Tags Posts tagged with "Tunisie, Mohamed Ali Ganzoui,"

Tunisie, Mohamed Ali Ganzoui,

par -
0

« L’arrestation de Mohamed Ali Ganzoui dans l’affaire dite de Barraket Essahel est le résultat d’une conspiration ourdie par le ministère de l’Intérieur en collaboration avec celui de Défense pour  occulter  les abus commis par ces deux départements  durant les 23 ans de règne de Ben Ali», a affirmé, mardi, Hassen  Ghodhbane, l’avocat de défense, à quelques jours du  verdict du 23 novembre.

Devant un parterre des journalistes, l’avocat s’est investi dans la défense de son client , dont il a dit qu’il est la victime d’un accord entre les deux ministères, forts impliqués avec le régime déchu.   

Profitant de cette occasion, le défenseur de Ganzoui s’est interrogé sur l’absence d’Ezzedine Jenayeh, ancien responsable à la Sûreté de l’Etat dans cette affaire. « On n’a pas réussi à obtenir la déposition de Jenayeh ; son absence demeure un point d’interrogation qui, à mon avis, nécessite une réponse »

Plusieurs responsables et officiers de la sécurité  sont impliqués dans cette affaire dont les faits remontent au début des années 1990.Ils sont soupçonnés d’avoir arrêté torturé  plusieurs officiers de l’armée nationale accusés d’avoir tenu des réunions à Baraket Essahel, à Hammamet, dans l’objectif de préparer un coup d’Etat contre l’ancien président Zine El Abidine Ben Ali.

L’avocat de la défense a affirmé qu’une lecture minutieuse des pièces du dossier l’a amené à forger l’intime conviction que client n’est pas coupable. En effet, Mohamed Ali Ganzoui, ex-directeur général de la sûreté nationale, a été chargé, selon son avocat, de recevoir les rapports rédigés par les directeurs concernant la gestion des affaires au sein de son administration et guère les enquêtes et investigations menées par les agents. « Tous les éléments  à disposition  prouvent que Ganzoui n’était pas en relation que ce soit technique ou professionnelle avec les recherches et investigations menées à Baraket Essahel » nous a expliqué Hassen Ghodhbane.

S’agissant des actes de torture et d’humiliations, l’avocat de la défense a nié  toutes les accusations. Il s’est adressé à ce propos au ministère de l’Intérieur l’appelant  à établir dans les meilleurs délais, la liste des cadres et des agents tortionnaires durant l’ancien régime.  « Je compte sur les médias afin que toute la vérité soit faite et dite et que les responsabilités, le cas échéant, soient établies »

Sur un autre plan, il a fait ressortir les abus dont se serait rendu coupable  le procureur dans l’affaire de Baraket Essahel. « En effet, c’est le premier cas où on a vu la violation de l’article  5 du code des procédures pénales. Egalement, le procureur s’est dessaisi de cette affaire au profit de la justice militaire. D’ailleurs, on s’interroge sur  les raisons de ce transfert au tribunal militaire », a-t-il ajouté
L’avocat de défense, n’en pas moins fait part de son optimisme quant à l’issue de cette affaire et de l’épilogue du procès intenté.

En conclusion, il a appelé les composantes de la société civile à œuvrer en vue d’assainir le système judiciaire et instaurer une justice transitionnelle  garantissant la sanction des personnes convaincues  de crimes contre les citoyens tunisiens durant le règne de  Ben Ali.

Wiem Thebti

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

0
Au milieu des collines verdoyantes de Mubuga, à 100 km de la capitale burundaise de Bujumbura, 2 500 personnes se sont réunies hier pour célébrer de manière festive...

SPORT