Tags Posts tagged with "Tunisie, gouvernement Jbali"

Tunisie, gouvernement Jbali

par -
0
Un conseil ministériel réuni

Un conseil ministériel réuni, vendredi matin, à la Kasbah sous la présidence du Chef du gouvernement provisoire Hamadi Jbali a examiné un ensemble de mesures visant la maîtrise de la balance commerciale.
Ces mesures consistent essentiellement dans la rationalisation des importations, la relance du rythme des exportations, la levée des entraves à l’accès aux nouveaux marchés et le renforcement de la présence de la Tunisie sur les marchés traditionnels, a indiqué un communiqué de la présidence du gouvernement. Un comité technique se réunira au début de la semaine prochaine pour fixer les mesures pratiques en vue de la concrétisation des décisions qui seront adoptées dans ce domaine. Le conseil ministériel a aussi examiné le dossier du commerce extérieur et les perspectives de son développement jusqu’à fin 2012.
Un rapport a été présenté à la réunion sur les principaux résultats du secteur commercial jusqu’à fin août dernier ainsi que les prévisions relatives au développement de la balance commerciale et les échanges commerciaux durant l’année en cours. Des propositions visant la maîtrise du déficit commercial à l’import et à l’export, ont été également examinées.

 

Tunisie – 07 septembre 2012 :
Maghreb Startup Initiative est une compétition régionale en entreprenariat visant à apporter un appui aux startups lancées par les jeunes entrepreneurs Maghrébins (en Tunisie, en Algérie et au Maroc), lancée en mai 2012 en Tunisie par la Fondation ‘’Education For Employment’’ (EFE-Tunisie) et WIKI STARTUP. La compétition avait pour cible les jeunes promoteurs cherchant à démarrer des entreprises innovantes, à fort potentiel technologique, dans les domaines de la biotechnologie, l’économie verte, l’énergie et les technologies de l’information et de la communication.
Lors de la réunion du Jury, qui a eu lieu lundi 03 septembre 2012 à Tunis en vue d’une première sélection des projets candidats, les membres du Jury ont retenus seulement 45 projets. Les candidats retenus auront à fournir, chacun, une étude préliminaire de faisabilité à présenter aux organisateurs avant le 24 septembre 2012. Une pléiade d’experts assurera durant cette période le suivi nécessaire aux candidats et des sessions de monitoring ont déjà démarré en vue de les orienter, les assister et les encadrer pour une meilleure exploitation des données et l’étude du marché. Une fois les études sont soumises dans les délais, les membres du jury auront à sélectionner 25 candidats pour la participation au camp d’entrainement (bootcamp), qui aura lieu du 08 au 13 octobre 2012 à Tunis. Ce bootcamp vise à renforcer les capacités des jeunes selon un esprit entrepreneurial, à développer des liens avec des entrepreneurs locaux et de la Silicon Valley et à les encadrer pour le développement de leurs plans d’affaires. Il est à noter que l’annonce des 5 projets gagnants des prix Maghreb Startup Initiative (d’une valeur globale de $30 000 pour la Tunisie) sera effectuée en début novembre et qu’une Cérémonie de remise des prix aura lieu au mois de décembre 2012.

par -
0
Le ministère de l’Equipement a annoncé

Le ministère de l’Equipement a annoncé, lundi, dans un communiqué, la nomination d’Ahmed Adouni, comme directeur général de l’Office de la Topographie et du Cadastre (OTC), en remplacement de Karim Gharbi.

Une source officielle à l’OTC a précisé au site Assabah News, que le nouveau DG, était, jusqu’à sa récente nomination, directeur régional de l’Office pour le Nord.

Il prendra ses fonctions, mardi, à l’issue de la réunion du conseil d’administration.

Cette nomination a tout d’une réponse du gouvernement au dernier communiqué publié par l’Association des chefs d’entreprises publiques (ACEP), dont le président n’est autre que le directeur général de l’Office de la Topographie et du Cadastre, Karim Gharbi, qui vient d’être remplacé à ce poste, un communiqué dans lequel l’association exprime son inquiétude au sujet des « dernières nominations ministérielles relatives à nombre de directeurs généraux ». Des « nominations de nature à détériorer le climat et à nuire aux intérêts des entreprises publiques et à leur environnement ».

