Tags Posts tagged with "Tunisie Télécom,"

Tunisie Télécom,

par -
0

Dans un communiqué, publié en décembre dernier par l’instance de régulation du secteur des télécommunications, l’INT (Instance Nationale des Télécommunications) indique que «suite aux pratiques illégales commises par Tunisie Télécom, qui consistent à déranger ses abonnés par d’incessants SMS les incitant à participer à des jeux et concours organisés avec ses partenaires, le Président de l’Instance Nationale des Télécommunications a adressé le 16 décembre 2016, conformément au premier paragraphe de l’article 74 du code des télécommunications, une mise en demeure à cet opérateur lui ordonnant de mettre fin à ces pratiques et de respecter ses engagements mentionnés dans l’article 6 du décret n°3026 du 15 septembre 2008 régissant les conditions générales d’exploitation des réseaux publics des télécommunications et des réseaux d’accès, qui stipule que l’opérateur ne doit traiter les données indiquant le numéro ou le poste de l’abonné qu’aux seules fins de facturation et l’article 7 du cahier des charges fixant les conditions et les procédures de fourniture des services des télécommunications de contenu et les services interactifs de télécommunications qui prévoit que les opérateurs des réseaux publics des télécommunications ne peuvent fournir les SMS+ que dans le cadre de l’exercice de leurs activités ».

par -
0

Le rapport de synthèse de l’Observatoire de l’Instance Nationale des Télécommunications (INT) a jeté un éclairage sur la santé du secteur des télécommunications en 2015. D’après le document, le chiffre d’affaires global du secteur a enregistré +33 millions de dinars (MD) au cours de l’année 2015, soit un bond en avant de 1,3%.

L’Observatoire de l’INT explique cette embellie par les recettes du marché de gros, 37 MD, soit une évolution de 6,2%, alors que les revenus du marché de détail ont légèrement fondu, -4 MD.

Pourtant dans le détail, seul le chiffre d’affaires total d’Orange Tunisie parmi les trois ORPT (opérateur des réseaux publics des télécommunications) a enregistré une poussée des recettes en 2015. Le chiffre d’affaires est monté à 121 MD, soit un taux de croissance de 31,4%, pour s’établir à 507 MD. Par contre Ooredoo Tunisie et Tunisie Télécom font grise mine, avec des revenus en repli, respectivement, de 46 MD à 968 MD (-4,6%) et de 43 MD à 1.075 MD (-3,8%).

En termes de parts de marché, l’opérateur historique (Tunisie Télécom) garde son statut de numéro 1, avec 41.1%, talonné par Ooredoo Tunisie avec 37%. Orange Tunisie s’est bonifié en 2015 avec ses 4,5 points de plus, mais reste encore loin derrière avec une part de 19,4%, indique l’analyse de l’Observatoire de l’INT.

par -
0

Comme il a été déjà annoncé, l’opérateur téléphonique tunisien, Tunisie Télécom, a obtenu un prêt de 100 millions d’euros de la BEI (Banque Européenne d’investissement). C’était alors l’une des premières conventions signées avec l’institution financière européenne, venue en Tunisie annoncer le renforcement de son aide à la Tunisie dans le cadre du forum d’investissement «Tunisia 2020». Ce prêt, dont TT est la 1ère à bénéficier en dehors de l’Europe, fait partie du mécanisme des grands projets du fonds InnovFin.

Le prêt est destiné à un important projet d’infrastructure pour tout le pays. Il s’agit du programme national haut débit (HD), à travers le déploiement de 2.000 kilomètres de fibres optiques, notamment dans les régions intérieures de la Tunisie et la mise en place de 1.500 sites de relais pour la 4G. C’est à ce titre que TT a choisi trois partenaires technologiques de renom. En plus du finlandais Nokia et de l’américain Adtran, qui sont déjà associés aux essais de cette technologie, il y aura aussi le chinois Huawei

par -
0

Dans une récente déclaration sur une radio privée tunisienne, le ministre des Technologies et de l’Economie numérique, Anouar Maârouf, a déclaré que le partenaire de Tunisie Télécom, où il détient 35 %, Emirates International Télécommunications (EIT), a décidé de vendre sa part. A Africanmanager, nous apprenons que l’opérateur Emirati aurait pour ce faire reçu l’aval du gouvernement tunisien pour engager des négociations directes avec le fonds d’investissement «Abraaj Group», avec des actifs de milliards USD. Si l’information se vérifiait, cela pourrait être une bonne chose pour TT, en ce sens que la vente à un fonds d’investissement rendrait plus fluide la gestion de l’entreprise. Une telle vente ne serait pourtant d’aucun apport technologique pour l’opérateur, le nouvel actionnaire n’étant pas un partenaire technique stratégique. Wait & See !

