Tags Posts tagged with "transactions"

transactions

par -
L’Agence pour l’Assurance du Commerce en Afrique (ACA) a tenu aujourd’hui sa 17e Assemblée générale annuelle. La baisse des prix des matières premières et les incertitudes géopolitiques actuelles sont au centre de l’attention. Les participants à la réunion ont exhorté les gouvernements africains à se concentrer intensément sur la croissance du commerce intra-africain et sur la diversification de leurs économies afin de réduire leur dépendance à l’égard des matières premières et leur vulnérabilité aux chocs extérieurs. Tandis que le taux de croissance du PIB de l’Afrique subsaharienne devrait atteindre un niveau record de 1,5 %, la diminution des prix des matières premières est considérée comme étant l’un des principaux moteurs des exportations, ces dernières représentant deux tiers de la croissance de la région.

Dans un contexte où les incertitudes géopolitiques accrues pourraient s’avérer néfastes pour l’amélioration de la croissance, S.E. Patrice Talon, Président de la République du Bénin et Henry Rotich, Secrétaire du cabinet du Trésor public Kényan, ont prononcé des allocutions d’ouverture qui désignaient l’ACA comme un partenaire essentiel dans le soutien de la transition de l’Afrique vers la diversification, l’autonomie et la croissance durable.

En 2016, l’ACA a facilité le financement du commerce et des investissements au Kenya pour une valeur de près de 800 millions de dollars, ce qui représente environ 1,2 % du PIB du pays. De même, la société a soutenu 400 millions de dollars de transactions et d’investissement au sein des deux nouvelles économies membres de l’ACA, l’Éthiopie et le Zimbabwe. « C’est une contribution très importante à notre économie. Elle représente un avantage réel, car ces flux financiers n’auraient pas été possibles sans l’appui de l’ACA », a souligné Henry Rotich.

Au cours de la cérémonie d’ouverture, qui a réuni des dirigeants issus des secteurs public et privé de toute l’Afrique, l’ACA a annoncé ses résultats pour l’année 2016. L’assureur panafricain couvrant les risques d’investissement et de crédit a publié des résultats record pour la sixième année consécutive. L’ACA a cessé d’être déficitaire en 2011 pour montrer actuellement un résultat net positif représentant une augmentation de 36 % par rapport à l’année 2015. Entre autres facteurs, l’ACA attribue ce succès au renforcement des partenariats avec les gouvernements africains, qui reconnaissent de plus en plus la contribution de l’ACA en faveur de leurs objectifs de développement et de croissance.

En 2016, l’impact de l’ACA en Afrique et dans le monde entier a poursuivi sa progression. Au cours des six derniers mois, la société a attiré de nouveaux membres : la Côte d’Ivoire, l’Éthiopie, le Zimbabwe et plus tôt en 2016, l’agence de crédit-export britannique, l’UKEF.  L’ACA a également assuré 4 milliards de dollars (405 milliards de shillings kényans) de transactions et d’investissements dans les pays membres tout en soutenant des projets stratégiques tels que le prêt de 159 millions de dollars de la Banque africaine de développement visant à soutenir l’expansion de la flotte de la compagnie aérienne éthiopienne.  L’ACA a également assuré sa première transaction dans un pays tiers en Angola au T1 2017, reflétant ainsi le nouveau mandat de la société panafricaine.

Au cours de la séance privée de l’Assemblée générale, les actionnaires ont examiné les comptes annuels de la société pour l’année 2016 et ses états financiers, ainsi que la récupération des fonds auprès des États en défaut, l’établissement des circonscriptions qui accueilleront l’expansion régionale de l’ACA et l’élection des directeurs et des administrateurs suppléants.

L’ACA est un assureur multilatéral sur l’investissement qui a été formé par les pays membres du COMESA avec le soutien de la Banque mondiale en 2001. Depuis lors, l’ACA s’est élargie afin d’inclure des pays de la CEDEAO. La société fournit divers produits permettant d’atténuer les risques qui entravent le flux des investissements et des échanges en direction et au sein de l’Afrique. En 2016, l’ACA avait assuré cumulativement 25 milliards de dollars (2,5 billions de shillings kényans) de transactions et d’investissements au sein de ses pays membres depuis sa création.

Résultats clés de l’ACA pour l’année 2016 :

  • Chiffre d’affaires assuré depuis la création : 25 milliards de dollars (+16 %)
  • Transactions et investissements assurés (risque brut) : 1,9 milliards de dollars (+16 %)
  • Primes brutes : 29,5 millions de dollars (+27 %)
  • Plus-value nette : 12 millions de dollars (+20 %)
  • Bénéfice : 6,4 millions de dollars (+36 %) – Sur une base comparable
  • Ratio coût : 35 % (-30 %)
  • Rendement des capitaux propres : 3,2 % (+ 28 %)
  • Capital des actionnaires : 202 millions de dollars (+12 %)
  • Évaluation (S&P) : A/négatif

par -

La société Electrostar va procéder à une augmentation de capital de 12.25 millions de dinars, a cet effet, une Assemblée Générale Extraordinaire sera tenue le 15 avril 2017 pour statuer sur l’augmentation de capital et fixer ses modalités. L’actionnaire principal de la société contribuera d’au moins à hauteur de 50% du montant de l’augmentation.