L’ACEP lance un appel à la présidence du gouvernement pour qu’elle « associe l’association à la définition de mécanismes et de procédures objectives fondés sur les principes de la bonne gouvernance dans les entreprises et les établissements publics , particulièrement lorsqu’il s’agit de nommer et mettre fin aux fonctions , tout en faisant prévaloir le principe de la compétence et l’intérêt de l’entreprise , loin des considérations personnelles et des appartenances régionales, familiales et partisanes, en adéquation avec les principes de la Révolution du 14 janvier ».

L’ACEP appelle aussi au « respect des traditions et des critères en vigueur conformément aux références internationales, entre autres, l’évaluation objective du rendement du président de l’entreprise ou de l’établissement public, l’information préalable de l’intéressé et son affectation à une fonction digne de respect dans son administration d’origine ou dans une autre fonction lui permettant de mettre son expérience au service de l’intérêt général et sauvegardant ses acquis sociaux ».

par -
0
Le gouvernement provisoire œuvre à mobiliser 8340 MD de financements extérieurs pour l'exercice 2012

Le gouvernement provisoire œuvre à mobiliser 8340 MD de financements extérieurs pour l’exercice 2012, soit 42,8% des besoins de financement de l’économie nationale estimés à 19483,6 MD. Ces financements ont été fixés sur la base d’une hausse du volume de l’investissement national, du niveau du déficit courant, outre les ressources destinées à rembourser le principal de la dette et le renforcement des réserves en devises.

Le gouvernement de Beji Caid Essebsi a réussi à mobiliser 5712,8 MD de financements extérieurs. Pour l’année actuelle, la structure du financement extérieur se base sur la mobilisation de 600 MD de dons extérieurs, contre 217,5 MD, l’année dernière, selon le document du budget économique pour l’exercice 2012. Le gouvernement œuvrera, en outre, à mobiliser davantage d’investissements extérieurs, lesquels devront atteindre 2400 MD, contre 1711,3 MD en 2011, en se basant sur « la nouvelle image du pays acquise grâce à la consolidation des attributs de la gouvernance, de la transparence et la qualité du climat d’affaires ».

Le schéma de financement prévoit de circonscrire le taux d’endettement extérieur, en 2012, aux alentours de 39,7% du revenu national, contre 38,7%, en 2011. Le service de la dette se stabilisera aux alentours de 8,7% des recettes courantes pour l’année 2012.

par -
0
La pluie avait voté «Jbali &Ennahdha»

La pluie avait voté «Jbali &Ennahdha», qui pourraient ainsi peut-être compter sur une bonne année agricole, si tout se passe bien, pour sauver ce qui peut l’être de ce  premier mandat. Il est de notoriété qu’une bonne saison agricole (blé et olive surtout, l’un pour l’importation et l’autre pour l’export), pourrait à elle seule assurer  de 1 à 1,5  points de croissance, ce qui ne sera pas une mauvaise chose pour la Tunisie de l’après Révolution.

Devant l’immobilisme du gouvernement Jbali, la pluie a cependant gelé et s’était transformée en neige et en un véritable problème social. Excédés par l’immobilisme de ce gouvernement, neige et pluie ont débordé, augmentant certes les réserves en eau des barrages, mais aussi la colère des régions sinistrées et le problème social, au passage. L’image et ses déclinaisons politiques pourraient ainsi dire beaucoup de choses !

Et alors que les problèmes sociaux du Nord-ouest tunisien culminaient avec les inondations de certaines régions de la Tunisie, éclatait la question du coût de la vie, des prix qui montent aux cieux et de l’inflation qui atteignait le niveau, pas sans précédent, puisqu’il avait même dépassé ce plafond, en 2010, de 5,1 %. Une inflation doublée d’une envolée des marges sur les marchés de gros et un approvisionnement des marchés en  certaines denrées qui devenaient rares sur les étals tunisiens, du fait de l’exportation incontrôlée vers le marché libyen.

La solution était, en effet, chez les grandes surfaces.

Comme nous l’avions écrit, la solution du problème de l’envolée des prix dans un marché où quelque 80 % des marges sont libres depuis des années, passait irrémédiablement par les grandes surfaces et principalement les sociétés qui disposaient de chaînes intégrées d’hyper et de supermarchés. Celles-ci sont aussi organisées en grandes centrales d’achat qui disposent d’un énorme pouvoir de négociation auprès des industriels et même sur les marchés de gros où elles s’approvisionnent. Le ministère du Commerce l’a enfin compris et tenté, avec succès, de faire fonctionner ce levier pour appuyer sur les prix.

«L’approvisionnement régulier par certains produits et la fixation de prix de référence, au sein des hyper et des supermarchés, sont les principales décisions prises,  samedi dernier, au palais du Gouvernement à la Kasbah, lors d’une réunion tenue entre le ministre délégué chargé du Commerce, Béchir Zaafouri, et les PDG des grandes surfaces, en présence des ministres délégués auprès du chef du Gouvernement.  La réunion a porté sur la contribution des hyper et supermarchés dans la lutte contre la cherté de la vie. Les mesures décidées devraient être appliquées, selon le ministère de l’Industrie et du Commerce, à partir du début de la semaine prochaine, l’objectif étant de lutter contre la hausse des prix et de préserver le pouvoir d’achat du citoyen, rapportait l’agence d’information TAP. Il a été aussi convenu, au cours de cette même réunion, de créer une commission mixte entre les représentants des hyper et supermarchés et du ministère de l’Industrie et du Commerce, qui se chargera, à partir du lundi 20 février, de mettre en place un programme pour juguler la hausse des prix, par la fixation de prix de référence de certains produits et l’évaluation périodique de ce  programme», indique aussi l’agence.

Le gouvernement réussira-t-il ?

Si toute cette démarche réussit et si les PDG des grandes surfaces tiennent parole et baissent effectivement les prix, entraînant le reste des circuits de distribution vers une baisse structurelle des prix et des marges, le gouvernement de Hamadi Jbali aura réussi, il faut le dire, l’un des plus importants défis économiques de  l’après Révolution. Jbali et son gouvernement pourront alors disposer du temps de répit nécessaire pour mettre sur pied leur  programme économique et le présenter aux Tunisiens, dans une atmosphère socialement plus sereine. Cela leur  évitera aussi de faire fonctionner l’autre levier, financièrement plus coûteux, de l’importation comme élément de régulation du marché et des prix sur ce marché.

Cette première réussite du gouvernement Jbali, sur le volet des prix, restera cependant largement hypothéquée par la réussite du ministre de l’Intérieur Ali Laaridh et des forces de l’ordre, à faire respecter la loi en matière de commerce transfrontalier. Plus prompt jusqu’ici à  user de la menace que de la force dissuasive  et à accuser la presse d’être derrière tous les malheurs de la Tunisie, Ali Laaridh tient désormais entre ses seules mains, l’issue de cette guerre des prix que mènent [contre lui les trafiquants transfrontaliers de tous genres] les «trabendistes» (contrebandiers dans le jargon algérien) à toute l’économie tunisienne.

Khaled Boumiza

par -
0
Dans un article en date du dimanche 19 février

Dans un article en date du dimanche 19 février, le quotidien tunisien en langue arabe «Al Maghrib», consacré Lotfi Zitoun, ministre conseiller de Hammadi Jbali, le journal accuse le Conseiller de jeter de l’huile sur le feu dans la relation du gouvernement avec les syndicats ouvriers et la presse et titre son article sur «Lotfi Zitoun ou la main de fer du gouvernement Jbali ». «Lotfi Zitoun tente, à chaque réunion de Hammadi Jbali avec les partis politiques ou de la société civile, du mécontentement du gouvernement, plutôt d’Ennahdha et de ses deux alliés, de la situation syndicale et média», indique ainsi le journal qui affirme que les positions de Zitoun sont très proches de celles de Rached Ghannouchi dont il aurait été chef de cabinet à Londres !  

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

0
La Fédération Wallonie-Bruxelles a inauguré le 18 janvier un nouvel établissement scolaire belge à Dar Bouazza, et posé la première pierre de la future...