 

par -
0

La Banque européenne d’investissement (BEI) vient de signer avec la compagnie nationale de télécommunication, Tunisie Telecom, un contrat de financement de 100 millions d’euros pour soutenir le développement de ses réseaux. C’est lors d’une rencontre qui a eu lieu ce lundi 28 novembre 2016 au siège de TT que le contrat en question a été signé. L’accord a été paraphé par le président de la BEI, Werner Hoyer et M. Nizar Bouguila, PDG de Tunisie Telecom, en la présence de l’ambassadeur de la Suède en Tunisie, des représentants de la BEI et de la Banque centrale de Tunisie (BCT)

La signature s’est faite en marge de la participation de la BEI à la Conférence internationale d’appui au développement économique, social et durable de la Tunisie , « Tunisia 2020 », qui démarrera demain mardi 29 novembre 2016 à Tunis.

TT prévoit d’utiliser le financement de la BEI pour le développement des réseaux très haut débit fixe et mobile, par la mise en place de 1500 sites sur l’ensemble du pays, ainsi que le déploiement de 2000 Km de fibre optique. Ces montants seront alloués également à la modernisation du réseau dont le réseau national de transport par la mise en place de liaisons 100 Gbps et 400 Gps ainsi que le réseau métropolitain de collecte par la mise en place pour la première fois de la technologie WDM, permettant de faire face à l’augmentation de la demande de capacité des réseaux très haut débit.

Lors de la signature, le président de la BEI a déclaré que le financement de ce projet porté par TT entre dans le cadre du programme Cadre InnovFin, programme réservé aux Etats membres de l’UE et aux pays associés (dont la Tunisie, seul pays associé du continent africain). Ce financement est le premier du genre effectué hors Union européenne. La Tunisie, au travers de TT, fait preuve d’exemple pour toute la région et bien au-dèla, en matière de réactivité et de dynamisme.

Il a en outre réaffirmé l’engagement de la BEI à poursuivre son soutien : « Nous soutenons le tournant amorcé par ce groupe ces derniers mois quant à son image et à son dynamisme, et renforcerons davantage la concurrence dans le secteur des tics en Tunisie pour un meilleur accès à Internet sur l’ensemble du territoire tunisien, en particulier dans les régions intérieures ».

Quant à lui, le PDG de TT a indiqué que sa compagnie s’est réjouie de cet accord : « Nous sommes très fiers d’établir ce partenariat avec la BEI et nous considérons ce financement comme un gage de confiance dans les compétences techniques et financières de TT », a-t-il dit.

Et Nizar Bouguila de rajouter que ce crédit accordé par le BEI est très avantageux, avec des conditions de financement très étudiées et adaptées aux projets d’infrastructure.

par -
0

Le ministre des Technologies et de l’économie numérique Anouar Maârouf  a déclaré que le partenaire émirat « Emirates International Télécommunications (EIT) a décidé de vendre sa part dans Tunisie Télécom.

Lors de son intervention, ce lundi  28 novembre 2016, sur Express fm, il a précisé que plusieurs entreprises ont montré leur intérêt à remplacer les émirats et que les différentes propositions vont être étudiées lors de la conférence sur l’investissement.

Il a ajouté que plusieurs projets vont être proposés lors de la conférence internationale « Tunisia 2020 »,  essentiellement le projet « Smart Grid » qui participerait à améliorer la situation énergétique de la Tunisie.

par -
0

Nous apprenons, de source sûre, que la Sicar de Tunisie Télécom, «Diva Sicar », aura très bientôt un nouveau Directeur Général. En effet, après le départ à la retraite de la dynamique Mme Aicha Ennaifer et le court passage à la tête de cette Sicar de Hamed Ben Rabeh, TT s’en est allée débaucher chez une filale de la banque marocaine, de droit tunisien, Attijari. Diva devrait ainsi être confiée à Heythem Mehouachi, jusque-là DG d’Attijari Intermédiation.

par -
0

Désignation, le 25 octobre de cette année, de l’organisme indépendant qui sera chargé d’auditer les états de synthèse dégagés par la comptabilité Analytique des trois opérateurs de réseaux publics de télécommunications (Tunisie Télécom, Ooredoo Tunisie et Orange Tunisie) au titre des exercices 2013, 2014 et 2015. Il s’agit, selon un communiqué de l’INT (Instance Nationale des Télécommunications), de la société américaine Crowe HORWATH-Progressus Corporation. Coût de cette opération d’audit, à laquelle ne semble avoir été associé aucun cabinet tunisien, 397.905 DT. Sur son site, on peut lire que «le réseau Crowe Horwath se compose de plus de 200 entreprises indépendantes de services de comptabilité et de conseil dans plus de 130 pays à travers le monde».

par -
0

Tunisie Telecom (TT), l’opérateur de services télécom  pour les solutions résidentielles et commerciales à haut débit en Tunisie, a conclu avec succès une série de tests en laboratoire et sur le terrain de la technologie G.fast avec la société ADTRAN,  l’un des fournisseurs leaders mondiaux de solutions de réseaux de prochaine génération.

