Tags Posts tagged with "Tunisie, PCAM,"

Tunisie, PCAM,

par -
L’accès de la Tunisie au statut de partenaire privilégié est non seulement une opportunité pour booster le développement économique national et surtout favoriser les échanges commerciaux ...

L’accès de la Tunisie au statut de partenaire privilégié est non seulement une opportunité pour booster le développement économique national et surtout favoriser les échanges commerciaux entre la Tunisie et ses partenaires européens, mais aussi une obligation pour que les PME soient plus compétitives pour mieux faire face à la concurrence internationale.

Avec la signature de ce nouvel accord, les PME tunisiennes ont désormais besoin d’un appui supplémentaire pour relever ce défi et surtout combler les lacunes ayant entravé leur développement.

Actuellement, les différents acteurs sont engagés dans des efforts et des initiatives pour soutenir ces entreprises tout en développant leur compétitivité technique, technologique, managériale, commerciale…

PCAM, pourquoi faire ?

Parmi ces initiatives, on cite le Programme d’Appui à la Compétitivité des entreprises et à la facilitation de l’accès au Marché (PCAM) qui s’inscrit dans le cadre des programmes de renforcement du tissu industriel tunisien, dans la perspective de l’instauration d’une Zone de Libre-Echange avec l’Union Européenne.

C’est dans cadre qu’une conférence de presse a eu lieu ce jeudi 22 novembre au siège de l’API pour présenter l’objectif de ce programme.

C’est un programme d’appui au secteur public et privé, conçu pour être en adéquation avec les attentes et les besoins des entreprises tunisiennes, dans un contexte économique national international difficile. Une conjoncture qui nécessite l’invention d’une nouvelle approche, basée essentiellement sur l’implication du secteur privé et la promotion des PME, pour mieux faire face.

Financé par l’Union Européenne, avec un budget de 23 millions d’euros, PCAM s’attache à améliorer les performances des entreprises tunisiennes tout en répondant à leurs besoins actuels et futurs, avec efficacité.

Amel Ben Farhat, Responsable Nationale du programme, a mis l’accent sur l’importance de ce mécanisme pour les entreprises tunisiennes en améliorant leur performance et leurs capacités à répondre aux exigences d’un marché international de plus en plus concurrentiel, notamment celui de l’UE.

Elle a parlé de résultats très satisfaisants, au niveau de la réaction des entreprises vis-à-vis ce programme lancé depuis quelques mois. Plus de 110 entreprises ont adhéré à PCAM malgré le climat délicat que connaît la Tunisie»

Elle reste optimiste pour la période à venir surtout avec le lancement d’une campagne de communication dans le but d’informer, sensibiliser tous les publics cibles. Les entreprises intéressées par ce programme pourront également consulter l’Agence de Promotionnelle Industrielle (API)

Elle a précisé que le PCAM (2012-2013) vise à doter 300 entreprises d’actions en coaching technique et coaching non technique. Ce programme va fournir l’assistance technique à 40 entreprises pour la mise en place de marquage CE et la mise en place de systèmes de management pour le profit de 400 entreprises.

Ce genre d’initiative ne peut que consolider le positionnement des entreprises à l’échelle nationale et internationale tout en préparant la Tunisie à une éventuelle extension des accords de reconnaissance mutuelle à d’autres secteurs stratégiques en plus des secteurs prioritaires retenus (les secteurs électriques, mécaniques et de produits de construction).

Selon elle, la réussite de PCAM est un gage qui confortera la confiance des bailleurs de fonds internationaux

Wiem Thebti

par -
L’accès de la Tunisie au statut de partenaire privilégié est non seulement une opportunité pour booster le développement économique national et surtout favoriser les échanges commerciaux ...

L’accès de la Tunisie au statut de partenaire privilégié est non seulement une opportunité pour booster le développement économique national et surtout favoriser les échanges commerciaux entre la Tunisie et ses partenaires européens, mais aussi une obligation pour que les PME soient plus compétitives pour mieux faire face à la concurrence internationale.

