Tags Posts tagged with "Tunisair Express,"

Tunisair Express,

par -
0

La compagnie tunisienne de transport aérien, Tunisair, tiendra le 29 décembre son AG pour valider les résultats de l’exercice 2015. Elle aura ainsi terminé l’exercice avec une perte de 71,362 MDT après un exercice 2014 qui était bénéficiaire de plus de 43,5 MDT. Une année 2015 où les charges d’exploitation (1,023 Milliard DT, dont presque 500 MDT d’achats et redevances) ont pris le dessus sur les produits d’exploitation (0,973 Milliards DT), lesquels s’inscrivent en large baisse par rapport à 2014 où ils avaient dépassé le 1,22 Milliard DT.
Et pourtant, à bien lire ce résultat 2015, il est mieux que celui de 2014. Ce dernier comprenait la dotation de l’Etat, au titre de la dette de l’OACA, d’un montant de 192 MDT. Il n’y serait pas, le résultat de 2014 deviendrait négatif de 148,5 MDT, ce qui aurait placé Tunisair dans une mauvaise passe, sa perte dépassant ainsi ses capitaux propres de 106,199 MDT. En 2015 et sans la dotation de l’Etat, Tunisair n’a fait qu’une perte de 71,362 MDT.

Mais Tunisair ce sont aussi huit autres filiales qui sont, elles aussi, loin d’être en bonne santé financière. Une santé financière fragile qui impacte forcément celle de la société-mère. Le résultat du groupe a ainsi été déficitaire de plus de 88,6 MDT en 2015. Des filiales lequelles, nonobstant leurs résultats individuels déficitaires, comme le montre notre tableau, se révèlent être de véritables cadavres dans le placard de Tunisair avec des affaires et des déboires que révèle le rapport des commissaires aux comptes du groupe Tunisair.

Prévues, par l’effet de la filialisation qui se révèle être une mauvaise expérience, pour être des centres de profit, les filiales de Tunisair sont devenues des centres de couts. Force est ainsi de constater la faillite de la politique de la Re-filialisation, signée par le gouvernement de la Troïka.

⦁ Le Catering, une filiale qui a frôlé la dissolution et poursuivie par l’OACA et la Douane !

La société «Tunisie Catering» a accusé des pertes, cumulées au 31 Décembre 2015, portant les capitaux propres arrêtés à cette date à la somme de 13,885 MDT, soit 19,885 MDT en deçà de la moitié du capital social. L’entreprise était passée une 1ère fois, après décision du tribunal de première instance de Tunis en date du 6 avril 2015, par la procédure du règlement judiciaire et la désignation d’un administrateur judiciaire et d’un expert en diagnostic.
Elle en réchappe, lorsque l’administrateur judiciaire et le rapport de l’expert en diagnostic décident du principe de poursuite des activités de la société et mettent au point un plan de redressement. Le 21 janvier 2016 il y a eu nomination d’un nouveau DG, mais cela impactera quand même Tunisair qui se retrouve obligée d’y injecter de l’argent. Deux conventions d’avances en compte courant ont été conclues avec l’actionnaire Tunisair pour un montant total de 4 MDT remboursable sur 7 ans avec un taux de rémunération fixé au TMM+2.

Courant 2011, Tunisie Catering faisait déjà l’objet d’un recours judiciaire par l’O.A.C.A au titre de la redevance commerciale due par les compagnies aériennes locales et qui ne se sont pas encore acquittées de leurs obligations envers l’O.A.C.A entre les mains de « T.C S.A », lequel a l’obligation de leur versement à l’O.A.C.A. Les redevances dues par les compagnies aériennes et non encore recouvrées ni réglées par la société « Tunisie Catering S.A (T.C SA) au profit de I’O.A.C.A s’élèvent à 28,106 MDT au 31 Décembre 2015. «T.C SA a, dans ce cadre, intenté au cours de l’année 2013 une action judiciaire à l’encontre des compagnies locales pour leur réclamer les redevances et les pénalités dues à I’O.A.C.A. La non-confirmation par la justice de la responsabilité finale des compagnies aériennes au titre des pénalités de retard aurait pour effet de minorer les capitaux propres aux 31 décembre 2015 de 13,465 MDT», font noter les CC.

