Tags Posts tagged with "Trafic, armes,"

Trafic, armes,

par -
0
Autrefois

Autrefois, la possession d’une arme à feu en Tunisie était une chasse gardée pour le clan Ben Ali-Trabelsi et quelques hommes d’affaires qui pouvaient se payer une licence de port d’arme. Mais le vent a tourné malheureusement pas forcément dans la bonne direction. Aujourd’hui, c’est monnaie courante de trouver des pistolets dans de mauvaises mains. Pis, des munitions, kalachnikovs ainsi que d’autres joujoux hautement sophistiqués sont librement utilisés par des cellules djihadistes.

D’ailleurs, depuis un bon moment, les Tunisiens sont plus soudés contre les djihadistes, et malgré toutes les opérations et les astuces de l’armée et des gardes-frontières, les contrebandiers d’armes trouvent toujours de nouveaux moyens pour faire passer les frontières.

La Tunisie ne peut à elle seule déclarer la guerre à ces terroristes armés qui sillonnent le désert. Cette lutte requiert une coopération et une coordination avec les pays voisins qui sont sous la menace des mêmes dangers.

L’Algérie a, pour sa part, préparé un plan précoce pour mettre fin à cette hémorragie. Récemment, la brigade de recherches de la gendarmerie nationale de Tébessa a démantelé un réseau de trafiquants spécialisés dans la contrebande et la commercialisation d’armes de guerre et de munitions. Cette bande opère entre l’Algérie et la Tunisie, et c’est agissant sur renseignements que ces services sont parvenus à saisir, lors d’une embuscade, cinq armes à feu de catégorie 5 ainsi qu’une importante quantité de munitions et plus de 50 kg de poudre noire. Lors de l’opération, un atelier de fabrication de munitions a été découvert au domicile de l’un des prévenus.

Quatre personnes ont été arrêtées et présentées devant le parquet pour répondre aux accusations d’appartenance à association de malfaiteurs, contrebande et commercialisation illégale d’armes à feu.

Réseau international de contrebande d’armes !

A Sfax, la brigade des recherches et des investigations relevant de la garde nationale dans le gouvernorat de Sfax a découvert, le 26 mai 2013, l’existence d’un réseau international de contrebande d’armes, et procédé à l’arrestation de 4 de ses membres.

Une source sécuritaire a indiqué que, selon les résultats des investigations, les armes proviendraient de Libye, et seraient réceptionnées à Ben Guerdane (gouvernorat de Médenine) avant de passer par Sfax, puis Kalaa Sghira (gouvernorat de Sousse).Les armes sont vendues, selon la même source, à des prix élevés, et les unités sécuritaires de la région de Sfax ont ainsi saisi 3 fusils sophistiqués.

A Kasserine, les services douaniers ont saisi, samedi dernier, durant des opérations de contrôle et de surveillance, un pistolet et 92 cartouches de calibre 9mm, au point de passage de Bouchebka.

L’arme et les munitions saisies étaient dissimulées dans le moteur d’un véhicule appartenant à un ressortissant étranger. Les services douaniers ont également saisi, dimanche dernier (23 juin), lors d’une fouille de bagages d’un passager à Ras Jedir, un fusil de chasse de calibre 12mm.

La douane s’en prend aux trafics d’armes malgré les agressions !

Le calvaire des agents douaniers perdure. Ils travaillent jour et nuit pour sécuriser les frontières et tenir en échec les trafics et les échanges d’armes, de munitions et d’explosifs en provenance de la Libye voisine, ainsi que ceux liés à la crise au Mali.

Contacté par Africanmanager, Mohamed Bizani, président du syndicat national des agents de la douane, a affirmé que le passage des marchandises est obligatoirement soumis à un contrôle continu, et ce à travers l’utilisation d’un scanner. « Le passage des armes est interdit selon la loi. Les agents de la douane ne cessent de fournir des efforts assidus pour chasser les contrebandiers.

Répondant à une question sur la campane de dénigrement qui a visé le corps de la douane via la diffusion d’un documentaire sur le trafic d’armes dans le Sud tunisien, le président du syndicat national des agents de la douane, a affirmé que les services de la Douane sont strictes, même intraitables concernant le passage de drogues et d’armes.

En ce qui concerne les agressions commises contre le corps douanier, il a indiqué que plusieurs agents ont été ciblés. Et d’ajouter que, durant les trois premiers mois de l’année en cours, environ 10 agents ont été gravement agressé par les contrebandiers notamment à Ras Jedir, Gafsa, Kasserine… C’est dans ce contexte qu’il a rappelé que les douaniers ont droit à une « prime de risque » et une amélioration de leur situation professionnelle, entre autres, les conditions de travail, a –t-il confirmé.

Il est vrai que les premières mesures préventives et protectrices prises dernièrement par l’Etat au profit de ce corps, avec notamment la mobilisation de renforts de l’armée et des forces de sécurité intérieure, n’ont pas eu l’effet escompté, nos braves douaniers continuant d’exercer avec hélas un moral chancelant et des chances fugaces et s’échinent à remonter la pente…

Nadia Ben Tamansourt

par -
0
Le juge d’instruction de Kébili a ordonné à  la brigade des investigations et des recherches de la garde nationale de Kébili d’ouvrir une enquête

Le juge d’instruction de Kébili a ordonné à la brigade des investigations et des recherches de la garde nationale de Kébili d’ouvrir une enquête sur l’affaire de trafic d’armes. Cette décision est basée sur un documentaire diffusé, jeudi dernier par chaîne « Ettounisiya TV »

Il est important de noter que cinq personnes, originaires de la délégation d’Al-Fawar (Kébili), font l’objet d’une enquête menée par la garde nationale. L’objectif étant de déterminer les circonstances du déroulement de l’opération de trafic d’armes.

Reseaux Sociaux

PRESSE LOCALE

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

0
Bruits de bottes hier mercredi 18 janvier 2017 à la frontière gambienne, où des troupes militaires sénégalaises ont pris position, rapporte l'agence Reuters, aux...

SPORT