Tags Posts tagged with "Tunisie, dette"

Tunisie, dette

par -
« La Tunisie a aujourd'hui besoin d'un soutien accru de la part de la France

« La Tunisie a aujourd’hui besoin d’un soutien accru de la part de la France, notamment, à travers le rééchelonnement de sa dette et la réalisation d’un nouvel équilibre dans les relations économiques bilatérales, conformément à une vision stratégique fondée sur les principes du développement solidaire et du repositionnement des deux parties en vue d’un surcroît de complémentarité économique », a déclaré Mustapha Ben Jaafar, président de l’Assemblée nationale constituante (Anc), à l’ouverture, mardi, à Paris, d’un colloque ayant pour thème « Investir en Tunisie, nouveau contexte, nouvelles opportunités ».

La question sociale en Tunisie se pose aujourd’hui, avec plus d’acuité, d’où l’impératif de lancer de vrais messages d’espoir à la jeunesse tunisienne, a expliqué Ben Jaafar, au cours de ce colloque organisé, au siège de l’Assemblée nationale française, par la Confédération des entreprises citoyennes de Tunisie (Conect), sous le haut patronage du président de la République française, François Hollande.

Lors de cette manifestation, qui a réuni, selon un communiqué de la présidence de l’Anc, quelque 150 investisseurs tunisiens et français, Ben Jaafar a mis en exergue le rôle des hommes d’affaires tunisiens dans l’impulsion du processus économique, notamment à travers l’investissement, la création d’opportunités d’emploi et l’encouragement des investisseurs étrangers à opter pour la destination Tunisie.

Cela implique un effort supplémentaire en matière de renforcement de la sécurité et de la stabilité, a-t-il précisé, ajoutant que « les hommes d’affaires tunisiens et étrangers ont besoin, aujourd’hui, d’une feuille de route claire pour le parachèvement du processus de transition et la fixation des prochaines échéances politiques dont notamment les élections ».

Le président de l’Anc a, par ailleurs, mis l’accent sur l’impératif d’accélérer l’examen du projet de loi relatif à la justice transitionnelle qui, a-t-il précisé, offrira plus de visibilité aux hommes d’affaires tunisiens.

De son côté, la ministre française du Commerce extérieur, Nicole Bricq, a insisté sur le rôle des entreprises économiques françaises dans l’accompagnement du processus de transition en Tunisie, indiquant que 1300 entreprises françaises, offrant environ 115 mille postes d’emploi direct, opèrent actuellement en Tunisie.

par -
Invité de la radio privée Express FM

Invité de la radio privée Express FM, l’expert en économie, Mourad Hattab, a appelé à revoir la politique économique du pays par la rationalisation des dettes et des dépenses publiques. “Les dettes de la Tunisie, qui pèsent lourdement sur l’économie du pays, représentent 200% des recettes de l’Etat”, a-t-il précisé. Pour faire face à cette situation alarmante, il a estimé que l’Etat doit se diriger plutôt vers les projets d’investissement au lieu de se tourner directement vers l’endettement.

L’invité de l’émission “Fi Kilmtine” (En deux mots) a souligné, notamment, que le maintien du grade d’investissement de la Tunisie par Moody’s, permet d’attirer les investisseurs étrangers et de regagner la confiance des instances financières internationales, ce qui est nécessaire pour relancer l’économie tunisienne.

par -
Les coûts  d'assurance de la dette  tunisienne sur trois ans  ont augmenté d'un quart depuis le début de l'année 2012

Les coûts  d’assurance de la dette  tunisienne sur trois ans  ont augmenté d’un quart depuis le début de l’année 2012, atteignant de nouveaux sommets, ce   lundi, reflétant l’inquiétude des  investisseurs  concernant  l’instabilité politique du pays et sa  lente reprise économique, rapporte Reuters qui souligne cependant que l’image de la Tunisie n’est pas aussi préoccupante que celle de l’ Egypte, où les « credit default swaps », les contrats d’assurance contre le défaut de paiement (CDS) sont à 600 points de base alors que l’impasse politique suscite  des craintes d’une crise  financière dévastatrice. Cela signifie qu’il en coûte 600.000 dollars par an pour assurer 10 millions de dollars  sur  cinq ans.
Mais les données fournies par le cabinet indépendant  Markit montrent   que les  CDS tunisiens sur cinq ans ont bondi à 300 points de base, soit  le taux plus élevé depuis avril 2009 et  se sont inscrits en en hausse de 60 points de base depuis fin 2011. Ils ont doublé depuis la Révolution du 14 janvier 2011.
« (La hausse des CDS) souligne les préoccupations sur un déficit budgétaire croissant, un  déficit de la balance des comptes  courants et des  perspectives politiques incertaines alors que les tensions  montent  progressivement entre les forces conservatrices et laïques», a déclaré Samir Gadio, analyste des marchés émergents à la Standard Bank.
Le parti islamiste Ennahdha  est en  congrès pour réélire son chef  dont l’annonce,  lundi soir, sera étroitement surveillée pour voir dans quelle direction il va diriger le pays.
Ennahda est sous la pression intense de certains groupes islamistes  qui veulent introduire la loi islamique, ainsi que les partis d’opposition laïques, qui s’inquiètent de l’islamisation potentielle  du pays accusant le  parti  Ennahdha d’être trop clément envers les extrémistes.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, le PDG de la Poste Tunisienne, Moez Chakchouk, a mis l’accent sur les efforts fournis par l’entreprise pour...

AFRIQUE

SPORT