Les CC n’oublient pas de rappeler que «la société avait fait l’objet, courant 2007, d’un contrôle des services de la Direction Générales des Douanes. Un contrôle qui s’est soldé par des chefs de redressements en matière de droits de douanes et d’infraction à la réglementation de change, dont notamment le défaut de déclaration d’importation de marchandises prohibées, l’exportation de marchandises prohibées, le défaut de versement des recettes d’exportation dans une banque tunisienne et l’utilisation de devises entre des résidents non autorisés par la Banque Centrale de Tunisie». Grave. Mais pas que ! «En plus d’un problème procédural qui met à la charge de la société de justifier le rapatriement des revenus de ses exportations pour 25,505 MDT au titre des exercices 2003-2006, la société encourt des risques en matière d’infraction de la réglementation de change et de la loi douanière pour respectivement 443 mille DT et 449 mille DT. A la date de rédaction de ce rapport, aucun jugement définitif n’a été prononcé au titre de cette affaire. Il n’est par conséquent pas possible d’estimer l’impact que pourrait avoir le dénouement de cette affaire sur la situation financière de la société au 31 décembre 2015».

⦁ Tunisair Express : Sauvée une 1ère fois et vite rattrapée par le Fisc

L’Express, autre filiale de Tunisair spécialisés dans le court-courrier, a en effet terminé 2015 avec un déficit de plus de 2,5 MDT. «Les difficultés d’exploitation dont souffrent la société conjuguée à une performance financière négative et un problème de trésorerie chronique, mettent l’accent sur la nécessité de restructurer la société de manière à maitriser les doutes qui pèsent sur la continuité d’exploitation», diagnostiquent les CC.
Un plan de redressement avait été approuvé par l’AGE en décembre 2013, mais «n’a pas fait l’objet de mise à jour au vue des délibérations du Conseil d’Administration réuni le 05 Juin 2015, reprochant l’absence de suivi des axes stratégiques du plan et de ses actions d’appui».
Les déboires du transporteur n’en finissent pourtant pas. «Tunisair Express a signé en mars 2016 avec l’Unité du Contrôle National et des Enquêtes Fiscales un procès-verbal de conciliation fiscale au titre de sa vérification fiscale approfondie déclenchée en 2012, couvrant les exercices 1993 à 2011 et ayant abouti initialement à un redressement global de 5,844 MDT provisionnée à hauteur de 2,922 MDT. Cette conciliation fiscale a mené à la constatation comptable d’une reprise sur provision pour risque fiscal de 2,922 MDT et d’une perte exceptionnelle s’élevant à 1,764 MDT soit un impact positif net sur le résultat de 1,158 MDT. D’autre part, Tunisair Express a de nouveau été soumise en 2014 à un contrôle fiscal approfondi au titre de l’exercice 2012 qui a aggravé sa charge fiscale en principal et pénalités de 3,821 MDT. A ce titre, la société a constitué au cours de l’exercice 2014 un complément de provision de l’ordre de 1,900 MDT de manière à couvrir environ 50% du montant de cette taxation». Le Fisc n’en démord ainsi pas et le cauchemar de Tunisair Express ne finit pas.

⦁ Plus de couts plus que de recettes chez Tunisair-Technics.

