Tags Posts tagged with "Tunis, Ben Jeddou, terrorisme"

Tunis, Ben Jeddou, terrorisme

par -
0
Quelques jours après la réussite  à l’actif des forces de sécurité qui ont déjoué une opération  terroriste d'envergure à Médenine

Quelques jours après la réussite à l’actif des forces de sécurité qui ont déjoué une opération terroriste d’envergure à Médenine, la région de Kasserine s’est réveillée, ce mercredi 28 mai, sur une réaction violente des terroristes qui ont choisi de ne pas baisser les bras.

Un acte odieux qui a ciblé, pour la première fois, le domicile du premier responsable du ministre de l’intérieur, Lotfi Ben Jeddou à Kasserine. D’après des témoins oculaires, des terroristes encagoulés, dont le nombre varierait entre 10 et 15, selon les sources, ont tiré des rafales en direction des agents qui gardaient le domicile du ministre de l’Intérieur. Bilan : 4 policiers ont été assassinés et deux autres ont été blessés.

Selon l’un des frères du ministre de l’Intérieur, la famille Ben Jeddou aurait reçu de menaces terroristes auparavant.

Les premiers éléments indiquent que les assaillants ont voulu entrer par effraction dans la maison. Le groupe qui était à bord d’un véhicule de type « Isuzu D-Max » a ouvert le feu sur les agents de l’ordre chargés de surveiller la demeure.

Quatre agents de l’ordre sont tombés en martyrs et deux autres ont été blessés dont un par balles et l’autre souffre d’une fracture. Les agents tombés en martyrs étaient âgés entre 20 et 21 ans, et leurs noms et leurs grades sont comme suit :

Ridha Chebbi – Sous-lieutenant (Kasserine)

Ali Ghodhbani – Agent de sécurité (Kasserine)

Neifer Ayadi – Agent de sécurité (Kairouan)

Ridha Ajili – Agent de sécurité (Kairouan)

Le porte-parole du ministère de l’intérieur, Mohamed Ali Aroui, a indiqué que le groupe qui a attaqué les agents de sûreté chargés de surveiller la maison du ministre de l’Intérieur, est composé de 6 à 7 membres qui se sont enfuis, après avoir perpétré l’attentat, vers Jebel Salloum.

Un témoin présent lors de l’attaque, a déclaré à Mosaïque FM que les habitants de la zone ont été surpris, tard mardi 27 mai vers minuit, par des déflagrations de feux d’artifice parallèlement à des tirs de coups de feu. Alertés par les habitants du quartier, les districts de la police et de la Garde Nationale ont cru qu’il s’agissait de feux d’artifice.

Après avoir réalisé ce qui se passait, les voisins se trouvant dans la rue se sont rués vers la maison de la famille Ben Jeddou pour y découvrir les corps de quatre agents de l’ordre dans le garage de la maison. Les renforts sécuritaires sont arrivés par la suite et la Protection Civile qui est arrivée à son tour pour évacuer les dépouilles.

La maison du ministre de l’intérieur Lotfi Ben Jeddou est située à 4 mètres seulement du district de la garde nationale et à 500 mètres du district de sûreté nationale. Les parents du ministre, sa femme, ses deux enfants et deux de ses frères, en plus de l’épouse de son frère étaient présents dans la maison pendant l’attaque et ils ont été effrayés par les coups de feu entendus.

La fusillade a duré entre 10 et 15 minutes alors que les renforts sont arrivés trente minutes après l’attaque ce qui a suscité le mécontentement des habitants de la cité Ezzouhour à Kasserine, comme l’a rapporté Mosaïque FM.

Cet attentat survient dans la foulée des coups portés aux terroristes dans le cadre de la politique d’éradication menée par le gouvernement de Mehdi Jomaâ pour mettre un terme à ce fléau en Tunisie.  » C’est une réponse des terroristes à l’opération préventive effectuée deux jours auparavant à Médenine », a déclaré le chef du gouvernement Mehdi Jomaâ indiquant que « les terroristes peuvent nous atteindre mais ne vont jamais vaincre ».

Face au nombre croissant des blessés et des tués par balles ou des mines posées par des jihadistes, Jomaâ avait annoncé la création d’ici fin 2014, un pôle antiterrorisme. Au terme d’une réunion sécuritaire organisée, dimanche dernier, il a appelé les Tunisiens à l’unité nationale, la lutte contre le terrorisme étant une œuvre de longue haleine nécessitant du temps et des sacrifices.

Forte condamnation et le peuple est appelé à s’unir

Ce crime odieux est condamnée par un grand nombre de partis politiques, notamment le mouvement Ennahdha qui a relevé que cette opération vise par delà Lotfi Ben Jeddou, le processus transitionnel tout en empêchant la tenue des prochaines élections.

Dans la même lignée, Nidaa Tounes a considéré la guerre contre le terrorisme comme un devoir de tout le peuple puisqu’il continue de menacer la stabilité du pays et de nuire à ses intérêts.

Nidaa Tounes a, d’autre part, mis en garde contre la menace qui cible le président du parti, Béji Caïd Essebsi et d’autres personnalités politiques et responsables de la sécurité. Il a dans ce cadre appelé la société civile à considérer la lutte contre le terrorisme comme une priorité nationale qui nécessite l’implication de tous les acteurs.

Un avis partagé par le président de l’ANC Mustapha Ben Jaafar qui n’a pas manqué d’assurer que ce genre d’opérations ne peut qu’apporter force et résistance aux Tunisiens et aux dirigeants sécuritaires. Car, le combat contre le terrorisme est un processus long et semé d’embuches, selon ses dires. D’où l’importance de conjuguer les efforts pour vaincre le terrorisme.

Wiem Thebti

par -
0
Quelques jours après la réussite  à l’actif des forces de sécurité qui ont déjoué une opération  terroriste d'envergure à Médenine

Quelques jours après la réussite à l’actif des forces de sécurité qui ont déjoué une opération terroriste d’envergure à Médenine, la région de Kasserine s’est réveillée, ce mercredi 28 mai, sur une réaction violente des terroristes qui ont choisi de ne pas baisser les bras.

Un acte odieux qui a ciblé, pour la première fois, le domicile du premier responsable du ministre de l’intérieur, Lotfi Ben Jeddou à Kasserine. D’après des témoins oculaires, des terroristes encagoulés, dont le nombre varierait entre 10 et 15, selon les sources, ont tiré des rafales en direction des agents qui gardaient le domicile du ministre de l’Intérieur. Bilan : 4 policiers ont été assassinés et deux autres ont été blessés.

Selon l’un des frères du ministre de l’Intérieur, la famille Ben Jeddou aurait reçu de menaces terroristes auparavant.

Les premiers éléments indiquent que les assaillants ont voulu entrer par effraction dans la maison. Le groupe qui était à bord d’un véhicule de type « Isuzu D-Max » a ouvert le feu sur les agents de l’ordre chargés de surveiller la demeure.

Quatre agents de l’ordre sont tombés en martyrs et deux autres ont été blessés dont un par balles et l’autre souffre d’une fracture. Les agents tombés en martyrs étaient âgés entre 20 et 21 ans, et leurs noms et leurs grades sont comme suit :

Ridha Chebbi – Sous-lieutenant (Kasserine)

Ali Ghodhbani – Agent de sécurité (Kasserine)

Neifer Ayadi – Agent de sécurité (Kairouan)

Ridha Ajili – Agent de sécurité (Kairouan)

Le porte-parole du ministère de l’intérieur, Mohamed Ali Aroui, a indiqué que le groupe qui a attaqué les agents de sûreté chargés de surveiller la maison du ministre de l’Intérieur, est composé de 6 à 7 membres qui se sont enfuis, après avoir perpétré l’attentat, vers Jebel Salloum.

Un témoin présent lors de l’attaque, a déclaré à Mosaïque FM que les habitants de la zone ont été surpris, tard mardi 27 mai vers minuit, par des déflagrations de feux d’artifice parallèlement à des tirs de coups de feu. Alertés par les habitants du quartier, les districts de la police et de la Garde Nationale ont cru qu’il s’agissait de feux d’artifice.

Après avoir réalisé ce qui se passait, les voisins se trouvant dans la rue se sont rués vers la maison de la famille Ben Jeddou pour y découvrir les corps de quatre agents de l’ordre dans le garage de la maison. Les renforts sécuritaires sont arrivés par la suite et la Protection Civile qui est arrivée à son tour pour évacuer les dépouilles.

La maison du ministre de l’intérieur Lotfi Ben Jeddou est située à 4 mètres seulement du district de la garde nationale et à 500 mètres du district de sûreté nationale. Les parents du ministre, sa femme, ses deux enfants et deux de ses frères, en plus de l’épouse de son frère étaient présents dans la maison pendant l’attaque et ils ont été effrayés par les coups de feu entendus.

La fusillade a duré entre 10 et 15 minutes alors que les renforts sont arrivés trente minutes après l’attaque ce qui a suscité le mécontentement des habitants de la cité Ezzouhour à Kasserine, comme l’a rapporté Mosaïque FM.

Cet attentat survient dans la foulée des coups portés aux terroristes dans le cadre de la politique d’éradication menée par le gouvernement de Mehdi Jomaâ pour mettre un terme à ce fléau en Tunisie.  » C’est une réponse des terroristes à l’opération préventive effectuée deux jours auparavant à Médenine », a déclaré le chef du gouvernement Mehdi Jomaâ indiquant que « les terroristes peuvent nous atteindre mais ne vont jamais vaincre ».

Face au nombre croissant des blessés et des tués par balles ou des mines posées par des jihadistes, Jomaâ avait annoncé la création d’ici fin 2014, un pôle antiterrorisme. Au terme d’une réunion sécuritaire organisée, dimanche dernier, il a appelé les Tunisiens à l’unité nationale, la lutte contre le terrorisme étant une œuvre de longue haleine nécessitant du temps et des sacrifices.

Forte condamnation et le peuple est appelé à s’unir

Ce crime odieux est condamnée par un grand nombre de partis politiques, notamment le mouvement Ennahdha qui a relevé que cette opération vise par delà Lotfi Ben Jeddou, le processus transitionnel tout en empêchant la tenue des prochaines élections.

Dans la même lignée, Nidaa Tounes a considéré la guerre contre le terrorisme comme un devoir de tout le peuple puisqu’il continue de menacer la stabilité du pays et de nuire à ses intérêts.

Nidaa Tounes a, d’autre part, mis en garde contre la menace qui cible le président du parti, Béji Caïd Essebsi et d’autres personnalités politiques et responsables de la sécurité. Il a dans ce cadre appelé la société civile à considérer la lutte contre le terrorisme comme une priorité nationale qui nécessite l’implication de tous les acteurs.

Un avis partagé par le président de l’ANC Mustapha Ben Jaafar qui n’a pas manqué d’assurer que ce genre d’opérations ne peut qu’apporter force et résistance aux Tunisiens et aux dirigeants sécuritaires. Car, le combat contre le terrorisme est un processus long et semé d’embuches, selon ses dires. D’où l’importance de conjuguer les efforts pour vaincre le terrorisme.

Wiem Thebti

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le dirigeant d’Ennahdha Abdellatif Mekki appelle à l’organisation d’un dialogue sociétal qui dépassera les partis, les organisations, pour cibler les coordinations des mouvements sociaux....

AFRIQUE

SPORT