Tags Posts tagged with "Tunisie, Kamel Morjane,"

Tunisie, Kamel Morjane,

par -
Le président du parti

Le président du parti « Almoubadara » Kamel Morjane dément dans une déclaration à Mosaïque FM être placé sous résidence surveillée contrairement à une rumeur qui circule sur les réseaux sociaux.  L’ancien ministre des  Affaires étrangères nie par la même qu’il figure sur la liste des personnes dont les biens seront confisquées.  

Il affirme à ce propos  qu’il n’a bénéficié d’aucun avantage en ce qui concerne le lot de terrain situé dans le lotissement « Les jardins de Carthage »

par -
L’ex- ministre des Affaires étrangères

L’ex- ministre des Affaires étrangères, Kamel Morjane, est de nouveau interdit de voyager , deux mois environ, après la levée de cette mesure dont il avait été frappé , une première fois, apprend Africanmanager.

Une source informée nous a précisé qu’un collectif d’avocats a interjeté appel dans le cadre d’une affaire dans laquelle il était poursuivi et qui a été classée par la justice tunisienne, et où il devait répondre de l’accusation d’utilisation des deniers publics au profit de l’ex-RCD, dissous après le 14 janvier 2011.

C’est à la suite de cet appel qu’a été prise la seconde mesure d’interdiction de voyager contre le ministre auquel on reproche de mettre une secrétaire du ministère de la Défense nationale , portefeuille qu’il détenait en 2005, à la disposition du RCD d’alors . Or, les investigations ont établi que la secrétaire en question a été mise à la disposition du parti au pouvoir à l’époque, depuis 1985, deux années avant même l’accession de Ben Ali au pouvoir, le 7 novembre 1987.

Les observateurs estiment que cette mesure s’adosse à des considérations politiques, les adversaires de Kamel Morjane ayant échoué à instruite à son encontre un dossier de corruption fondé sur des éléments d’inculpation valables et pertinents.

par -
Des sources sûres citées  par notre confrère Al Jarida

Des sources sûres citées  par notre confrère Al Jarida, affirment que Kamel Morjane, secrétaire général du parti « Al Moubadara », et ex-ministre des Affaires étrangères, a renoncé à son passeport diplomatique après que son épouse, titulaire d’un passeport diplomatique, a été empêchée de voyager par les agents de l’aéroport, en l’absence d’une décision judiciaire.

Les mêmes sources précisent que l’interdiction de voyager n’émanait pas du ministère des Affaires étrangères, mais de la présidence de la République, à titre individuel, sans que le ministre des AE, Rafik Abdessalem ne soit au courant.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Les craintes n’ont pas lieu d’être et l’Etat n’est pas au bord de la faillite, a assuré le ministre conseiller auprès du chef du...

AFRIQUE