Tags Posts tagged with "Tunisie, textile-habillement,"

Tunisie, textile-habillement,

par -
Avec 2.000 entreprises et 200.000 salariés

Avec 2.000 entreprises et 200.000 salariés, l’industrie du textile-habillement en Tunisie joue un rôle clé dans les équilibres socioéconomiques du pays. Ce secteur se présente comme le premier employeur des industries manufacturières avec une part de 34,8% des emplois et le premier secteur en nombre d’entreprises avec une part de 32,6%. Egalement , il se positionne en seconde place en termes de chiffre d’affaires à l’exportation (4 934 millions de TND et 2 457 millions d’€ en 2012) après les Industries Mécaniques et Electriques.

Malgré son rôle important dans la contribution du développement économique, ce secteur a été fragilisé par la conjoncture économique et politique que vit la Tunisie depuis un bon moment. D’ailleurs, au cours des 10 premiers mois de 2013, les investissements déclarés dans l’industrie estimés à 2 802,7 millions de dinars (MD), ont baissé de 5,8% par rapport à la même période de 2012.

Le secteur affiche une légère amélioration

Selon les dernières données communiquées par le Centre Technique du Textile, au cours du mois d’octobre 2013, la balance commerciale du secteur du textile-habillement a enregistré une légère amélioration, passant de 115,7%, au cours du même mois en 2012, à 116,1%en 2013, soit une hausse de 0,4 point. Cette évolution est expliquée par la croissance des exportations de 7,67 % en TND malgré un recul de ces dernières en euros (2,16%) et en poids (5,71%), relève la même source.

Sur un autre volet, les importations du secteur textile & habilement ont évolué de 7,30% en dinar et baissé de 2,5% en euro et de 0,6 % en poids par rapport au mois d’octobre 2012.

De même, une hausse en valeur et en volume des exportations des vêtements en chaîne et trame a été enregistrée sur le marché de l’Allemagne (11%), l’Espagne (51%), et le Royaume-Uni (40%). En revanche, les vêtements en maille ont reculé en volume sur tous les marchés traditionnels, notamment, l’Italie (63%).

En ce qui concerne la filière textile, les exportations tunisiennes ont enregistré une progression de 5,51% en valeur contre une régression de 5,87% en poids. Cependant, les importations du secteur destinées au marché local (mises à la consommation) sont composées essentiellement de produits textiles en provenance de la Chine, de Turquie et de France.

Malgré la situation précaire que vit le secteur du textile & habillement, depuis le déclenchement des événements de la révolution, ce secteur conserve une place de choix dans l’économie tunisienne .Et la présence étrangère reste très importante dans le secteur Textile Habillement avec 822 entreprises à participation étrangère dont 550 sont à capitaux 100 % étrangers.

N.B.T

par -
Selon la lettre mensuelle du centre technique du textile «CETTEX »

Selon la lettre mensuelle du centre technique du textile «CETTEX », les exportations du secteur du textile-habillement(TH), ont affiché, au cours du mois de juin de cette année, une baisse en valeur de 2,29% par rapport à la même période de l’année dernière, soit 483 millions de dinars (MD).

La balance commerciale du secteur a perdu 4,2 points en juin 2013, passant de 152,1% en juin 2012 à 147,9% au cours du même mois 2013.

En termes d’exportations, le secteur de textile a enregistré une régression de 13,6%, tandis que la filière habillement a connu une baisse de 0,39%. Les importations ont enregistré une quasi stagnation (+0,51%) pour un montant de 327 MD. 

K.T

par -
 « La Tunisie est un fournisseur

« La Tunisie est un fournisseur, grand en Europe, mais reste encore petit sur le marché local », c’est ce qu’a indiqué à Africanmanager, Belhassen Gherab, Président de la Fédération nationale du Textile, Fenatex, en marge d’un atelier d’information tenu, vendredi, 22 juin à l’Utica, pour présenter les réajustements du programme de mise à niveau pour les sociétés du secteur du textile et habillement. Selon lui, le secteur du textile passe par plusieurs difficultés. Ce secteur a aussi du mal à se positionner par rapport aux besoins des consommateurs. En effet, plus de 80% des marchandises sont importées alors que la Tunisie est « considérée par plusieurs pays comme un grand exportateur », a expliqué Belhassen Gherab en soulignant la nécessité de reconstruire cette industrie tout en mettant en place les dispositifs nécessaires pour encourager les industriels à réinvestir dans le marché local. Toutefois, pour remettre les industriels du textile en route, un environnement propice et un climat d’affaires favorable seront plus que nécessaires.