Avec la signature de ce nouvel accord, les PME tunisiennes ont désormais besoin d’un appui supplémentaire pour relever ce défi et surtout combler les lacunes ayant entravé leur développement.

Actuellement, les différents acteurs sont engagés dans des efforts et des initiatives pour soutenir ces entreprises tout en développant leur compétitivité technique, technologique, managériale, commerciale…

PCAM, pourquoi faire ?

Parmi ces initiatives, on cite le Programme d’Appui à la Compétitivité des entreprises et à la facilitation de l’accès au Marché (PCAM) qui s’inscrit dans le cadre des programmes de renforcement du tissu industriel tunisien, dans la perspective de l’instauration d’une Zone de Libre-Echange avec l’Union Européenne.

C’est dans cadre qu’une conférence de presse a eu lieu ce jeudi 22 novembre au siège de l’API pour présenter l’objectif de ce programme.

C’est un programme d’appui au secteur public et privé, conçu pour être en adéquation avec les attentes et les besoins des entreprises tunisiennes, dans un contexte économique national international difficile. Une conjoncture qui nécessite l’invention d’une nouvelle approche, basée essentiellement sur l’implication du secteur privé et la promotion des PME, pour mieux faire face.

Financé par l’Union Européenne, avec un budget de 23 millions d’euros, PCAM s’attache à améliorer les performances des entreprises tunisiennes tout en répondant à leurs besoins actuels et futurs, avec efficacité.

Amel Ben Farhat, Responsable Nationale du programme, a mis l’accent sur l’importance de ce mécanisme pour les entreprises tunisiennes en améliorant leur performance et leurs capacités à répondre aux exigences d’un marché international de plus en plus concurrentiel, notamment celui de l’UE.

Elle a parlé de résultats très satisfaisants, au niveau de la réaction des entreprises vis-à-vis ce programme lancé depuis quelques mois. Plus de 110 entreprises ont adhéré à PCAM malgré le climat délicat que connaît la Tunisie»

Elle reste optimiste pour la période à venir surtout avec le lancement d’une campagne de communication dans le but d’informer, sensibiliser tous les publics cibles. Les entreprises intéressées par ce programme pourront également consulter l’Agence de Promotionnelle Industrielle (API)

Elle a précisé que le PCAM (2012-2013) vise à doter 300 entreprises d’actions en coaching technique et coaching non technique. Ce programme va fournir l’assistance technique à 40 entreprises pour la mise en place de marquage CE et la mise en place de systèmes de management pour le profit de 400 entreprises.

Ce genre d’initiative ne peut que consolider le positionnement des entreprises à l’échelle nationale et internationale tout en préparant la Tunisie à une éventuelle extension des accords de reconnaissance mutuelle à d’autres secteurs stratégiques en plus des secteurs prioritaires retenus (les secteurs électriques, mécaniques et de produits de construction).

Selon elle, la réussite de PCAM est un gage qui confortera la confiance des bailleurs de fonds internationaux

Wiem Thebti

par -
Selon les données communiquées par  la direction du centre technique de l’emballage et du conditionnement

Selon les données communiquées par la direction du centre technique de l’emballage et du conditionnement, plusieurs programmes d’appui à l’entreprise ont été mis à la disposition des entreprises afin de les aider à créer et à accroître leur capacité d’innovation et leurs capacités technique, commerciale, technologique et managériale.

Le centre technique de l’emballage et du conditionnement assure le démarchage afin de promouvoir ces différents programmes et incite les entreprises industrielles à y adhérer et à bénéficier des avantages mis à leur disposition.

Parmi ces programmes, la prime d’investissement pour la recherche et le développement qui concerne les entreprises opérant dans les secteurs de l’industrie, l’agriculture et la pêche et les services d’ingénierie informatiques, d’études, de santé et d’environnement ainsi que les établissements et entreprises publics et privés.

Ce programme fournit une subvention qui offre aux bénéficiaires l’accès à la veille technologique et à l’innovation. C’est un outil d’appui aux projets de recherche dans toutes leurs phases, de l’étude jusqu’à la réalisation.