Constituant une partie essentielle de la vision et de la stratégie de TT sur la voie de la  numérisation, ces tests étayent  l’engagement de l’opérateur historique tunisien à la modernisation de son réseau et  au développement de  son portefeuille de services afin de tenir les premières loges par rapport à  ses concurrents alors que les exigences des clients ne cessent d’évoluer. Les essais  concluants ont permis de fournir des services ultrarapides atteignant 800 Mbits / s   sur une distance d’environ 100 mètres sur l’infrastructure de cuivre existante, se déclinant dans la pleine intégration IP par  l’automatisation du réseau NFV / SDN.

Valoriser l’infrastructure TT

« Le résultat de ces tests  a été extrêmement positif  dans l’expérimentation des voies  possibles de notre développement futur pour l’accès au haut débit. Il démontre  comment une technologie telle que G.fast peut être utilisée pour booster  la valeur de notre infrastructure existante tout en répondant à la  demande en accroissement  en bande passante, ce qui est synonyme d’une agilité accrue  et de réduction des délais de déploiement », a déclaré  Nizar Bouguila, PDG de Tunisie Telecom.

« Tunisie Telecom demeure engagée à fournir d’abordables services à large bande à haut débit  sur une vaste échelle  et ces essais représentent une première dès lors que nous avons adopté une approche DevOps pour le déploiement de nouveaux services. Nos experts réseau ont travaillé efficacement avec l’équipe d’ADTRAN pour construire, tester et livrer les résultats de l’essai.

« Un autre facteur clé a été d’offrir une qualité de service pour la différenciation du trafic client, confirmant que G.fast nous permettrait de répondre aux besoins de nos clients d’affaires, ainsi que l’expansion de notre empreinte dans le marché B2B. »

Les nombreux tests G.fast menés avec  ADTRAN  l’ont été pour coïncider avec la période la plus chaude de l’année, où les températures extérieures à l’air libre  dans la capitale, Tunis, dépassent régulièrement les 40 degrés centigrades et les 50° à l’intérieur des armoires et des points de distribution. Les essais ont également  porté sur la capacité de pointe d’alimentation « reverse-power »  des séries ADTRAN 500G de distribution G.fast ( DPUs) qui ont été mises  sous surveillance particulière, car ceci permet le déploiement rapide des services ultra-large bande dans les locaux où  l’ alimentation en énergie électrique est incertaine.

L’emporter sur la concurrence

« Le choix par Tunisie Telecom de la technologie G.fast en tant qu’élément clé de sa vision globale d’accès  l’habilitera  à  faire face à de nouveaux défis concurrentiels et  à opérer un changement par étape dans  la performance à large bande réclamé par les abonnés où qu’ils se trouvent », a déclaré Ronan Kelly, directeur de la technologie pour la région EMEA et APAC à ADTRAN. «Nous espérons développer notre collaboration fructueuse avec TT pour  fournir  les offres de services à grande vitesse les plus avancées et différenciées dont l’opérateur a besoin pour l’emporter sur les  opérateurs mobiles et les nouveaux arrivants sur le marché. »

Il est à noter que la société  ADTRAN, Inc. est un fournisseur mondial d’équipements de réseau et de communications de premier plan. Ses produits permettent des communications voix, données, vidéo et Internet à travers une grande panoplie  d’infrastructures de réseau. Les solutions ADTRAN sont actuellement utilisées par les fournisseurs de services, des entreprises privées, des organismes gouvernementaux, et des millions d’utilisateurs individuels dans le monde entier.

