Tags Posts tagged with "Tunisie, Leoni,"

Tunisie, Leoni,

par -
La direction des Ressources humaines du groupe Léoni Tunisie

La direction des Ressources humaines du groupe Léoni Tunisie, spécialisé dans la fabrication de composants électriques automobiles, annonce le recrutement de 600 agents d’exécution des deux sexes.

Dans un communiqué, la société précise qu’elle a besoin de 500 employées dont le niveau d’instruction varie entre la 7ème année de l’enseignement de base et la 4ème année de l’enseignement secondaire, et de 100 employés dont le niveau d’instruction varie entre la 1ère année  et la 4ème année secondaire.

Les nouvelles recrues seront affectées à l’unité Mercédès, dans la région Messadine-Msaken du gouvernorat de Sousse, comme première phase d’un programme de recrutement de 2000 agents.

par -
La société tunisienne Léoni  fait désormais partie du<strong> </strong> consortium Desertec en tant que partenaire associé. L'entreprise devient ainsi membre de l'initiative industrielle Dii

La société tunisienne Léoni  fait désormais partie du  consortium Desertec en tant que partenaire associé. L’entreprise devient ainsi membre de l’initiative industrielle Dii, qui veut réaliser la vision Desertec.

En effet, Dii se consacre au développement d’un marché des énergies renouvelables issues des déserts afin d’approvisionner durablement en électricité l’Afrique du Nord, le Moyen-Orient et l’Europe (région EUMENA). En tant que leader dans le domaine des câbles et des systèmes de câbles, Leoni apporte au réseau Dii des produits et des services qui vont contribuer à améliorer l’efficacité des centrales solaires thermiques et photovoltaïques.
A ce titre, Paul van Sonn Pdg de DII précise que « nous sommes heureux de compter Leoni, le plus grand employeur de Tunisie, comme partenaire associé de notre initiative », avant d’ajouter que « l’entreprise peut apporter une contribution précieuse afin de réduire les coûts de construction de centrales de production d’énergies renouvelables »
L’objectif pour la région EUMENA est de mettre en place, à l’horion 2050, un réseau électrique durable et fiable, à partir des énergies renouvelables.

par -
Le numéro 1 européen de la fabrication de câbles

Le numéro 1 européen de la fabrication de câbles, Leoni vient d’ouvrir, le 19 avril 2012, sa nouvelle usine dans la ville de Berrechid au Maroc. Cette nouvelle unité est en fait une extension d’une usine qui fait déjà travailler 600 employés et devrait arriver, avec la nouvelle extension, à 2000 ouvriers marocains. En Tunisie, l’activité de l’entreprise Leoni a été émaillée, depuis la Révolution, de très fortes perturbations. C’est ce qui aurait décidé le câbleur à faire l’extension, au Maroc et non en Tunisie.

par -
Nous croyons savoir

Nous croyons savoir, de sources proches du dossier, que le site de production du câbler allemand Leoni, situé à Mateur (Région de Bizerte), a finit par rouvrir ses portes ce matin du lundi 13 février 2012. Selon nos sources, cette décision de réouverture serait intervenue suite à des négociations avec le syndicat ouvrier UTT que tout le monde pointait du doigt dans les mouvements sociaux au sein de cette entreprise. Rappelons enfin, que Leoni avait annoncé, vendredi dernier 10 février, sa décision de fermer l’usine de Mateur et a refusé d’en démordre, malgré une première intervention du ministre de l’industrie.

L’Agence d’information France Presse, rapporte sur la foi de déclarations de Mohamed Hédi Graa, chargé de la communication chez Leoni Tunisie que « une délégation de représentants de la société civile de Mateur, des employés et des syndicats sont venus hier (dimanche) à Sousse pour rencontrer la direction et un accord a été conclu pour que la priorité reste à l’emploi » sans autre formes de détails sur le contenu de cet accord

par -
Il y a deux jours

Il y a deux jours, le 10 de ce mois de février, le groupe allemand Leoni spécialisé dans la câblerie, annonçait sa décision de fermer son unité de Mateur. L’annonce a été faite par Wissem Boujemâa, son directeur des ressources humaines sur les ondes de Radio Mosaïque.  Ce dernier a expliqué cette décision par la « situation ingérable » dans laquelle se trouve la câblerie et par les  pressions syndicales répétées et de plus en plus insistantes exercées par l’Union tunisienne des travailleurs (UTT). Le syndicat ouvrier d’Ismaïl Sahbani s’est pourtant toujours défendu, depuis l’annonce de cette affaire par le Chef du gouvernement tunisien, en janvier dernier, d’être derrière les mouvements sociaux qui secouent l’entreprise.

