Tags Posts tagged with "Tunis, OACA,"

Tunis, OACA,

par -
0
Le 18 août

Le 18 août, le chef du gouvernement tunisien signait un ordre de mission pour 4 inspecteurs (deux hommes et deux femmes) de la structure d’inspection financière et administrative du premier ministère, à l’Office de l’Aviation Civile et des Aéroports. A l’ordre du jour, un audit financier et administratif de cette haute autorité de tout le transport aérien en Tunisie.

Financièrement, l’OACA qui se fait payer toutes sortes de redevances dans les 7 aéroports qu’il gère, sans compter ceux de Monastir et d’Enfidha gérés par les Turcs de TAV Tunisie, a toujours été bénéficiaire. Elle se porte plutôt bien et ses bénéfices, permettent même à l’Etat-actionnaire de Tunisair, d’absorber l’énorme dette de Tunisair chez l’Office.

L’analyse de l’évolution des différents postes du chiffre d’affaires mensuel facturé par l’office, permet de constater qu’au cours du mois de Juin 2014, le montant des redevances a atteint 27,175 MD (TTC) contre 28,176 MD (TTC) au cours du même mois de l’année 2013. Le chiffre d’affaire mensuel enregistre ainsi une baisse de 3,55 %. Cette baisse trouve essentiellement ses origines dans celle enregistrée au niveau des redevances commerciales de 45,25 %. Au dinar constant, la baisse est plus importante (-49,6 %). Le chiffre d’affaires des six premiers mois de l’année 2014 (149,357 MDT TTC contre 140,255 MDT TTC), enregistrant ainsi une évolution de 6,49%. Dans un document interne, dont nous avons pu avoir copie, le management de l’OACA explique cette hausse «comme étant une conséquence directe de l’évolution du trafic qui a été constatée durant les six premiers mois de l’année 2014 (+4,8 %). Sinon, la lecture du tableau, ci-dessous, sous l’angle du DT constant pour le mois de juin 2014, montre des baisses, presque généralisées !

Administrativement, comme nous l’écrivions dans un précédent article, il y aurait «à boire et à manger». L’Office de l’aviation civile semble en effet être une véritable « agence de promotion immobilière » avec force maisons et appartements. Le nombre serait de 100 maisons éparpillées dans toutes les régions du pays. Des maisons, normalement utilisées pour les besoins des cadres et agents de l’Office, lorsque leurs déplacements deviennent nécessaires pour la bonne marche d’une structure chargée du bon fonctionnement d’un secteur aussi important et crucial que l’aviation civile. Certaines, selon des sources de l’office, seraient occupées gracieusement par des personnes étrangères à l’entreprise.

Mais pas que cela ! 50 % de certaines redevances que perçoit l’OACA, seraient versées au ministère de l’Intérieur. Notre source affirme aussi, que 50 à 60 voitures seraient gracieusement mises à la disposition d’autres ministères et d’autres parties qui n’ont rien à voir avec l’aviation civile ou ses services à travers le territoire de la République. En premier lieu, la Présidence de la République. En plus de la Présidence de la République, Douane et ministère de l’Intérieur auraient disposé, selon nos sources, de voitures appartenant à l’OACA et les bons d’essence qui vont avec.

On ne sait pas si la dernière inspection, de l’OACA par le ministère du transport avait pu régler tous ses problèmes d’avant révolution. On ne connait pas non plus la cause du déclenchement de cette inspection. Des sources proches de la direction, évoquent un Audit qui est fait sur sa propre demande. Joint au téléphone, le PDG Salah Gharsallah nous confirme cela. Il explique notamment que beaucoup de fausses informations, parfois malveillantes circulent sur le dossier de l’appel d’offre du Duty Free. Ce dossier avait débuté par la décision de l’OACA de ne pas renouveler le contrat de l’actuel concessionnaire Dufry qui finissait en juin dernier et de procéder, en mars dernier, à un appel d’offre international. Le cahier des charges n’avait pas plu à certains opérateurs, tunisiens et étrangers. Certains ont déposé plainte au conseil de la concurrence. D’autres, auprès du tribunal administratif (Voir notre article). L’inspection, la seconde, parait-il à ce sujet, tranchera. En attendant, les offres pour cette concession, ont été ouvertes il y a deux jours et tout a été remis entre les mains de la Commission supérieure des marchés. Aucune notification, n’a pour l’instant été donnée aux participants, dont les groupes, Hmila (Tarak) et Poulina.

Khaled

par -
0
Le 18 août

Le 18 août, le chef du gouvernement tunisien signait un ordre de mission pour 4 inspecteurs (deux hommes et deux femmes) de la structure d’inspection financière et administrative du premier ministère, à l’Office de l’Aviation Civile et des Aéroports. A l’ordre du jour, un audit financier et administratif de cette haute autorité de tout le transport aérien en Tunisie.

Financièrement, l’OACA qui se fait payer toutes sortes de redevances dans les 7 aéroports qu’il gère, sans compter ceux de Monastir et d’Enfidha gérés par les Turcs de TAV Tunisie, a toujours été bénéficiaire. Elle se porte plutôt bien et ses bénéfices, permettent même à l’Etat-actionnaire de Tunisair, d’absorber l’énorme dette de Tunisair chez l’Office.

L’analyse de l’évolution des différents postes du chiffre d’affaires mensuel facturé par l’office, permet de constater qu’au cours du mois de Juin 2014, le montant des redevances a atteint 27,175 MD (TTC) contre 28,176 MD (TTC) au cours du même mois de l’année 2013. Le chiffre d’affaire mensuel enregistre ainsi une baisse de 3,55 %. Cette baisse trouve essentiellement ses origines dans celle enregistrée au niveau des redevances commerciales de 45,25 %. Au dinar constant, la baisse est plus importante (-49,6 %). Le chiffre d’affaires des six premiers mois de l’année 2014 (149,357 MDT TTC contre 140,255 MDT TTC), enregistrant ainsi une évolution de 6,49%. Dans un document interne, dont nous avons pu avoir copie, le management de l’OACA explique cette hausse «comme étant une conséquence directe de l’évolution du trafic qui a été constatée durant les six premiers mois de l’année 2014 (+4,8 %). Sinon, la lecture du tableau, ci-dessous, sous l’angle du DT constant pour le mois de juin 2014, montre des baisses, presque généralisées !

Administrativement, comme nous l’écrivions dans un précédent article, il y aurait «à boire et à manger». L’Office de l’aviation civile semble en effet être une véritable « agence de promotion immobilière » avec force maisons et appartements. Le nombre serait de 100 maisons éparpillées dans toutes les régions du pays. Des maisons, normalement utilisées pour les besoins des cadres et agents de l’Office, lorsque leurs déplacements deviennent nécessaires pour la bonne marche d’une structure chargée du bon fonctionnement d’un secteur aussi important et crucial que l’aviation civile. Certaines, selon des sources de l’office, seraient occupées gracieusement par des personnes étrangères à l’entreprise.

Mais pas que cela ! 50 % de certaines redevances que perçoit l’OACA, seraient versées au ministère de l’Intérieur. Notre source affirme aussi, que 50 à 60 voitures seraient gracieusement mises à la disposition d’autres ministères et d’autres parties qui n’ont rien à voir avec l’aviation civile ou ses services à travers le territoire de la République. En premier lieu, la Présidence de la République. En plus de la Présidence de la République, Douane et ministère de l’Intérieur auraient disposé, selon nos sources, de voitures appartenant à l’OACA et les bons d’essence qui vont avec.

On ne sait pas si la dernière inspection, de l’OACA par le ministère du transport avait pu régler tous ses problèmes d’avant révolution. On ne connait pas non plus la cause du déclenchement de cette inspection. Des sources proches de la direction, évoquent un Audit qui est fait sur sa propre demande. Joint au téléphone, le PDG Salah Gharsallah nous confirme cela. Il explique notamment que beaucoup de fausses informations, parfois malveillantes circulent sur le dossier de l’appel d’offre du Duty Free. Ce dossier avait débuté par la décision de l’OACA de ne pas renouveler le contrat de l’actuel concessionnaire Dufry qui finissait en juin dernier et de procéder, en mars dernier, à un appel d’offre international. Le cahier des charges n’avait pas plu à certains opérateurs, tunisiens et étrangers. Certains ont déposé plainte au conseil de la concurrence. D’autres, auprès du tribunal administratif (Voir notre article). L’inspection, la seconde, parait-il à ce sujet, tranchera. En attendant, les offres pour cette concession, ont été ouvertes il y a deux jours et tout a été remis entre les mains de la Commission supérieure des marchés. Aucune notification, n’a pour l’instant été donnée aux participants, dont les groupes, Hmila (Tarak) et Poulina.

Khaled Boumiza

par -
0
L'Office de l'Aviation Civile et des Aéroports annonce l’introduction d’un additif au dossier d’appel à candidatures pour la concession

L’Office de l’Aviation Civile et des Aéroports annonce l’introduction d’un additif au dossier d’appel à candidatures pour la concession, l’exploitation des magasins destinés aux ventes en hors taxes aux passagers des vols internationaux, au départ et à l’arrivée, situés dans les cinq (5) aéroports internationaux : Tunis Carthage, Djerba Zarzis, Sfax Thyna, Tozeur-Nefta et Tabarka-Ain Drahem.

Par ailleurs, la date limite de réception des offres prévue pour le 07 mars 2014 à 17H00, est reportée au 21 Mars 2014 à 17H00, le cachet du bureau d’ordre central faisant foi.

Les personnes morales intéressées par l’exploitation de cette activité peuvent retirer cet additif, auprès du siège de l’OACA, (bureau N°220).

Toute offre déjà parvenue au bureau d’ordre central de l’OACA avant cet avis peut être retirée pour se conformer aux éxigences de l’additif.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

0
Le Nigeria a ratifié l’accord de facilitation des échanges (AFE), devenant ainsi le 107e membre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à le faire. Seulement...

SPORT