Tags Posts tagged with "Tunisie, El-Fouledh,"

Tunisie, El-Fouledh,

par -
Le Département de l'industrie a démenti

Le Département de l’industrie a démenti, mardi, l’information qui circulait sur la privatisation de la sidérurgie intégrée « El Fouladh », et sa passation de gré à gré à des investisseurs Turcs. Il s’agit simplement d’un accord sur l’ouverture de son capital à un partenaire stratégique pour accroître sa capacité de production et l’aider à faire face à des difficultés structurelles, a expliqué le ministère dans un communiqué. Il a précisé, dans ce contexte, qu’il a été convenu avec les parties sociales de maintenir le statut public de la société installée dans la délégation de Menzel Bourguiba, au nord de Bizerte, en décidant d’ouvrir son capital à un partenaire stratégique.

D’après la même source, il a été également décidé de signer un accord avec une banque d’affaires pour assurer l’accompagnement et la réussite de cette opération, et ce, en accord avec toutes les parties concernées.

Le ministère de l’industrie a refusé de dévoiler l’identité du partenaire stratégique ni celle de la banque d’affaires tunisienne choisie pour l’accompagnement de l’opération.

D’après le département de l’industrie, le gouvernement a entamé, ces derniers temps, des démarches pour traiter les difficultés structurelles dont souffre la société.

La Commission d’assainissement et de restructuration des entreprises à participation publique, a tenu, le 7 mars 2013, une réunion pour examiner une demande de la société « El Fouladh » concernant le licenciement d’ouvriers et leur mise à la retraite anticipée.

La société a opté pour cette alternative pour « alléger ses charges sociales réduire les coûts de la production », d’après le même communiqué.

La société publique, qui emploie 1456 personnes, s’est trouvée accablée par des charges sociales par rapport aux entreprises du secteur privé. Ces charges ont été évaluées à 37,5 millions de dinars, en 2012.

La société, qui fait face déjà aux problèmes de l’endettement, de la vétusté des équipements de ses usines et aussi de la faiblesse de sa capacité de production, s’est également trouvée face à une rude concurrence, ce qui a causé la baisse de son quota sur le marché local à 35%. Ses pertes ont été ainsi estimées, en 2012, à 193 MD.

Selon le communiqué, l’Etat a décidé de rembourser les crédits de la société auprès des banques, et ce, au titre des pertes dues à l’importation de fer de construction d’une valeur de 60 MD.

Cette opération a été introduite dans le Loi de Finances 2013.

Créée en 1962, la société Tunisienne de sidérurgie El Fouladh a démarré sa production en 1965.

Elle est spécialisée dans la fabrication d’acier pour l’alimentation du marché national en ronds à béton.

par -
Elle devait être privatisée

Elle devait être privatisée, elle ne le sera plus. L’entreprise qui devait pouvoir se relever, ne le fera plus. El Fouledh, seul producteur tunisien d’acier, vient de publier ses états financiers pour l’exercice 2011. Cet exercice finissait avec un résultat déficitaire de plus de 5,813 MDT, malgré un résultat d’exploitation en hausse qui passait de 6,563 MDT en 2010 à 9,058 MDT en 2011 et une légère baisse des charges d’exploitation (194 contre 227 MDT). Le RBE n’était pas le seul ratio à diminuer chez El Fouledh. Les produits d’exploitation aussi. De 233,482 MT pour l’exercice 2010, ce ratio passe à 202,406 MDT contre plus de 233,482, une année auparavant. Entretemps, ce sont les charges financières qui grimpent de quelques centaines de milliers DT, passant de 17,106 à 17,953 MDT. Au final, c’est une entreprise qui commençait l’exercice 2012, avec une trésorerie négative de plus de 26,418 MDT !

par -
Dans la même interview

Dans la même interview, le SG du CPR a évoqué la question d’une destruction de documents qui confirmeraient la relation entre l’ancien président tunisien Ben Ali et le régime sioniste d’Israël. «Des conseillers de la présidence de la République, nous ont indiqué que la police politique a investi, du 18 au 28 janvier 2011, le palais de Carthage après en ’avoir évacué tous les employés. Ils sont sortis après, avec plein de cartons remplis de documents dans les mains relatifs aux relations de Ben Ali avec Ile Mossad, et Samir Feryani avait indiqué, le 24 janvier, devant le tribunal militaire que ces documents avaient été brûlés dans les fours de l’usine d’El Fouledh à Menzel Bourguiba», a ainsi dit Abderraouf Ayadi à l’hebdomadaire tunisien.

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

Pendant une opération de sauvetage en mer Méditerranée survenue le 23 mai, la garde côtière libyenne s'est approchée des embarcations en détresse, a intimidé...

SPORT

Reseaux Sociaux