Le président de la Fenatex a appelé également à élargir la palette des partenaires de la Tunisie dans différents pays, comme ceux de l’Europe du Nord et les Etats Unis et à accélérer, entre autres, le processus de la mise en place d’une zone de libre échange entre la Tunisie et les Etats Unis. Il est à rappeler à cet égard, que pour exporter sur ce pays, la Tunisie doit payer une taxe, contrairement au Maroc et à la Turquie qui exportent sans être assujettis à cette imposition. Dans ce cadre, le président du Fenatex a recommandé de se concentrer sur les accords de libre échange afin de profiter des opportunités offertes sur ce premier marché mondial.

Le président de la Fenatex a fait savoir également que le secteur du textile et habillement souffre d’un handicap qui s’appelle approvisionnement en matières premières, soulignant la nécessité pour le secteur de s’inscrire dans un processus de vraie réactivité. Selon lui, des réflexions ont été déjà engagées déjà pour relancer cette industrie. Il a appelé aussi à trouver les solutions et avancer des propositions concrètes. Durant les cinq premiers mois de l’année en cours, les exportations du secteur textile, habillement ont accusé une baisse de 7 à 8% par rapport au mois de mai 2011

Cette journée d’information a été aussi une occasion pour exposer le programme de mise à niveau et les mécanismes de financement proposés aux industriels du secteur.

Dans ce cadre, Tahar Bellassoued, directeur général du bureau de mise à niveau (BMN) a fait savoir qu’il s’agit de garantir un processus plus transparent des règles de gestion du programme parallèlement au programme de la restructuration financière qui vise à garantir l’équilibre financier des entreprises. Le déblocage de la prime de mise à niveau par exemple est soumis à plusieurs règles.

Il s’agit en d’autres termes de motiver les industriels pour qu’ils adhèrent au programme de mise à niveau. Selon Tahar Bellassoued, le nombre des industriels qui ont adhéré à ce programme demeure encore minime. Seulement 84 entreprises du secteur textile et habillement ont adhéré au PMN, contre 208, en 2011, et 233 entreprises, en 2010. Au total, plus que 2000 entreprises ont déjà rejoint ce programme. Plus encore, environ 70 entreprises s’engagent actuellement dans un processus de diagnostic, contre 90 entreprises, en 2011, et 62, en 2010

Pour ce qui est des mécanismes mis en place, le directeur du BMN a rappelé qu’une ligne de crédit de 25 millions de dinars est déjà mise à la disposition des industriels du secteur. Débloquée depuis l’année 2011, cette première ligne de crédit n’a pas pu être utilisée suite aux événements qui ont suivi le 14 janvier. Le directeur du BMN a indiqué également qu’un fonds de placement à risques a été aussi mis en place. Ce fonds va permettre aux entreprises de se doter des moyens en capitaux nécessaires pour équilibrer leur situation financière. L’objectif est de développer leur savoir-faire et leurs compétences pour passer de la sous-traitance à la cotraitance.

Ces mécanismes viendront en appui au développement du secteur du textile et habillement qui occupe « une place de choix dans le tissu industriel en Tunisie » a indiqué Tahar Bellassoued, en appelant à accorder une importance particulière à ce secteur, et ce à travers la restructuration et la multiplication des efforts notamment de tous les partenaires de ce programme.

Khadija Taboubi

par -
Les exportations du secteur du textile-habillement (TH) ont évolué de 7

Les exportations du secteur du textile-habillement (TH) ont évolué de 7,5% en janvier et février 2012, par rapport à la même période de 2011, selon les statistiques publiées par le (Centre de promotion des exportations (CEPEX), dont la valeur est passée de 815,1 MDT au cours des deux mois de l’année précédente à 876,6 MDT en 2012 (même période). Quant aux importations du secteur, elles affichent une hausse de 10,2% pour atteindre 536 MDT au terme des mois de janvier et février 2012. Ce qui donne une balance commerciale excédentaire de 340,6 MDT, soit une augmentation de 3,6% par rapport à 2011.

