Tags Posts tagged with "Tunisie, Moez Joudi"

Tunisie, Moez Joudi

par -
Moez Joudi

Moez Joudi, président de l’association Tunisienne de gouvernance, appelle le gouvernement actuel à appliquer les lois et les mesures en matière de bonne gouvernance, et ce pour stimuler la création d’entreprises. Il propose nombre de critères pour accélérer son instauration. Interview

Où en sommes-nous en matière de bonne gouvernance ?

En Tunisie, nous sommes toujours à une phase embryonnaire en matière de gouvernance. On en parle beaucoup, mais l’application manque au sein des entreprises surtout celles financières et les banques tunisiennes qui doivent donner l’exemple en matière de bonne gouvernance. C’est juste un slogan et on essaye juste d’échanger les points de vue.

On est conscient de l’importance des défis et des enjeux de la bonne gouvernance, mais, jusqu’à maintenant, je ne vois pas, à l’exception de quelques exemples, une application réelle des règles de la bonne gouvernance.

Donc, nous sommes encore dans un stade de vulgarisation des concepts, d’échanges, de débat…

Que faut-il faire pour relever ce défi?

L’important, pour l’instant, est de mettre en place des lois. Il faut que l’Etat réagisse en matière de gouvernance pour que les choses soient imposées et deviennent obligatoires. D’ailleurs, je profite de l’occasion pour saluer l’initiative de la Banque centrale quia émis la circulaire 2011-06 qui oblige les banques tunisiennes à réformer leurs gouvernances.

Et là, le gouvernement doit faire de même en obligeant les entreprises à suivre l’exemple. Il faut imposer à l’ensemble des entreprises une réforme profonde en la matière.

Plusieurs lacunes existent déjà surtout au niveau du secteur bancaire. Lors de votre intervention, à l’occasion de la rencontre tenue récemment par Connect autour du thème « financement des entreprises face aux exigences de la bonne gouvernance », vous avez déclaré que les banques tunisiennes ne respectent pas les critères de la bonne gouvernance?

Les banques en Tunisie sont toujours gérées de manière très clanique. Deux ou trois personnes qui ont tout le pouvoir. Il n’y a pas une répartition du pouvoir, ni des instances de contrôle qui fonctionnent de manière collégiale et fiable. Les conseils d’administrations ne sont pas très indépendants et ne sont pas très compétents. C’est le conseil d’administration qui se tient deux ou trois fois par an alors que, dans les pays développées, ils respectent les critères de la bonne gouvernance et se tiennent mensuellement. Les comités d’audit ne sont pas encore présidés par des administrateurs indépendants. Donc, il y a un manque de fiabilité au niveau du contrôle et au niveau de la transparence de l’information financière et comptable. Il faut réformer le système de gouvernance à ce niveau.

Que suggérez-vous alors ?

Cinq principes et de bonnes pratiques qu’il faut mettre en application: séparation entre les pouvoirs du contrôle et les pouvoir de gestion. Deuxième critère, c’est l’indépendance des organes de contrôle alors que le troisième touche la composition optimale des conseils d’administration. Le quatrième critère touche également l’organisation des comités spécialisés et enfin le fonctionnement démocratique fiable des assemblées générales d’actionnaires.

La contribution de l’association dans ce processus?

Nous sommes dans une phase difficile au titre de la culture et de l’information puisqu’on souffre en Tunisie d’une pénurie de compétences en matière de bonne gouvernance. Nous allons proposer, en concertation avec des grandes institutions, des programmes de formation pour faire émerger en Tunisie des compétences qui puissent travailler au sein des ces institutions et puissent appliquer ces règles et mieux contribuer à la réforme de la gouvernance des entreprises et des banques tunisiennes

Wiem Thebti

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

« Toutes les parties impliquées dans le conflit au Soudan du Sud doivent cesser les violences et travailler ensemble afin d'assurer l'acheminement de nourriture...

SPORT

Reseaux Sociaux