La filiale technique de Tunisair, qui assure la maintenance, a terminé 2015 avec un déficit de plus de 1,14 MDT qui s’ajoute à l’autre déficit de 1,11 MDT de 2014. Un déficit dont la provenance est surtout l’important écart entre ses coûts et ses recettes, qui proviennent à plus de 90 % de Tunisair. Derrière cela, il y a l’alignement des statuts de toutes les filiales sur celui de Tunisair qui a explosé le volume des salaires, par l’accord du 3 février 2011. «Notons qu’en raison de la nature du schéma de présentation des comptes de la société Tunisair-Technics et le rôle y attribué au sein du groupe Tunisair, cette opération devrait toucher directement ses comptes d’immobilisations et des stocks arrêtés au 31 décembre 2014», font remarquer les CC.
L’entreprise avait fait l’objet d’un audit qui a mis à nu un certain nombre de défaillances ou d’écarts et cela n’a pas plu à ses employés. La semaine dernière et par excès de zèle, ils ont cloué à terre un certain nombre d’avions. L’impact sur la société mère est ainsi évident.

⦁ Tunisair Handling ou la malédiction de la Mourabaha !

La filiale Handling de Tunisair est celle qui enregistre la plus grosse perte. De 17,741 MDT en 2014, le déficit passait à 21,941 MDT en 2015. En 2011, le gouvernement de la Troïka avait décidé de la re-filialisation, entre autres, du Handling et même d’aligner son statut sur celui de Tunisair. Cela a fait exploser les frais du personnel, qui représentent désormais 123% de son chiffre d’affaire. Cela veut dire que tout ce qu’elle gagne ne suffirait même pas à payer les salaires de son personnel. L’entreprise supporte plus de personnel qu’elle ne peut et doit faire un élagage. Or, l’argent supposé financer le plan social est toujours bloqué et gelé par le gouvernement.

Mais il n’y a pas que cela, selon le rapport des Commissaires aux Comptes (CC). «En 2008, la société Tunisair Handling a fait l’objet d’un contrôle fiscal approfondi au titre des exercices 2004 à 2007, aggravant sa charge fiscale au titre des divers impôts et taxes dus, ainsi que des pénalités de retard y afférentes à concurrence de 9,031 MDT, qui ont été totalement provisionnés».
Après consultation fiscale, elle arrive à écarter tout risque éventuel de payement du montant des redressements et reprend ainsi la provision. Elle échappe ainsi au Fisc, mais pas à la Mourabaha. En effet, «le 17 décembre 2010, la société a signé avec la banque Zitouna un contrat Mourabaha, finançant la vente d’un terrain sis à la délégation d’Akouda pour une valeur de 3,500 MDT avec une marge bénéficiaire au profit de la banque de 242 mille DT», révèlent les CC. Cependant, «suite aux difficultés touchant la situation financière de la société, conduisant au règlement des échéances du crédit à temps et l’aggravation de ses charges par des pénalités de retard, le Conseil d’Administration réuni le 27 octobre 2014 a décidé l’assainissement de l’affaire à travers la rétrocession du terrain à la banque. Une décision qui s’est concrétisée en 2015 par l’annulation du contrat initial et la récupération de la totalité des sommes versées par la société». Et comme si cela ne suffisait pas, les CC découvrent que «la caisse dite avances sur salaires présente un écart négatif par rapport à la situation comptable au 31 décembre 2015 de l’ordre de 29 mille DT. Dans ce cadre, une plainte a été déposée auprès du tribunal de première instance de Tunis le 03 juin 2015 et l’affaire suit son cours normal à la date de rédaction de ce rapport», révèlent encore les CC.

⦁ Des redressements fiscaux à répétition pour l’AISA

La société IT Services Africa « AISA » a fait l’objet d’un contrôle fiscal approfondi au titre des exercices 2008, 2009, 2010, 2011 et 2012. Les résultats du redressement fiscal notifiés le 27 décembre 2013 se détaillent comme suit : – un complément de taxes et pénalités pour un montant de 4 103 KDT ; – une réduction du crédit d’impôt sur les sociétés d’un montant de 94 KDT pour le ramener à 240 KDT au 31 décembre 2012 ; – une diminution du Crédit de TVA pour un montant de 681 KDT pour le ramener à 73 KDT. En attendant le dénouement de l’affaire, le montant de la notification arrêté à 4 878 KDT a été intégralement provisionné en 2013. Par ailleurs, la société IT Services Africa « AISA » fait l’objet d’un contrôle social au titre des exercices 2012, 2013 et 2014 qui lui a été notifié en date du 22 Avril 2015.

