Tags Posts tagged with "Tunisie, Poulina,"

Tunisie, Poulina,

par -
Malgré une hausse de ses revenus de 21% à l'issue du troisième trimestre de 2013

Malgré une hausse de ses revenus de 21% à l’issue du troisième trimestre de 2013, le cours de l’action de la Poulina Group Holding n’en finit pas de plonger et s’échange ce lundi à 5,40 DT l’action, soit son plus bas niveau jamais atteint depuis février 2009, rapporte le site El Boursa.com.

Au total, le titre du groupe opérant dans divers domaines tels que l’aviculture, l’agroalimentaire, l’industrie, la céramique, l’emballage et l’immobilier, cumule une performance de plus de -18 %, depuis le début de l’année et de -42%, sur les 3 dernières années.

par -
« En dépit d’une année 2011 difficile

« En dépit d’une année 2011 difficile, le groupe Poulina a pu, en 2012, renouer avec les chiffres de l’année 2010, voire réaliser des chiffres légèrement meilleurs », a déclaré Abdelwaheb Ben Ayed, président de Poulina Group Holding, lors de la communication financière du groupe, tenue, ce jeudi, 27 mai 2013, à l’IACE. Et d’expliquer que le groupe s’est trouvé, depuis l’année 2011, face à plusieurs problèmes exogènes dont principalement la Révolution en Tunisie, la guerre en Libye, la législation en Algérie et la grippe aviaire, soulignant, cependant, que le groupe a pu dépasser ces difficultés et avoir une année 2012 largement meilleure qu’en 2010. En termes de chiffres, Les revenus du groupe en 2012 ont progressé de 15% par rapport à 2011 grâce à l’évolution de 15% des ventes à l’export et l’augmentation de 15 % du chiffre d’affaires sur le marché local. L’EBITDA du groupe a affiché une hausse de 20% par rapport à 2011 et un léger décalage de 4% par rapport aux prévisions qui est dû essentiellement à un retard de démarrage de quelques nouveaux investissements.

Au sujet des performances par métier du groupe en 2012, toutes les branches d’activités ont connu une augmentation en termes de revenus par rapport à 2011. Les métiers de l’intégration avicole ont évolué de 2%, tandis que ceux des produits de grande consommation de 27%. Les revenus du commerce et services ont également augmenté de 13%, la transformation d’acier de 11%, les bois et biens d’équipement de 3%, les matériaux de construction de 10%, l’emballage de 5%. Les revenus du métier de l’immobilier demeurent constants par rapport à l’année 2011.

Pour l’année 2013, les chiffres de PGH témoignent, également, une augmentation de 8% de ses revenus, durant le premier trimestre, et ce par rapport à la même période de l’année 2012. Le fait marquant, durant ce trimestre, est la confirmation de la reprise de l’activité matériaux de construction (+11%), constaté, depuis la fin de l’année 2012. L’évolution de 15% des ventes local est due principalement à l’évolution des métiers de l’intégration avicole (+17%), des bois et biens d’équipement (+13%) et produits de grandes consommations (+14%).

Concernant les investissements, malgré toutes les difficultés rencontrées par le groupe, PGH a relativement bien résisté et continue à investir, depuis 2011, en s’orientant vers les investissements dans le secteur des services, à haute valeur ajoutée, sans pour autant renoncer à son implication dans l’industrie.

PGH a entrepris ces investissements notamment à travers le développement des activités financières et de ses réseaux de distribution aussi bien dans la l’agroalimentaire que le cosmétique. Il s’agit également de développer des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) ainsi que des services à haute valeur ajoutée et l’offshoring.

En effet, depuis son introduction en bourse, PGH a investi 767 MDT sur les années 2008-2012, ce qui représente un fort potentiel de développement de ses activités pour les années à venir. En 2012, l’investissement global du groupe a atteint 213 MDT dont 95 MDT destinés à des immobilisations financières (principalement l’acquisition de la société ENNAKL en partenariat avec le groupe AMEN) et 118 MDT des investissements en immobilisations corporelles.