Cependant, le taux de couverture des importations par les exportations a perdu plus de 4 points, passant de 167,6% à 163,5%.

On y voit une continuation légèrement plus importante des résultats obtenus tout au long de l’année 2011. En effet, selon les chiffres communiqués par la direction de la centrale approche et études, le secteur textile& habillement s’est bien maintenu, en 2011, et les principaux indicateurs du commerce extérieur restent positifs, et ce, en dépit des perturbations qu’a connues le pays depuis la Révolution.

Ainsi, la valeur des exportations a atteint 5305.5 millions de dinars en hausse de 5% par rapport à 2010, tandis que les importations ont affiché une hausse de 6.8% pour s’élever à 3827MDT, en 2011. La balance commerciale engendre ainsi un excédent de 1478.34MDT, soit une augmentation de 0.8% par rapport à 2010.Toutefois, le taux de couverture a perdu plus de 2 points passant de 140.9% à 138.6%.

 

L’analyse mensuelle montre que les exportations du secteur ont connu un léger fléchissement en octobre 2011.Elles sont néanmoins en augmentation de 7% pendant le mois de septembre +7%.

Les exportations des douze premiers mois de 2011 sont en faible croissance sur la plupart des marchés, par rapport au cumul des douze premiers mois 2010 seuls les marchés d’Allemagne (+17%) et des Pays-Bas (+20%) ont connu une augmentation.

Les vêtements dominent les exportations globales du secteur avec une part de 87% contre 13% pour la filière textile. Au cours de 2011, les ventes à l’étranger ont enregistrées une hausse de 5.4% pour les vêtements pour l’année 2011.

Les pantalons, la lingerie, les vêtements de travail, les pull-overs, les tee-shirts et les chemises constituent l’essentiel des exportations d’habillement (70%).

Force est de constater que la stabilité de l’activité à l’export s’explique essentiellement par la capacité des entreprises du secteur à répondre aux besoins des clients étrangers en termes de qualité, de flexibilité, de réactivité, de délais et d’adaptation à la conjoncture et aux changements des stratégies d’approvisionnement des donneurs d’ordres européens.

S’agissant des principaux marchés d’exportation, l’Union européenne demeure le principal partenaire commercial de la Tunisie. En effet, l’Europe, accapare à elle seule 96% des exportations du secteur et 72% des importations.

De même, 80% des exportations du secteur sont destinées à la France (32.7%), l’Italie (30.6%), l’Allemagne (11.16%) et la Belgique (6.4%).

La France, l’Italie et la Belgique demeurent les trois principaux extérieurs pour les exportateurs d’habillement de la Tunisie. Ils sont tous les trois en forte augmentation par rapport à l’année 2010.

On notera aussi la progression importante des ventes d’habillement à destination de l’Allemagne (+17%) et des Pays-Bas (+20%).

N.B.T

par -
Le « Tunisian Textile Intelligence Group » a organisé

Le « Tunisian Textile Intelligence Group » a organisé, mardi, une conférence sur le thème «la logistique, facteur clé de compétitivité du secteur textile et habillement». Cette rencontre a pour objectif de discuter les problèmes rencontrés par les professionnels tunisiens et leurs recommandations pour améliorer la fluidité des échanges de matières et produits finis.

Il s’agit également d’atteindre un niveau d’excellence en termes de logistique, tant pour les approvisionnements que pour la production et les exportations, un impératif absolu pour la compétitivité globale prix/services de ce secteur clé pour l’équilibre socioéconomique de la Tunisie.

D’après le Cepex, le secteur textile-habillement en Tunisie s’est bien maintenu en 2011 et les principaux indicateurs du commerce extérieur restent positifs, et ce, en dépit des perturbations qu’a connues le pays depuis la Révolution.

Ainsi, la valeur des exportations a atteint 5305.5 millions de dinars en hausse de 5%, en 2011, tandis que les importations ont affiché une hausse de 6.8% pour s’élever à 3827MDT. La balance commerciale affiche ainsi un excédent de 1478.34MDT, soit une augmentation de 0.8% par rapport à 2010.Toutefois, le taux de couverture a perdu plus de 2 points passant de 140.9% à 138.6%.