⦁ Un DG dont le salaire dépasse la décision du chef du gouvernement

Amadeus est la filiale informatique de Tunisair pour le volet de la réservation et l’émission de billets notamment. Elle était certes bénéficiaire en 2015 de 6,229 MDT même si ce résultat était en baisse par rapport aux 7,195 MDT de 2014. Et pourtant, selon le rapport du CC, «la rémunération effectivement perçue par le Directeur Général de la société « Amadeus Tunisie » (fixée par le PV du Conseil d’Administration du 6 octobre 2011 et celui du 18 décembre 2012) dépasse la rémunération fixée par l’arrêté de la Présidence du Gouvernement reçu le 10 Aout 2012 (en brut et hors frais de carburant et de téléphone) pour environ 41 217 DT au titre de l’exercice 2015. Il est à signaler à cet effet que le décret n » 2217 du 11 décembre 2015 relatif au régime de rémunération des chefs d’établissements et d’entreprises publiques et de sociétés à majorité publique a autorisé les chefs d’entreprises de choisir entre l’un des deux régimes de rémunérations prévus dans son article 3 sans pour autant prévoir explicitement la possibilité d’application rétroactive des dispositions prévues par cet article».
En outre «à la date de clôture des comptes, la société Tunisair Technics a constaté des provisions pour dépréciation à concurrence de 565 mille DT, représentant le montant intégral restant dû au 31 Décembre 2015» de l’affaire Syphax, disent encore les CC.

⦁ Affaire judiciaire Syphax Airlines

Et comme si tout cela ne suffisait pas au groupe Tunisair, la compagnie se retrouve à supporter toujours les effets collatéraux de l’affaire Syphax. «Depuis la signature de l’accord avec la compagnie aérienne Syphax Airlines en date du 1er Aout 2013, relatif à la manutention technique de la flotte de cette dernière, le total des sommes facturées par la société Tunisair Technics se chiffre à 819 mille DT, dont seulement 254 mille DT ont été réglées. Ainsi et suite aux retards dans le recouvrement de ces créances dus essentiellement aux difficultés touchant la situation financière de la compagnie cliente, Tunisair-Technics a procédé en date du 1 Octobre 2015 au lancement de l’affaire devant le tribunal de première instance de Tunis, visant ainsi l’indemnisation des dommages causés à travers le recouvrement total de ces créances et le paiement des pénalités de retard connexes». Et ce sont les commissaires aux comptes qui l’affirment !

par -
0

Lors d’une réunion organisée mercredi 10 août 2016, au siège du ministère du transport, il a été décidé de lancer une troisième ligne aérienne qui relie Tunis à Gabès, rapporte l’agence Tap.

Le lancement de cette nouvelle ligne aura lieu à partir du mois d’octobre 2016. Il coïncidera ainsi avec le démarrage du programme hivernal des vols de Tunisair Express.

par -
0
Tunisair Express ajoutera un troisième vol hebdomadaire sur sa ligne Tunis-Malte.

Tunisair Express ajoutera un troisième vol hebdomadaire sur sa ligne Tunis-Malte.

Le nouveau vol sera opérationnel le vendredi de 4 avril, au départ de l’aéroport international de Malte à 16 heures. Tunisair Express assure déjà deux vols hebdomadaires au départ de Malte vers Tunis, les mercredis et dimanches.

