Tags Posts tagged with "Tunisie, Electricité, Nidhal Ouerfelli"

Tunisie, Electricité, Nidhal Ouerfelli

par -
0
Actuellement

Actuellement, on peut affirmer que la situation est stable, mais il faut être toujours prudent. C’est ce qu’a affirmé Nidhal Ouerfelli, secrétaire d’Etat chargé des Mines et de l’Energie, lors de la rencontre périodique tenue, ce mardi, à la Kasbah.

En effet, une panoplie des mesures ont été prises afin de faire face au pic électrique prévu à 3600 mégawatts, en 2013. Jusqu’à 15 juillet, il a atteint 3270 mégawat.

Nidhal Ouerfelli a fait savoir que deux comités de suivi ont été créés. Le premier s’inscrit dans le cadre de la coopération entre la Steg et l’Agence Nationale de la Maîtrise de l’Energie (ANME) alors que le second a été mis en place entre la Steg et la SONEDE pour un meilleur renforcement de la production de l’eau et l’approvisionnement en eau potable, et ce, en coordination avec un autre comité relevant de la présidence du gouvernement.

Le travail s’est focalisé, en fait, sur le renforcement de la capacité de production électrique nationale. Dans ce contexte, le secrétaire d’Etat a mis l’accent sur le recours des autorités à la mise en place de la centrale de turbine à gaz à Bir M’Chergua avec une capacité de production de 256 mégawatts ainsi que la location par la Steg de deux unités mobiles de production électrique de 120 mégawatts. Ajoutons à cela l’entrée en production du parc éolien de Gchabta Metline, à Bizerte dont la capacité de production est estimée à 120 mégawatts.

De même et, pour la première fois au Maghreb, un contrat commercial a été signé entre la Steg et son homologue libyen pour l’achat de 100 mégawatts. D’autres conventions ont été signées avec l’Algerie pour l’échange de l’électricité et qui s’inscrivent dans le cadre des dispositifs de secours.

Une capacité de production supérieure à 4000 mégawat

D’après Nidhal Ouerfelli, ces mesures ont permis de développer une capacité de production supérieure à 4000 mégawatts et qui couvre largement le pic électrique prévu pendant la période de grande canicule.

Ceci reste, cependant, tributaire du maintien de la température à 40 degré et des énergies renouvelables qui représentent 350 mégawatts, aujourd’hui, et qui risqueraient, en cas de pointe, de ne pas fonctionner..

De même, la gestion de ce défi de taille a incité le ministère de tutelle à procéder à la maintenance approfondie des installations de production électrique afin d’éviter les problèmes liés aux pannes sur les réseaux nationaux en termes de production. Encore, Un plan de communication adéquat a démarré, le premier juillet, l’objectif étant de mieux sensibiliser les citoyens quant à l’importance de maîtriser la consommation électrique, particulièrement l’utilisation des climatiseurs. Autre point, celui de la sensibilisation au niveau des mosquées et ce, en coordination avec le ministère des Affaires religieuses.

Paysage énergétique : Montée des inquiétudes

Dressant le bilan de l’activité énergétique, durant le premier semestre de l’année en cours, Nidhal Ouerfelli a affirmé que le paysage énergétique est marqué par une certaine stabilité. Il est caractérisé par une diminution de 3% des ressources naturelles, le gaz naturel en particulier dû essentiellement à la chute de 36% de la redevance du gaz algérien suite à une augmentation de la demande en énergie primaire notamment l’énergie électrique, soit 2%, l’équivalent à 3.420 Mtep.

S’agissant du pétrole brut, la production s’est élevée, durant les 6 mois de cette année, à 1,3 Mtep, affichant un recul de 0,5% contre une forte consommation des ressources pétrolières soit 1,5 Mtep, ce qui correspond à une évolution de 16,6%

D’après Nidhal Ouerfelli, la situation est désormais inquiétante face à un déficit énergétique structurel qui s’est élevé jusqu’à fin mai, à 0,6Mtep, et qui devrait atteindre 1,93 Mtep d’ici fin d’année. Ceci est expliqué par l’augmentation de la demande, mais aussi par une stagnation au niveau des ressources naturelles du pays.