 

S’agissant de la logistique, les coûts logistiques s’élèvent à 20% en Tunisie, soit un montant de l’ordre de 10 milliards de dinars en 2012 contre 15% en Turquie et 10% pour les pays européens. Le surcoût est estimé à plus de 5 points du PIB.

Toujours selon la même source, les experts recommandent à la Tunisie de réorganiser la chaine logistique au port de Radés qui représente 85% du flux conteneurs et presque 100% du flux remorques.

Il est également primordial de décongestionner le port de Radés en créant des ports secs dans la continuité des zones industrielles, étant signalé, dans ce contexte, que la congestion coûte actuellement au pays 1 millions de dinars par jour.

Pour les entreprises, la logistique en Tunisie demeure un vrai handicap. A titre d’exemple, il est signalé un manque de transparence au niveau de l’environnement administratif de la logistique. Les ressources humaines, selon les entreprises, sont peu qualifiées et peu motivées s’agissant de leur intervention dans la chaîne logistique.

 

A l’heure où la Tunisie aborde une nouvelle étape de son développement, il est nécessaire d’opérer une mise à niveau globale de la logistique en vue d’en faire un levier de compétitivité et un atout majeur pour le développement des secteurs industriel et commercial, pour l’insertion et le développement économiques des zones défavorisées et pour faire de la Tunisie un pôle logistique régional d’envergure.

En conclusion, le développement de la logistique en Tunisie permettrait d’améliorer la compétitivité du tissu économique en augmentant la réactivité des entreprises vis-à-vis de leurs clients et en abaissant les coûts de transport et de stockage. La Tunisie devrait, pour ce faire, améliorer ses infrastructures de transport et d’entreposage, mettre en place un cadre législatif adapté et favoriser l’émergence de champions logistiques locaux.

Nadia Ben Tamansourt

par -
Le « Tunisian Textile Intelligence Group » a organisé

Le « Tunisian Textile Intelligence Group » a organisé, mardi, une conférence sur le thème «la logistique, facteur clé de compétitivité du secteur textile et habillement». Cette rencontre a pour objectif de discuter les problèmes rencontrés par les professionnels tunisiens et leurs recommandations pour améliorer la fluidité des échanges de matières et produits finis.

Il s’agit également d’atteindre un niveau d’excellence en termes de logistique, tant pour les approvisionnements que pour la production et les exportations, un impératif absolu pour la compétitivité globale prix/services de ce secteur clé pour l’équilibre socioéconomique de la Tunisie.

D’après le Cepex, le secteur textile-habillement en Tunisie s’est bien maintenu en 2011 et les principaux indicateurs du commerce extérieur restent positifs, et ce, en dépit des perturbations qu’a connues le pays depuis la Révolution.

Ainsi, la valeur des exportations a atteint 5305.5 millions de dinars en hausse de 5%, en 2011, tandis que les importations ont affiché une hausse de 6.8% pour s’élever à 3827MDT. La balance commerciale affiche ainsi un excédent de 1478.34MDT, soit une augmentation de 0.8% par rapport à 2010.Toutefois, le taux de couverture a perdu plus de 2 points passant de 140.9% à 138.6%.

 

S’agissant de la logistique, les coûts logistiques s’élèvent à 20% en Tunisie, soit un montant de l’ordre de 10 milliards de dinars en 2012 contre 15% en Turquie et 10% pour les pays européens. Le surcoût est estimé à plus de 5 points du PIB.

Toujours selon la même source, les experts recommandent à la Tunisie de réorganiser la chaine logistique au port de Radés qui représente 85% du flux conteneurs et presque 100% du flux remorques.

Il est également primordial de décongestionner le port de Radés en créant des ports secs dans la continuité des zones industrielles, étant signalé, dans ce contexte, que la congestion coûte actuellement au pays 1 millions de dinars par jour.

Pour les entreprises, la logistique en Tunisie demeure un vrai handicap. A titre d’exemple, il est signalé un manque de transparence au niveau de l’environnement administratif de la logistique. Les ressources humaines, selon les entreprises, sont peu qualifiées et peu motivées s’agissant de leur intervention dans la chaîne logistique.