par -
0

Tunisie Télécom a annoncé lundi avoir mené avec succès, des tests live de la solution « G. Fast », une technologie du fournisseur leader de solutions réseau de nouvelle génération ADTRAN, qui combine l’infrastructure filaire (cuivre) existante pour offrir les mêmes performances que la fibre à moindre coût car elle évite les frais d’installation de la fibre entre le point de distribution et le domicile d’un particulier ou d’une entreprise. Cette technologie va offrir de futurs services entreprise ultra-rapides et aidera à s’intégrer au nouveau réseau SDN/NFV (Software-defined network (SDN) et la virtualisation des fonctions réseau (NFV), selon un communiqué de TT.
Ces tests ont permis, selon la même source, d’expérimenter avec succès l’implémentation de services ultra-rapides ayant atteint plus de 800 Mbits/seconde à une distance d’à peu près une centaine de mètres sur une infrastructure cuivre existante, et ce, en sus de l’intégration de la solution en tout-IP (Internet Protocole) avec un réseau automatisé SDN/NFV.
D’après TT, ces testes démontrent que la solution G.fast de ADTRAN peut aider à satisfaire une plus grande demande en bande passante avec une meilleure agilité et un temps de déploiement plus court.

par -
0

Tunisie Telecom et l’Ordre des Ingénieurs Tunisiens (OIT) viennent de signer ce jeudi 29 septembre une convention de partenariat triennale.

Grâce à cette convention, les adhérents de l’OIT vont bénéficier de plusieurs avantages et de facilités d’accès aux nouvelles technologies de l’information et de la communication.

La cérémonie de signature a été présidée par le PDG de Tunisie Telecom, M. Nizar Bouguila et M. Oussama Kheriji, président de l’OIT, en présence des responsables des deux partenaires.

M. Kheriji a précisé, à cette occasion que « L’OIT se réjouit de cette collaboration avec l’opérateur national des télécommunications, et mise sur ses grandes compétences pour bénéficier des meilleures offres disponibles sur le marché afin d’améliorer la collaboration entre ses différents comités sectoriels et régionaux et  réussir davantage  sa mission  ».

De son côté M. Bouguila a déclaré «Nous sommes heureux aujourd’hui de ce partenariat scellé avec l’OIT afin d’aider l’ingénieur à jouer pleinement son rôle primordial dans le développement de l’économie nationale. On réitère à cette occasion l’engagement de Tunisie Telecom, l’entreprise citoyenne, à répondre comme il se doit aux exigences de la société civile ».

par -
0
La Tunisie a enregistré

Tunisie Telecom et Assurances COMAR ont procédé, vendredi 26 août 2016, à la signature d’une convention triennale de partenariat, indique un communiqué.

La cérémonie de signature, organisée au siège de Tunisie Telecom, a été présidée par Nizar Bouguila, PDG de Tunisie Telecom et Hakim Ben Yedder, directeur général de la COMAR, en présence de plusieurs responsables des deux entreprises.

En vertu de ce contrat, Tunisie Telecom, qui se positionne aujourd’hui comme un partenaire technologique des grands comptes, fera bénéficier Assurances COMAR d’une offre couvrant une large gamme de services à forte valeur ajoutée touchant notamment les segments du fixe, mobile et DATA, permettant d’améliorer la coopération entre collaborateurs et d’optimiser le budget de communication.

A travers ce partenariat, la COMAR renouvelle sa confiance vis-à-vis de Tunisie Telecom, l’opérateur national offrant la meilleure infrastructure et une expertise très développée en matière de solutions Entreprises. «Je suis fier de notre partenariat avec Tunisie Telecom et toujours optimiste pour l’avenir », a déclaré Hakim Ben Yedder.

Nizar Bouguila s’est dit de son côté très heureux de ce renouvellement de confiance et a confirmé l’engagement de Tunisie Telecom à accompagner Assurances COMAR dans le développement de son activité et à renforcer le partenariat entre les deux entreprises.

par -
0

En application des dispositions du paragraphe premier de l’article 74 du code des Télécommunications, le Président de l’INT a adressé, le 10 août 2016, une mise en demeure à Tunisie Télécom lui ordonnant de se conformer aux dispositions de l’article 2 de la décision du collège de l’Instance Nationale des Télécommunications en date du 30 mars 2016 portant sur la règle de renouvellement des souscriptions aux options et aux services des télécommunications. En effet, l’opérateur TT procède au renouvellement automatique de souscription aux options facebook sans pour autant expliquer aux abonnés d’une façon simple la méthode d’annulation de ces souscriptions.

par -
0

Tunisie Telecom est heureux d’annoncer le succès de l’Offre Publique Volontaire (« l’Offre ») faite par TT ML Limited («l’Initiateur »), sa filiale détenue à 100%, sur les actions de GO p.l.c. (« GO » ou « la Société »). Comme annoncé le 17 août 2016, toutes les conditions de l’Offre, tel qu’indiqué dans le Document de l’Offre daté du 14 juin 2016, ont été satisfaites et le règlement en numéraire ainsi que le transfert requit des actions ont été dûment effectués.

