’était peine perdue. Quelques rondes passaient, de temps en autre, jetaient un Salamalec et s’en allaient. Quelque chose changera-t-elle enfin ? Lequel des 3 ministres lèvera enfin le petit doigt pour ces kilomètres de plages enfouis sous les saletés et les détritus ? N’y aurait-il pas là crime de non-assistance à plages en danger ?

 

par -

Des avions légers ont survolé, dimanche 26 février 2017, le ciel de Tozeur à l’occasion du démarrage de la 1ère édition du festival d’aéronautique dans la région organisé à l’initiative de l’association tunisienne de l’aéronautique (ATA), de la chambre pour le développement du tourisme oasien et saharien et de l’Association des Professionnels Navigants de l’Aviation de France, rapporte la Tap.
Cette manifestation marque la célébration du 104e anniversaire de l’atterrissage à Tozeur, du premier avion léger. Des shows aériens d’avions légers sont au rendez-vous de cette manifestation de deux jours, a déclaré Nebil Gasmi, président de la chambre pour le développement du tourisme oasien et saharien, ajoutant qu’il a été décidé d’organiser des activités similaires au cours du mois de février de chaque année, période pendant laquelle l’aviation légère est interdite en Europe. Cette initiative, a-t-il dit, s’inscrit dans le cadre des efforts déployés en vue de relancer le tourisme dans la région.
De son côté, Habib Soussia, président de l’association tunisienne de l’aéronautique (ATA), a fait remarquer que cette manifestation organisée avec l’appui de l’office national du tourisme tunisien vise à renforcer l’animation touristique et culturelle dans plusieurs régions. Des shows aériens seront, également, organisés à Kairouan, Bizerte et Zaghouan, a-t-il dit, faisant savoir que des spectacles aériens d’envergure seront organisés à partir de l’année prochaine afin d’attirer une nouvelle catégorie de touristes.

par -

Quelques 231 336 entrées touristiques ont été enregistrées au mois de Janvier 2017, en évolution de 10,5% par rapport au même mois en 2016, alors que les prémices d’une reprise du tourisme européen et notamment français et anglais, vers la destination Tunisie, se dessinent, rapporte la TAP, citant les dernières statistiques de l’Office National du Tourisme Tunisien (ONTT).
La configuration du marché touristique reste inchangée, puisque 58,4% des touristes arrivés au cours du mois de janvier 2017, sont des maghrébins, au nombre de 182 514 personnes, (+7,9% par rapport à 2016). La part du lion revient aux algériens (97 978 entrées en hausse de 48,7%), suivis par les libyens dont les entrées se sont élevées à 80 696 personnes (+18,2%).
S’agissant des marchés traditionnels de la Tunisie, le nombre des touristes européens a atteint, au cours de janvier 2017, 39 462 touristes (12,6% des entrées enregistrées), avec une amélioration des entrées des français (20 250 touristes, en hausse de 29,5%).
Après avoir déserté la Tunisie, à la suite de l’attentat de Sousse (26 Juin 2015), quelque 1500 touristes anglais, attirés par les bas prix pratiqués par les unités hôtelières, ont visité la Tunisie, au mois de Janvier, enregistrant une augmentation de 22,4%, par rapport à l’année dernière.
Le nombre des Tunisiens résidents à l’étranger a atteint 81 mille visiteurs (+21,6%), représentant 25,9% du total des entrées au cours du mois de janvier 2017, (312 336 entrées des non-résidents).
S’agissant des statistiques de l’année dernière, à la fin de décembre 2016, le nombre des entrées touristiques enregistrées en Tunisie a atteint 5,7 millions, en hausse de 7% par rapport à 2015. Le nombre de nuitées touristiques a atteint 17,5 millions, en hausse de 11% par rapport à 2015. Ce résultat est dû à la hausse des entrées des Algériens (1,8 million, +22%) et des Russes (623.000, + 1000%).
Le tourisme intérieur a également, enregistré une hausse de 4% pour un total de 5 millions de nuitées passées dans les hôtels.