 

A l’heure où la Tunisie aborde une nouvelle étape de son développement, il est nécessaire d’opérer une mise à niveau globale de la logistique en vue d’en faire un levier de compétitivité et un atout majeur pour le développement des secteurs industriel et commercial, pour l’insertion et le développement économiques des zones défavorisées et pour faire de la Tunisie un pôle logistique régional d’envergure.

En conclusion, le développement de la logistique en Tunisie permettrait d’améliorer la compétitivité du tissu économique en augmentant la réactivité des entreprises vis-à-vis de leurs clients et en abaissant les coûts de transport et de stockage. La Tunisie devrait, pour ce faire, améliorer ses infrastructures de transport et d’entreposage, mettre en place un cadre législatif adapté et favoriser l’émergence de champions logistiques locaux.

Nadia Ben Tamansourt

par -
L’industrie du textile et de l’habillement occupe une place importante dans l’économie tunisienne et vient en 2èmerang  des industries manufacturières

L’industrie du textile et de l’habillement occupe une place importante dans l’économie tunisienne et vient en 2èmerang des industries manufacturières, après avoir été devancée par les industries mécaniques et électroniques en 2007, en participant à hauteur de 30% dans la valeur de ses exportations. Le secteur du textile-habillement, dominé par les industries de l’habillement, compte plus de 2000entreprises et emploie près de 200 mille personnes.

Dans le cadre de la promotion du produit textile /Habillement, seize hommes d’affaires tunisiens représentant une dizaine d’entreprises du textile-habillement ont pris part, à Istanbul en Turquie, à une mission de sourcing, et ce, en marge du Salon International des Tissus et Accessoires qui s’y est tenu, du 8 au 10 mars 2012.

Ce salon professionnel a réuni plus de 150 exposants, principalement de Turquie, d’Italie, de France, du Royaume Uni et de Grèce. Encadrée par le Centre de promotion des exportations, la mission des hommes d’affaires tunisiens vise à trouver de nouveaux fournisseurs à l’international. La participation tunisienne à ce salon a permis de promouvoir la prochaine édition du Salon « Texmed Tunisia » qui se tiendra au Parc des Expositions du Kram, du 3 au 5 octobre 2012.

A Istanbul, les textiliens tunisiens ont eu des contacts avec des fournisseurs étrangers et des entreprises turques afin d’examiner les possibilités de coopération pour l’importation de matières premières et le développement de partenariats.

La Turquie est le 3ème fournisseur de la Tunisie pour le secteur textile habillement avec une part de 8,3 % des importations totales du secteur.

S’agissant de l’activité économique du secteur, les résultats des échanges du secteur textile-habillement tunisien pour le mois de février 2012, ont affiché une baisse en valeur de 2,2% pour les exportations et une hausse de 3,23% pour les importations, et ce, par rapport à février 2011, d’après le dernier numéro de la lettre économique du CETTEX (mars 2012).

Avec un recul des exportations (-2,2%) pour un montant de 217 millions d’euros et une progression des importations (3,23%), le taux de couverture du mois de février 2012 pour ce secteur « se dégrade de 8,5 points comparé au même mois de l’année 2011 pour atteindre 153,4% en valeur », a indiqué le CETTEX.

La répartition par filière des exportations tunisiennes, durant le mois de février 2012, (comparées avec février 2011) dévoile que la filière textile a observé une nette hausse de 11,9% tandis que celle de l’habillement a enregistré une baisse de 4,2%.

D’après le CETTEX, la hausse en valeur et en poids des exportations de la filière textile « a concerné tous les marchés traditionnels de la Tunisie, à l’exception du marché français ».

Quant aux importations globales du textile-habillement tunisien, le dernier bilan du CETTEX pour février 2012 (comparé à celui de février 2011) a révélé que les importations évoluent positivement en provenance de la Turquie (+14,13% en valeur et +38,20% en poids) et de la Chine (+64,00% en valeur et +164,29% en poids).

Parmi les produits les plus importés durant le mois de février 2012, figurent les fibres textiles (+20,18% en valeur et +11,15% en poids) et les fils qui enregistrent une hausse en valeur et en poids respectivement de 2,52% et de 22,44%. Dans le cas des fils, « les approvisionnements en provenance des principaux fournisseurs sont en croissance en poids, exception faite de l’Italie et de l’Allemagne, où ils se sont réduits », toujours selon la dernière lettre économique du CETTEX.