En conséquence, Tunisie Telecom détient désormais, via l’Initiateur, 66,281,050 d’actions ordinaires de GO, équivalent à 65,4% de la totalité du capital de GO en circulation. Les actions de GO restantes sont cotées à la Bourse de Malte, permettant ainsi à GO de conserver une base actionnariale locale forte.

Lors de la finalisation de la transaction, Nizar Bouguila, Président Directeur Général de Tunisie Telecom, a commenté : « Avec la finalisation de la transaction aujourd’hui, GO devient un acteur clé au sein du groupe Tunisie Telecom lui permettant de saisir les opportunités de croissance importantes sur des marchés européens à fort potentiel, Malte et Chypre, et ainsi réaliser ses objectifs stratégiques. Nous sommes confiants que Tunisie Telecom et GO seront plus forts ensemble en tirant profit de nombreuses synergies pour les deux sociétés et en créant de la valeur à long terme pour toutes nos parties prenantes. Je suis heureux de pouvoir collaborer avec l’équipe dirigeante locale de GO pour capitaliser sur nos forces combinées et commencer le déploiement de notre projet de créer une plateforme de télécommunications transméditerranéenne de premier plan, s’étendant de l’Afrique du Nord à Malte, Chypre et la Grèce». La transaction a été initialement annoncée le 23 mai 2016, lorsque GO a déclaré qu’il avait sélectionné Tunisie Telecom en tant que candidat préférentiel final pour l’acquisition des actions de la Société.

par -
0

66 281 050 actions, c’est le nombre de formulaires de souscription réceptionnés à ce jour par Tunisie Telecom (“TT”) dans le cadre de l’offre publique volontaire (« l’Offre ») sur les actions de l’opérateur maltais GO, une opération lancée le 22 juillet 2016, à 17h00. L’annonce a été faite ce jeudi 28 juillet 2016.

Cela représente 65,4% du volume total des actions de GO, ce qui pousse à dire que l’affaire semble très bien engagée pour TT.

L’Offre a été émise le 24 juin 2016, conformément au Chapitre 11 des Règles de Cotation publiées par l’Autorité des Services Financiers de Malte. Elle faisait suite à l’annonce de GO du 23 mai 2016 ayant trait à la sélection de Tunisie Telecom en tant que Candidat Sélectionné pour l’acquisition des actions de la Société.

Les termes de l’Offre stipulent que les actionnaires de GO qui ont décidé d’y souscrire se verront remettre la somme de 2,87€ par action payable à la suite de la clôture de l’opération, laquelle reste sujette à certaines conditions comme indiqué dans la section 6.5 du Document d’Offre daté du 14 juin 2016.

Nizar Bouguila, Président Directeur Général de Tunisie Telecom, a commenté le succès de l’opération : “Nous sommes très satisfaits du résultat de l’Offre et du niveau de souscription. S’il était important d’offrir aux actionnaires minoritaires de GO qui le souhaitaient la possibilité de participer à l’Offre, notre intention a toujours été de conserver une base actionnariale solide et de conserver GO cotée sur la bourse maltaise. Nous sommes convaincus qu’un soutien local fort sera essentiel au succès de la création d’un partenariat transméditerranéen des télécommunications fort au sein duquel GO aura un rôle important. »

par -
0
Imed Daimi

Le député et vice-président du mouvement Tunisie volonté, Imed Daimi, a appelé le ministre des Technologies de l’information et de la communication et de l’Economie numérique, Noômen Fehri, à présenter sa démission.
L’appel du député est intervenu lors de la séance plénière qui se tient actuellement à l’ARP. Daimi n’a pas manqué d’exprimer ses inquiétudes par rapport à la précision du ministre en ce qui concerne l’opération de rachat de l’opérateur téléphonique maltais Go par Tunisie Télécom.
Le député qualifie cette opération de suspecte et risque, selon lui, de porter atteinte à l’économie tunisienne. Des propos qui ont été par la suite balayés par Noômen Fehri, qui a défendu énergiquement cette action servant l’intérêt national, d’après lui.

par -
0

Noômen Fehri, ministre des Technologies de l’information et de la communication et de l’Economie numérique, a assuré qu’il n’y a aucun problème en termes de procédures en ce qui concerne l’opération de rachat de l’opérateur téléphonique maltais GO par Tunisie Télécom
Lors d’une séance plénière qui se tient actuellement au sein de l’ARP, le ministre a précisé qu’une fois les études élaborées par un groupe des compétences tunisiennes, l’opération a été transmise à la Commission d’assainissement et de restructuration des entreprises publiques (Carep), puis à la Commission Supérieure des Marchés (CSM), laquelle a donné son feu vert pour le rachat de l’opérateur maltais.