Cette décision de Leoni intervient, cependant, après  un démenti de Leoni de toute fermeture ou délocalisation. Le 31 janvier 2012, l’investisseur allemand démentait vouloir fermer et menaçait en même temps de délocaliser au Maroc. Ce jour-là, Leoni avait exclu toute intention de l’entreprise de fermer ses usines dans la région de Bizerte (à Mateur).  Ce démenti, avait été fait par Mohamed Larbi Rouis, directeur général du groupe Leoni.

Ce dernier a cependant directement accusé, dans une déclaration à l’agence Tap, le syndicat UTT d’Ismail Sahbani, de propager des rumeurs sur une improbable délocalisation de Mateur à Sousse, n’oubliant pas de menacer de délocaliser carrément en dehors de la Tunisie, vers la Roumanie ou le Maroc. «Si cette situation persistait, l’investisseur allemand pourrait être obligé de délocaliser vers la Roumanie ou le Maroc», précise-t-il à l’agence Tap qui affirme avoir reçu un communiqué de Leoni dans ce sens.

Où est donc la vérité ? Que doit-on retenir de Leoni, son premier démenti ou sa dernière décision que le ministère de l’industrie tentera de tempérer ? Que cherchait à faire Leoni par son premier démenti ? Noyer le poisson pour sortir dans des conditions plus calmes ou menacer pour avoir la paix ?

Une sortie de crise «à la Yazaki» ?

Le ministre de l’Industrie et du Commerce, Mohamed Lamine Chakhari, entrait, en effet, dès samedi, en lice, pour déclarer «au bout d’intenses négociations avec la direction et le personnel de l’usine de Leoni », selon ce que rapporte son bureau d’information,  que « le gouvernement est en concertation avec les autorités allemandes et la société Leoni afin  de renouer le dialogue entre les parties concernées et d’aboutir à des solutions qui prennent en considération l’avenir de l’entreprise et du secteur de la câblerie».

Le communiqué du bureau d’information du ministre, rapporte aussi que ce dernier «a visité l’usine Leoni –Nord, a contacté les représentants des travailleurs sur les lieux et  présidé une réunion au siège de la délégation de Mateur, en présence du Gouverneur de Bizerte, de la direction de l’entreprise et des représentants des travailleurs de l’usine concernée». Et le même communiqué d’ajouter que «au bout d’une réunion qui a duré plus de 5 heures et la reprise des consultations avec le partenaire allemand qui se sont prolongées jusqu’au soir, le ministre a appelé le personnel à faire preuve de responsabilité, en attendant le suite des négociations,  en vue de préserver leur entreprise, appelant notamment les représentants de travailleurs à Mateur à privilégier l’intérêt aussi bien de l’entreprise que du secteur de la câblerie où les investissements sont sensibles.

Le principal message de ce communiqué, c’est que le ministre s’est déplacé dans la région et a fait son métier de responsable dans un gouvernement, provisoire, qui ne peut faire plus que ce que tout le pays peut. On comprendra donc que l’issue de l’affaire Leoni Mateur sera semblable à celle de Yazaki d’Om Larayes qui restera fermée jusqu’à rétablissement de la paix sociale.

L’Utica, partie prenante dans un règlement de comptes intersyndical ?

Intervient ensuite la principale organisation patronale tunisienne, d’habitude très réservée sur ce genre de conflits «politico-intersyndicaux-patronaux», pour donner un autre son de cloche qui ne fera qu’ajouter encore plus à la cacophonie ambiante où l’on ne pouvait pas ignorer les relents de règlements de comptes politiques et syndicaux.

Selon l’Utica, en effet, «le conflit provoqué à Mateur ne relève aucunement de revendications sociales ni de blocage de négociations de la part de l’employeur». Un avis complètement contraire à ce qu’affirmait le Chef du gouvernement et les informations issues de l’entreprise. Selon le patronat qui semble ainsi se rallier à une campagne anti Ismaïl Sahbani, «la crise dans cette usine est due exclusivement au comportement personnel et irresponsable du représentant UTT, Monêem Darragi [et c’est encore là une première que de nommer un responsable syndical], qui veut se mettre au-dessus de la loi et des règles de bonne conduite et privilégie le recours à la violence et à la menace vis-à-vis des responsables de l’entreprise aussi bien que vis-à-vis des autres employés».

La centrale patronale «dénonce ces pratiques qui mettent en danger aussi bien l’activité industrielle dans le pays et sa stabilité sociale que  la crédibilité de l’action sociale» et lance, presqu’un appel à mobilisation contre l’UTT. L’Utica «demande à la Société Civile de la région, à ses autorités régionales et aux autorités nationales (ministères de la Défense, de l’Intérieur, de l’Industrie et des Affaires sociales) ainsi qu’aux partenaires sociaux de se mobiliser pour dénoncer ces agissements irresponsables et agir pour rétablir un climat de travail serein dans la région». Inimaginable, jusque là, d’une organisation comme l’Utica. On ne peut cependant ne pas remarquer, que cette position est presque semblable à celle prise par le gouvernement, provisoire, de Hammadi Jbali ,le 24 janvier dernier et de ce dernier personnellement devant la Constituante, contre le concurrent de l’UGTT, seul partenaire historique de l’Utica !

Des questions sans réponse !

Où est la vérité dans tout cela ? Pourquoi Leoni décide-t-il de fermer après avoir démenti de le faire ? Que signifie ce revirement et quel était le degré de vérité ou de menace de délocaliser au Maroc ? Et s’il est vrai, comme l’affirme Leoni Allemagne, qui démentait lundi toute fermeture assurant comme sur le site Internet de TF1 qu’il ne s’agissait que d’une fermeture pour le vendredi, qui envoie à la presse locale ce genre d’information ? Le ministère de l’industrie qui le fait, serait-il entrain de désinformer ? Dans quel but désinforme-t-on ainsi et pour quel agenda politique ? Pourquoi Leoni n’a-t-il pas tenu la parole donnée d’investir 30 MDT pour une usine à Sidi Bouzid ««en concrétisation de l’intérêt constant qu’accorde le chef de l’Etat au développement régional, en particulier, dans les régions intérieures» comme l’annonçait son CEO juste avant la Révolution du 14 janvier ? Le ministre peut-il réellement empêcher un IDE d’alléger ses positions en situation de crise internationale ?  Leoni Mateur prendra-t-il simplement le chemin de Yazaki Oum Larayes ?

Khaled Boumiza

par -
Le groupe Leoni opérant dans le secteur du câblage a décidé de fermer son unité de Mateur

Le groupe Leoni opérant dans le secteur du câblage a décidé de fermer son unité de Mateur, vient d’annoncer Wissem Boujemâa, Directeur des ressources humaines, sur les ondes de Radio Mosaïque.  Il a expliqué cette décision par la « situation ingérable » dans laquelle se trouve la câblerie et par les  pressions syndicales répétées et de plus en plus insistantes exercées par l’Union tunisienne des travailleurs(UTT).  

par -
Leoni

Leoni, spécialiste de la fabrication des câbles automobile, installé à Mateur a démenti toute intention de l’entreprise de fermer ses usines dans la région de Bizerte.  Le démenti, à cette information rapportée il y a quelques jours par le Chef du gouvernement tunisien, a été fait par Mohamed Larbi Rouis, directeur général du groupe Leoni.

Ce dernier a cependant directement accusé, dans une déclaration à l’agence Tap, le syndicat UTT d’Ismail Sahbani, de propager des rumeurs sur une improbable délocalisation de Mateur à Sousse, n’oubliant pas de menacer de délocaliser carrément en dehors de la Tunisie, vers la Roumanie ou le Maroc. «Ces rumeurs ne servent que ceux qui les propagent » en allusion à l’UTT qui veut faire pression sur le gouvernement Jbali. Et le DG de Leoni de finir en disant que «si cette situation persiste, l’investisseur allemand pourrait être obligé à délocaliser vers la Roumanie ou le Maroc», rapporte l’agence Tap qui affirme avoir reçu un communiqué de Leoni.

INTERVIEW

Le PDG de la BIAT, Mohamed Agrebi, a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs questions dont principalement la stratégie...

AFRIQUE

Des avions de guerre ont bombardé lundi la ville de Derna, ville côtière de l'Est libyen, a annoncé un témoin à Reuters, dans la...

Reseaux Sociaux