Il ya lieu d’indiquer, dans ce cadre, que le groupe a repris ses activités en Libye depuis le mois de janvier dernier. PGH a vu également l’entrée en exploitation de ses unités, et ce malgré l’instabilité que connaît ce pays. Les revenus des sociétés du groupe dans ce pays au 31/05/2013 s’élèvent à 10 MDT et viennent de confirmer le choix stratégique de PGH, en multipliant ses investissements en Libye, qui s’explique par la forte rentabilité de ces derniers. Au sujet de la valeur de l’indemnisation octroyé de la Libye, Ben Ayed n’a pas souhaité communiquer, expliquant que des contrats ont été signés, mais le groupe ne communiquera sur les chiffres que lorsque les sommes seront déboursées dans le compte de PGH.

Ben Ayed a affirmé, en outre, qu’il a recouru à des négociations avec le groupe One tech ainsi qu’avec d’autres opérateurs pour la création de son premier data center.

Enfin , s’agissant du business plan du groupe sur les trois prochaines années, les revenus du groupe estimés en 2013 atteindront 1504 MDT soit une évolution de 12% par rapport à ce qu’a été réalisé en 2012. Ces prévisions sont soutenues par l’entrée en exploitation des nouveaux investissements.

Khadija Taboubi

par -
Globalement PGH a enregistré

Globalement PGH a enregistré, durant ce 3ème trimestre 2012, une réduction des revenus de 3%, par rapport au 3ème trimestre 2011, annonce le Groupe qui attribue cette différence à la baisse des ventes à l’export de 14% en raison des ventes exceptionnelles réalisées l’année dernière à destination du marché libyen, ainsi qu’à celle des ventes sur le marché local pour les métiers Transformation d’acier ; matériaux de construction et emballage.

S’agissant des engagements bancaires, il est enregistré une importante diminution de l’ordre de 9% par rapport à la fin de l’année 2011 soit moins 37,4 millions de dinars.

Pr métier, les revenus de l’aviculture ont connu une régression de 5% par rapport au 3ème trimestre 2011. Cette régression est expliquée principalement par la régression de vente des produits avicoles suite à la diminution de production de cheptel.

S’agissant de l’agroalimentaire, malgré une évolution de 6% des ventes sur le marché local, cette activité demeure stable comparée au 3ème trimestre 2011, du fait de la baisse des ventes à l’export de 13%.

Concernant la transformation d’acier, les revenus de ce trimestre ont connu une régression de 6% par rapport au 3ème trimestre 2011. Cette régression est expliquée principalement par la baisse des cours d’acier dont les prix d’achat se répercutent, immédiatement sur les prix de ventes.

La baisse des ventes locales de 20% expliquée par l’effet prix.

Pour les vente à l’export on ‘a enregistré une évolution de 10% suite à l’augmentation des ventes des produits tubulaire et des bouteilles à gaz.

Pour ce qui est de l’emballage, les revenus de ce métier ont diminué de 8% par rapport au 3ème trimestre 2011. Cette diminution est due principalement à :

• La régression des ventes sur le marché local de 6%.

• La régression des ventes export de 18%.

• Faits saillants en 2012 :

o L’entrée en exploitation de la nouvelle usine de carton ondulé de JBEL ELOUST,

o Lancement de réalisation d’une nouvelle usine de carton ondulé à Monastir.

Les revenus des matériaux de construction ont régressé de 16% par rapport au 3ème trimestre 2011.

La diminution des vente export de 41% et des ventes locales de 9% expliquée principalement par la perturbation de la production et la réalisation des nouveaux investissement et changement du process de broyage pour les usines de céramique et l’usine de briqueterie.

En revanche, les revenus de ce trimestre au titre du commerce&services ont augmenté de18% par rapport au 3ème trimestre 2011, suite à la forte hausse des ventes locales de 22%.

Enfin, pour le bois &biens d’équipement, les revenus ont régressé de 18% par rapport au 3ème trimestre 2011, Cette régression est expliquée par la diminution des ventes de l’activité bois

par -
Nous apprenons

Nous apprenons, de sources officielles, que le groupe Poulina s’apprête à lancer une nouvelle chaîne de distribution de produits cosmétiques sous l’appellation de «Kiss» ou baiser. Le groupe, multisectoriel et très diversifié, sera ainsi le concurrent du tunisien «Fatales». Le groupe vise cependant, et il en a les moyens, une renommée semblable à Sephora. Mieux encore, le groupe Poulina n’exclut pas la création de sa propre ligne de produits cosmétiques Kiss.

par -
«Un ensemble de projets sera créé

«Un ensemble de projets sera créé, prochainement, dans les différentes régions du pays, moyennant un investissement d’environ 300 millions de dinars », a annoncé, mercredi 22 août 2012, Abdelwaheb Ben Ayed, président de Poulina Holding qui s’exprimait, à l’issue d’une rencontre avec le chef du gouvernement provisoire, Hamadi Jbali, au palais du gouvernement à La Kasbah. Ben Ayed a précisé que ces projets permettront de créer plusieurs milliers de postes d’emploi directs et indirects.

