Tags Posts tagged with "Tunisie, CGTT"

Tunisie, CGTT

par -
0
Le secrétaire général de la Confédération générale tunisienne du travail (CGTT)

Le secrétaire général de la Confédération générale tunisienne du travail (CGTT), Habib Guiza, a annoncé que la CGTT portera plainte contre le gouvernement tunisien auprès de l’Organisation internationale du travail (OIT), si des poursuites administratives et judicaires sont engagées contre l’organisation syndicale.

Habib Guiza répondait à une question d’Africanmanager sur la position de la CGTT concernant la mise en œuvre du point 3 du communiqué des syndicats de base de l’UGTT en date du 21 mai 2012 stipulant l’ouverture d’une enquête judiciaire et des poursuites contre les grévistes de Tunisair , auteurs de dépassements et de violations de la loi.

Le SG de la CGTT a affirmé que son organisation est victime d’une grande injustice et est soumise à de nombreuses pressions pour l’exclure et l’écarter, tenant pour responsables le ministère des Affaires sociales et la direction générale de Tunisair.

par -
0
« Le régime a été bouleversé certainement

« Le régime a été bouleversé certainement, mais les anciennes mauvaises pratiques demeurent les mêmes chez certains de nos hauts responsables» affirmaient hier les agents et ouvriers de la coopérative centrale des services agricoles qui observaient, ce mardi un sit-in devant le siège du ministère de l’agriculture. Et Habib Dali, chargé des affaires juridiques de la Coopérative, de préciser de pointer du doigt et d’accuser. «C’est le cas de notre secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Agriculture Habib Jemli, qui est en charge aussi d’une société agricole anonyme» affirme H. Dali qui persiste et signe devant notre demande de confirmation de son accusation

Avec lui, les Sit-ineurs qui s’étaient regroupés mardi devant le siège du ministère de l’agriculture, estiment que le ministre de tutelle, Mohamed Ben Salem, n’a pas répondu à leurs revendications notamment celles relatives au versement des salaires et à la pérennité de la société. On n’a reçu que le salaire de janvier. Pour le salaire du mois de février, le ministre nous a obligés à renvoyer 200 agents parmi les 400 existants. Or, c’est impossible» a indiqué les Sit-ineurs. A cela s’ajoute, toujours selon eux, sa demande de renoncer aux primes octroyées depuis des années» excite martèle Yacine Ayadi, le secrétaire générale du syndicat de la coopérative relevant de la CGTT précisant que ces demandes demeurent inacceptables et illégales dans l’ère de la démocratie et la garantie de la dignité des employés.

Pour remédier à cette situation, le recours aux négociations demeure la seule solution surtout dans cette conjoncture assez délicate et avec la hausse des prix des produits de base» dit Y. Ayadi qui s’est interrogé sur le «comportement bizarre du ministre qui continue à harceler et menacer ces 400 agents».

Pour les accusations adressées à Habib Jemli, Yacine Ayadi précise que «la coopérative centrale des services agricoles (Grandes Cultures) a été éloignée de la surveillance du ministère de l’agriculture malgré son rôle crucial pour cacher les abus et la malversation dont la coopérative souffre sous Habib Jemli, secrétaire d’Etat et directeur général d’une société privé»

A ce titre, Hbib Dali, le responsable des affaires juridiques évoque l’existence d’une Mafia opérant dans le secteur des Grande Cultures. «Il suffit de lire le CV d’Habib Jemli pour être convaincu de l’absence totale de volonté politique de rompre avec les anciennes pratiques et cette absence est confirmée par le fait que le ministre de l’agriculture couvre les pratiques mafieuses de Hbib Jemli qui suit le même système de Belhasen Trabelsi, veut grâce à sa société anonyme, mettre la main sur ce secteur» ajoute encore Dali, sans autre forme de preuve qu’une copie du Jort datant de juillet 2010.

Selon Hbib Dali, e ce haut fonctionnaire est la seule partie qui entrave aujourd’hui le développement de l’activité de la coopérative « l’objectif de ce secrétaire d’état est de marginaliser le rôle de ces 400 agents. Mais on est là pour empêcher les actes de malversation qu’on a souffert depuis 23ans».

