Tags Posts tagged with "Tunisie, Maxula,"

Tunisie, Maxula,

par -
Sous  le titre de «Et pourtant elles tournent »

Sous le titre de «Et pourtant elles tournent », l’intermédiaire boursier tunisien «Maxula Bourse », vient de publier sa revue bancaire pour l’exercice 2012. Une revue en demi teinte, où l’intermédiaire rejoint plutôt la tendance générale de «Tout va bien Madame la Marquise » et affiche clairement son «tuni-optimisme». Cela pourrait être résumé dans les principaux titres de cette analyse. Ainsi pour lui, «l’économie Tunisienne cherche un second souffle pour réussir sa révolution, «La dépense publique, perçue comme remède à la croissance » et «contre vents et marées… L’économie Tunisienne est une économie compétitive».

Maxula, nuance ensuite son analyse en estimant que «en dépit de l’émergence des prémices de croissance….la reprise demeure conditionnée». En première vague de ces conditions, l’intermédiaire met le secteur bancaire. «En raison de la morosité économique nationale et des retombées de la révolution du 14 Janvier 2011, le secteur bancaire se heurte à de considérables difficultés notamment en termes de la qualité des crédits et la rentabilité qui se sont détériorées ». Il explique, comme une redondance des thèses officielles, précise que «la qualité d’Actifs… Stigmate d’un lourd héritage». Pour lui, le bancaire est «un secteur fragilisé par les banques publiques » et dit que «la première banque Tunisienne pointe à la 48ème place sur la plan africain et son bilan représente 1/39ème du bilan de la première banque africaine (la Standard Bank Group, Afrique du Sud). A titre de comparaison, deux banques marocaines se classent dans le top 10 des banques africaines. Il s’agit d’Attijari Wafa Bank (7ème) et du Crédit Populaire du Maroc (10ème) ». La Biat, banque privée, est pourtant classée derrière la STB, BNA et BH se classent, devant l’Amen Bank et le reste des grandes banques privées (???).

Optimiste malgré tout, Maxula conclut que «malgré les revers subis par les récentes perturbations politiques et la morosité de l’économie nationale, la position financière des banques ne s’est pas détériorée. L’amélioration du niveau de développement du système bancaire Tunisien est la conséquence des progrès réalisés au niveau du cadre global de supervision ainsi qu’au niveau du contrôle des institutions financières. A cet égard, le système financier de la Tunisie est jugé plus efficace par rapport à certains autres systèmes financiers notamment sur le plan de la politique d’octroi de crédit, dont il favorise le financement du secteur privé ».

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, le PDG de la Poste Tunisienne, Moez Chakchouk, a mis l’accent sur les efforts fournis par l’entreprise pour...

AFRIQUE

SPORT