Il s’agit, a-t-il précisé de la création, à Tunis, d’un Data Center ainsi que du lancement d’un projet de fabrication de glace, d’un projet de produits laitiers (gouvernorat de Kairouan) et d’un projet de céramique (Gouvernorat de Kef).

par -
124 millions de dinars seront engagés par le groupe en matière d’investissement

124 millions de dinars seront engagés par le groupe en matière d’investissement au titre de l’année 2012. Pour l’année 2013, PGH (Poulina Holding Group) table sur des investissements de l’ordre de 137 millions de dinars. C’est ce qu’on apprend, lors de sa communication financière tenue ce jeudi 7 juin 2012 et qui a porté sur les réalisations du groupe sur l’exercice 2011 ainsi que sur les perspectives.

Dans une déclaration à Africanmanager, Abdelwahab Ben Ayed, a indiqué que le groupe investira également dans de nouvelles activités dont principalement la cosmétique et les nouvelles technologies à travers le lancement d’un Data Center avec un cout estimé à environ 40 millions de dinars. Le chantier va commencer d’ici 4 mois.

 

Le fondateur de PGH, nous apprend aussi que deux projets prévus d’être installés en Libye seront déplacés vers la Tunisie et le Maroc, cela d’autant que les usines n’y étaient pas encore installées. Le premier projet qui va être déplacé en Tunisie concerne les panneaux-sandwich. Tandis que celui qui va être déplacé au Maroc porte sur la création d’une usine de carton ondulé.

Pour l’Algérie, Ben Ayed a déclaré qu’il n’y aura pas de nouveaux investissements prévus. Selon lui, le marché algérien est un bon marché mais il y a beaucoup de changements continus. «C’est trop fatiguant du point de vue des législations. C’est un pays qui devient difficile pour l’investissement», a expliqué A. Ben Ayed.

Pour le Sénégal, Poulina a confirmé son intention d’entamer des investissements dans ce pays à travers un petit projet concernant la location d’une usine de margarine. L’objectif est de satisfaire la demande de ce produit sur le marché africain qui importe 60% de ses besoins en margarine de la Tunisie. Le démarrage effectif de ce projet serait dans 3 mois.

Evoquant le projet de Poulina pour les Fibres de verre, un projet qui devait être réalisé avec l’entreprise américaine Platinium, le fondateur du groupe a indiqué que ce projet a été arrêté malgré les études qui ont été faites durant les années 2009 et 2010, «La Révolution a arrêté toutes les autorisations et nos partenaires américains ont préféré vendre cette entreprise à des investisseurs indiens », a indiqué à Africanmanager, Abdelwaheb Ben Ayed en soulignant que le groupe a déjà commencé à travailler sur ce partenariat qui a été interrompu par la suite. «Maintenant nous attendons la décision des investisseurs indiens, le groupe Binani », a expliqué Ben Ayed. Les Indiens attendent que la situation économique en Tunisie se stabilise davantage et que l’environnement économique soit encourageant. Le projet de fibres de verre devrait permettre la création de 5 milles emploi. « Dommage que le projet n’a pas abouti. Mais ca ne dépend pas de nous, mais plutôt du propriétaire indien ».

Concernant les réalisations du groupe durant l’exercice 2011, la société a indiqué que le bon comportement des activités avicoles et agroalimentaires a permis de contrecarrer les régressions au niveau des autres métiers du groupe ainsi que l’arrêt de l’activité en Libye. Toutefois, la rentabilité du groupe s’est dégradée en 2011 en raison de la hausse du prix des matières premières et de la hausse des salaires, accompagnée par une baisse de productivité sous l’effet des grèves.

