Tags Posts tagged with "Tunisie, biens confisqués, ministère des Finances"

Tunisie, biens confisqués, ministère des Finances

par -
La  «Commission Nationale de gestion des fonds & des biens concernés par la confiscation ou la récupération au profit de l’Etat» (CNGFBCCE)

La «Commission Nationale de gestion des fonds & des biens concernés par la confiscation ou la récupération au profit de l’Etat» (CNGFBCCE), c’est son nom officiel, vient de lancer un ensemble de consultations. Ces consultations, sur cahiers de charges, ont pour but le choix de bureaux d’études polyvalents, qui seront chargés de l’évaluation des biens, déjà confisqués et qui seront proposés à la vente. Ces biens sont au nombre de la trentaine, regroupés dans trois lots, chacun à évaluer séparément par un bureau à part.

C’est ainsi que pas moins de 13 sociétés de promotion immobilières, le même nombre en société de mise en valeur agricole et les sociétés touristiques, seront proposées à l’évaluation et donc pour la vente. Il s’agit, par secteur, des entreprises suivantes

 

La vente de toutes entreprises confisquées, après évaluation qui devrait se terminer d’ici le mois de septembre prochain, devra se faire avant la fin de l’année 2012. La procédure choisie, sera l’appel d’offre national. A entendre les experts, toutes ces entreprises, ne devraient pas rapporter à l’Etat tunisien, plus de 300 MDT.

Tunisiana, la BT et Ennakl, des lots alléchants.

Un autre lot, retiendra cependant plus l’attention. Il ne contient pas beaucoup d’entreprises, mais devrait rapporter, à lui seul, les 1200 MDT recherchés par le gouvernement Jbali qui en a, fortement et vite, besoin pour alimenter le budget économique de l’année en cours.

Ce lot concerne trois entreprises ; la Banque de Tunisie où l’Etat a confisqué 13 % du capital qui étaient directement et indirectement entre les mains de Belhassen Trabelsi, Tunisiana où l’Etat tunisien avait confisqué les 25 % de Sakher El Materi et Ennakl où l’Etat a confisqué les 59 % d’El Materi aussi. Pour ces trois entreprises, le gouvernement tunisien, semble avoir déjà choisi d’éviter les lourdes procédures de la Bourse, le temps ne permettant pas d’attendre pour vendre et de faire ainsi des appels d’offres.

Pour la BT, un appel d’offre international, le plus large possible, devrait être lancé après évaluation, pour permettre une vente dont l’Etat tunisien pourrait tirer au moins 200 MDT, si l’on sait que la valeur au cours du jour des 13 % de la BT est de quelques 150 MDT.

Pour Ennakl, concessionnaire de Volkswagen, entreprise multimarques cotée sur les bourses de Tunis et de Casablanca au Maroc, le gouvernement tunisien qui engagerait prochainement les travaux d’évaluation par des cabinets spécialisés, balancerait toujours entre trois procédures. La 1ère sera de s’astreindre à un appel d’offre national. La seconde de lancer un AO international et le dernier de faire un mixe qui permettrait la constitution de consortiums. La concession étant une activité commerciale, le mixe devrait cependant obliger la partie tunisienne à prendre 40 % des 59 % à vendre et ne laisser que 19 % à la partie étrangère qui se présenterait. Cette procédure devrait ainsi permettre de détourner l’obligation qui pourrait être légalement faite à toute partie étrangère d’avoir la carte de commerçant sur le territoire tunisien. Le montant de la vente devra aussi tenir compte, en apport net pour l’Etat tunisien, des crédits de l’entreprise auprès du secteur bancaire.

Pour Tunisiana, le lot le plus juteux et le plus facile, il y aurait décision de faire un appel d’offre international d’où l’Etat tunisien espère retirer au moins le montant d’un milliard DT (350 MDT hors crédits selon nos informations). Les résultats largement bénéficiaires de l’entreprise, sa dernière licence 3G et sa position dominante sur le marché de la téléphonie portable en Tunisie, devraient faciliter cette vente à ce montant. Une autre entreprise, ferait partie aussi, selon nos informations, de ce dernier lot. Il s’agirait de l’Ecole Internationale de Carthage et on nous indique, que le gouvernement, espèrerait en tirer quelque 5 MDT.

Ahmed Abdelkefi à la tête de la Holding de l’Etat tunisien.

C’est pour l’instant, selon nos informations, tout ce que l’Etat tunisien aurait décidé de vendre. Certaines informations évoquent la banque Zitouna et les 25 % des parties tunisiennes d’Oranges confisquées à Cyrine Ben Ali. Des informations, non confirmées, nous font état à propos d’Orange Tunisie, des « contacts non officiels, pris par des parties proches du gouvernement tunisien, pour voir l’opportunité et la faisabilité d’une possible reprise, par France Télécom, de ces 25 %». La banque Zitouna devrait par contrer rester dans les escarcelles de l’Etat tunisien. Ce dernier aurait déjà décidé de la création d’une Holding de l’Etat tunisien. Un communiqué du ministère des finances faisait jeudi 7 juin 2012 état de cette création qui sera filiale de la Caisse de Dépôts et Consignations. La Holding regroupera le reste des participations confisquées, en plus de la banque Zitouna pour laquelle le timing ne serait pas encore propice à la vente. La Holding, dont le Président aurait été déjà choisi, en la personne d’Ahmed Abdelkefi en attendant le DG exécutif qui le secondera, aura aussi à gérer en véritables entreprises indépendantes, toutes les autres participations, pour peu que le gouvernement sache mettre à leurs têtes les personnes, compétentes et non seulement partisanes et obéissantes.

Khaled Boumiza.

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

Selon un nouveau rapport présenté aujourd'hui lors d'une conférence, le commerce transfrontalier informel en Afrique pourrait contribuer à l'amélioration des moyens d'existence et à...

SPORT

Reseaux Sociaux