Les primes accordées représentent 50% du coût total des études avec un plafond de la prime fixé à 25000 dinars et sont de l’ordre de 50% du coût des réalisations des expériences et des essais techniques et de l’acquisition d’équipements scientifiques avec un plafond de la prime fixé à 100 000 dinars.

Il y a aussi un programme d’appui à la compétitivité des entreprises et à la facilitation de l’accès au marché.

Ce programme a pour objectif l’amélioration de l’accès au marché international, à travers l’amélioration de la capacité des entreprises tunisiennes à répondre aux exigences réglementaires et normatives, le renforcement des moyens d’intervention des organismes et des structures d’évaluation de la conformité.

Dotées d’un budget de 23 millions d’euros dont 2.56 millions d’euros pour les unités d’appui, les actions du programme s’articulent autour de deux axes d’interventions.

Le premier porte sur l’appui aux entreprises à travers les activités s’adressant aux entreprises industrielles en continuité des programmes nationaux de la qualité et du coaching engagés dans le cadre du PMI.

Le second, c’est l’appui à l’infrastructure qualité qui consiste à mener des actions visant à renforcer l’infrastructure qualité, et ce dans l’objectif de conclure un accord de reconnaissance mutuelle avec l’Union européenne.

Cet appui à l’infrastructure qualité portera sur la fourniture d’équipements identifiés comme prioritaires pour les centres techniques et les laboratoires concernés ainsi que le matériel nécessaire pour l’activité de surveillance du marché d’une part, l’assistance technique et la formation aux bénéficiaires des équipements, la réalisation d’études et d’appui analytiques et d’information pour la facilitation du commerce de produits industriels et de services tunisiens, d’autre part.

Force est de constater que l’efficacité d’une structure d’appui à l’entreprise peut être évaluée non seulement sur la base des résultats en termes d’entreprises créées ou en nombre d’emplois générés, mais aussi en se rapprochant du terrain d’intervention de la structure d’appui pour analyser les moyens et les outils mobilisés durant toutes les phases du processus de création.

Du fait que la création et le développement d’entreprises innovantes sont devenus, désormais, un enjeu majeur afin de garantir à des pays, notamment ceux qui sont en phase de développement, leur croissance économique, leur niveau de vie et leurs emplois qualifiés, la recherche de l’efficacité des différentes structures d’appui à la création de ce type d’entreprises est devenue une priorité tant pour ces structures que pour les acteurs qui ont contribué à leur mise en place.

N.B.T

par -
Le souci majeur du gouvernement actuel ainsi que des différents acteurs économiques tunisiens est de consolider les programmes visant  l’amélioration de la compétitivité des entreprises industrielles tunisiennes et de services liés à l’industrie tout en facilitant leur accès au marché ...

Le souci majeur du gouvernement actuel ainsi que des différents acteurs économiques tunisiens est de consolider les programmes visant l’amélioration de la compétitivité des entreprises industrielles tunisiennes et de services liés à l’industrie tout en facilitant leur accès au marché international, notamment l’Union européenne… Que dire alors de certains programmes, en l’occurrence le Programme d’appui à la compétitivité des entreprises et à la facilitation de l’accès au marché (PCAM), qui a pour objectif d’améliorer la capacité des entreprises tunisiennes à répondre aux exigences réglementaires et normatives du marché tout en renforçant les moyens d’intervention des organismes et des structures d’évaluation de la conformité couvrant les produits mécaniques, électriques,de construction et de l’agroalimentaire. ?

Hisser le niveau de la compétitivité nationale et passer à un nouveau palier de développement industriel et technologique figurent, en effet, parmi les défis majeurs de la nouvelle Tunisie qui passe par une par une période de transition cruciale.