Pour l’année 2012, le groupe ambitionne de consolider la croissance de son chiffre d’affaires et ce à travers la reprise de la demande sur le marché local. Le groupe compte également se rattraper au niveau de l’EBITDA grâce à une meilleure productivité au niveau des sociétés.

L’intégration avicole demeure l’activité prépondérante chez PGH en raison de son ancienneté historique et de son degré d’intégration en amont et en aval. Cette activité représente 44% du chiffre d’affaires réalisé par le groupe en 2011, suivi par les produits de grande consommation (20%), les commerces et services (12%), les matériaux de construction et l’acier (9%) et l’Emballage et les bois et biens d’équipement (6%). Quant à l’activité immobilière, elle reste encore marginale au niveau du groupe avec une contribution de seulement 1% du chiffre d’affaires consolidé.

Khadija Taboubi

par -
Les revenus des entreprises de transformation d’acier du groupe Poulina

Les revenus des entreprises de transformation d’acier du groupe Poulina, pour ce trimestre 2012, ont connu une progression de 43% par rapport au 1er trimestre 2011. Cette progression est expliquée principalement par l’évolution des ventes export de 55%.

Les revenus du métier de l’emballage ont augmenté de 62% par rapport au 1er trimestre 2011. Cette augmentation est due principalement à l’augmentation des ventes sur le marché local de 43% du fait de l’entrée en exploitation de la nouvelle usine de carton ondulé de Jbel Eloust, les bonnes performances des activités emballage souple et l’augmentation des ventes export de 56%.

Dans les matériaux de construction, Les revenus de ce métier ont augmenté de 32% par rapport au 1er trimestre 2011. Cette augmentation est due principalement à l’amélioration des ventes locales.

Les revenus de ses entreprises de travaux publics ont diminué de 99% par rapport à 2011 et ce en raison de l’arrêt total des réalisations des projets en LIBYE. Cette activité a enregistré uniquement le démarrage de l’exploitation d’une partie de l’activité concassage à partir du mois février 2012.

Alors que les revenus des activités en bien d’équipement ont augmenté de 42% par rapport au 1er trimestre 2011, Cette hausse est expliquée par la reprise de l’activité électroménager et l’entrée en exploitation de la nouvelle usine de production et de transformation des articles en plastique qui a atteint sa niveau de production escompté.

par -
Durant ce 1er trimestre 2012

Durant ce 1er trimestre 2012, le groupe Poulina (PGH) affiche une importante augmentation de ses revenus de 34%, par rapport au 1er trimestre 2011. Cette augmentation a été réalisée grâce à une importante reprise des ventes à l’export de 97%.

S’agissant des engagements bancaires, il est enregistré une tout aussi importante diminution de l’ordre de 16.2% par rapport à la fin de l’année 2011 soit moins 69 millions de dinars.

Dans le détail, les revenus de l’aviculture ont connu une croissance de 20% par rapport au 1er trimestre 2011. Contrairement à la fin de l’année 2011, il est signalé un renversement de la tendance, à la hausse, des cours des matières premières (maïs et soja) dont les prix de vente se répercutent, en partie, immédiatement sur les prix de ventes.

L’activité agroalimentaire, elle, a enregistré une importante progression de 86% par rapport au 1er trimestre 2011, profitant de l’importante augmentation de la vente du lait, de la hausse des revenus de l’activité huiles végétales et margarine, de l’entrée en production de la nouvelle usine de fabrication de mayonnaise, suite à la hausse des prix des matières premières et de l’augmentation des ventes à l’export de 103% pour toutes les activités (huile, margarine, mayonnaise, produit laitier et confiserie).

Pour ce qui est de transformation d’acier, les revenus de ce trimestre ont connu une progression de 43% par rapport au 1er trimestre 2011. Cette progression est expliquée principalement par l’évolution des ventes export de 55%.

Sur le volet de l’emballage, les revenus ont augmenté de 62% par rapport au 1er trimestre 2011. Cette augmentation est due principalement à l’augmentation des ventes sur le marché local de 43% du fait de l’entrée en exploitation de la nouvelle usine de carton ondulé de JBEL ELOUST, des bonnes performances des activités emballage souple et de l’augmentation des ventes export de 56%.