par -

La ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Salma Elloumi, a fait savoir, lors de son passage, 16 février 2017, sur les ondes de Shems Fm, que son ministère ambitionne d’attirer 10 millions de touristes en 2020.
Elle a par ailleurs annoncé, à la même source, la mise en place d’un nouveau programme de classement des hôtels. Un million 650 mille dinars ont été débloqués pour l’investissement dans le secteur du tourisme.

par -
Au terme du symposium international sur « la thalassothérapie au service

L’absence d’une ligne aérienne directe et la hausse des tarifs de séjour dans les unités hôtelières sont les principaux motifs qui expliquent la régression des touristes algériens dans la zone touristique de Djerba-Zarzis, ont affirmé, samedi, des représentants d’agences de voyage tunisiennes et algériens.

Sur 1,5 million de touristes algériens qui se sont rendus en Tunisie l’année dernière, seulement 200 ont séjourné à Djerba, ont-ils souligné lors d’une conférence de presse, tenue samedi, à l’occasion de la visite d’une délégation de représentants d’agences de voyage et de médias en Algérie.

Cette visite s’inscrit dans le cadre de l’initiative lancée par des agences de voyage dans les deux pays en vue de faire connaître la destination Djerba et les tarifs promotionnels de ses hôtels auprès du touriste algérien, a indiqué Mourad Magroun, représentant d’une agence de voyage en Tunisie.

De son coté Youssef Ouchich, représentant d’une agence de voyage en Algérie, a fait remarquer que les touristes algériens optent souvent pour les zones touristiques de Sousse et Hammamet car la distance est plus proche, d’autant plus qu’ils croient que la destination Djerba-Zarzis est très lointaine et isolée ainsi que ses tarifs sont excessifs. C’est la raison pour laquelle, a-t-il dit, l’effort est axé actuellement, avec nos partenaires tunisiens, sur la nécessité de renforcer et diversifier les campagnes de promotion sur cette destination auprès de nos clients.

par -

Le commissariat régional au tourisme a enregistré à Yasmine Hammamet une amélioration de 3,2pc au niveau du nombre des touristes qui ont visité cette zone touristique durant la période allant du 1 janvier au 20 septembre 2016, en comparaison avec la même période de l’année précédente.
Le nombre des nuitées passées a enregistré, par contre, une baisse de 2pc ainsi que le taux d’occupation allant de 33,7 pc à 33,4pc.
Le marché local a occupé la première place avec 305 mille 200 visiteurs enregistrant ainsi une évolution de 12,5pc en comparaison avec la même période de l’année dernière, suivie par le marché algérien avec une hausse de 21pc.
Le marché russe a enregistré pour sa part une évolution dépassant 400pc face à un recul du marché français avec un taux de 10pc ainsi que le marché allemand avec une baisse estimé à 52 pc.

par -

Deux personnes sont mortes et 14 autres, en majorité des Européens, ont été blessées, jeudi 15 septembre en Indonésie, suite à l’explosion du moteur d’un navire de tourisme, peu après son départ de l’île de Bali, a annoncé le site de la chaîne de télévision « RT ».

Le bateau n’a parcouru qu’environ 200 mètres en direction de la petite île de Gili Trawangan, a ajouté la même source.

par -

Le ministre indien du Tourisme, Mahesh Sharma, a une étrange façon de faire la promotion de son pays. En effet face au problème endémique des violences sexuelles, il n’a rien trouvé de mieux que de conseiller aux étrangères ceci : «Ne portez pas de jupes ou de robes trop courtes, ne vous aventurez pas seule la nuit dans les petites villes».

Ces propos ont été tenus dans une conférence de presse où le ministre abordait le problème de la sécurité des touristes dans la ville d’Agra, au nord de l’Inde, où se situe le Taj Mahal. A cette occasion, il a évoqué le «kit de bienvenue» mis à la disposition des femmes dans les aéroports depuis 2015 et contenant des conseils très précieux pour éviter toute mésaventure. Ces kits donnent des consignes sous la forme «do’s and don’t» (à faire / à ne pas faire), dont celle-ci : «Ne vous aventurez pas seule la nuit, prenez en photo la plaque d’immatriculation du véhicule dans lequel vous voyagez et envoyez-la à des amis».

D’autres suggestions valent également le détour, à l’instar de «dans les petites villes d’Inde, subsistent des styles vestimentaires traditionnels. Renseignez-vous sur les coutumes locales avant de visiter ces endroits». Le journal Le Guardian rappelle qu’un conseil du même type avait été donné par le ministère des Affaires étrangères britannique, qui demandait à ses ressortissants en visite en Inde de «respecter les codes vestimentaires locaux et éviter les zones isolées».

par -

Les destinations méditerranéennes et sud-est asiatiques ont attiré cette année davantage de touristes russes suite à la situation en Turquie et en Egypte, selon la directrice de l’association russe des tour-opérateurs (ATOR) Maya Lomidze.

Elle a révélé que les premières données sur les vacances des Russes à l’étranger cet été indiquent une augmentation de la demande pendant toute la saison pour les destinations méditerranéennes, comme la Grèce, Chypre, l’Espagne et l’Italie ainsi  qu’une légère augmentation pour la Croatie et le Monténégro. L’ Asie du Sud a fait un  retour dans le top dix DES destinations les plus populaires après deux années de faible demande.

Une autre constatation importante tient à la forte croissance de la demande sur la Tunisie cette année, à un taux de plus de 200% par rapport à l’année dernière, plaçant au Top 3 des destinations recherchées par les Russes .

MayaLomidze a ajouté que les Russes cherchent un hébergement et des vols plus abordables cette année avec un coût  moyen d’environ 600 $. Néanmoins, ils sont toujours parmi les touristes les plus généreux avec les dépenses moyennes par voyage allant jusqu’à 500 euros.

par -

Typiquement, en haute saison, les plages tunisiennes regorgent de touristes français, britanniques, allemands et hollandais. Mais ce n’est pas le cas cette année avec les  Russes et les Algériens qui occupent les transats  alors que deux attaques terroristes perpétrées par Daech contre des  vacanciers en 2015 faisant notamment 38 tués sur une plage dans la station balnéaire de Sousse, ont fait fuir de nombreux touristes européens. Leur absence a porté un coup sévère à une industrie qui est une source essentielle de devises et d’emplois pour la Tunisie.

La Tunisie a été saluée comme la seule transition démocratique réussie après sa révolution de 2011 qui a déclenché le printemps arabe. Cependant, ces bouleversements ont entraîné une faible croissance économique, constate le Financial Times.

Dans un pays qui s’échine à  attirer les investissements et créer des emplois pour ses jeunes mécontents, dont beaucoup sont attirés et influencés par la propagande orchestrée par Daech , le  déclin du tourisme est synonyme de sérieux défi.

En 2010, la Tunisie affichait  7 millions d’arrivées de touristes et les revenus avaient atteint 3,5 milliards $. Mais les arrivées ont chuté à 5.5m l’année dernière et les recettes du tourisme ont dégringolé à 1,5 Mds $.

Ces baisses ont étouffé la croissance économique chutant à moins de 1 pour cent et ajouté aux pressions exercées sur le dinar tunisien, qui a enregistré une baisse  record  par rapport au dollar américain en juillet.

«Le secteur du tourisme et celui des agences de  voyages sont en en crise depuis la révolution de 2011″, a déclaré Hédi Hamdi, porte-parole de la Fédération tunisienne des agences de voyages, au Financial Times.

La plupart des hôtels ont rouvert après les attentats de 2015, qui comprenaient également l’attaque contre le musée du Bardo,  et les autorités ont renforcé les mesures de sécurité dans les zones touristiques, avec des centaines de policiers et de patrouilles supplémentaires. Mais les navires de croisière qui ont cessé de servir la Tunisie après l’attaque du Bardo  ne sont pas encore de retour.

Prix cassés et nouveaux marchés

L’industrie touristique tunisienne  a réagi en cherchant à profiter des troubles dans les pays  concurrents de la région, en cassant les prix et en ciblant de nouveaux marchés, en particulier ceux de la Russie et de l’Algérie.

