Tags Posts tagged with "Tunisie, balance commerciale,"

Tunisie, balance commerciale,

par -
0
Selon les chiffres de l’Institut National des Statistiques (INS)

Selon les chiffres de l’Institut National des Statistiques (INS), les exportations tunisiennes ont atteint 4095 millions de dinars, durant les deux mois 2012 soit une hausse de 10.7 % par rapport à la même période de l’année 2011.

Les importations ont enregistré un taux de 25.3%, au cours de la même période, pour atteindre 5727.8 millions. C’est qui ce traduit par une réduction du taux de couverture de 9.4 points pour s’établir à 71.5%. D’où la détérioration de la balance commerciale dont le déficit a atteint 1632.8 millions de dinars

Mohsen Hassen, un expert économique, a fait constater dans une déclaration à Africanmanager, que la détérioration de la balance commerciale va s’aggraver suite à la décision du gouvernement de recourir à l’importation de certains produits alimentaires afin de réduire les prix de vente. Ajoutant à cela, la détérioration du taux de change euro/dinars qui n’est pas en faveur des importations tunisiennes.

L’amélioration des exportations est expliquée par la performance des industries manufacturières et l’énergie qui a enregistré une évolution de 18.0%, l’équivalent de 497.2 millions de dinars contre 85.6 millions de dinars en 2011. Cependant, le secteur phosphate et dérivés a affiché une régression du taux de la baisse de 41.9 %.

L’évolution des importations provient essentiellement des produits métalliques et pétroliers dont les importations ont évolué de 17.87%. Les matières premières et les biens d’équipements ont progressé respectivement avec 20.9% et 22.3%. La hausse des exportations laisse cependant présager et même attendre une amélioration de la production et donc un redémarrage de l’outil de production en Tunisie.

De retour à la question de la balance commerciale, notre économiste propose, pour arrêter cette hémorragie et stopper l’aggravation de la balance commerciale, le gel de toute augmentation salariale. « Si l’augmentation des salaires ne sera pas suivie d’une amélioration de la productivité, elle pourra engendrer des effets inflationnistes ». D’après Mohsen Hassen, le gel des salaires provisoire pour l’année en cours «peut réduire les importations et par la suite le déficit de la balance commerciale».

D’autre part, notre interviewé, qui fait cette analyse en dehors de toute considération sociale, a mis l’accent sur l’importance de stimuler les secteurs exportateurs soit au niveau des secteurs industriels ou celui du tourisme « A mon avis, l’encouragement sera doublement positif suite à la dépréciation de dinar par rapport à l’euro »

Après avoir adopté le projet de la loi de finances complémentaire, qui va être examiné la semaine prochaine, par la commission spécialisée de l’Assemblée nationale constituante, le gouvernement, est appelé, selon Mohsen Hassen, à trouver les mécanismes adéquats afin d’assurer une meilleure compétitivité de l’économie nationale et ce par le retour à la normale de l’activité « cette compétitivité est le seul garant d’une balance commerciale équilibrée » a t-il remarqué.

Wiem Thebti

par -
0
Selon les chiffres de l’Institut National des Statistiques (INS)

Selon les chiffres de l’Institut National des Statistiques (INS), les exportations tunisiennes ont atteint 4095 millions de dinars, durant les deux mois 2012 soit une hausse de 10.7 % par rapport à la même période de l’année 2011.

Les importations ont enregistré un taux de 25.3%, au cours de la même période, pour atteindre 5727.8 millions. C’est qui ce traduit par une réduction du taux de couverture de 9.4 points pour s’établir à 71.5%. D’où la détérioration de la balance commerciale dont le déficit a atteint 1632.8 millions de dinars

Mohsen Hassen, un expert économique, a fait constater dans une déclaration à Africanmanager, que la détérioration de la balance commerciale va s’aggraver suite à la décision du gouvernement de recourir à l’importation de certains produits alimentaires afin de réduire les prix de vente. Ajoutant à cela, la détérioration du taux de change euro/dinars qui n’est pas en faveur des importations tunisiennes.

L’amélioration des exportations est expliquée par la performance des industries manufacturières et l’énergie qui a enregistré une évolution de 18.0%, l’équivalent de 497.2 millions de dinars contre 85.6 millions de dinars en 2011. Cependant, le secteur phosphate et dérivés a affiché une régression du taux de la baisse de 41.9 %.