Concernant les matériaux de construction, les revenus ont augmenté de 32% par rapport au 1er trimestre 2011. Cette augmentation est due principalement à l’amélioration des ventes locales.

Au chapitre du commerce&services, les revenus de ce 1er trimestre ont augmenté de 38% par rapport au 1er trimestre 2011, suite à la forte reprise des ventes export qui ont connue une hausse de 1243% et l’exportation des équipements sur le marché algérien.

Travaux publics : les revenus ont diminué de 99% par rapport à 2011 et ce en raison de l’arrêt total des réalisations des projets en LIBYE. Cette activité a enregistré uniquement le démarrage de l’exploitation d’une partie de l’activité concassage à partir du mois février 2012.

Enfin , pour ce qui est du bois&équipement, les revenus ont augmenté de 42% par rapport au 1er trimestre 2011, Cette hausse est expliquée par la reprise de l’activité électroménager, et l’entrée en exploitation de la nouvelle usine de production et de transformation des articles en plastique qui a atteint son niveau de production escompté.

par -
Faits et éléments saillants de l’exercice 2011 : Avec un CA supérieur à 1 milliard de dinars

• Faits et éléments saillants de l’exercice 2011 :

Avec un CA supérieur à 1 milliard de dinars, PGH affiche le plus gros chiffre d’affaires parmi les sociétés cotées en bourse. Le groupe couvre une dizaine de métiers mais l’essentiel de son activité (environ 40%) reste lié à l’aviculture, son segment traditionnel. Une prépondérance qui s’explique par l’ancienneté historique de cette branche mais également par son degré d’intégration en amont et en aval.

          La branche avicole demeure la colonne vertébrale de PGH

PGH allie aussi bien des activités défensives qu’offensives. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, ce n’est pas cette diversification qui a permis au CA de résister en 2011 (+7%) mais plutôt l’augmentation des prix de vente, appliquée sur la plupart des métiers, afin de répercuter partiellement la hausse des cours des matières premières. Si l’on souhaite approfondir l’analyse du CA, il faudrait examiner aussi bien la croissance des différents segments que leur poids respectif dans l’activité du groupe. A cet exercice, les véritables moteurs de 2011 ont été les branches, avicole (effet prix) et les biens de grande consommation (export).

Malgré son exposition sur la Libye, l’activité emballage s’est bien comportée en 2011 affichant une croissance de 5%. Cette hausse s’explique par le démarrage de deux nouvelles usines au courant de l’année (carton et papier). Un tel évènement nous amène à pointer du doigt une importante carence dans les publications de PGH. En effet, dans la mesure où le périmètre du groupe varie continuellement avec le démarrage de nouveaux projets, la comparaison du CA d’année en année devient biaisée. Pour une lecture plus pure, le groupe devrait penser à préciser dorénavant l’évolution de ses chiffres sur la base d’un ‘périmètre constant’; une orthodoxie financière couramment pratiquée dans les standards internationaux.

          Le changement de périmètre d’année en année biaise l’analyse du CA du groupe.

Au niveau des baisses, deux activités ont été fortement impactées par la situation en Libye : le commerce (baisse des ventes d’équipements sur le marché libyen) mais surtout l’activité de travaux publics qui n’a fonctionné que pendant 1 mois et demi sur l’année (engendrant selon nos estimations un manque à gagner de 6% de croissance dans le CA consolidé!).

          Baisse de la rentabilité malgré la résistance du chiffre d’affaires

Malgré la résistance du CA (+7%), PGH subira une chute de 14% de son EBITDA en raison de l’association de plusieurs facteurs défavorables :

• Hausse des cours des principales matières premières : mais, soja, acier, huile…Certes,
PGH a augmenté ses prix de vente pour répercuter le renchérissement de tous ces intrants mais la hausse des tarifs n’a pas été suffisante, entraînant une dégradation de la marge brute.

• Détérioration de la productivité suite aux nombreuses grèves couplées à des augmentations salariales.

• L’arrêt des activités juteuses en Libye. Là encore, nous pensons à l’activité très rentable de BTP qui a généré selon nos estimations un gap d’EBITDA de 20MDt et qui aurait pu amortir à seulement 3% la baisse du Résultat Brut d’exploitation du groupe (au lieu de 14%) !

          La marge d’EBITDA chute à 13.5% en 2011, son plus bas niveau depuis 5 ans.