«Ce nouveau vol vise non seulement à mieux répondre à la demande existante, mais devrait encourager les week-end d’affaires et de loisirs entre les deux destinations, qui sont à vol d’oiseau de seulement 70 minutes , » a déclaré Mohamed Laamouz, directeur généra de Tunisair Express, cité par le journal « Times of Malta »..

par -
0
La compagnie aérienne Tunisair Express

La compagnie aérienne Tunisair Express, a annoncé dans un communiqué rendu public 17 janvier, que « à l’occasion de la reprise des vols intérieurs Tunis-Gabès et Tunis-Gafsa, il a été décidé de lancer des tarifs promotionnels pour les deux lignes, et ce à partir du 21 janvier. Les prix seront respectivement de 120 et 100 dinars aller-retour, relève la même source .

par -
0
La compagnie aérienne TUNISAIR Express a annoncé

La compagnie aérienne TUNISAIR Express a annoncé, jeudi dans un communiqué , la reprise de ses vols sur les aéroports de Gafsa et Gabes à partir du 21 Janvier 2014 à raison de deux fréquences hebdomadaires sur chaque aéroport selon le programme suivant :

Tunis – Gafsa – Tunis

Mardi : départ de Tunis 14h00 arrivée à Gafsa 14h55

départ de Gafsa 15h25 arrivée à Tunis 17h30 via Tozeur

Jeudi : départ de Tunis 15h00 arrivée à Gafsa 15h55

départ de Gafsa 16h25 arrivée à Tunis 18h30 via Gabés

Tunis – Gabes – Tunis

Mercredi : départ de Tunis 15h00 arrivée à Gabes 16h00

départ de Gabes 16h30 arrivée à Tunis 18h50 via Tozeur

Jeudi : départ de Tunis 15h00 arrivée à Gabes 17h00 via Gafsa

départ de Gabes 17h30 arrivée à Tunis 18h30

par -
0
Tunisair Express annonce la reprise progressive de ses vols domestiques et internationaux

Tunisair Express annonce la reprise progressive de ses vols domestiques et internationaux, avec ses propres appareils. Elle a précisé avoir fait le choix volontaire, d’un commun accord avec Tunisair et la Direction Générale de l’Aviation civile, d’immobiliser au cours des trois dernières semaines, toute sa flotte dans le but de permettre un entretien supplémentaire de ses avions. « Après un usage intensif consécutif à une demande de trafic très élevée au cours de l’été écoulé, cette action s’était avérée nécessaire pour faire renouer la compagnie avec des taux de ponctualité raisonnables.

Durant cette courte période, et afin de maintenir ses engagements auprès de ses passagers, les dessertes de la compagnie ont été maintenues mais assurées par des appareils affrétés auprès de Tunisair et de Nouvelair », a-t-elle indiqué dans un communiqué. Tunisair Express annonce par ailleurs, qu’elle rendra public régulièrement ses résultats et notamment le taux de ponctualité de ses vols.

par -
0

La Compagnie Tunisair Express a enregistré une évolution significative de son activité sur les 8 premiers mois de l’année avec une croissance globale de son trafic passagers de 14%, confirmant ainsi la confiance de ses passagers.

Cependant, cette croissance a malheureusement provoqué dans son sillage, des difficultés d’ordre qualitatif, dans la mesure où la ponctualité des vols, qui était de 74% il y a deux mois, est passée à un taux jugé inacceptable de 45%.

Un communiqué de Tunisair Express précise que certains retards étaient dus aux conditions météorologiques de la fin de l’été, mais d’autres étaient dus aussi à des pannes techniques à répétition, liées en partie à l’utilisation intensive des avions (10 à 12 étapes par jour), outre d’autres facteurs exogènes à l’entreprise que rencontre toute compagnie aérienne (notamment sur les aéroports européens).

« Nos clients, dont de très nombreux usagers fidèles, nous ont légitimement témoigné leur mécontentement face aux retards, en particulier sur l’axe Tunis-Djerba, mais également sur notre programme international vers la Libye, mécontentement que la Direction générale admet totalement », ajoute le communiqué qui annonce que « face à cette situation, et afin de résoudre une bonne fois pour toutes la problématique de la maintenance et vu que la période qui vient est beaucoup plus calme en terme d’activité, la Direction générale de la compagnie –d’un commun accord avec Tunisair et la Direction Générale de l’Aviation civile tunisienne – a décidé la mise à l’arrêt de toute la flotte pour une période de 2 à 3 semaines pour pouvoir entreprendre un entretien minutieux et approfondi des avions et qui sera effectué par Tunisair Technics. »

Cette décision proactive, bien que difficile commercialement, a été prise par Tunisair Express afin de pouvoir reprendre l’exploitation de ses appareils dans les meilleures conditions.