« Nous devons réaliser un taux de croissance conséquent qui garantisse l’attractivité des investisseurs étrangers et renforce la mise en confiance pour une meilleure connaissance des potentiels de développement qu’offre la Tunisie », estime Ahmed Zakaria, le chef cabinet du ministère de l’Industrie et du Commerce lors de son intervention à la journée de « Mise en relation PCAM/ Entreprises » tenue, ce mercredi, au siège de l’UTICA. Selon lui, ceci nécessite d’être de plus en plus compétitif afin de faire face à la concurrence réelle des pays de l’Asie et de percer dans des nouveaux marchés. C’est la raison pour laquelle le PCAM voit sa justification et son utilité amplifiées par les effets de la conjoncture mondiale de 2012.

Ce programme mobilisant 23 millions d’Euros, contribuera à la concrétisation des objectifs nationaux en matière de développement des exportations et de l’assise technologique de l’industrie tunisienne. Afin d’atteindre ces objectifs, le PCAM poursuivra la mise en œuvre des actions d’assistance technique engagées dans le cadre des deux programmes nationaux de la promotion de la qualité et de coaching.

En effet, les perspectives du programme national de la qualité (PNQ) avec l’appui du PCAM, tournent autour 400 entreprises tout en développant des nouvelles compétences. Intervenant à ce sujet, Amel Ben Farhat, responsable à l’unité de gestion du PNQ, précise le rôle stratégique de la promotion de la qualité et de la productivité dans le secteur de l’industrie. Des efforts louables ont été fournis en la matière. Selon les chiffres disponibles, le nombre d’entreprises certifiées a évolué de 5, en 1995, à 1930, en 2011, soit de presque 40 fois. Le secteur industriel enregistre un total de1060 entreprises certifiées. Le secteur des TIC se prévaut de 79 entreprises certifiées alors que le secteur des services affiche 793 entreprises certifiées.

De son coté, Taher Bellassouad, responsable du Programme de mise à niveau, a souligné l’importance des investissements immatériels dans la mise à niveau des entreprises, afin d’améliorer le positionnement compétitif des entreprises et de leur capacité d’adaptation. Il a rappelé que l’investissement immatériel ne concerne pas le capital technique mais aussi le savoir-faire. Ce genre d’investissement favorise la compétitivité hors prix ainsi que la mutation du système productif. Il est à noter que les investissements immatériels dans le cadre du programme de mise à niveau, ont évolué pour atteindre 72,6 MD en 2011 contre 43,8 MD en 2007.

Un enjeu de taille pour la contribution de ce PCAM, qui ambitionne de se positionner en tant que centre industriel euro-méditerranéen innovant et compétitif.

Son intervention sera basé essentiellement sur l’assistance de 400 entreprises industrielles dans la mise en place de systèmes de management de la qualité en vue de l’obtention d’une certification selon les normes et référentiels internationaux dans divers domaines et notamment les moins connus (l’OHSAS 18001, l’ISO TS 16949, l’ISO 9100, le CMMI, l’SA 8000, etc.).

S’y ajoutent l’accompagnement de 40 entreprises industrielles pour les aider à obtenir le marquage « CE » pour au moins un de leurs produits, et enfin, le Coaching technique et non technique de 300 entreprises industrielles, notamment sur des thèmes innovants et à haute valeur ajoutée technologique.

Wiem Thebti

par -
Le souci majeur du gouvernement actuel ainsi que des différents acteurs économiques tunisiens est de consolider les programmes visant  l’amélioration de la compétitivité des entreprises industrielles tunisiennes et de services liés à l’industrie tout en facilitant leur accès au marché ...

Le souci majeur du gouvernement actuel ainsi que des différents acteurs économiques tunisiens est de consolider les programmes visant l’amélioration de la compétitivité des entreprises industrielles tunisiennes et de services liés à l’industrie tout en facilitant leur accès au marché international, notamment l’Union européenne… Que dire alors de certains programmes, en l’occurrence le Programme d’appui à la compétitivité des entreprises et à la facilitation de l’accès au marché (PCAM), qui a pour objectif d’améliorer la capacité des entreprises tunisiennes à répondre aux exigences réglementaires et normatives du marché tout en renforçant les moyens d’intervention des organismes et des structures d’évaluation de la conformité couvrant les produits mécaniques, électriques,de construction et de l’agroalimentaire. ?