La Tunisie figure parmi les principaux leaders mondiaux exportateurs d’habillement. l‘Europe est la première destination des exportations de vêtements tunisiens (97%). Elle est classée parmi les cinq premiers fournisseurs de l’UE en produits d’habillement, elle se place derrière la Chine, la Turquie, le Bangladesh et l’Inde.

NBT

par -
Selon la lettre économique du CETTEX

Selon la lettre économique du CETTEX, les échanges du secteur textile et habillement ont augmenté légèrement, début 2012 par rapport à la même période en 2011, de 19,04% pour les exportations et de 19,15% pour les importations.

D’après la même source, cette augmentation est à analyser avec prudence puisque le mois de janvier 2011 était un mois exceptionnel au cours duquel le pays a connu des évènements majeurs suite à la Révolution».

Le secteur affiche une quasi-stagnation de +0,24% en valeur au titre des exportations pour un montant de 445 millions de dinars, soit l’équivalent de 228 millions d’euros.

L’analyse par filière fait ressortir le fait que les exportations de la filière habillement ont régressé de 1,97% en valeur. Les vêtements en chaîne & trame enregistrent une légère hausse de +0,36% en valeur contre une baisse de 8,45% en nombre de pièces.

Les vêtements en maille reculent de 9,73% en valeur et de 28,17% en nombre de pièces, comparativement au mois de décembre 2010.

Les exportations du textile ont augmenté de 17,36% en valeur par rapport à la même période de l’année 2010. Les tissus standards en chaîne et trame enregistrent une hausse de 17,87% en valeur et 2,85% en mètre linéaire.

Les produits “linges de maison“ enregistrent eux aussi une hausse de 10,89% en valeur et 7,02% en poids par rapport à janvier 2010.

Les importations, ont enregistré une légère progression de 4,93% en valeur et 1,62% en poids au cours du mois de janvier 2012 par rapport à janvier 2010.

La valeur des importations s’élève à 255 millions de dinars, soit environ 130 millions d’euros. Le taux de couverture du mois de janvier 2012 recule de 8,16 points, comparé au même mois de l’année 2010 pour atteindre la valeur de 174,7%.

Les importations de fibres ont enregistré une progression de 60,86% en valeur et de 10,10% en poids. Les importations de fils enregistrent une hausse en valeur et en poids, respectivement de 19,44% et de 7,59%.

Les importations en provenance de l’Italie, premier fournisseur de tissu denim de la Tunisie, accusent une baisse de 30,97% en valeur et 36,49% en poids. En revanche, les importations en provenance de l’Allemagne, du Royaume-Uni et de l’Inde affichent des hausses en valeur et en volume.

Force est de constater que les importations du secteur textile et habillement ont évolué de -4,49% et +4,93% pour l’Italie, de -10,89% et +3,09% pour la France, de +2,71% et -3,55% pour la Belgique, de +29,65% et +17,72% pour la Turquie, de +57,87% et -9,93% pour la Chine, de +1,12% et -7,91% en Allemagne, de -20,80% et -36,19% en Espagne et de +46,97% et +89,76% au Royaume-Uni.

Nadia Ben Tamansourt

par -

Le CEPEX, en collaboration avec sa Représentation Commerciale à Milan, organise deux journées de Contacts professionnels B-to-B avec 15 sociétés italiennes spécialisées dans le secteur textile habillement et ce les 30 Novembre et 1er Décembre 2011. Les contacts auront lieu au siège de la Maison de l’Exportateur à Tunis.

A cet effet, et en cas d’intérêt, nous vous invitons à confirmer votre participation en nous renvoyant « la Fiche d’Inscription » en attaché dûment remplie et ce avant le Jeudi 10 Novembre 2011 délai de rigueur. Etant signalé, que les entreprises italiennes qui se déplaceront en Tunisie à cette occasion, sélectionneront elles-mêmes les sociétés tunisiennes à rencontrer sur la base de leur centres d’intérêt. Si votre entreprise est sélectionnée, un planning de RDV vous sera envoyé.

Contact infos : Mme Salima Hachich.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

A l’occasion de l’Assemblée générale de Medef International qui s’est tenue mercredi 17 mai 2017, Medef et Medef International ont rappelé la priorité donnée...