Tags Posts tagged with "Tunisie, Ben Jaafar,"

Tunisie, Ben Jaafar,

par -
Intervenant

Intervenant, lundi 14 août au soir, sur la chaîne Al Wataniya 1, Mustapha Ben Jaafar, le président de l’Assemblée nationale constituante, a affirmé que son salaire ne dépasse pas 5 mille dinars. Une journée plus tard, il s’auto-signe une décision fixant son salaire et les primes qui vont avec. On y retrouve, d’abord, un salaire mensuel brut de 4390 DT, une prime brute de compensation de 2660 DT, une prime de logement 650 DT par mois et une autre prime mensuelle brute de 1000 DT. Cela fait, par mois, un salaire brut de 8700 DT.

Notons que le président de la Constituante était médecin de la fonction publique du temps de Ben Ali. Il avait été un temps renvoyé, mais avait fini par obtenir gain de cause contre l’administration auprès du tribunal administratif. Il devrait ainsi continuer de bénéficier de sa retraite de médecin.

par -
Intervenant lundi soir sur la chaine Al Wataniya 1

Intervenant lundi soir sur la chaine Al Wataniya 1, Mustapha Ben Jaafar, le président de l’Assemblée nationale constituante,  a affirmé que son salaire ne dépasse pas 5 mille dinars , soit « plus ou moins 100 dinars » par rapport au salaire que touchait l’ancien président de la Chambre des députés, Foued Mebazaa.

 

par -
<strong> </strong>« La nouvelle Constitution sera fin prête au plus tard le 23 octobre 2012 »

 « La nouvelle Constitution sera fin prête au plus tard le 23 octobre 2012 », a annoncé, jeudi, le président de l’Assemblée Nationale Constituante Mustapha Ben Jaafar qui présentait une feuille de route, à l’occasion de l’adoption de la loi de finances au titre de l’année 2012.
Le président de l’ANC a expliqué qu’il y a plusieurs questions qui ne tolèrent aucun retard ». Il s’agit, a-t-il dit, de la création d’une instance provisoire de la magistrature, d’une instance supérieure pour les élections et d’une haute autorité indépendante pour la communication audiovisuelle (HAICA).
Il est, également, question, a-t-il ajouté, de réaliser la justice transitionnelle, d’élaborer une nouvelle loi des partis et de mettre en place un collectif judiciaire chargé de l’examen des affaires de corruption.
Les projets de loi organisant ces instances, a-t-il indiqué, seront soumis à l’Assemblée Nationale Constituante d’ici la fin du mois de juin.
Par ailleurs, il a précisé que « le code électoral ne peut être examiné qu’après l’adoption de la nouvelle Constitution ».
Cette feuille de route a suscité des réactions diverses et même contradictoires chez les politiciens et les juristes. Certains constituants, cités par le journal Assabah, voient dans le feuille de route une « surenchère politique ». D’autres l’ont qualifiée de « bonne initiative » et un effort fait par Mustapha Ben Jaafar, sous la forme d’un message clair envoyé à « ceux qui affirment que les élus du peuple trainent les pieds ».
Un député a indiqué, pour sa part, que la situation dans le pays ne tolère plus un report de l’élaboration de la constitution, et que la feuille de route est de nature à rassurer le peuple et restaurer la confiance dans les politiciens.

par -
Le président de l'Assemblée Nationale constituante Mustapha Ben Jaafar

Le président de l’Assemblée Nationale constituante Mustapha Ben Jaafar, a affirmé vendredi, dans un discours qu’il a prononcé au Parlement italien, que «les défis économiques et sociaux auxquels fait face la Tunisie en cette phase cruciale de transition exigent un effort national commun et une mobilisation internationale des amis de la Tunisie qui n’a pas besoin de promesses illusoires mais plutôt d’aides concrètes et immédiates».
Participant à la 2e conférence des leaders parlementaires progressistes à Rome tenu sous le signe  Les évènements internationaux et progressistes,  Ben Jaafar a souligné les pas franchis en Tunisie sur la voie du processus de transition démocratique «grâce aux efforts de toutes les forces vives et à l’esprit de compromis entre les parties politiques représentées à l’Assemblée nationale constituante».
S’exprimant devant le Parlement italien, Mustapha Ben Jaafar a lancé un appel aux forces progressistes européennes les pressant de «bâtir des relations entre les deux rives de la Méditerranée fondées sur un développement équitable et solidaire et de construire un avenir commun basé sur le bon voisinage, la paix et la consécration des principes universels communs garantissant la démocratie ».

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, le PDG de la Poste Tunisienne, Moez Chakchouk, a mis l’accent sur les efforts fournis par l’entreprise pour...

AFRIQUE

Le Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires Étrangères Didier Reynders a rencontré ce 23/3 le Président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO)...

SPORT