Tags Posts tagged with "Tunis, ambassadeur US"

Tunis, ambassadeur US

par -
Nous rapportions

Nous rapportions, dans notre édition du 28 mai dernier, cette lettre envoyée par l’ambassadeur américain en Tunisie, Jacob Walles, où il recommandait vivement auprès du ministre tunisien de la Jeunesse et des sports, une entreprise américaine pour l’important appel d’offres du système d’exploitation des jeux en lignes de la société Promosport.

Jacob Walles expliquait alors pour Africanmanager, que «promouvoir les intérêts commerciaux est l’un des rôles ordinaires d’une mission diplomatique à l’étranger. Nous encourageons les efforts déployés par les entreprises américaines pour accéder au marché tunisien afin de renforcer les liens d’affaires entre nos deux pays, tout en respectant pleinement le droit».

Il n’en demeure pas moins, que l’appel d’offres auquel participait un groupement où se trouvait la société Get-Wirless de Hatem Boulabiar et l’établissement étatique tunisien, CNI (Centre National Informatique), a été déclaré infructueux. Le groupement tunisien ne compte, cependant, pas en rester là.

En effet, selon une copie de la plainte déposée par le groupement tunisien auprès du Procureur de la République, le groupement qui comporte la société Get-Wirless a décidé de contrattaquer. Il fait introduit un recours administratif contre la société Promosport, lui demandant de retirer sa décision considérant l’AO infructueux. Il porte, par contre, plainte auprès du Procureur de la République contre l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique en Tunisie, Jacob Walles. Le groupement tunisien accuse Walles de «corruption et de trafic d’influence », considérant que ce genre d’action est interdit par la loi tunisienne. Il donne ainsi un nouveau tournant à cette affaire du nouveau système de jeux en ligne que compte acquérir la société tunisienne «Promosport». Que fera donc la justice tunisienne ? Entendra-t-elle l’ambassadeur de la première puissance mondiale ou remettra-t-elle toute cette affaire aux calendes grecques ? Quoiqu’en soit l’issue, cette affaire restera une première en Tunisie et pour la justice tunisienne ? Quelle sera aussi la réaction du «State Department » américain à toute cette affaire ?

Ka. Bou.

par -
Nous rapportions

Nous rapportions, dans notre édition du 28 mai dernier, cette lettre envoyée par l’ambassadeur américain en Tunisie, Jacob Walles, où il recommandait vivement auprès du ministre tunisien de la Jeunesse et des sports, une entreprise américaine pour l’important appel d’offres du système d’exploitation des jeux en lignes de la société Promosport.

Jacob Walles expliquait alors pour Africanmanager, que «promouvoir les intérêts commerciaux est l’un des rôles ordinaires d’une mission diplomatique à l’étranger. Nous encourageons les efforts déployés par les entreprises américaines pour accéder au marché tunisien afin de renforcer les liens d’affaires entre nos deux pays, tout en respectant pleinement le droit».

Il n’en demeure pas moins, que l’appel d’offres auquel participait un groupement où se trouvait la société Get-Wirless de Hatem Boulabiar et l’établissement étatique tunisien, CNI (Centre National Informatique), a été déclaré infructueux. Le groupement tunisien ne compte, cependant, pas en rester là.

En effet, selon une copie de la plainte déposée par le groupement tunisien auprès du Procureur de la République, le groupement qui comporte la société Get-Wirless a décidé de contrattaquer. Il fait introduit un recours administratif contre la société Promosport, lui demandant de retirer sa décision considérant l’AO infructueux. Il porte, par contre, plainte auprès du Procureur de la République contre l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique en Tunisie, Jacob Walles. Le groupement tunisien accuse Walles de «corruption et de trafic d’influence », considérant que ce genre d’action est interdit par la loi tunisienne. Il donne ainsi un nouveau tournant à cette affaire du nouveau système de jeux en ligne que compte acquérir la société tunisienne «Promosport». Que fera donc la justice tunisienne ? Entendra-t-elle l’ambassadeur de la première puissance mondiale ou remettra-t-elle toute cette affaire aux calendes grecques ? Quoiqu’en soit l’issue, cette affaire restera une première en Tunisie et pour la justice tunisienne ? Quelle sera aussi la réaction du «State Department » américain à toute cette affaire ?

Ka. Bou.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, le PDG de la Poste Tunisienne, Moez Chakchouk, a mis l’accent sur les efforts fournis par l’entreprise pour...

AFRIQUE

SPORT