Tags Posts tagged with "Tunisie, HRW,"

Tunisie, HRW,

par -
Selon Human Rights Watch (HRW)

Selon Human Rights Watch (HRW), plusieurs personnes, apparemment de simples badauds, sont tombées sous les balles de la police, qui a utilisé la force pour réprimer des manifestations violentes à Tunis le 19 mai 2013. Une de ces personnes a été tuée et au moins trois ont été grièvement blessées.

« La réaction de la police aux événements du 19 mai suscite beaucoup de questions et de préoccupations», a déclaré Eric Goldstein, directeur adjoint de la division Moyen-Orient et Afrique du nord à Human Rights Watch.

Dans un communiqué rendu public, HRW a appelé les autorités devraient mettre fin au cycle infernal des morts et des souffrances inutiles en prenant des mesures concrètes pour réformer les méthodes de la police.»

par -
Human Rights Watch (HRW) appelle les autorités tunisiennes à enquêter sur les agressions commises par des extrémistes religieux

Human Rights Watch (HRW) appelle les autorités tunisiennes à enquêter sur les agressions commises par des extrémistes religieux, au cours des dix premiers mois de l’année 2012.

« Les autorités tunisiennes devraient enquêter sur une série d’agressions commises par des extrémistes religieux et traduire les responsables devant la justice », indique l’organisation dans un communiqué publié, lundi, sur son site Internet.

HRW rappelle, dans ce communiqué, qu’elle avait adressé une lettre aux ministres de l’intérieur et de la justice, le 11 juillet dernier, où elle avait décrit, en détail, six incidents au cours desquels des individus ou des groupes « apparemment poussés par des motivations religieuses » ont attaqué des gens – pour la plupart des artistes, des intellectuels et des militants politiques- à cause de leurs idées ou de leur façon de s’habiller.

Elle relève, également, un cas similaire d’agression d’organisateurs d’un festival, en août dernier, par un groupe religieux radical.

« L’échec des autorités tunisiennes à enquêter sur ces attaques renforce l’impunité des extrémistes religieux et peut les encourager à être plus violents », a prévenu Joe Stork, directeur adjoint de la division MENA à Human Rights Watch.

L’organisation s’inquiète de « l’échec apparent des autorités à réagir à ces agressions », les victimes ayant déposé plainte auprès des postes de police en identifiant les agresseurs dans la plupart des cas, note-t-elle encore.

La police n’a arrêté aucun des agresseurs ni entamé d’enquête formelle ou engagé de poursuites contre eux, relève-elle.

Elle rappelle que « selon le droit international, les autorités tunisiennes ont l’obligation d’enquêter sur les personnes qui en agressent d’autres, de les poursuivre et de donner aux victimes les moyens de recours efficaces ».

« L’absence apparente d’enquêtes judiciaires, sans parler de poursuites, ne peut qu’accroître le sentiment de vulnérabilité de ceux qui attirent la haine de ces gangs », a encore estimé Joe Stork.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Les craintes n’ont pas lieu d’être et l’Etat n’est pas au bord de la faillite, a assuré le ministre conseiller auprès du chef du...

AFRIQUE

Les Etats-Unis sont déçus du manque d’avancées dans la mise en œuvre de l’Accord politique de la Saint Sylvestre en République démocratique du Congo....

SPORT