Tags Posts tagged with "Tunisie, gouvernement, nahdha"

Tunisie, gouvernement, nahdha

par -
Après moult retards et contretemps

Après moult retards et contretemps, le chef du gouvernement pressenti, Hamadi Jebali a finalement présenté son gouvernement à l’assemblée nationale constituante réunie, jeudi après-midi, en séance plénière.

Dans ses grandes lignes, l’équipe ministérielle est conforme à la composition annoncée depuis 24 heures par l’ensemble des médias tunisiens, dans la foulée de sa présentation au président de la République, Moncef Marzouki. Elle est à dominance nahdhaouie où le parti islamiste compte pas moins d’une douzaine de membres entre ministres et secrétaires d’Etat, en plus du chef du gouvernement.
Les ministères régaliens ou de souveraineté reviennent pour la plupart à Ennahdha qui s’empare des portefeuilles de la Justice, de l’Intérieur et des Affaires étrangères. Seul  celui de la Défense lui échappe, ayant été confié à Abdelkrim Zbidi , qui conserve ce poste auquel il avait été nommé depuis la formation du gouvernement démissionnaire de Béji Caied Essebsi. D’ailleurs, Abdelkrim Zbidi est l’unique rescapé du gouvernement de transition. Deux autres noms pressentis, Habib Essid , pour les Affaires de sécurité et Mohamed Ennaceur, pour les Affaires sociales, ne figurent dans la nouvelle équipe mise sur pied par Hamadi Jebali.

Ennahdha s’attribue aussi les ministères de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, de l’Agriculture, de la Santé, de l’Enseignement supérieur, de l’Environnement, du Transport, du ministère en charge du dossier économique  et le secrétariat d’Etat à l’émigration. Le nouveau ministère créé, celui des Droits de l’Homme, de la Justice transitionnelle, revient aussi à Ennahdha , par le biais de Samir Dilou qui officiera, en outre, comme porte-parole officiel du Gouvernement.

Quant au CPR, il se voit attribuer les ministères de la Réforme administrative, de la Formation professionnelle et de l’Emploi, des Domaines de l’Etat, de la Femme et de la Famille et le secrétariat d’Etat aux AE en charge de l’Amérique et de l’Asie.

Le 3ème parti de la troïka, Attakatol, se voit confier l’autre nouveau ministère créé, celui de la Gouvernance et de la Lutte contre la corruption dont le titulaire est Abderrahman Ladgham, ainsi  que les ministères des Finances, du Tourisme, des Affaires sociales, de l’Education, outre le secrétariat d’Etat à l’Intérieur et  le secrétariat d’Etat en charge des Affaires européennes.

Tous les autres membres du gouvernement sont des personnalités indépendantes. Il est quand même notoire que  dans le nouveau gouvernement, ne figure aucun ministre conseiller, plus particulièrement Abdelfattah Mourou, dont le nom aurait  disparu de la liste, à la dernière minute.

Il reste que la nouvelle équipe gouvernementale qui est l’expression d’un savant dosage, semble contenter tout le monde, surtout les deux partenaires d’Ennahdha dans la troïka, à savoir le CPR dont est issu déjà le président de la République et Attakatol auquel appartient le président de l’assemblée constituante.

La question cruciale qui se pose désormais est de savoir si le gouvernement, en son entier, a la capacité et l’envergure requises pour s’attaquer aux défis et problèmes lancinants qui secouent le pays. D’autant que, d’après les parcours des uns et des autres, on est bien en peine de déceler des compétences et surtout une expérience qui les habilitent à occuper de si hautes fonctions dans des circonstances aussi difficiles.
   
  

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, le PDG de la Poste Tunisienne, Moez Chakchouk, a mis l’accent sur les efforts fournis par l’entreprise pour...

AFRIQUE