Noômen Fehri a par ailleurs déclaré que cette opération a couté 200 millions de dinars dont 10% ont été prélevés dans les bénéfices de l’opérateur national. Ce montant sera remboursé sur une période de cinq ans, a encore ajouté le responsable. « L’investissement est en euro et cette opération ne comporte aucun risque pour la Tunisie », a dit le responsable.

Il est à noter que les précisions du ministre viennent à la suite des questions posées par le député Imed Daimi sur l’importance de cette opération, jugée suspecte, sur les procédures tout au long de cette affaire.
D’autre part, le ministre a fait savoir que l’opération de rachat de GO par TT fait partie d’un plan de restructuration de l’opérateur historique.

par -
0

L’opérateur maltais GO a affirmé qu’il a mis en place les mesures nécessaires pour éviter tout conflit d’intérêts dans le projet de rachat de la société par Tunisie Telecom. Cette mise au point intervient en réponse à des articles de presse selon lesquels l’accord est remis en question par les politiciens tunisiens, qui estiment que le rachat de GO constitue un fardeau financier imposé à TT par son actionnaire majoritaire Emirates International Telecommunications, qui contrôle également GO. C’est ce que rapporte ce vendredi 22 juillet le site d’information spécialisé Telecomparer

L’Opérateur maltais a souligné que la sélection de l’offre de TT a été soumise à une procédure de « due diligence » indépendante de multiples offres, faisant état de  mesures «robustes» mises en place pour assurer des négociations sans lien de dépendance avec l’IET. Le débat parlementaire prévu en Tunisie sur la prise de contrôle est « un processus standard du processus démocratique en Tunisie », ajoute-t-il. En outre, TT a confirmé que ses finances sont en bonne santé, avec une « une existante position de trésorerie excédentaire significative», et que l’offre pour GO est financée dans son intégralité.

par -
1

Il y a quelques jours, nous dénoncions «les empêcheurs de tourner en rond», à propos de la campagne menée contre l’opération de rachat d’un opérateur téléphonique maltais par Tunisie Télécom, et qui avait conduit son PDG devant l’une des commissions de l’ARP. L’affaire est désormais, en premier lieu, politique, politicienne et politicieuse (ndlr : mélange de politique et malicieuse). C’est d’abord un parti politique (Ennahdha), qui cherche des poux à un autre (Afek Tounes), en cherchant des liens suspects, conflits d’intérêts entre ce parti et un cabinet d’expertise appartenant à un homme d’affaires d’Afek. Un sens aigu du règlement de compte politicien où tous les moyens et tous les coups sont permis, quitte à retourner un ministre pour revenir sans vergogne sur son accord écrit en faveur de cette opération.

Cela dit et pour aller voir  si le diable ne se logerait pas dans le détail, nous allons voir les détracteurs du PDG de Tunisie Télécom et son ministre de tutelle qui nous remettent un dossier, appelé «Affaire de soumission» de l’offre d’achat de GO par TT.

Les documents contenus sont supposés nous apporter de quoi pourfendre les initiateurs d’une soumission qui a pourtant été faite sur décision écrite et après autorisation de la Carep (Commission d’assainissement et de restructuration des entreprises publiques).

  • TT, une entreprise infiltrée ?

dfx

Dans ce dossier, nous retrouvons pourtant un document, hautement stratégique et normalement «Top secret» pour l’opérateur et qui s’échange librement de main en main. Appelé «Plan stratégique de Tunisie Télécom : TT Transform 2020» et élaboré par un cabinet étranger, ce document fait le diagnostic et l’état des lieux et présente, avec force détails, les perspectives et le plan de déploiement de toute la stratégie. Manifestement, ce document a été fuité de l’intérieur de l’opérateur. Cette grave fuite d’un tel document démontre d’abord le degré d’infiltration de l’opérateur historique, qui est désormais complètement nu devant tout le monde, y compris ses concurrents directs. Cette remarque faite, sur l’infiltration et l’utilisation effrontée d’un tel document pour régler des comptes politiciens au détriment des intérêts d’une entreprise publique, nous portons toutes les critiques de l’ensemble du dossier à la DG de TT. Ses réponses ont été immédiates et mêmes convaincantes à notre sens. Les voici :

  • La vision à l’international était-elle une nouveauté ?

