Tags Posts tagged with "transition démocratique"

transition démocratique

par -
Le programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) a accordé à la Tunisie un don de 10 millions de dinars (5

Le programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a annoncé la parution du premier ouvrage sur le processus de la transition démocratique intitulé  »la constitution de la Tunisie, processus, principes et perspective de 2011 à 2014″.
Cette annonce a été faite au cours d’une cérémonie organisée à cette occasion dans la soirée du lundi à Gamarth en présence d’hommes politiques tunisiens, de diplomates accrédités en Tunisie et de délégations libyennes, algériennes, palestiniennes, irakiennes et djiboutienne.
Dans une allocution du chef de l’Etat dont lecture a été donnée par m. Hassan Arfaoui, conseiller du président de la république chargé des Affaires culturelles, il a été souligné que l’adoption en Tunisie d’une constitution consensuelle a marqué une étape cruciale dans la concrétisation de la transition démocratique, ajoutant que la voie vers la démocratie est libre depuis la révolution jusqu’aux dernières élections en passant par l’adoption de la constitution, en raison de la capacité des Tunisiens à régler leurs conflits avec sagesse, à privilégier les solutions consensuelles et à bannir la violence.
M. Caid Essebsi a indiqué qu’avec l’adoption de la constitution, la Tunisie qui a rompu avec l’autoritarisme est entrée de plain pied dans une ère démocratique.
Il a affirmé dans son allocution, qu’en sachant assurer la transition démocratique et entretenir la flamme qui l’anime depuis 2011, la Tunisie a prouvé que de la liberté dans le monde arabo-musulman n’est pas impossible. Le chef de l’Etat a cependant fait remarquer que les défis à relever sont encore nombreux notamment aux plans sécuritaire, social et économique.
De son coté M Adel Abdellatif conseiller au bureau régional des pays arabes au PNUD chargé des affaires stratégiques, a expliqué qu’il a fallu plus de deux ans pour élaborer cet ouvrage qui a vu le jour avec le soutien de l’institution de la a présidence.
Il a par ailleurs mis l’accent sur les efforts consentis pour son élaboration, évoquant les documents rassemblés et les témoignages recueillis sur la transition démocratique en Tunisie, ainsi que les contributions d’hommes politiques et d’experts tunisiens et internationaux.
Pour sa part, M. Olivier Pierre Louveaux, responsable du centre régional onusien pour les pays arabes, a indiqué dans une déclaration à l’Agence Tunis-Afrique-Presse que l’objectif de cette publication initiée par le PNUD, est de jeter la lumière sur l’expérience de la Tunisie qui a su asseoir les bases de sa transition démocratique après la révolution de 2011, ce qui lui a valu d’être considérée comme un modèle à suivre pour tous les pays arabes.
Il a ajouté dans ce même contexte, que cet ouvrage est le fruit d’un effort collectif, citant la contribution de plusieurs acteurs à coté de l’ONU dont le chef de l’Etat, m. Béji Caid Essbsi, le président du Mouvement Ennahdha, m. Rached Ghannouchi et M.Yadh Ben Achour spécialiste en Affaires juridiques et politiques.
Le Changement pour lequel a opté la Tunisie et son attachement à faire participer toutes les composantes de la société, a contribué à la conception d’une constitution moderne qui a suscité l’intérêt des observateurs arabes et internationaux, a estimé m. Louveaux
La consolidation du processus démocratique, où que ce soit, nécessite des réponses rapides aux impératifs du changement, la rupture avec le passé, le rejet de la violence et des fondements solides pour l’édification d’un Etat moderne « et c’est bien là le défi que la Tunisie a su relever ». s’est félicité le responsable onusien.
L’idée de rassembler les documents sur la transition démocratique a germé au vu de tous ces facteurs positifs et après l’adoption par le conseil constitutionnel le 24 février 2011 de la 2ème constitution du pays pour que ceux qui s’intéressent à l’expérience tunisienne avant-gardiste puissent en tirer profit.
Il s’agit notamment des pays arabes et d’autres dans nombre de régions qui ont à relever des défis similaires liés au passage pacifique vers la démocratie.
A signaler que cet ouvrage (631 pages) se compose de deux parties à savoir  » le processus » et le « contenu » et sera disponible sur internet en Arabe, en Français et en Anglais.

par -

L’identification d’un nouveau modèle de développement solidaire dans lequel l’Etat et la société jouent un rôle de premier plan, est la condition sinequanone à la réussite du processus de transition démocratique et de lutte contre les menaces qui pèsent sur la Tunisie, estiment les participants à l’université d’été de l’Association Club Mohamed Ali de la culture ouvrière (ACMACO).
Introduisant le thème de cette 23ème session dédiée au tiers secteur solidaire, Habib Guiza président de l’ACMACO, a rappelé que l’objectif recherché est d’approfondir le débat sur les conditions de l’élaboration d’un modèle partenarial d’intégration sociale qui met l’équilibre et la justice sociale au cœur de la stratégie de développement, tout en respectant les impératifs d’efficience économique .
Ce nouveau modèle, précise encore le responsable, ne pourra être concrétisé que dans le cadre d’une approche tripolaire associant les secteurs public, privé et le tiers secteur.
L’ACMACO s’est engagée depuis plusieurs années autour du projet de construire ce cadre tripolaire structurant la société en associant, sur un mode partenarial, le secteur public, le secteur privé et ce qui ce trouve entre les deux, à savoir le secteur tiers ou secteur solidaire, a- t-il encore souligné, ajoutant que l’Etat devra jouer le rôle de stratège.
 » L’ambition de notre projet est de combiner ces trois systèmes avec un état qui coordonne les actions des acteurs, un secteur public qui contribue à la redistribution pour assurer les équilibres politiques, sociaux et territoriaux (décentralisation) , un secteur privé qui apporte son dynamisme et un secteur solidaire (tiers) qui mobilise la solidarité des citoyens sur des bases non marchandes « , a indiqué le président de l’ACMACO.
Il a, par ailleurs, rappelé que l’association se penche actuellement sur l’élaboration d’un programme de renforcement du tiers secteur local ( projet RETICEL) dans les régions de Tunis, Gabès et Sidi Bouzid.
L’objectif du projet RETICEL (renforcement du tiers secteur local) est de garantir une formation en matière d’insertion professionnelle des jeunes, ainsi que dans les domaines de l’entrepreneuriat social et l’économie solidaire, outre le renforcement des capacités des associations et des syndicats dans le développement de ces régions.
Cette 23ème édition de l’université d’été, organisée en coopération avec la fondation Friedrich Ebert Stitfung se poursuivra jusqu’au 28 août 2016. Elle réunit des représentants d’ONG, d’entreprises, les membres du comité de pilotage et du conseil scientifique de RETICEL , des partenaires nationaux et internationaux.
Durant les trois journées d’études, les participants discuteront de plusieurs problématiques liées au nouveau modèle de développement, des conditions d’émergence d’un tiers secteur solidaire en Tunisie et procèderont à l’évaluation du cadre réglementaire régissant les organisations du tiers secteur.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Les craintes n’ont pas lieu d’être et l’Etat n’est pas au bord de la faillite, a assuré le ministre conseiller auprès du chef du...

AFRIQUE

SPORT