Hisser le niveau de la compétitivité nationale et passer à un nouveau palier de développement industriel et technologique figurent, en effet, parmi les défis majeurs de la nouvelle Tunisie qui passe par une par une période de transition cruciale.

« Nous devons réaliser un taux de croissance conséquent qui garantisse l’attractivité des investisseurs étrangers et renforce la mise en confiance pour une meilleure connaissance des potentiels de développement qu’offre la Tunisie », estime Ahmed Zakaria, le chef cabinet du ministère de l’Industrie et du Commerce lors de son intervention à la journée de « Mise en relation PCAM/ Entreprises » tenue, ce mercredi, au siège de l’UTICA. Selon lui, ceci nécessite d’être de plus en plus compétitif afin de faire face à la concurrence réelle des pays de l’Asie et de percer dans des nouveaux marchés. C’est la raison pour laquelle le PCAM voit sa justification et son utilité amplifiées par les effets de la conjoncture mondiale de 2012.

Ce programme mobilisant 23 millions d’Euros, contribuera à la concrétisation des objectifs nationaux en matière de développement des exportations et de l’assise technologique de l’industrie tunisienne. Afin d’atteindre ces objectifs, le PCAM poursuivra la mise en œuvre des actions d’assistance technique engagées dans le cadre des deux programmes nationaux de la promotion de la qualité et de coaching.

En effet, les perspectives du programme national de la qualité (PNQ) avec l’appui du PCAM, tournent autour 400 entreprises tout en développant des nouvelles compétences. Intervenant à ce sujet, Amel Ben Farhat, responsable à l’unité de gestion du PNQ, précise le rôle stratégique de la promotion de la qualité et de la productivité dans le secteur de l’industrie. Des efforts louables ont été fournis en la matière. Selon les chiffres disponibles, le nombre d’entreprises certifiées a évolué de 5, en 1995, à 1930, en 2011, soit de presque 40 fois. Le secteur industriel enregistre un total de1060 entreprises certifiées. Le secteur des TIC se prévaut de 79 entreprises certifiées alors que le secteur des services affiche 793 entreprises certifiées.

De son coté, Taher Bellassouad, responsable du Programme de mise à niveau, a souligné l’importance des investissements immatériels dans la mise à niveau des entreprises, afin d’améliorer le positionnement compétitif des entreprises et de leur capacité d’adaptation. Il a rappelé que l’investissement immatériel ne concerne pas le capital technique mais aussi le savoir-faire. Ce genre d’investissement favorise la compétitivité hors prix ainsi que la mutation du système productif. Il est à noter que les investissements immatériels dans le cadre du programme de mise à niveau, ont évolué pour atteindre 72,6 MD en 2011 contre 43,8 MD en 2007.

Un enjeu de taille pour la contribution de ce PCAM, qui ambitionne de se positionner en tant que centre industriel euro-méditerranéen innovant et compétitif.

Son intervention sera basé essentiellement sur l’assistance de 400 entreprises industrielles dans la mise en place de systèmes de management de la qualité en vue de l’obtention d’une certification selon les normes et référentiels internationaux dans divers domaines et notamment les moins connus (l’OHSAS 18001, l’ISO TS 16949, l’ISO 9100, le CMMI, l’SA 8000, etc.).

S’y ajoutent l’accompagnement de 40 entreprises industrielles pour les aider à obtenir le marquage « CE » pour au moins un de leurs produits, et enfin, le Coaching technique et non technique de 300 entreprises industrielles, notamment sur des thèmes innovants et à haute valeur ajoutée technologique.

Wiem Thebti

par -
Prenant le relais du PMI (Programme de modernisation industrielle)

Prenant le relais du PMI (Programme de modernisation industrielle), le Programme d’appui à la compétitivité des entreprises et à la facilitation de l’accès au marché (PCAM) a été exposé dans ses grandes lignes, lors  d’une conférence de presse tenue, vendredi, au siège de l’agence de promotion de l’Industrie et de l’Innovation (API).
L’amélioration de la compétitivité industrielle des entreprises tunisiennes et la facilitation de l’accès de leurs produits au marché international sont les éléments-clés de ce programme financé par l’Union européenne, à Tunis, à hauteur de 23 millions d’euros.
Le PCAM  ambitionne d’améliorer l’environnement des entreprises et contribuer, par conséquent, au développement de l’infrastructure qualité des laboratoires d’essais et des organismes d’évaluation qui  valident la conformité des produits des entreprises aux exigences de leurs marchés et de leurs clients. Environ 10 millions d’euros seront consacrés au développement de l’infrastructure et du coaching.

