Tags Posts tagged with "Transparency_International"

Transparency_International

par -
La Tunisie a été choisie mercredi

La Tunisie a perdu 3 places dans le classement relatif à la perception de la corruption de 2015, occupant le 76ème rang avec 38 points et ce sur un total de 168 pays, selon « Transparency International », dont le rapport a été présenté mercredi, à Tunis par l’organisation I Watch.
En 2014, la Tunisie a occupé le 79ème rang. Selon le directeur exécutif de l’organisation Mouheb Garoui ce classement prouve qu’un recul catastrophique a été enregistré en Tunisie dans ce domaine, depuis la Révolution. Et d’ajouter que plus le classement se rapproche (sur 100) de 0, plus le pays est corrompu, soulignant que l’Algérie, l’Egypte et le Maroc ont occupé la 88ème place, la Mauritanie 112ème et le Liban la 123ème place. Garoui a expliqué la régression par les promesses non tenues des partis politiques, au cours des élections législatives, en 2014, notamment en ce qui concerne la lutte contre la corruption et le renforcement des fondements de la bonne gouvernance et de transparence.
Parmi les explications avancées, figurent également, le projet de loi sur la réconciliation économique et financière présentée par la présidence de la République et qui constitue « un pas en arrière dans le processus de lutte contre la corruption » selon Garoui, outre l’incapacité des gouvernements successifs, à faire face aux lobbies de corruption et l’absence de sanctions contre les corrompus. Des responsables de « I Watch » ont souligné que la lutte contre la corruption nécessite une volonté politique ferme, et la consécration de la transparence. Il s’agit également, de renforcer le cadre juridique de l’Instance constitutionnelle de la bonne gouvernance et de la lutte contre la corruption et de mettre à Sa disposition les moyens humains et financiers nécessaires. Ils ont recommandé de retirer le projet de loi sur la réconciliation économique et financière, de protéger les acteurs de la société civile actifs dans la lutte contre la corruption et de leur permettre de jouer leur rôle en matière de lutte contre la corruption.
Ils ont appelé à élaborer et à mettre en œuvre une stratégie nationale de lutte contre la corruption, tout en associant toutes les parties actives dans ce domaine et ce sans intervention étrangère.

TAP

par -

Transparency International a appelé les ministres des Affaires étrangères des Etats membres de l’Union européenne à maintenir les sanctions imposées par l’UE contre les anciens présidents tunisien et égyptien, Zine al-Abidine Ben Ali et Hosni Moubarak, et de fournir leur assistance aux autorités des deux pays pour enquêter et poursuivre les dirigeants déchus et leurs acolytes.

Il y a cinq ans, les manifestants avaient envahi les rues du Caire, de Tunis et d’autres villes arabes pour protester contre la corruption endémique de leurs gouvernements, les injustices et la pauvreté. Les gouvernements ont réagi avec violence, certains ont fait des promesses de réforme et de changement.

Suite à ces événements, l’UE a imposé des sanctions telles que le gel des avoirs et les restrictions sur les visas des personnes en question sur la base de preuves établissant qu’elles  avaient détourné des fonds publics et abusé de leurs positions. Les sanctions imposées sur  48 personnes en Tunisie, y compris Ben Ali et sa clique, arrivent à échéance le 31 janvier 2016.

Les sections  régionales de Transparency International au Moyen-Orient et Afrique du Nord  ont appelé les Etats membres de l’UE à faire tout ce qui est en leur pouvoir, conformément à la règle de droit et  à la  protection des droits individuels, pour apporter leur solidarité aux  citoyens de la région arabe en vue de réprimer les crimes de corruption et  punir ceux qui s’en rendent coupables.

« En dépit des promesses faites précédemment, les gouvernements qui se sont succédé après la révolution n’ont pas fait de progrès ou si peu préférant concentrer majoritairement  leurs efforts  sur la survie de leurs régimes plutôt que sur les réformes. Aussi, la corruption reste-t-elle vivace et prospère dans certains endroits « , a déclaré Ghada Zughayar, Directeur du département régional Moyen-Orient et Afrique du Nord à Transparency International.

« Il est maintenant temps pour les ministres des Affaires étrangères de l’UE adressent un message crucial à la région affirmant que la corruption ne peut pas être ignorée et doit être combattue de front. »

Transparency International a demandé à l’UE de continuer à soutenir les citoyens tunisiens et égyptiens et à une plus large échelle  la région MENA pour prévenir la corruption et le vol de biens publics. L’imposition de sanctions en 2011 était un signal fort que les dirigeants corrompus devront assumer les conséquences de leurs actes. La levée des sanctions risque maintenant d’envoyer un message que ces dirigeants corrompus et d’autres dans la région peuvent finalement rester impunis et que le blanchiment du produit de la corruption peut continuer en toute impunité.

Des actifs mal acquis valant des milliards de dollars ont été obtenus par les dirigeants évincés qui ont  abusé du pouvoir qui leur a été confié et pillé les ressources publiques en Egypte, en Tunisie et au  Yémen. Cet argent reste bloqué dans des banques à l’étranger,  dont beaucoup sont situées dans l’Union européenne, au lieu d’être utilisé pour construire des hôpitaux et des écoles, ou alimenter la croissance économique dans la région MENA.

Le paysage politique de la région a considérablement changé au cours des cinq dernières années; les Etats-nations se sont effondrés, le chaos est endémique, il existe des groupes et milices radicales bien dotés en ressources, les conflits intercommunautaires ont été fortement exacerbés  et la répression des minorités, de l’opposition et des libertés publiques se poursuit. Les systèmes de justice, l’État de droit et la bonne gouvernance ne peuvent avoir droit de cité dans  cet environnement, conclut Transparency International.

INTERVIEW

Le PDG de la BIAT, Mohamed Agrebi, a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs questions dont principalement la stratégie...

AFRIQUE

Des avions de guerre ont bombardé lundi la ville de Derna, ville côtière de l'Est libyen, a annoncé un témoin à Reuters, dans la...

Reseaux Sociaux