Durant ce laps de temps, et pour assurer ses engagements auprès de ses passagers et le maintien de l’exploitation de ses lignes regulieres, les vols Tunisair Express seront provisoirement opérés par des appareils des compagnies Tunisair et Nouvelair.

Tunisair Express présente ses excuses à tous ses passagers pour la situation exceptionnelle qu’ils ont vécue et tien à souligner qu’elle place leur sécurité au sommet de ses priorités quand bien même cela a affecté la régularité de ses vols et provoqué des désagréments regrettables.

par -
0
Tunisair Express vient de lancer de nouveaux tarifs promotionnels limités en capacité (hors frais de services) en faveur de sa clientèle sur les destinations

Tunisair Express vient de lancer de nouveaux tarifs promotionnels limités en capacité (hors frais de services) en faveur de sa clientèle sur les destinations de Malte, Sfax et Monastir.

Les tarifs sont disponibles auprès des points de ventes de Tunisair Express, de Tunisair et de tout le réseau des agences de voyages agréées. Il est possible également d’acheter son billet sur son site web (www.tunisairexpress.com.tn).

par -
0
Une panne technique a contraint un avion de la compagnie « Tunisair Express » en partance de l’aéroport de Djerba Zarzis pour l’aéroport de

Une panne technique a contraint un avion de la compagnie « Tunisair Express » en partance de l’aéroport de Djerba Zarzis pour l’aéroport de Tunis Carthage, à suspendre son vol prévu hier à 8H30.

par -
0
Une panne technique a contraint un avion de la compagnie « Tunisair Express » en partance de l’aéroport de Djerba Zarzis pour l’aéroport de

Une panne technique a contraint un avion de la compagnie « Tunisair Express » en partance de l’aéroport de Djerba Zarzis pour l’aéroport de Tunis Carthage, à suspendre son vol prévu hier à 8H30.

par -
0
Nous apprenons que le limogeage

Nous apprenons que le limogeage, par le ministre du Transport Karim Harouni, du DG de la compagnie Tunisair Express, aurait eu pour cause essentielle «le rendement qui n’était pas au niveau demandé de Hatem Mootamri» s’agissant de  la gestion de l’entreprise. La cause directe a cependant été le retard de 36 heures enregistré par l’un des avions de Tunisair Express, et subi dernièrement par un ensemble de touristes français.

Toutes ces informations nous ont été confirmées par Khaled Chelly, qui prend l’intérim à la direction générale de Tunisair Express.

Le ministre du Transport, Karim Harouni , a commenté cette décision, mardi matin, lors de la réunion périodique avec la presse au palais du gouvernement à la Kasbah

par -
0
Face à un climat perturbé et avec la précarité de la situation sur les frontière tuniso-libyennes

Face à un climat perturbé et avec la précarité de la situation sur les frontière tuniso-libyennes, le volet sécuritaire demeure primordial pour assurer l’évolution des relations économiques entre les deux pays.

Partant de cette idée, la compagnie Tunisair Express a choisi de mieux contribuer à cette démarche à travers le renforcement des liens socio-économiques entre la région géographique élargie du Centre (Sousse-Monastir-Mahdia et même Kairouan et ses environs) et la capitale libyenne.

Une nouvelle ligne aérienne régulière vient d’être mise en service entre Monastir et Tripoli à raison de deux fréquences par semaine, le mardi et le jeudi.

 

C’est dans ce cadre que Tunisair Express a organisé, mardi 29 mai à 10h15, son vol inaugural à partir de Monastir vers l’aéroport de Tripoli, à bord de son appareil de type ATR 72, y invitant de nombreux journalistes, aux côtés de responsables de ministère de tutelle ainsi que 7 membres de l’assemblée constituante.

A cette occasion, Hatem Motemri, directeur général de Tunisair Express, nous a affirmé que cette nouvelle desserte, mise en place avec le soutien de la Chambre de commerce et d’industrie du Centre (Ccic) et de l’Union des chambres de commerce libyennes, s’inscrit dans le cadre de la consolidation des échanges entre les deux pays et la satisfaction de la demande urgente de la partie libyenne en vue de faciliter le déplacement des passagers et malades libyens vers la région du centre.

Une opportunité propice, selon lui, qui ouvrira également de nouveaux horizons pour le tourisme en général et le tourisme de santé en particulier grâce à l’excellent potentiel dont dispose la région du Centre en termes d’établissements de soins privés et d’hôtellerie d’affaires et de loisirs. Une opportunité aussi pour le secteur des cliniques privées qui réclament des créances de l’ordre de 60 millions de dinars auprès des autorités libyennes. Un problème qui est loin de trouver son épilogue malgré les efforts fournis et qui entraînera sans doute des difficultés importantes pour la bonne marche des cliniques.

Cette nouvelle ligne Monastir-Tripoli offrira ainsi de meilleures flexibilités aux hommes d’affaires en leur offrant un vol de proximité leur permettant de multiplier leurs déplacements.

De son coté, le directeur général de l’aéroport de Monastir, Anis Jemour, n’a pas manqué de faire part de son optimisme quant à la rentabilité de l’aéroport grace à semblable initiative. Il a fait remarquer, dans ce cadre, que le trafic aérien ne cesse de s’améliorer. D’ailleurs, il demeure confiant sur l’avenir prévoyant une progression de l’activité pour s’établir à 2 millions passagers.

Du côté libyen, Ibrahim Ouali, Directeur Général du transport aérien nous a indiqué que cette ligne sera un atout de taille pour hisser les relations bilatérales à un niveau supérieur dans cette conjoncture assez délicate.

Wiem Thebti

par -
0
Afin de contribuer au renforcement des échanges commerciaux et touristiques entre la Tunisie et la Libye

Afin de contribuer au renforcement des échanges commerciaux et touristiques entre la Tunisie et la Libye, la compagnie Tunisair Express entame, à compter du 29 mai 2012, l’exploitation d’une nouvelle ligne aérienne régulière entre Monastir et Tripoli à raison de deux fréquences par semaine, le mardi et le jeudi.

Cette nouvelle desserte, mise en place avec le soutien de la Chambre de commerce et d’industrie du Centre (Ccic) et de l’Union des chambres de commerce libyennes, a pour objectif de créer de nouvelles perspectives socio-économiques entre la région géographique élargie du Centre (Sousse-Monastir-Mahdia et même Kairouan et ses environs) et la capitale libyenne.

Du côté libyen, la ligne va ouvrir de nouveaux horizons pour les passagers de ce pays en matière de tourisme en général et de tourisme de santé en particulier grâce à l’excellent potentiel dont dispose la région du Centre en termes d’établissements de soins privés et d’hôtellerie d’affaires et de loisirs. Le produit touristique de la ville de Kairouan peut également répondre à la demande de cette clientèle.

Côté tunisien, la ligne Monastir-Tripoli va offrir de meilleures flexibilités aux hommes d’affaires en leur offrant un vol de proximité leur permettant de multiplier leurs déplacements.

Hatem Motemri, directeur général de Tunisair Express, indique, à ce propos, que « ce nouveau vol confirme la vocation de la compagnie qui accorde une importance accrue au développement régional au service de l’économie et du tourisme tunisiens en opérant sur la quasi-totalité des aéroports nationaux ».

L’ouverture de la ligne Monastir-Tripoli consolide, par ailleurs, le réseau des vols internationaux réguliers de Tunisair Express sur la Libye qui exploite déjà l’axe Sfax-Tripoli à raison de quatre vols hebdomadaires et Misrata à partir de Sfax et Tunis, outre ses autres vols traditionnels opérés sur l’Italie (Palerme et Naples) ainsi que Malte.