 Ses détracteurs se demandent pourquoi cette envie de s’internationaliser et démentent que cela  fasse partie du plan stratégique, tel qu’il a été fuité. Chez TT, on nous fait noter à ce propos que la vision internationale existait déjà dans le plan stratégique 2013-2017 et que celui de 2020 n’était qu’une mise à jour et une actualisation, et que si l’axe international n’y avait pas été traité, cela ne voulait pas dire qu’il a été délaissé. Cela dit, on nous rappelle aussi que TT avait essayé depuis 2008 de sortir sur le Mali et le Niger et que ces tentatives avaient été avortées par décision politique. C’est dire que la tentation internationale et le besoin d’expansion ne sont pas nouveaux chez TT.

  • TT a-t-elle acheté une coquille vide ?

 Les antis GO pour TT font prévaloir, copie des états financiers de l’opérateur maltais à l’appui, que TT a acheté une coquille vide après que GO a vendu ses actifs. Chez TT, on nous affirme que GO a effectivement vendu une partie de ses actifs immobiliers. De là à dire qu’elle aurait vendu ses actifs, c’est aller trop vite en besogne, dans la mesure où les actifs d’un opérateur sont d’abord son infrastructure, sa licence, ses fréquences, sa base clients et son réseau commercial. «On n’est pas allé à Malte pour acheter de l’immobilier, mais un opérateur téléphonique», nous répond-t-on chez l’opérateur historique.

  • Avec un bilan négatif, TT peut-elle investir pour développer GO ?

 Les détracteurs du PDG de TT et son ministre de tutelle présentent le bilan déficitaire 2015 de l’opérateur (Encore une fuite !) et se demandent si le repreneur de GO sera capable d’honorer ses engagements de le développer. «Oui nous sommes déficitaires», nous répond-t-on à TT, mais en ajoutant : «nous sommes déficitaires seulement sur le plan comptables». En effet, au vu des chiffres qu’on nous présente chez TT, le bilan d’exploitation est plutôt bénéficiaire avec un EBITDA de 453 MDT à fin 2015. «Nous avons cependant dû faire provision pour les départs volontaires, prévus dans le plan de restructuration validé par le Conseil d’administration », ajoute TT.

Chez TT, on soutient aussi que le financement de toute l’opération est passé par un pool bancaire international constitué de 15 banques internationales, chapeauté par le Crédit Suisse et l’ABC et que cela est la meilleure preuve de la capacité de TT à investir et développer GO. «Nous nous sommes engagés, dans les documents de l’offre, à soutenir la politique d’investissement de GO qui est déjà, avec 20 % de son CA (chiffre d’affaire), supérieur à la moyenne du secteur», nous affirme-t-on chez l’opérateur historique. On comprend là que l’investissement se fera à partir du CA de GO et non de TT la tunisienne.

  • GO a-t-elle été surévaluée ?

 Ceux qui tentent de faire, encore une fois, avorter l’expansion de TT et son internalisation par une décision politique comme du temps de l’ancien régime font enfin prévaloir que TT a racheté une entreprise maltaise surévaluée. En réponse, on nous affirme, sereinement tout en tenant à être discret, que «nous avons acquis GO au juste prix». On nous ajoute que cette opération a été réalisée  dans le cadre d’un processus d’appel d’offres international et «sur un marché protégé par une réglementation de la bourse maltaise, qui fait par ailleurs partie de l’association des bourses européennes, qui empêche toute manipulation du cours ou du titre».

Tout cela répondra-t-il aux détracteurs et fermera-t-il définitivement ce dossier ? Nous ne le pensons pas, tant l’affaire est désormais devenue politisée. Il restera à redire que dénuder une entreprise publique pour l’offrir à ses concurrents pour les besoins d’un règlement politique et l’infiltration dont fait l’objet TT sont ce qu’il y a de plus grave dans toute cette affaire.

 

par -
0

Il y a des pays comme la Tunisie, dont l’unique damnation provient de ce qui est supposé être son élite. De plus en plus, cette dernière ou au moins une partie d’entre elle, devient un frein contre toute nouvelle idée qui pourrait changer les choses en Tunisie. Empêtrée depuis 6 ans dans une crise politicienne et une transition sans fin, tout projet économique devient ainsi l’occasion de signifier son opposition au gouvernement et l’occasion d’une nouvelle tentative de le décrédibiliser et de le tomber. Il en est ainsi manifestement du projet de rachat de l’opérateur maltais GO par l’opérateur historique tunisien Tunisie Télécom. Un projet contre lequel un chef d’entreprise proche d’Ennahdha fait campagne, bientôt rejoint par deux autres partis politiques. Les trois essaient depuis quelques semaines de politiser une simple transaction commerciale, en l’amenant dans les commissions du perchoir pour un premier essai de destruction par la diabolisation du ministre porteur de ce projet.