L’évolution des importations provient essentiellement des produits métalliques et pétroliers dont les importations ont évolué de 17.87%. Les matières premières et les biens d’équipements ont progressé respectivement avec 20.9% et 22.3%. La hausse des exportations laisse cependant présager et même attendre une amélioration de la production et donc un redémarrage de l’outil de production en Tunisie.

De retour à la question de la balance commerciale, notre économiste propose, pour arrêter cette hémorragie et stopper l’aggravation de la balance commerciale, le gel de toute augmentation salariale. « Si l’augmentation des salaires ne sera pas suivie d’une amélioration de la productivité, elle pourra engendrer des effets inflationnistes ». D’après Mohsen Hassen, le gel des salaires provisoire pour l’année en cours «peut réduire les importations et par la suite le déficit de la balance commerciale».

D’autre part, notre interviewé, qui fait cette analyse en dehors de toute considération sociale, a mis l’accent sur l’importance de stimuler les secteurs exportateurs soit au niveau des secteurs industriels ou celui du tourisme « A mon avis, l’encouragement sera doublement positif suite à la dépréciation de dinar par rapport à l’euro »

Après avoir adopté le projet de la loi de finances complémentaire, qui va être examiné la semaine prochaine, par la commission spécialisée de l’Assemblée nationale constituante, le gouvernement, est appelé, selon Mohsen Hassen, à trouver les mécanismes adéquats afin d’assurer une meilleure compétitivité de l’économie nationale et ce par le retour à la normale de l’activité « cette compétitivité est le seul garant d’une balance commerciale équilibrée » a t-il remarqué.

Wiem Thebti

par -
0
La balance commerciale de la Tunisie a enregistré

La balance commerciale de la Tunisie a enregistré, à fin 2011, un déficit évalué à plus de 8 610 millions de dinars (MD), soit une régression de – 5 pc par rapport à 2010. Ainsi, la valeur des recettes générées par les exportations tunisiennes en 2011 a atteint seulement 25 092 MD, contre des importations d’une valeur de près de 33 702 MD.

Selon des statistiques de l’Institut National de la Statistique (INS), la France figure à la tête des clients de la Tunisie avec des exportations d’une valeur globale de près de 7 700 MD, suivie par l’Italie (5 432 MD), l’Allemagne (2 271 MD), la Libye (1 103 MD) et l’Espagne (1 079 MD).

Les principaux produits exportés, en 2011, sont, essentiellement, les articles de confection (près de 3 370 MD), le pétrole brut (3 218 MD), les fils et câbles électriques (2 462 MD) et la bonneterie (1 244 MD).

S’agissant des principaux fournisseurs de la Tunisie, l’INS précise qu’il s’agit également de la France avec des importations avoisinant les 6 185 MD, l’Italie (5 340 MD), l’Allemagne (2 478 MD), la Chine (2 048 MD), la Russie (1 870 MD), l’Espagne (1 585 MD), les USA (1 245 MD) et la Turquie (1 196 MD).

Les principaux produits importés, au cours de l’année écoulée, sont les produits raffinés (3 692 MD), les tissus (2 217 MD), les articles de fer et aciers (1 188 MD) et les articles en textile (929 MD).

Par rapport à 2010, les statistiques de l’INS font ressortir une augmentation au niveau des exportations des produits agricoles et des industries agroalimentaires (+ 26,5 pc), des énergies et lubrifiants (+26,4 pc) et des industries électriques (9,5 pc), contre une importante régression en matière de matériels de transport (-20,2 pc).

Pour ce qui est des importations, les mêmes statistiques font état d’une hausse de 38 pc pour l’agriculture et les industries agroalimentaires par rapport à 2010. Cette hausse est imputée à l’accroissement de l’activité du régime off-shore, laquelle a dépassé les 95 pc. Aussi, les importations des matériaux de transport et des industries électriques ont augmenté respectivement de 29 pc et 20,4 pc.

En revanche, les importations des produits miniers et du phosphate et dérivés ont connu une baisse estimée à – 39,7 pc.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

0
Projet novateur en faveur des entreprises africaines et de leur croissance, l’Initiative AfroChampions vient d’être officiellement lancée à Bamako, au Mali, lors d’un diner...