« L’objectif est de permettre aux PME tunisiennes de mieux intégrer les nouvelles technologies et pénétrer les marchés étrangers », a indiqué Hamdi Guezguez, responsable national auprès du PCAM. Selon lui, il s’agit, en premier lieu, de développer l’infrastructure qualité en permettant aux organismes nationaux d’accréditation et d’évaluation la conclusion avec leurs homologues étrangers, nationaux et internationaux, d’accords de reconnaissance mutuelle en matière de conformité.
Ce programme aura notamment pour objet de mettre en place des laboratoires permettant de compléter la gamme des essais nécessaires à l’application des directives européens, telles que celles relatives à la basse tension, à la comptabilité électromagnétique et aux produits destinés à la construction. Un autre axe d’intervention concerne l’appui aux entreprises  industrielles et de services liés à l’industrie.
Le programme  vise à assister 400 entreprises dans la mise en place de référentiels de management de qualité et 40 entreprises pour apposer le marquage « CE » sur leurs produits. Environ 300 entreprises seront aussi assistées pour mettre en œuvre des actions de coaching. Le coaching est considéré, en effet, comme un facteur et un outil déterminant pour la compétitivité de l’entreprise.  

L’approche préconisée par le PCAM repose  sur la sensibilisation à la mise en œuvre de ses interventions fondées sur un partenariat solide avec les structures professionnelles et les institutions d’appui. Cette approche vient en application des enseignements tirés de la réalisation des autres programmes d’appui aux PME. Par le biais de la PCAM, trois contrats avec trois centrales d’expertises, à savoir, « Euro Consultants », « Idom »et « Veritas » ont été déjà signés. Pour ce qui est de l’appui à l’infrastructure qualité, le PCAM a attribué 2 marchés pour équiper 2 laboratoires de comptabilité électromagnétique, le premier au profit du CETIME et le second pour le compte du CERT. Pour le reste, les dossiers d’appels d’offre  sont à un stade avancé. Ils seront lancés avant la fin du mois d’avril prochain.

D’une manière plus générale, seront concernées par ce programme, toutes les entreprises industrielles ou services liés à l’industrie exerçant une activité au moins depuis un an et ayant une situation financière saine.Néanmoins, pour atteindre les objectifs escomptés, le PCAM procédera à un certain nombre d’actions sectorielles de sensibilisation destinées aux entreprises industrielles et de services liés à l’industrie et portant essentiellement sur l’amélioration de la gestion de l’entreprise et sur la nécessité de gérer  les contraintes et de mettre en œuvre les modalités de la mise en application de la nouvelle réglementation en matière de conformité des produits industriels.

Ces actions ont été décidées en partenariat avec les centres techniques sectoriels, l’UPGO, l’API Task-force, INNOV, et les structures de l’UTICA. Elles seront lancées  dans les principales régions abritant des activités et des pôles industriels gans le Grand Tunis, Bizerte, Nabeul, SFAX ainsi que plusieurs autres régions. 

Par ailleurs, une autre manifestation sera ouverte au public le 21 mars prochain au siège de l’UTICA. Environ 500 invités seront présents. La dernière manifestation organisée en novembre 2010 avait réuni environ 500 participants.

Khadija Taboubi

par -
Prenant le relais du PMI (Programme de modernisation industrielle)

Prenant le relais du PMI (Programme de modernisation industrielle), le Programme d’appui à la compétitivité des entreprises et à la facilitation de l’accès au marché (PCAM) a été exposé dans ses grandes lignes, lors  d’une conférence de presse tenue, vendredi, au siège de l’agence de promotion de l’Industrie et de l’Innovation (API).
L’amélioration de la compétitivité industrielle des entreprises tunisiennes et la facilitation de l’accès de leurs produits au marché international sont les éléments-clés de ce programme financé par l’Union européenne, à Tunis, à hauteur de 23 millions d’euros.
Le PCAM  ambitionne d’améliorer l’environnement des entreprises et contribuer, par conséquent, au développement de l’infrastructure qualité des laboratoires d’essais et des organismes d’évaluation qui  valident la conformité des produits des entreprises aux exigences de leurs marchés et de leurs clients. Environ 10 millions d’euros seront consacrés au développement de l’infrastructure et du coaching.

« L’objectif est de permettre aux PME tunisiennes de mieux intégrer les nouvelles technologies et pénétrer les marchés étrangers », a indiqué Hamdi Guezguez, responsable national auprès du PCAM. Selon lui, il s’agit, en premier lieu, de développer l’infrastructure qualité en permettant aux organismes nationaux d’accréditation et d’évaluation la conclusion avec leurs homologues étrangers, nationaux et internationaux, d’accords de reconnaissance mutuelle en matière de conformité.
Ce programme aura notamment pour objet de mettre en place des laboratoires permettant de compléter la gamme des essais nécessaires à l’application des directives européens, telles que celles relatives à la basse tension, à la comptabilité électromagnétique et aux produits destinés à la construction. Un autre axe d’intervention concerne l’appui aux entreprises  industrielles et de services liés à l’industrie.
Le programme  vise à assister 400 entreprises dans la mise en place de référentiels de management de qualité et 40 entreprises pour apposer le marquage « CE » sur leurs produits. Environ 300 entreprises seront aussi assistées pour mettre en œuvre des actions de coaching. Le coaching est considéré, en effet, comme un facteur et un outil déterminant pour la compétitivité de l’entreprise.  

L’approche préconisée par le PCAM repose  sur la sensibilisation à la mise en œuvre de ses interventions fondées sur un partenariat solide avec les structures professionnelles et les institutions d’appui. Cette approche vient en application des enseignements tirés de la réalisation des autres programmes d’appui aux PME. Par le biais de la PCAM, trois contrats avec trois centrales d’expertises, à savoir, « Euro Consultants », « Idom »et « Veritas » ont été déjà signés. Pour ce qui est de l’appui à l’infrastructure qualité, le PCAM a attribué 2 marchés pour équiper 2 laboratoires de comptabilité électromagnétique, le premier au profit du CETIME et le second pour le compte du CERT. Pour le reste, les dossiers d’appels d’offre  sont à un stade avancé. Ils seront lancés avant la fin du mois d’avril prochain.

D’une manière plus générale, seront concernées par ce programme, toutes les entreprises industrielles ou services liés à l’industrie exerçant une activité au moins depuis un an et ayant une situation financière saine.Néanmoins, pour atteindre les objectifs escomptés, le PCAM procédera à un certain nombre d’actions sectorielles de sensibilisation destinées aux entreprises industrielles et de services liés à l’industrie et portant essentiellement sur l’amélioration de la gestion de l’entreprise et sur la nécessité de gérer  les contraintes et de mettre en œuvre les modalités de la mise en application de la nouvelle réglementation en matière de conformité des produits industriels.

Ces actions ont été décidées en partenariat avec les centres techniques sectoriels, l’UPGO, l’API Task-force, INNOV, et les structures de l’UTICA. Elles seront lancées  dans les principales régions abritant des activités et des pôles industriels gans le Grand Tunis, Bizerte, Nabeul, SFAX ainsi que plusieurs autres régions. 

Par ailleurs, une autre manifestation sera ouverte au public le 21 mars prochain au siège de l’UTICA. Environ 500 invités seront présents. La dernière manifestation organisée en novembre 2010 avait réuni environ 500 participants.

Khadija Taboubi

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

Au Maroc la lutte contre la corruption est dans toutes les têtes, notamment dans celles des autorités, comme du reste en Tunisie en ce...

SPORT