–          Des députés myopes et autistes !

Et pourtant, l’acquisition des parts de GO permettra à Tunisie Telecom de renforcer sa notoriété et de celle de la Tunisie. L’opération permettra à Tunisie Telecom d’accroître son exposition internationale tout en ayant une cible offrant proximité géographique et culturelle, taille convenante, management expérimenté et accès au marché européen. Cet investissement en € participe à la stratégie de Tunisie Telecom dans le secteur TIC dans une société ayant un historique de croissance et de distribution de dividendes dans une monnaie forte. C’est aussi le bénéfice de l’apprentissage organisationnel acquis par la cible (GO étant un vrai « Quad Play »). Le bénéfice aussi des synergies entre GO et Tunisie Telecom, notamment en termes d’achats d’investissements, d’accès à de meilleurs prix de connexion internationale, d’accès à de meilleurs contenus, et de renforcement technologique.

Ce rachat est pourtant un projet TT et qui fait partie intégrante, depuis quelques années, de sa stratégie de développement à l’international. Elle s’y était essayée en Mauritanie et cela marchait bien jusqu’à ce que le partenaire mauritanien devienne un rival politique à l’actuel président du pays. TT pense vendre, mais c’est surtout faute de tout soutien politique qui aurait dû amener BCE à prendre le parti de l’entreprise tunisienne au cours d’un déplacement qu’il pourrait faire auprès de son alter ego mauritanien.

Par ce projet, TT projette de devenir un opérateur majeur dans son environnement naturel le bassin sud-méditerranéen et l’acquisition de GO permet de mettre en œuvre cette stratégie, GO étant une société présente à Malte, à Chypre et en Grèce. L’acquisition de GO permet aussi de capter la majeure partie du trafic avec la Libye, actuellement partagé entre la Tunisie et Malte, et de se positionner quant à la restructuration à venir dans ce pays voisin.

–          «Des chèvres même si elles volaient» ?

Le rachat de GO devient de ce fait une opportunité unique, à la portée, et qui ne se reproduira pas de sitôt. C’est aussi indéniablement un investissement protégé, car à réaliser dans un pays membre de l’Union Européenne et dans une société ayant un historique de croissance et de distribution de dividendes dans une monnaie forte. Tout cela, sans compter le bénéfice des synergies entre GO et TT, notamment en termes d’achats d’investissements, d’accès à de meilleurs prix de connexion internationale, d’accès à de meilleurs contenus, et de renforcement technologique.

 Cette opération de TT que certains essaient de faire tomber dans l’eau au risque du coût de désengagement dans le processus d’un appel d’offres déjà très avancé, est pourtant un signal fort, aussi bien pour les investisseurs étrangers que pour les bailleurs de fonds étrangers.

En effet, que TT arrive à sortir sur le marché pour financer son opération par un crédit syndiqué de 200 millions d’euros, qui n’est même pas garanti par l’Etat mais par les propres actifs de GO et pas de TT, n’est pas un fait anodin en ces temps, justement de crise. Cela veut dire que l’entreprise tunisienne est encore capable d’investir, qu’elle est résiliente comme l’économie du pays et qu’elle est assez solide financièrement pour trouver créditeur.

Il est vrai que le ministre des Finances était contre ce rachat où l’un des protagonistes est le partenaire stratégique de TT. Mais c’est oublier que ce partenaire Emirati avait maintes fois manifesté son désir de sortir de TT et de tout le secteur des TIC. Vendre GO est donc en continuité avec sa stratégie de désengagement. Lors d’une récente conférence de presse, le PDG de TT, Nizar Bouguila, avait apporté tous les éclaircissements possibles sur tout le processus du «Du-deal», fait par le cabinet Deloitte car PWH et KPMG étaient déjà engagés avec d’autres sociétés du groupe maltais. Précision aussi sur la valorisation de GO, faite en interne chez TT avec l’assistance d’une banque d’affaire qui n’est pas suisse comme on le fait dire dans les milieux hostile à toute l’opération.

C’est tout cela qui nous fait penser que tout ce qui se dit par ces milieux hostiles, aux médias et aux députés, n’a pour seul objectif que de dénigrer la réussite d’un opérateur  qui reste debout malgré la forte concurrence et d’essayer de lui couper les ailes en l’empêchant d’accéder à d’autres sources de revenu. Pour ces empêcheurs de tourner en rond, tout est mal même s’il n’en sort que du bien. Des chèvres même si elles volaient en quelque sort. Qui croirait de tels bornés ?

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE