Tags Posts tagged with "Tunisie, Santé,"

Tunisie, Santé,

par -
0
Lors de la réunion périodique

Lors de la réunion périodique, organisée mardi 9 octobre 2012 par la cellule de communication de la présidence du gouvernement, Mohamed Meftah, chargé de mission auprès du ministère de la Santé a lancé, un véritable cri d’alarme face à l’éventualité d’un déséquilibre financier et un déficit au niveau des offres en matière des services de santé.

Il a révélé que les dettes du ministère sont de l’ordre de 400 millions de dinars, dont plus de 100 millions de dinars au passif des hôpitaux régionaux et 285 millions de dinars de la pharmacie centrale.

« La dette des établissements de santé publique envers les institutions nationales a atteint 103 millions 736 mille dinars en 2010, par rapport à 94 millions 485 mille dinars en 2011, et ce après le remboursement d’une partie de la dette de la pharmacie centrale.

La dette des établissements hospitaliers régionaux est estimée à 5 millions 940 mille dinars. Pour les hôpitaux locaux, la dette est de 7millions de dinars et 915 mille dinars, 572 millions de dinars pour les unités de la santé de base et 171 millions pour les centres spécialisés. Rappelons que les dettes la pharmacie centrale sont élevées à 285 millions de dinars.

Force est de remarquer que la détérioration de la situation actuelle des établissements sanitaire est expliquée, par les importantes dépenses sociales, estimées, en 2011, à 7 millions de dinars et 205 mille dinars, a indiqué le responsable.

S’agissant des affaires de corruption, il a pointé du doigt la mauvaise gestion dont se sont rendus responsables d’ex-responsables administratifs opérant dans le secteur. « A titre d’exemple, nous avons découvert dans un établissement de santé à Tunis, que le nombre des heures de travail perdus en 2010, s’est élevé à 15 mille 514 jours. ».

Il a par, la suite, déclaré qu’environ 12 dossiers de corruption ont été récemment transmis à la justice. De même, une cellule spécialisée pour détecter les dépassements et les infractions enregistrés dans le secteur de la santé a été créée.

Sur un autre volet, il a précisé que 230.000 cartes de soins gratuits ont été distribuées à des citoyens nécessiteux ainsi que 500.000 autres à tarifs réduits.

S’agissant du dialogue national sur la réforme des politiques, des stratégies et des plans nationaux de santé, récemment lancé à Tunis, le responsable a fait savoir que « le dialogue, vise à promouvoir le rendement du système de santé en Tunisie à travers l’ouverture d’un débat entre toutes les parties concernées dans le cadre d’une approche participative afin d’aboutir à l’élaboration de stratégies globales en matière de santé et des plans d’action efficaces visant à répondre aux aspirations des citoyens, tout en tenant compte des potentialités disponibles ».

Il a ajouté que cet événement vise à revoir de façon radicale les choix précédents, à promouvoir les prestations de santé de base ainsi que le secteur privé, appelant toutes les composantes de la société à présenter leurs suggestions pour promouvoir les prestations sanitaires à travers l’ensemble du pays.

Nadia Ben Tamansourt

par -
0
Lors de la réunion périodique

Lors de la réunion périodique, organisée mardi 9 octobre 2012 par la cellule de communication de la présidence du gouvernement, Mohamed Meftah, chargé de mission auprès du ministère de la Santé a lancé, un véritable cri d’alarme face à l’éventualité d’un déséquilibre financier et un déficit au niveau des offres en matière des services de santé.

Il a révélé que les dettes du ministère sont de l’ordre de 400 millions de dinars, dont plus de 100 millions de dinars au passif des hôpitaux régionaux et 285 millions de dinars de la pharmacie centrale.

« La dette des établissements de santé publique envers les institutions nationales a atteint 103 millions 736 mille dinars en 2010, par rapport à 94 millions 485 mille dinars en 2011, et ce après le remboursement d’une partie de la dette de la pharmacie centrale.

La dette des établissements hospitaliers régionaux est estimée à 5 millions 940 mille dinars. Pour les hôpitaux locaux, la dette est de 7millions de dinars et 915 mille dinars, 572 millions de dinars pour les unités de la santé de base et 171 millions pour les centres spécialisés. Rappelons que les dettes la pharmacie centrale sont élevées à 285 millions de dinars.

Force est de remarquer que la détérioration de la situation actuelle des établissements sanitaire est expliquée, par les importantes dépenses sociales, estimées, en 2011, à 7 millions de dinars et 205 mille dinars, a indiqué le responsable.

S’agissant des affaires de corruption, il a pointé du doigt la mauvaise gestion dont se sont rendus responsables d’ex-responsables administratifs opérant dans le secteur. « A titre d’exemple, nous avons découvert dans un établissement de santé à Tunis, que le nombre des heures de travail perdus en 2010, s’est élevé à 15 mille 514 jours. ».

Il a par, la suite, déclaré qu’environ 12 dossiers de corruption ont été récemment transmis à la justice. De même, une cellule spécialisée pour détecter les dépassements et les infractions enregistrés dans le secteur de la santé a été créée.

Sur un autre volet, il a précisé que 230.000 cartes de soins gratuits ont été distribuées à des citoyens nécessiteux ainsi que 500.000 autres à tarifs réduits.

S’agissant du dialogue national sur la réforme des politiques, des stratégies et des plans nationaux de santé, récemment lancé à Tunis, le responsable a fait savoir que « le dialogue, vise à promouvoir le rendement du système de santé en Tunisie à travers l’ouverture d’un débat entre toutes les parties concernées dans le cadre d’une approche participative afin d’aboutir à l’élaboration de stratégies globales en matière de santé et des plans d’action efficaces visant à répondre aux aspirations des citoyens, tout en tenant compte des potentialités disponibles ».

Il a ajouté que cet événement vise à revoir de façon radicale les choix précédents, à promouvoir les prestations de santé de base ainsi que le secteur privé, appelant toutes les composantes de la société à présenter leurs suggestions pour promouvoir les prestations sanitaires à travers l’ensemble du pays.

Nadia Ben Tamansourt

par -
0
Les agents de la santé publique organisent

Les agents de la santé publique organisent, vendredi, un sit-in de deux heures, dans toutes les régions, a affirmé le secrétaire général de la Fédération générale de la santé, Kacem Afia.

S’exprimant, jeudi, lors d’un point de presse, tenu au siège de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), Afia a souligné que ce mouvement a pour objectif d’attirer l’attention des responsables à l’importance de «réhabiliter le professionnel de la santé et d’engager de sérieuses négociations sur ses revendications».

Ce sit-in est observé en signe de protestation contre la non application, par le ministère, des accords signés et l’insatisfaction des demandes relatives à la révision du statut, au dossier des promotions et à la rénovation de l’infrastructure.

Afia a évoqué les conditions de travail dans les établissements de santé qui manquent d’équipements, de médicaments et de ressources humaines, outre les agressions répétées dont sont victimes les corps médical et paramédical.

Le syndicaliste a souligné l’attachement aux revendications des professionnels du secteur. Il a, toutefois, assuré que pour l’intérêt du citoyen, un service minimum sera assuré, notamment, dans les urgences.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

0
Selon les données publiées par l’agence APS, l’Algérie parviendra à atteindre une autosuffisance dans le domaine de la sidérurgie à l’horizon 2018 notamment en...