Tags Posts tagged with "Tunisie, manifestations, avenue Bourguiba"

Tunisie, manifestations, avenue Bourguiba

par -
0
Les manifestations dans l’avenue de Habib Bourguiba sont désormais autorisées. C’est lors d’un Conseil ministériel tenu

Les manifestations dans l’avenue de Habib Bourguiba sont désormais autorisées. C’est lors d’un Conseil ministériel tenu, mercredi 11 avril 2012, au siège du Premier ministère à La Kasbah que cette décision a été dont les effets rejailliront sur toutes les Tunisiennes et tous Tunisiens, après l’interdiction, en vigueur depuis le 28 mars dernier, des manifestations à l’Avenue Habib Bourguiba, à Tunis.

Les ministres de l’Intérieur, Ali Laaridh et des Droits de l’Homme et de la Justice transitionnelle, Samir Dilou ont annoncé la décision de levée de l’interdiction, lors d’une conférence de presse tenue, à l’issue du Conseil ministériel. Toutefois, selon le ministre de l’Intérieur, les manifestations à l’avenue Habib Bourguiba doivent obéir à certaines conditions d’ordre organisationnel. « L’objectif de cette décision est d’organiser la liberté comme c’est le cas dans tous les pays démocratiques. Il ne s’agit pas d’une décision destinée à restreindre les libertés des Tunisiens », a affirmé Laaraidh.

Pour manifester, trois conditions doivent être réunies. En premier lieu, la partie organisatrice se doit de garantir que la manifestation se déroule loin de toute violence, c’est-à-dire assurer le caractère pacifique des manifestations d’où doivent être bannies les agressions physiques et verbales. En deuxième lieu, les manifestants devraient respecter les règlements pour éviter la simultanéité des manifestations. Dans ce cadre, Ali Laraaidh a appelé à communiquer la date de la manifestation pour éviter le désordre dans le pays et ne pas toucher aux libertés d’autrui. La troisième condition qui doit être respectée concerne le respect de la conduite de la manifestation en évitant les dérapages pour ne pas perturber la circulation routière.

A une question d’Africanmanager, sur la possibilité de rééditer le scénario de la manifestation du 9 avril 2012, si les trois règles ne venaient pas à être respectées, Ali Laaridh a indiqué que le ministère de l’Intérieur ne fait usage de la force que dans les cas extrêmes, « On est tous contre la violence. Mais on a été obligé de disperser les manifestants à l’aide de bombes lacrymogènes parce que les circonstances nous y ont obligés », a-t-il expliqué. Plusieurs agents de sécurité ont été violement agressés par des jets de pierres, de bouteilles en verre et de couteaux de la part des manifestants. « Si ont est intervenu, c’est seulement pour préserver les intérêts et les biens des commerçants installés en plein centre de la capitale », a-t-il ajouté.

Au sujet des agressions survenues lors de la manifestation du 9 avril dernier, où l’usage de la force par les forces de l’ordre a été excessif , alors qu’il était question de commémorer la fête des Martyrs, Ali Laaridh a affirmé que le gouvernement condamne vivement ces actes de violence qui n’auraient pas dû avoir lieu dans un pays soucieux d’instaurer la démocratie comme la Tunisie.

Toutefois, la ministre a fait par de son étonnement quant aux accusations lancées contre le gouvernement, « On a été traités de dictateurs. Cependant, on n’est pas contre les libertés, on est plutôt pour la bonne organisation des manifestations mais sans nuire aux intérêts des autres», a-t-il expliqué. C’est ainsi qu’une commission indépendante sera créée prochainement. Cette dernière se chargera d’enquêter sur les circonstances et les événements qui ont été à l’origine de plusieurs agressions contre les manifestants autant que contre les agents de sécurité.

A propos de la possibilité de sa démission du poste du ministre, Ali Laaridh a indiqué qu’il est prêt à présenter sa démission si les membres du Gouvernement estiment qu’il est incompétent et inefficace.

Khadija Taboubi

par -
0
Suite aux doléances exprimées par les commerçants  et les gérants des établissements touristiques situés  à l’Avenue

Suite aux doléances exprimées par les commerçants et les gérants des établissements touristiques situés à l’Avenue Habib Bourguiba, à Tunis, le ministère de l’Intérieur a annoncé sur sa page facebook, l’interdiction de toutes les manifestations, marches et toute autre forme de protestation collective. Signalons dans ce contexte que certaines manifestations organisées à l’Avenue Habib Bourguiba ont perturbé la circulation et causé un blocage de l’activité économique.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le dirigeant d’Ennahdha Abdellatif Mekki appelle à l’organisation d’un dialogue sociétal qui dépassera les partis, les organisations, pour cibler les coordinations des mouvements sociaux....

AFRIQUE

0
Pour sa première sortie médiatique cette année, la Banque mondiale est optimiste pour la croissance au Maroc. Elle prévoit un taux de 4% en...