L’Egypte et la Turquie ont toujours été des destinations courues  auprès des touristes russes, mais la  querelle diplomatique avec Moscou a nui à l’industrie turque. La Russie a décrété des sanctions contre  la Turquie, notamment l’interdiction des forfaits russes pour avoir  abattu un avion de chasse russe sur la frontière syrienne en novembre. La Russie a également interdit les  vols vers l’Egypte après qu’une bombe posée par un terroriste de Daech a détruit un avion de ligne Metrojet transportant des touristes russes en octobre peu après son décollage d’un aéroport égyptien, tuant les 224 passagers et membres d’équipage.

Ces incidents ont aidé la Tunisie à attirer 350.000 touristes russes sur ses plages, un chiffre record, relève Hédi Hamdi dit. Le nombre des visiteurs russes pourraient atteindre 700.000 en 2016, mais Hamdi et d’autres disent que cela ne pourra pas compenser les pertes causées par les  touristes français, britanniques et allemands.

« C’est  le seul marché européen où nous enregistrons une augmentation, les autres sont très mauvais », ajoute-t-il. En 2014, la France a fourni environ 1.4 million de touristes, mais cette année,  seulement 213.000 Français ont choisi de visiter la Tunisie.

Mohamed Daoud, dont la société, One Hotels et Resorts, gère deux hôtels avec un total de 1500 chambres dans la station balnéaire de Monastir, a déclaré qu’il a bataillé pour que les hôtels restent  ouverts.

« Malheureusement, nous avons dû réduire les prix, comme c’est le cas pour le  marché russe aujourd’hui, » a-t-il dit. «Nous avons été obligés d’offrir des tarifs spéciaux pour les attirer. Le taux moyen est maintenant de 30 pour cent de moins qu’en 2014 ».

Riadh Ben Jelili, économiste et fondateur du  centre Joussour, un think-tank spécialisé dans l’élaboration de politiques publiques, a déclaré que la dépense quotidienne moyenne par touriste a également chuté. En 2014, elle se situait entre 50 € à 60 € par jour, mais il estime qu’elle baissé d’environ 30 €.

Il a expliqué que  les opérateurs sont amenés à offrir des forfaits tout compris, même dans les hôtels  haut de gamme, ce qui rend « impossible » pour le secteur de devenir rentable.

Ces répercussions devraient se faire sentir au niveau du fragile secteur bancaire qui croule déjà sous de lourds prêts non performants liées au tourisme.

« La vulnérabilité du secteur bancaire est fortement liée au taux des  créances douteuses dans le tourisme», a-t-il souligné. « Près du cinquième des nouvelles créances douteuses  au cours des deux dernières années sont le fait du secteur touristique. »

par -

Il est attendu que pas moins de 1,5 million d’Algériens se rendent en Tunisie durant l’année en cours, rapporte le journal algérien, jeune-independant.

Le marché algérien a connu une croissance de 5 à 7% par rapport à l’année dernière durant laquelle la Tunisie a drainé 1,480 million d’Algériens, dont 30% ont résidé dans les hôtels alors que le reste a choisi la location de maisons pour leur séjour a indiqué mardi dernier le président de la Fédération tunisienne de l’hôtellerie (FTH), Radhouane Ben Salah à l’agence tunisienne TAP. Selon lui, le marché algérien est d’un « grand apport » pour la promotion de la destination tunisienne.

Par ailleurs, du 1er janvier au 10 juin 2016, le nombre d’entrées de touristes algériens en Tunisie a atteint 451 000, soit (+2,8%) que l’année dernière. Près de 6 000 Algériens franchissent chaque jour le poste frontalier de Oum Teboul situé au nord de la frontière tuniso-algérienne.

par -

Un avion transportant des touristes russes a atterri samedi à Antalya, station balnéaire du sud de la Turquie, effet concret de la récente normalisation entre Moscou et Ankara après huit mois de crise diplomatique, a-t-on appris de source aéroportuaire.

Un Boeing 737 de la compagnie Rossiya Airlines, en provenance de Moscou avec 189 passagers à son bord, s’est posé à l’aéroport international d’Antalya, dix jours après que le président russe Vladimir Poutine a ordonné la levée des sanctions contre la Turquie pour le domaine touristique, dans la foulée de la normalisation politique entre les deux pays.

Ces premiers touristes russes revenant en Turquie ont été accueillis avec un cocktail et des fleurs à l’aéroport, ont indiqué des médias locaux, leur retour étant une excellente nouvelle pour le tourisme en Turquie sinistré par une succession d’attentats meurtriers depuis un an imputés au groupe Etat islamique ou aux combattants kurdes.

Avant la brouille russo-turque, les Russes constituaient le premier groupe de touristes étrangers en Turquie, mais leurs arrivées se sont effondrées de 98,5% en juin par rapport à juin 2015, selon des statistiques de l’aéroport d’Antalya, leur destination favorite.

La station balnéaire de la Méditerranée, l’une des premières destinations touristiques de Turquie, est accommodée au goût russe, avec notamment une réplique de la cathédrale moscovite Saint-Basile dans un grand hôtel.

La brouille entre Moscou et Ankara, qui s’opposent sur le conflit en Syrie, avait été provoquée par la destruction fin novembre d’un bombardier russe abattu par des F-16 turcs au-dessus de la frontière syrienne.

En représailles, Moscou avait adopté des mesures de rétorsion contre Ankara, comprenant entre autres un embargo sur l’importation de fruits et légumes turcs et l’interdiction pour les employeurs russes d’embaucher des travailleurs turcs.

 

par -

Un an après la pire atrocité terroriste ayant frappé un site de vacances avec la mort de trois touristes irlandais dans l’attentat de Sousse, l’ambassadeur de Tunisie au  Royaume-Uni, Nabil Ammar, a appelé de ses vœux le retour des Irlandais.

C’était à l’occasion de la commémoration du premier anniversaire  de l’attaque terroriste de Sousse qui a fait 38 tués dont 30 vacanciers britanniques. Le diplomate a indiqué que l’activité touristique en Tunisie a chuté de 90% depuis les attaques, alors que d’autres secteurs de l’économie du pays ont été également touchés par le massacre.

Dans une déclaration à la chaîne tv Sky News, l’ambassadeur a affirmé la Tunisie avait besoin de l’aide internationale pour remédier aux dommages causés à son économie. « Dès lors que c’est devenu un problème international, il doit être traité avec beaucoup plus de solidarité – internationale  cela s’entend-, et  nous attendons de nos partenaires qu’ils n’ajoutent pas aux problèmes de la  Tunisie, mais qu’ils l’aident ainsi que son économie,  car une bonne santé économique de la Tunisie fait partie intégrante de la sécurité de ses voisins, ce qui est très important », a-t-il dit.

Le ministère irlandais des Affaires étrangères déconseille toujours tout voyage non essentiel en  Tunisie un an après la tragédie.

Son site officiel souligne que « depuis juillet 2015, et suite à des consultations et de l’examen de la situation sécuritaire en Tunisie, les citoyens irlandais ont été invités à éviter tout voyage non essentiel en Tunisie, en raison de la recrudescence des problèmes de sécurité ».

« Nous continuons à encourager tous les touristes  irlandais  de s’assurer si leur présence en Tunisie est essentielle et  nous leur conseillons d’y aller par des moyens commerciaux », ajoute le site.

L’Irlande n’a pas d’ambassade en Tunisie, mais le gouvernement britannique travaille en étroite collaboration avec les responsables tunisiens. Cependant, en dépit de la coopération et des mesures de sécurité supplémentaires, le gouvernement britannique « ne croit pas que les mesures d’atténuation en place soit de nature à assurer une protection adéquate pour les touristes en Tunisie à l’heure actuelle ».

L’ambassadeur Nabil Ammar a fait remarquer  que «  la  Tunisie n’est pas le seul pays visé (par les terroristes) – tant de pays plus proches de nous ont été touchés, mais il n’y a pas d’interdiction de voyage les concernant. Nous comprenons parfaitement que la priorité pour le gouvernement du Royaume-Uni soit de protéger son propre peuple, comme il est de la priorité de nos autorités de   protéger nos visiteurs en Tunisie ».

« Quand (les touristes) viennent nous rendre visite, ils sont considérés comme des invités et nous voulons prendre soin d’eux », a assuré le diplomate qui a souligné que « le problème aujourd’hui est qu’il  y a un écart entre la sécurité en Tunisie telle qu’elle perçue à l’étranger et  la réalité sur le terrain, et nous devons nous attaquer à cette lacune ».

par -
Un colloque international sur « Regards croisés des journalistes des rives de la Méditerranée

Un repas d’Iftar a été organisé, samedi soir, devant l’ancien palais présidentiel à Monastir par l’Association Club générations sur le thème Venez nous rejoindre pour la rupture du jeûne.
Trente touristes, pour la plupart des Russes et un certain nombre de Français, ont participé à ce repas parmi 650 habitants de la région, a indiqué à l’agence TAP Mohamed Trimech, président de l’association.
Cette initiative se veut une occasion pour transmettre le message que la « Tunisie est un pays sécurisé et que les Tunisiens sont tous unis contre le terrorisme », a-t-il souligné.

par -

Les flux touristiques russes vers la Tunisie ont enregistré une envolée spectaculaire  au cours des 5 premiers mois de 2016 par rapport à l’année dernière et celle d’avant, selon le directeur de l’Office National du Tourisme de la Tunisie en Russie, cité par le portail grec « Tornos news ». De janvier à mai de l’année en cours, 115.000 touristes russes ont séjourné en Tunisie, soit 650% de plus que pour la période correspondante de 2015 et 80% de plus que l’équivalent de 5 mois de 2014.

Cette progression étaye les prévisions optimistes tablant sur  500.000 touristes russes pour 2016. Entre-temps, les installations touristiques tunisiennes sont bien protégées contre les menaces potentielles, a affirmé l’ambassadeur de Tunisie en Russie Ali Goutali, lors d’une rencontre avec  le président de l’Agence fédérale russe du tourisme (Rosturism) Oleg Safonov.  » Les  sites touristiques sont bien protégés et il n’y a pas de menaces de sécurité qui planent sur les vacanciers. Les autorités tunisiennes s’investissent dans toutes les questions liées à la sécurité des Russes, « .

La partie tunisienne a souligné que toutes les mesures de sécurité nécessaires ont été prises dans les sites identifiés comme de possibles cibles d’attaques terroristes dans les rapports des autorités compétentes, indique Rosturism dans un communiqué sur  son site. A son tour, Safonov a noté que la Tunisie n’a pas été fermée pour les Russes et a salué les mesures de sécurité élevées qui y ont été prises . «La Tunisie est entrée dans le Top 5 des destinations de vacances pour les Russes  cet été », a souligné Safonov qui affirme que la sécurité de ses concitoyens est la tâche la plus importante. « Nous sommes en contact étroit avec les autorités tunisiennes qui ont exprimé leur volonté de maintenir un niveau élevé de protection pour les vacanciers dans les zones touristiques « , a- t-il assuré.

par -

L’Agence fédérale russe du tourisme, ou Rosturizm, a averti jeudi de la possibilité d’attentats terroristes contre des touristes pendant la haute saison touristique en Tunisie

L’agence a indiqué dans un avis voyage  sur son site Web que, selon les autorités et les forces de sécurité, des groupes terroristes liés à Daech  préparent une série d’attaques contre des touristes en Tunisie, en particulier les Russes, en profitant de l’augmentation de leurs flux, cet été.

L’avis explique que les endroits les plus probables pour être pris pour cibles par les attaques terroristes sont l’île de Djerba et la ville de Zarzis.  Rosturizm a demandé aux touristes russes de faire preuve de prudence pendant leurs vacances et de prendre des précautions.

 

par -

Environ 6500 touristes dont la majorité de nationalité russe, séjournent actuellement dans plusieurs hotels à Monastir, a indiqué Salwa Kadri, commissaire régionale du tourisme dans le gouvernorat de Monastir.
Elle a précisé au cours d’une séance de travail tenue, hier jeudi, au siège du gouvernorat sous la présidence du gouverneur Adel Khabthani, que plus de 70 mille touristes sont attendus au cours de la prochaine saison touristique.
Le secteur touristique à Monastir a enregistré depuis le mois d’avril dernier une dynamique grâce à l’affluence de touristes russe et de l’europe de l’Est et la réouverture de plusieurs hotels dans la région, selon le commissaire régional.
A noter, que les opérations de coordination avec les propriétaires d’hotels avaient démarré depuis quelques mois afin d’installer les équipements de sécurité, outre la promotion de la qualité de service et de propreté.

par -

La ministre du tourisme et de l’artisanat Selma Elloumi Rekik, a déclaré que la région de Sousse accueille actuellement plus de 8 mille touristes étrangers de différentes nationalités, estimant que ce nombre est un bon indice de reprise prévue de la saison touristique actuelle.
Cette reprise reste tributaire de la stabilité de la situation sécuritaire dans le pays, a encore souligné la ministre.
Inaugurant, mardi, le Salon international du tourisme, elle a indiqué que ces indices positifs sont en outre reflétés par la réouverture de 8 unités touristiques dans la région de Sousse sur un total de 17 hôtels ayant arrêté leurs activités après les attaques terroristes du 26 juin 2015.
Evoquant l’intérêt accordé par les professionnels au tourisme intérieur et de voisinage, elle a rappelé que le nombre de touristes algériens a atteint, en 2015, un million 500 mille touristes.
« le département du tourisme a mis en place, récemment, un programme promotionnel visant à promouvoir la destination Tunisie auprès des touristes algériens et ce en coordination avec des entreprises algériennes ayant une connaissance des préférences du peuple algérien « .
La ministre a par ailleurs affirmé que son département ouvrira bientôt un portail électronique pour assurer la promotion de la destination Tunisie en 9 langues et dont l’objectif est d’attirer les jeunes touristes.
Un nombre de professionnels ont participé au salon dont des propriétaires d’hôtels, des responsables d’agences de voyages et des fournisseurs de services touristiques qui ont présenté leurs produits. Plus de 80 entreprises tunisiennes actives dans le secteur ont participé au Salon.
Selon Mohamed Ali Toumi, président de la fédération tunisienne des agences de voyages (FTAV), le salon constitue un espace pour les fournisseurs de services de présenter leurs produits et d’accorder des réductions au profit du touriste tunisien. Pour les tunisiens, cette manifestation constituera une opportunité pour programmer leurs vacances en réservant à des prix abordables, a-t-il enocre souligné.
Dans une déclaration au correspondant de TAP, le responsable a souligné que la FTAV encourage ses adhérents à diversifier et enrichir leurs produits touristiques tout au long de l’année. Il s’agit en outre d’encourager l’ouverture sur les régions montagneuses et sahariennes.
Participent au salon plusieurs délégations étrangères de France, Algérie, Mali et d’Iran. Le conseiller culturel de l’Ambassade de la République islamique d’Iran à Tunis a déclaré à TAP que son pays est prêt à enoyer environ 30 mille touristes en Tunisie par an à condition d’ouvrir une ligne aérienne directe entre Tunis et Téhéran.

par -
Selon les estimations de  l’Office national  tunisien du tourisme (ONTT)

Plus de 320 touristes russes viennent d’arriver, à Djerba, dans un premier voyage organisé par un nouveau tour opérateur. Celui-ci prévoit, par semaine, cinq voyages organisés, vers l’île, drainant en moyenne un millier de touristes, a déclaré à l’agence TAP le commissaire régional au tourisme à Médenine, Ahmed Kalboussi.

Au total, quinze voyages organisés de provenance de Russie sont prévus chaque semaine sur l’île, par trois tours opérateurs. Ainsi, le marché russe occupe le deuxième rang après la France, suivi de l’Allemagne.

Selon Kalboussi, les indicateurs du tourisme à Djerba sont en amélioration à la lumière des nouvelles réservations et de la réouverture de 18 hôtels avec une capacité d’accueil de 10 mille lits, sur un total de 38 hôtels fermés depuis 2015.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, le PDG de la Poste Tunisienne, Moez Chakchouk, a mis l’accent sur les efforts fournis par l’entreprise pour...

AFRIQUE

Le Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires Étrangères Didier Reynders a rencontré ce 23/3 le Président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO)...

SPORT