Le manque à gagner suite à l’arrêt de l’activité en Libye aurait pu être plus lourd si les projets étaient à un stade de maturité plus avancé. En effet, sur les 9 filiales (1) existantes en Libye, 5 sont en cours de démarrage; elles ne contribuent donc pas encore pleinement dans la rentabilité du groupe.

          Une chute du quart des résultats est attendue pour 2011

Si l’EBITDA devrait baisser de 14% en 2011, le résultat net affichera une chute encore plus douloureuse selon nos estimations (-25% à 57MDt). Deux éléments principaux sont à l’origine de ce décalage :

• La charge d’amortissement : Depuis sa mise sur le marché, PGH a investi plus de 500MDt, soit l’équivalent de 125MDt/an (une force de frappe qui la classe d’ailleurs comme le plus gros investisseur sur la bourse de Tunis). En conséquence de ces efforts de développement, la charge d’amortissement éponge aujourd’hui plus du 1/3 de l’EBITDA.

• Les frais financiers : le groupe a mobilisé d’importantes dettes sur les dernières années pour répondre à ses besoins d’investissement et d’exploitation (son BFR). Le gearing de PGH dépasse depuis deux ans le seuil de 100%. Le management devrait profiter du bon niveau du cours actuel pour procéder à une augmentation de capital sur le marché surtout s’il envisage de poursuivre ses efforts d’investissement sur les années à venir.

          Procéder à une levée de fonds sur le marché vu le niveau de cours actuel

• Prévisions 2012 et perspectives d’avenir :

De manière générale, établir des prévisions pour PGH est un exercice délicat et extrêmement complexe en raison de la diversité des activités du groupe, du démarrage régulier de nouveaux projets, de la politique d’investissement opportuniste et imprédictible et de l’exposition du groupe à la volatilité des matières premières. La démarche sera encore plus rude pour 2012 en raison des facteurs exogènes liés à la conjoncture économique en Tunisie et à la stabilisation de la Libye.

          2012 devrait être une année de rattrapage

Cependant, ce dont on peut être sûr c’est que 2012 ne pourrait être pire que l’année qui vient de s’écouler. Nous y voyons une année de ‘récupération’, PGH devrait quasiment retrouver sa capacité bénéficiaire d’avant crise (EBITDA de 185MDt et bénéfice net part du groupe aux alentours de 75MDt). A plus long terme, nous demeurons confiants sur l’avenir du groupe qui a toujours fait preuve de savoir faire en matière de lancement et de réussite de nouvelles activités.

Tous les projets engagés ces dernières années n’ont pas encore atteint leur rythme de croisière et devraient être les garants d’une croissance future pour le groupe (ex: usine de papier, briqueteries en Tunisie et en Libye, PVC en Libye, carreaux extrudés….).

          PGH peu profiter de la reconstruction de la Libye

Enfin, l’exposition de PGH en Libye sur des activités liées au secteur du BTP ne peut être qu’un élément rassurant sur l’avenir du groupe.

Avec la fin du conflit en Libye, où tout sera à reconstruire, PGH devrait être parmi les groupes tunisiens les mieux placés pour participer à la reconstruction du pays et profiter du boom attendu dans le secteur de la construction.

par -
Face aux difficultés que connaissent nos concitoyens du nord-ouest

Face aux difficultés que connaissent nos concitoyens du nord-ouest, touchés par les conditions climatiques difficiles, suivi par une vague exceptionnelle de froid et de neige, qui a frappé cette région, Poulina Group Holding, a participé à l’élan de solidarité qu’a connu la Tunisie et a contribué activement à cet effort national en portant secours aux familles sinistrées, et ce en participant à plusieurs caravanes d’aides humanitaires destinées aux populations des zones sinistrées.

Et c’est dans ce cadre et à travers la contribution de ses filiales SELJA , JADIDA et de son personnel, que Poulina Group Holding a pris part à plusieurs convois humanitaires, avec des camions chargés de denrées alimentaires (lait , margarine, huiles végétales et jus).

Par cette action de solidarité amplement saluée par les sinistrés, Poulina Group Holding confirme encore une fois son rôle d’entreprise citoyenne au coté des tunisiens dans leurs moments les plus difficiles.

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux