Tags Posts tagged with "Tunisie, ministère, Commerce,"

Tunisie, ministère, Commerce,

par -
0
Le contrôle économique est une lourde responsabilité pour les professionnels à l’enseigne de laquelle  ils s’emploient à  maîtriser les prix et lutter contre toute forme de dépassement. Un métier qui  est menacé et même  paralysé  du fait des agressions répétées commises contre les agents.

Le contrôle économique est une lourde responsabilité pour les professionnels à l’enseigne de laquelle  ils s’emploient à  maîtriser les prix et lutter contre toute forme de dépassement. Un métier qui  est menacé et même  paralysé  du fait des agressions répétées commises contre les agents.

L’agression qu’elle  soit physique ou verbale, est un phénomène nouveau et qui ne cesse d’inquiéter  les différents acteurs  placés dans l’incapacité et parfois l’impossibilité  de conduire leurs missions en absence de la sécurité nécessaire.
Cette situation a amené les agents de contrôle économique à protester de plus en plus contre ces actes illégaux les visant. Ils ont appelé, en fait, les intervenants à assurer l’accompagnement sécuritaire. Certains se sont plaints du comportement des contrevenants qui utilisent, parfois, la violence verbale pouvant dégénérer en agression physique.
Pour remédier à cette situation et mettre fin à ce genre de pratiques, le ministère du Commerce, tout  en dénonçant les agressions répétées, a rappelé les sanctions pénales encourues par quiconque qui  se rend coupable d’outrage à un fonctionnaire public ou assimilé dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de ses fonctions (un an d’emprisonnement et une amende pouvant atteindre 5 mille dinars, article 55 bis de la loi 91/64).
La peine de prison peut aller jusqu’à cinq ans (articles 125 et 127 du code pénal). Profitant cette occasion, le ministère de tutelle a appelé la société civile et les citoyens à soutenir l’action des agents du contrôle économique, surtout dans cette conjoncture délicate qui nécessite une présence permanente des équipes de contrôle dans tous les circuits de distribution pour y faire face.
Les infractions économiques en chiffres !
Pour le mois saint, plusieurs équipes de contrôle économique ont été mobilisées dans le Grand Tunis. Ces équipes sont chargées de contrôler l’affichage des prix, l’hygiène et la qualité de la marchandise outre les dépassements commis par les propriétaires des boulangeries, des laboratoires et des restaurants en matière d’usage de produits subventionnés.
Selon les données disponibles auprès  du ministère du Commerce, durant les six premiers jours du mois de Ramadan, environ 1560 infractions économiques ont été relevées. Ces infractions concernent le non-affichage des prix (29%) l’augmentation des prix (29% dont 64% dans le secteur avicole), l’absence de facturation (14%) et la confiscation des bascules non conformes (14%).
204 est le nombre de plaintes enregistrées à travers le numéro vert (80 100 191) dont 176 concernent l’augmentation des prix, 34 les légumes et fruits, 25 les produits avicoles et 8 les produits alimentaires.
Pour rappel, 119 équipes de contrôle ont été mises en place sur tout le territoire dont 18 équipes en charge du contrôle du marché de gros, 88 pour les marchés de détail, 6 autres sur les routes ainsi que 7 pour le contrôle sectoriel.
Nadia Ben Tamansourt

 

par -
0
Le contrôle économique est une lourde responsabilité pour les professionnels à l’enseigne de laquelle  ils s’emploient à  maîtriser les prix et lutter contre toute forme de dépassement. Un métier qui  est menacé et même  paralysé  du fait des agressions répétées commises contre les agents.

Le contrôle économique est une lourde responsabilité pour les professionnels à l’enseigne de laquelle  ils s’emploient à  maîtriser les prix et lutter contre toute forme de dépassement. Un métier qui  est menacé et même  paralysé  du fait des agressions répétées commises contre les agents.

L’agression qu’elle  soit physique ou verbale, est un phénomène nouveau et qui ne cesse d’inquiéter  les différents acteurs  placés dans l’incapacité et parfois l’impossibilité  de conduire leurs missions en absence de la sécurité nécessaire.
Cette situation a amené les agents de contrôle économique à protester de plus en plus contre ces actes illégaux les visant. Ils ont appelé, en fait, les intervenants à assurer l’accompagnement sécuritaire. Certains se sont plaints du comportement des contrevenants qui utilisent, parfois, la violence verbale pouvant dégénérer en agression physique.
Pour remédier à cette situation et mettre fin à ce genre de pratiques, le ministère du Commerce, tout  en dénonçant les agressions répétées, a rappelé les sanctions pénales encourues par quiconque qui  se rend coupable d’outrage à un fonctionnaire public ou assimilé dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de ses fonctions (un an d’emprisonnement et une amende pouvant atteindre 5 mille dinars, article 55 bis de la loi 91/64).
La peine de prison peut aller jusqu’à cinq ans (articles 125 et 127 du code pénal). Profitant cette occasion, le ministère de tutelle a appelé la société civile et les citoyens à soutenir l’action des agents du contrôle économique, surtout dans cette conjoncture délicate qui nécessite une présence permanente des équipes de contrôle dans tous les circuits de distribution pour y faire face.
Les infractions économiques en chiffres !
Pour le mois saint, plusieurs équipes de contrôle économique ont été mobilisées dans le Grand Tunis. Ces équipes sont chargées de contrôler l’affichage des prix, l’hygiène et la qualité de la marchandise outre les dépassements commis par les propriétaires des boulangeries, des laboratoires et des restaurants en matière d’usage de produits subventionnés.
Selon les données disponibles auprès  du ministère du Commerce, durant les six premiers jours du mois de Ramadan, environ 1560 infractions économiques ont été relevées. Ces infractions concernent le non-affichage des prix (29%) l’augmentation des prix (29% dont 64% dans le secteur avicole), l’absence de facturation (14%) et la confiscation des bascules non conformes (14%).
204 est le nombre de plaintes enregistrées à travers le numéro vert (80 100 191) dont 176 concernent l’augmentation des prix, 34 les légumes et fruits, 25 les produits avicoles et 8 les produits alimentaires.
Pour rappel, 119 équipes de contrôle ont été mises en place sur tout le territoire dont 18 équipes en charge du contrôle du marché de gros, 88 pour les marchés de détail, 6 autres sur les routes ainsi que 7 pour le contrôle sectoriel.
Nadia Ben Tamansourt

 

par -
0
Nous avons reçu du ministère du Commerce

Nous avons reçu du ministère du Commerce, suite à notre article intitulé « Le ministère du Commerce change ses voitures de fonction », la mise au point que voici :

« En vertu du droit de réponse nous vous soumettons notre réponse à votre article intitulé « le ministère du commerce change ses voitures de fonction » relatif à l’appel d’offres lancé par notre ministère pour l’acquisition de matériels roulants.

A cet effet, nous vous informons que l’appel d’offres en question concerne d’une part les nouvelles recrues des agents de contrôle, et d’autre part le renouvellement de notre matériel roulant. Il s’agit de remplacement de voitures dans un état vétuste qui ne sont plus autorisées à circuler.

Notons par ailleurs que la décision relative à ce marché entre dans le cadre du renfort du corps du contrôle économique dans les 24 gouvernorats en le dotant des moyens logistiques appropriés afin de lui permettre de s’acquitter convenablement de sa noble tâche, celle de préserver le pouvoir d’achat du citoyen tunisien.

Il ne s’agit point d’un acte visant à changer les voitures de hauts responsables et encore moins celle du Ministre.

Merci d’apporter les éclaircissements nécessaires en restant à votre disposition, comme d’habitude, pour répondre directement à vos questions.»

par -
0
Dans une interview accordée à l’hebdomadaire tunisien Al Moussawir

Dans une interview accordée à l’hebdomadaire tunisien Al Moussawir, le ministre tunisien du Commerce, Béchir Zaafouri, a indiqué, en guise d’explication du peu d’efficacité des opérations de contrôle de son département, que «il y a des indicateurs et des gens qui sont de mèche [avec les réseaux des spéculateurs] et qui les avertissent à chaque fois que nous décidons, lors d’ une réunion, de lancer des opérations de contrôle». Il apparaît, ainsi, que ces réseaux d’intermédiaires qui achètent et cachent les produits de consommation pour pouvoir spéculer, sont arrivés à infiltrer en profondeur le ministère !!! Ou serait-ce seulement une manière de préparer des changements de cadres à l’intérieur de ce ministère que le ministre a déjà presque vidé des spécialistes du secteur ?

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le dirigeant d’Ennahdha Abdellatif Mekki appelle à l’organisation d’un dialogue sociétal qui dépassera les partis, les organisations, pour cibler les coordinations des mouvements sociaux....

AFRIQUE

SPORT

0
Le Club Africain a publié sur sa page officielle facebook les derniers transferts effectués dans le mercato d'hiver 2016-2017. Les nouvelles recrues: Oussama Darragi (29...