Electrostar annonce aussi qu’elle envisage encore le doublement de son capital qui passera à 49 millions de dinars et procédera donc à une deuxième augmentation de capital d’un montant de 24,5 millions et ce avant la fin de l’année 2017 et dans laquelle l’actionnaire principal contribuera encore à hauteur de 50%
SAH : Réalisation de six transactions de bloc, le 28 mars 2017, portant en totalité sur 580.000 actions SAH à un cours de 12,900 dinars, soit un montant global de 7,482 millions de dinars.

par -

L’indice Tunindex a clôturé le mois de janvier 2017 à 5 492,92 points,  en  légère  progression  de  0,08%  après  une  baisse  de  0,59%  durant  le  mois  précédent  et  une  hausse  de  7,41%  en  Janvier 2016. Suivant  la  même  tendance,  le  Tunindex20  a  gagné  au  cours  du  mois  de  janvier  0,12%  après  une  baisse  de  0,47%  durant  le mois de décembre 2016 et une hausse de 7,77% en Janvier 2016. C’est ce qu’a été indiqué dans le bulletin mensuel de la bourse.

Sur le plan des échanges, le volume des transactions sur la Cote de  la  Bourse  a  atteint  123  MD,  enregistrant  une  forte  baisse  de  46%,  comparé  au  volume  réalisé  le  mois  précédent.  Ainsi  le volume quotidien moyen des échanges s’est-il situé à 5,6MD contre 10,9MD durant le mois de décembre 2016.
Compte  tenu  de  cette  physionomie,  le  ratio  de  liquidité  est  passé de 49% à 42% et le ratio de satisfaction de 63% à 56%.

La balance des variations des cours fait ressortir durant le mois de janvier, un mouvement haussier pour 38 valeurs contre un repli pour 34 autres.

par -

La transparence financière en Afrique va à coup sûr pâtir de l’arrivée de Donald Trump à la tête des Etats-Unis, comme ont déjà trinqué des décisions fortes de Barack Obama, que le nouveau président a tout bonnement mises à la poubelle en les abrogeant par décret. Mais puisqu’il l’avait dit lors de sa campagne électorale, on n’est nullement surpris, ce qui déstabilise et terrifie surtout, c’est la vitesse et l’acharnement avec lesquels il détruit ce que Obama a mis des mois et des années à bâtir.

En 2010, l’ex-président avait fait voter un texte, la loi Dodd-Franck, qui avait pour ambition de mettre de l’ordre dans l’économie mondiale, suite à la déferlante des subprimes, laquelle n’a pas fini de causer des dégâts près de 9 ans après. Ce dispositif comportait un point important, l’article 1504, pour tous les pays pétroliers et miniers, mais il l’était encore plus pour le continent africain à cause des énormes montants qui s’évaporent lors des transactions commerciales, aspirés par les réseaux de la corruption, très actifs. Cette loi contraignait les compagnies cotées à la bourse américaine à mentionner, publiquement, toutes les sommes encaissées par les gouvernements des pays producteurs : taxes, royalties, droits de production, primes… Tout y passait. C’est ce dispositif anti-corruption que la nouvelle administration américaine vient de casser, d’un trait.

Gary Cohn, conseiller économique de Trump, et ancien responsable chez Goldman Sachs, défend ce saccage en ces termes : « Il s’agit d’être un acteur sur le marché mondial où nous devons, pouvons avoir et aurons, une position dominante tant que nous ne nous mettrons pas nous-mêmes à l’écart en raison de la réglementation », rapporte Agenceecofin.com. En d’autres mots, pourquoi les USA se brident et se lèsent avec des règles que ses concurrents piétinent.

La loi Dodd-Franck, 6 ans après, n’a certes pas éradiqué la corruption sur le continent, mais elle avait le mérite de fournir un cadre légal aux ONG et bailleurs de fonds pour aller prêcher la bonne gouvernance et une meilleure répartition des richesses auprès des industries extractives, notamment en Afrique où cette affaire est de la plus haute importance à cause des inégalités criantes et du défi colossal du développement. Mais la tornade vient de balayer tout cela, en arguant de sombres mobiles que la morale réprouve. Niveler par le bas n’a jamais fait avancer le monde. Hélas, ce n’est pas la seule chose que Trump va briser…

par -

Le marché de change a été caractérisé par un faible volume de transactions pour ce début de semaine, dans ce contexte le dinar tunisien s’est stabilisé face aux principales devises. L’euro s’est échangé à 2.4650 dt tandis que le dollar américain s’est maintenu à 2.21 dt, rapporte notre confrère, Tustex.

Sur le marché de change international, l’euro a légèrement avancé face au dollar, poursuivant un mouvement entamé avant le week-end à la suite de publication d’indicateurs américains décevants. La devise européenne s’est échangée à 1,1186 dollar contre 1,1165 dollar vendredi.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

A l’occasion de l’Assemblée générale de Medef International qui s’est tenue mercredi 17 mai 2017, Medef et Medef International ont rappelé la priorité donnée...