Aujourd’hui et d’après les participants au Sit-in que nous avons été invités à couvrir par la CGTT, «Mohamed Ben Salem est appelé à agir au plus vite en vue de sauver cette coopérative de l’effondrement. «On demande que ce ministre ait le courage politique de rompre avec les anciennes pratiques et de prendre ses responsabilités. Chose qui ne se fera qu’à travers l’assainissement du secteur de toute forme de corruption» demande Habib Dali. Pour Yacine Ayadi, il est temps d’entamer les négociations pour préserver l’intérêt des toutes les parties et en cas d’absence de réponse de la part de l’Etat et du ministre de tutelle, le secrétaire général du syndicat déclare que le personnel de la coopérative lancera des mouvements de protestation qui affecteront sans doute les intérêts de toutes les parties.

W.T

par -
0
« Le régime a été bouleversé certainement

« Le régime a été bouleversé certainement, mais les anciennes mauvaises pratiques demeurent les mêmes chez certains de nos hauts responsables» affirmaient hier les agents et ouvriers de la coopérative centrale des services agricoles qui observaient, ce mardi un sit-in devant le siège du ministère de l’agriculture. Et Habib Dali, chargé des affaires juridiques de la Coopérative, de préciser de pointer du doigt et d’accuser. «C’est le cas de notre secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Agriculture Habib Jemli, qui est en charge aussi d’une société agricole anonyme» affirme H. Dali qui persiste et signe devant notre demande de confirmation de son accusation

Avec lui, les Sit-ineurs qui s’étaient regroupés mardi devant le siège du ministère de l’agriculture, estiment que le ministre de tutelle, Mohamed Ben Salem, n’a pas répondu à leurs revendications notamment celles relatives au versement des salaires et à la pérennité de la société. On n’a reçu que le salaire de janvier. Pour le salaire du mois de février, le ministre nous a obligés à renvoyer 200 agents parmi les 400 existants. Or, c’est impossible» a indiqué les Sit-ineurs. A cela s’ajoute, toujours selon eux, sa demande de renoncer aux primes octroyées depuis des années» excite martèle Yacine Ayadi, le secrétaire générale du syndicat de la coopérative relevant de la CGTT précisant que ces demandes demeurent inacceptables et illégales dans l’ère de la démocratie et la garantie de la dignité des employés.

Pour remédier à cette situation, le recours aux négociations demeure la seule solution surtout dans cette conjoncture assez délicate et avec la hausse des prix des produits de base» dit Y. Ayadi qui s’est interrogé sur le «comportement bizarre du ministre qui continue à harceler et menacer ces 400 agents».

Pour les accusations adressées à Habib Jemli, Yacine Ayadi précise que «la coopérative centrale des services agricoles (Grandes Cultures) a été éloignée de la surveillance du ministère de l’agriculture malgré son rôle crucial pour cacher les abus et la malversation dont la coopérative souffre sous Habib Jemli, secrétaire d’Etat et directeur général d’une société privé»

A ce titre, Hbib Dali, le responsable des affaires juridiques évoque l’existence d’une Mafia opérant dans le secteur des Grande Cultures. «Il suffit de lire le CV d’Habib Jemli pour être convaincu de l’absence totale de volonté politique de rompre avec les anciennes pratiques et cette absence est confirmée par le fait que le ministre de l’agriculture couvre les pratiques mafieuses de Hbib Jemli qui suit le même système de Belhasen Trabelsi, veut grâce à sa société anonyme, mettre la main sur ce secteur» ajoute encore Dali, sans autre forme de preuve qu’une copie du Jort datant de juillet 2010.

Selon Hbib Dali, e ce haut fonctionnaire est la seule partie qui entrave aujourd’hui le développement de l’activité de la coopérative « l’objectif de ce secrétaire d’état est de marginaliser le rôle de ces 400 agents. Mais on est là pour empêcher les actes de malversation qu’on a souffert depuis 23ans».

Aujourd’hui et d’après les participants au Sit-in que nous avons été invités à couvrir par la CGTT, «Mohamed Ben Salem est appelé à agir au plus vite en vue de sauver cette coopérative de l’effondrement. «On demande que ce ministre ait le courage politique de rompre avec les anciennes pratiques et de prendre ses responsabilités. Chose qui ne se fera qu’à travers l’assainissement du secteur de toute forme de corruption» demande Habib Dali. Pour Yacine Ayadi, il est temps d’entamer les négociations pour préserver l’intérêt des toutes les parties et en cas d’absence de réponse de la part de l’Etat et du ministre de tutelle, le secrétaire général du syndicat déclare que le personnel de la coopérative lancera des mouvements de protestation qui affecteront sans doute les intérêts de toutes les parties.

W.T

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

0
Le régime burundais a ordonné, ce mardi, la libération d'un quart de la population carcérale, afin de désengorger les prisons, rapporte France 24.Ces libérations,...

SPORT