La flotte de la compagnie, qui est composée de CRJ 900 et d’ATR 72, répond aux différents types de trafic desservis par la compagnie : régulier international de proximité, charter et vols intérieurs.

par -
0
La compagnie Tunisair Express a inauguré sa nouvelle ligne aérienne régulière Tunis-Sfax-Misrata. Le premier

La compagnie Tunisair Express a inauguré sa nouvelle ligne aérienne régulière Tunis-Sfax-Misrata. Le premier vol, opéré par un appareil de type CRJ 900 de 88 sièges, a décollé de l’aéroport Tunis-Carthage sous le N° UG 1344. Le taux de remplissage de l’appareil pour ce premier vol a été jugé satisfaisant par la direction de la compagnie.

A l’occasion de l’ouverture de la ligne, Hatem Moatemri, directeur général de Tunisair Express, a indiqué que « le choix de cette destination répond à une demande du marché et participe à la dynamique de croissance des échanges entre les deux pays. Cette ligne a pour objet également de faciliter les déplacements des hommes d’affaires tunisiens sur la province libyenne, de même qu’elle offre de nouvelles perspectives à la clientèle libyenne désireuse de venir en Tunisie pour diverses raisons (médicales, touristiques…) ».

Ce vol de Tunisair Express sera assuré à raison de deux fréquences hebdomadaires qui seront opérées tous les lundis et les mercredis. Rappelons que la compagnie est également présente sur la ligne Tunis-Sfax-Tripoli qu’elle dessert trois fois par semaine, chaque mercredi, vendredi et dimanche.

par -
0

Une cérémonie d’adieu émouvante s’est déroulée, récemment,  au siège de la compagnie Tunisair Express à l’occasion de la fin de la mission de son directeur général,  Moncef Zouari, qui a atteint l’âge de la retraite, et le passage de témoin à  Hatem Motemri qui vient d’être nommé à la tête de la compagnie par le ministère du Transport.

Au cours de cette cérémonie, qui s’est déroulée en présence de M. Habib Mekki, directeur général de l’Aviation civile, un vibrant hommage a été rendu à Moncef  Zouari pour sa persévérance et sa pugnacité durant les neuf années qu’il a passées à la direction générale de la compagnie, période caractérisée par une conjoncture nationale et internationale souvent peu favorable. Malgré ce contexte, la compagnie a réussi à se placer au niveau de la performance, de la rentabilité et de la qualité des services.

 Hatem Motemri a officiellement été nommé directeur général de Tunisair Express le 7 octobre 2011 et va hériter d’une compagnie qui joue un rôle indéniable dans la dynamique économique et touristique, d’une part, et dans la contribution au désenclavement des régions de l’intérieur, d’autre part.

Hatem  Motemri est loin d’être étranger au secteur du transport aérien, bien au contraire. Ingénieur de formation (Arts et Métiers en France puis Institut Français du Pétrole), il a intégré la compagnie Tunisair en 1989 en qualité d’ingénieur « Moteurs avions ». Pendant 10 ans, il a opéré dans le domaine très pointu des moteurs, de l’engineering et de la gestion de flotte.

Après une brève expérience chez Nouvelair en tant que responsable de l’Entretien des appareils puis chez sa filiale Sogerma Tunisie en tant que directeur Logistique, il  revient à Tunisair en 2003 avant d’intégrer la direction générale de l’Aviation civile en 2004 à la direction de la Sécurité aérienne en qualité de responsable de la Sécurité, de l’Entretien et des Opérations. Il a par ailleurs travaillé dans le groupe de travail « Aviation » au sein du projet EuroMed Transport qui consiste, entre autres, à accorder les différentes réglementations internationales et européennes régissant l’aviation civile entre l’Europe et les pays de la Méditerranée.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE