Tags Posts tagged with "Tunisie, ministère, Industrie,"

Tunisie, ministère, Industrie,

par -
0
Bien que le gouvernement tunisien se soit résolument engagé  à prendre des mesures rapides et urgentes pour améliorer le pouvoir d'achat du Tunisien

Bien que le gouvernement tunisien se soit résolument engagé  à prendre des mesures rapides et urgentes pour améliorer le pouvoir d’achat du Tunisien, la contrebande ne cesse d’entacher les politiques mises en œuvre à cette fin et surtout celle associée à la guerre contre la hausse des prix. 
C’est dans ce contexte que le représentant du ministère de l’industrie a fait la lumière sur la prolifération du « trafic de fer de construction», et ce lors de la réunion de la cellule de Communication tenue, mardi, au siège de la présidence du Gouvernement,  à la Kasbah.
Le ministère de l’industrie s’est déclaré préoccupé par la propagation, depuis début 2012, du phénomène de contrebande du fer de construction en provenance de l’Algérie.
«Le ministère de l’industrie a reçu bon nombre de plaintes de la part des professionnels du domaine, à ce sujet », a révélé Sami Boufares, sous-directeur de la direction générale des industries mécaniques et métallurgiques, affirmant  que « la pérennité de bon nombre d’usines sera menacée et l’économie nationale fragilisée, au cas où ce phénomène se poursuivrait encore».Il a rappelé à ce propos, que le secteur de construction offre 2000 emplois directs et plus de 7000 emplois indirects.
Le responsable a appelé, dans ce cadre, le tunisien à faire preuve de citoyenneté et à boycotter l’achat illégal de ce matériel de construction non conforme aux standards techniques en vigueur.
D’après le responsable, « la lutte contre le trafic de fer de construction  demande beaucoup plus d’efforts qu’auparavant, pour limiter les ventes  illégales en provenance d’Algérie. Ces métaux importés ne répondent  pas à la norme internationale et constituent un danger au niveau de la construction et du bâtiment. Le consommateur doit  boycotter l’achat illégal de ce matériau de construction non conforme aux standards techniques en vigueur.
Il  a précisé  que les quantités de fer de construction vendues sur le marché local ont atteint, en 2011, environ 428 mille tonnes, contre 485 mille tonnes en 2010, soit une baisse de l’ordre de 16,6%.
« Les quantités de fer vendues ont baissé davantage au cours des six premiers mois de 2012, enregistrant un taux de régression de près de 40%, a-t-il ajouté.
Au sujet des mesures prises en matière de lutter contre le trafic de fer, le responsable a indiqué que « nous allons transmettre au conseil ministériel de nouvelles propositions pour mettre fin à ces mauvaises pratiques qui ont affectées notre économie ».
Et pour renforcer la rentabilité du secteur, « nous allons créer une nouvelle usine à Kairouan. Cette usine va permettre de produire 300 mille tonnes d’acier. Et  2200 postes d’emploi d’une manière directe  et 7000 autres indirectes ».
Sur un autre volet, le responsable a fait part de  l’intention du ministère de d’amender les prix de fer de construction en Tunisie, faisant remarquer que les prix sur les marchés internationaux ont enregistré, au cours des dernières années une hausse, passant de 450 dollars, à 730 dollars la tonne.
Nadia.BT

par -
0
Bien que le gouvernement tunisien se soit résolument engagé  à prendre des mesures rapides et urgentes pour améliorer le pouvoir d'achat du Tunisien

Bien que le gouvernement tunisien se soit résolument engagé  à prendre des mesures rapides et urgentes pour améliorer le pouvoir d’achat du Tunisien, la contrebande ne cesse d’entacher les politiques mises en œuvre à cette fin et surtout celle associée à la guerre contre la hausse des prix. 
C’est dans ce contexte que le représentant du ministère de l’industrie a fait la lumière sur la prolifération du « trafic de fer de construction», et ce lors de la réunion de la cellule de Communication tenue, mardi, au siège de la présidence du Gouvernement,  à la Kasbah.
Le ministère de l’industrie s’est déclaré préoccupé par la propagation, depuis début 2012, du phénomène de contrebande du fer de construction en provenance de l’Algérie.
«Le ministère de l’industrie a reçu bon nombre de plaintes de la part des professionnels du domaine, à ce sujet », a révélé Sami Boufares, sous-directeur de la direction générale des industries mécaniques et métallurgiques, affirmant  que « la pérennité de bon nombre d’usines sera menacée et l’économie nationale fragilisée, au cas où ce phénomène se poursuivrait encore».Il a rappelé à ce propos, que le secteur de construction offre 2000 emplois directs et plus de 7000 emplois indirects.
Le responsable a appelé, dans ce cadre, le tunisien à faire preuve de citoyenneté et à boycotter l’achat illégal de ce matériel de construction non conforme aux standards techniques en vigueur.
D’après le responsable, « la lutte contre le trafic de fer de construction  demande beaucoup plus d’efforts qu’auparavant, pour limiter les ventes  illégales en provenance d’Algérie. Ces métaux importés ne répondent  pas à la norme internationale et constituent un danger au niveau de la construction et du bâtiment. Le consommateur doit  boycotter l’achat illégal de ce matériau de construction non conforme aux standards techniques en vigueur.
Il  a précisé  que les quantités de fer de construction vendues sur le marché local ont atteint, en 2011, environ 428 mille tonnes, contre 485 mille tonnes en 2010, soit une baisse de l’ordre de 16,6%.
« Les quantités de fer vendues ont baissé davantage au cours des six premiers mois de 2012, enregistrant un taux de régression de près de 40%, a-t-il ajouté.
Au sujet des mesures prises en matière de lutter contre le trafic de fer, le responsable a indiqué que « nous allons transmettre au conseil ministériel de nouvelles propositions pour mettre fin à ces mauvaises pratiques qui ont affectées notre économie ».
Et pour renforcer la rentabilité du secteur, « nous allons créer une nouvelle usine à Kairouan. Cette usine va permettre de produire 300 mille tonnes d’acier. Et  2200 postes d’emploi d’une manière directe  et 7000 autres indirectes ».
Sur un autre volet, le responsable a fait part de  l’intention du ministère de d’amender les prix de fer de construction en Tunisie, faisant remarquer que les prix sur les marchés internationaux ont enregistré, au cours des dernières années une hausse, passant de 450 dollars, à 730 dollars la tonne.
Nadia.BT

par -
0
Le ministère de l’Industrie a annoncé

Le ministère de l’Industrie a annoncé, samedi, une série de nominations dans des entreprises sous sa tutelle. Il s’agit de :
Ahmed Souiki, chef de cabinet du ministre de l’Industrie
Nabil Ben Bchir, directeur général de l’Innorpi
Hamdi Riahi, directeur général du groupement des industries de conserves alimentaires
Mohamed Salah Nasri, PDG du pole de développement de Gafsa
Salah Badrouchi, PDG de la STIR
Lotfi Kahouach, PDG de la SEREPT
Lamine Charni, PDG de la STIP

par -
0
Un protocole d’accord vient d’être signé

Un protocole d’accord vient d’être signé, entre le ministre de l’Industrie Lamine Chakhari et un groupe d’entreprises italiennes et internationales, non identifiées dans le communiqué, pour l’investissement dans le secteur minier du phosphate.

 le communiqué du ministère de l’Industrie rapporté par le Site Babnet, qui se tait sur la nature de cette coopération et sur l’endroit ou la mine à exploiter et même la région, indique pourtant que le projet d’un montant de 400 MDT, devrait contribuer à la création de 4000 emplois.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

0
La Fédération Wallonie-Bruxelles a inauguré le 18 janvier un nouvel établissement scolaire belge à Dar Bouazza, et posé la première pierre de la future...