Wiem Thabti

par -
0
Actuellement

Actuellement, on peut affirmer que la situation est stable, mais il faut être toujours prudent. C’est ce qu’a affirmé Nidhal Ouerfelli, secrétaire d’Etat chargé des Mines et de l’Energie, lors de la rencontre périodique tenue, ce mardi, à la Kasbah.

En effet, une panoplie des mesures ont été prises afin de faire face au pic électrique prévu à 3600 mégawatts, en 2013. Jusqu’à 15 juillet, il a atteint 3270 mégawat.

Nidhal Ouerfelli a fait savoir que deux comités de suivi ont été créés. Le premier s’inscrit dans le cadre de la coopération entre la Steg et l’Agence Nationale de la Maîtrise de l’Energie (ANME) alors que le second a été mis en place entre la Steg et la SONEDE pour un meilleur renforcement de la production de l’eau et l’approvisionnement en eau potable, et ce, en coordination avec un autre comité relevant de la présidence du gouvernement.

Le travail s’est focalisé, en fait, sur le renforcement de la capacité de production électrique nationale. Dans ce contexte, le secrétaire d’Etat a mis l’accent sur le recours des autorités à la mise en place de la centrale de turbine à gaz à Bir M’Chergua avec une capacité de production de 256 mégawatts ainsi que la location par la Steg de deux unités mobiles de production électrique de 120 mégawatts. Ajoutons à cela l’entrée en production du parc éolien de Gchabta Metline, à Bizerte dont la capacité de production est estimée à 120 mégawatts.

De même et, pour la première fois au Maghreb, un contrat commercial a été signé entre la Steg et son homologue libyen pour l’achat de 100 mégawatts. D’autres conventions ont été signées avec l’Algerie pour l’échange de l’électricité et qui s’inscrivent dans le cadre des dispositifs de secours.

Une capacité de production supérieure à 4000 mégawat

D’après Nidhal Ouerfelli, ces mesures ont permis de développer une capacité de production supérieure à 4000 mégawatts et qui couvre largement le pic électrique prévu pendant la période de grande canicule.

Ceci reste, cependant, tributaire du maintien de la température à 40 degré et des énergies renouvelables qui représentent 350 mégawatts, aujourd’hui, et qui risqueraient, en cas de pointe, de ne pas fonctionner..

De même, la gestion de ce défi de taille a incité le ministère de tutelle à procéder à la maintenance approfondie des installations de production électrique afin d’éviter les problèmes liés aux pannes sur les réseaux nationaux en termes de production. Encore, Un plan de communication adéquat a démarré, le premier juillet, l’objectif étant de mieux sensibiliser les citoyens quant à l’importance de maîtriser la consommation électrique, particulièrement l’utilisation des climatiseurs. Autre point, celui de la sensibilisation au niveau des mosquées et ce, en coordination avec le ministère des Affaires religieuses.

Paysage énergétique : Montée des inquiétudes

Dressant le bilan de l’activité énergétique, durant le premier semestre de l’année en cours, Nidhal Ouerfelli a affirmé que le paysage énergétique est marqué par une certaine stabilité. Il est caractérisé par une diminution de 3% des ressources naturelles, le gaz naturel en particulier dû essentiellement à la chute de 36% de la redevance du gaz algérien suite à une augmentation de la demande en énergie primaire notamment l’énergie électrique, soit 2%, l’équivalent à 3.420 Mtep.

S’agissant du pétrole brut, la production s’est élevée, durant les 6 mois de cette année, à 1,3 Mtep, affichant un recul de 0,5% contre une forte consommation des ressources pétrolières soit 1,5 Mtep, ce qui correspond à une évolution de 16,6%

D’après Nidhal Ouerfelli, la situation est désormais inquiétante face à un déficit énergétique structurel qui s’est élevé jusqu’à fin mai, à 0,6Mtep, et qui devrait atteindre 1,93 Mtep d’ici fin d’année. Ceci est expliqué par l’augmentation de la demande, mais aussi par une stagnation au niveau des ressources naturelles du pays.

Wiem Thabti

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

0
Projet novateur en faveur des entreprises africaines et de leur croissance, l’Initiative AfroChampions vient d’être officiellement lancée à Bamako, au Mali, lors d’un diner...